2.10.19 – « >Géonarrations< ou comment l’espace refigure le temps » avec Béatrice v. Hirschhausen

Dans le cadre de son enquête sur les frontières fantômes, Béatrice von Hirschhausen cherche à proposer un concept qui restituerait à la fois la densité proprement géographique des vécus du temps et l’épaisseur temporelle de toute expérience géographique. Elle définit une « géonarration » comme l’articulation signifiante qu’une société établit pour un territoire entre son espace d’expérience et son imaginaire de l’histoire ; le terme désigne ainsi la pensée et le vécu du temps de l’histoire qu’un groupe social attache à son propre territoire (ainsi d’ailleurs qu’à des régions plus éloignées) et qui donne sens à son expérience et à ses choix. On pourrait créer en Allemand le terme de « Geonarrativ », en se souvenant qu’un « historischesNarrativ » désigne plus qu’un simple « récit » historique mais également sa dimension incorporée dans les vécus sociaux de l’histoire et du temps.



Citer ce billet
Johara Berriane (2019, 4 octobre). 2.10.19 – « >Géonarrations< ou comment l’espace refigure le temps » avec Béatrice v. Hirschhausen. Mobilität, Migration und räumliche Neuordnung | Mobilités, Migrations, Recomposition des espaces. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/trko

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.