Comment la crise sanitaire a-t-elle affecté nos mobilités et méthodes? Un sondage.

21 mai 2020

Par Dr. Sophie Lambroschini, chercheure au CMB

Un questionnaire diffusé au mois de mai, donc pendant la période de confinement, a permis de raconter “à chaud” l’expérience de la recherche prise dans les nouvelles contraintes imposées par la suspension de la mobilité à la fois des chercheur.e.s eux/elles-mêmes, mais aussi de leurs terrains – archives, bibliothèques, répondants – et de leurs collègues. Les chercheur.e.s participant représentent la grande diversité des disciplines au CMB: historiens, sciences sociales, art, philosophie, géographie humaine… Elles et ils ont répondu depuis leur lieu de confinement, en Allemagne, en France, et dans des pays-tiers. La diversité des réponses reflète les différences individuelles des situations. Nous partons de l’idée que l’on peut, sous cette apparence de témoignage individuel qui peut paraître “anecdotique”, dégager quelques idées fondamentales. Dresser un début de tableau d’ensemble permet de réfléchir de manière plus approfondie à la transformation des conditions et pratiques de la recherche dans un contexte de contraintes à la mobilité.

  1. La perte en mobilité géographique des chercheur.e.s:

Nous avons voulu savoir ce que signifie la perte en mobilité pour la réalisation des recherches, de la profession d’enseignant-chercheur, la diffusion de travaux?  Comment le travail quotidien a –t – il été transformé (télétravail…) ? Quelles pertes de mobilité la crise sanitaire a-t-elle engendrées chez vous, ou dans vos réseaux ? 

L’expérience des chercheur.e.s privé.e.s de mobilité comporte des aspects positifs et négatifs.

La perte des espaces et lieux de sociabilité scientifique sur le moyen terme (annulation de conférences et colloques, inaccessibilité des bureaux…) est citée, en notant l’importance particulière de ces interactions humaines pour les chercheur.e.s dont le travail au quotidien est caractérisé par de longues plages de solitude (lecture, écriture). Aussi, la déception par rapport à des événements collaboratifs organisés longtemps en avance, résultats d’efforts de coordination, de recherche de financements tiers multiples est évoquée. Ensuite, ces événements scientifiques sont beaucoup des occasions de sociabilité spontanée (conversations entre les séances, pause-cafés …) qui servent au développement de réseaux, de construction de carrière… Ces sociabilités non programmées semblent difficilement transposables au mode de communication virtuel (personne n’a évoqué ce type de rencontre virtuelle…).

La difficulté de gérer sous un même toit les tâches familiales (école à la maison, repas), installer un bureau au pied levé (problèmes de connexion internet difficilement résolubles pendant le onfinement):

“Pour l’instant, je n’ai pas beaucoup de temps pour la recherche, sauf des lectures, mais peu de moments d’écriture, car les jours que je consacre d’habitude à la recherche sont plutôt consacrés à la gestion des enfants (devoirs, jeux, etc…).”

L’accès aux sources pose un problème fondamental déterminé par les disciplines ou les méthodes de recherches employées: (voir réponse question 2)

Au plan positif, le confinement et la sédentarisation forcée est décrite comme offrant un gain de temps et un temps de recentrage : fini les allers-retours Paris-Berlin par exemple. Le confinement a aussi poussé certains à une révision des priorités de la charge du travail (quelles sont les tâches réalisables?). Faute de séminaires, d’accès aux sources certains parlent de la constitution d’un temps long pour l’écriture ou la lecture, difficile à dégager dans des emplois du temps souvent chargés au cours de l’année universitaire.

A certains égards, cela m’a “donné de l’air” dans un programme qui était particulièrement chargé et m’a permis par exemple de finir à temps une contribution pour une revue que j’aurais sans cela beaucoup de peine à remettre à la date demandée et de finaliser les versions révisées de 3 autres publications. Je suis en train également de reprendre mon manuscrit de livre qui était à la peine depuis plusieurs mois. Globalement cela a reporté mon activité sur l’écriture. Cela tombe plutôt bien dans la phase de valorisation de recherches antérieures où je me trouve actuellement.

Particularités pour les chercheur.e.s transnationaux/ales : il y une anxiété chez certains chercheur.e.s qui trouble le travail liées aux incertitudes institutionnelles (quid les financements ANR et DFG, les bourses de mobilité). La particularité des chercheur.e.s du CMB – d’être en mobilité entre la France et l’Allemagne – est affectée de différentes manières : complication pour les uns, simplification ou mise à égalité pour les autres puisque tous les labos travaillent désormais à distance…

Asymétries : Le confinement chez soi en famille nécessite une adaptation plus ou moins réalisable : organisation d’espace, de connectivité internet, de rituels, prise en charge des enfants ; asymétrie en fonction du lieu et des conditions de logement, mais aussi nombre et âge des enfants… Il y a aussi une asymétrie géographique : les archives en Suède sont accessibles, par exemple. L’impact varie aussi en fonction des statuts (stabilité de l’emploi) des chercheur.e.s .

Il y a pour certains un net sentiment de désorientation par rapport au travail de chercheur.

“A côté de problèmes plus ou moins techniques et pratiques, ma perte de mobilité comme la situation actuelle m’ont amené à me poser des questions sur le contenu même de mes recherches. Travaillant sur les conflits sur l’accès aux droits sociaux et minima sociaux dans l’espace européen, j’ai l’impression que la pandémie et sa gestion politique créent à la fois une urgence stressante de résultats et un bouleversement dans ma construction de la thématique. Du coup, je reste bloquée sur la question de savoir comment reprendre les bouts de ma recherche – une incertitude qui se rajoute à toutes les autres incertitudes sur le devenir de ma vie entre l’Allemagne et la France.”

2. Méthodes et sources dans le contexte actuel de restrictions géographiques :

De quelle manière la crise sanitaire a-t-elle ou va-t-elle exercer un impact sur les sources et les méthodes scientifiques employées par les chercheur.e.s ? Pour tous, l’accès réduit aux bibliothèques constitue une limitation, même si l’offre de nombreuses plateformes d’un accès gratuit durant la période de crise sanitaire constitue une ressource précieuse évoquée par plusieurs  chercheur.e.s.

Ceux et celles qui travaillent en proximité avec le terrain (archives, et surtout méthodes ethnographiques) et qui ont des projets en cours sont le plus directement touchés : annulation de terrain, mise en suspens des bourses de mobilité, de la délivrance de visas ; ceux. Ceux et celles qui ont dejà été confrontés à des blocages imprévus, par exemple travaillant sur des terrains difficiles de pays à la situation politique instable, ont été déjà été obligés à confronter et à repenser leurs approches et méthodes.

“J’ai déjà fait l’expérience d’être empêché de me rendre sur mon terrain et de devoir repenser mon approche. J’ai fait du terrain au Venezuela en 2007-2008, puis pour des visites plus courtes en 2009, 2011, 2014, 2017, mais la situation politique du pays et les conditions de sécurité m’ont interdit d’y retourner par la suite. Cependant j’ai continué à écrire dessus (parce que je n’ai pas exploité tous mes matériaux), et sur des phénomènes qui continuent à évoluer (pratiques politiques, approvisionnement alimentaire, contrebande d’essence, etc.). Pour prendre en compte les changements survenus depuis ma dernière visite, je me suis appuyé sur la presse locale et internationale, sur divers “rapports” plus ou moins fiables, et sur ce que pouvaient me dire mes contacts dans la capitale régionale (par facebook, whatsapp, etc.).”

Lorsque le terrain demeure physiquement accessible à la sortie immédiate du confinement, se pose la question de la vulnérabilité des répondants, eux-mêmes exposés à l’anxiété du confinement et peut-être peu enclins à participer à des entretiens.

“Je travaille sur le lien entre consommation et processus migratoire. Cette crise va très certainement (elle le fait déjà) changer le regard sur la consommation. J’essaye de mener des entretiens en confinement, mais ce n’est pas facile de motiver des personnes déjà très fragilisées.”

Une chercheure a rappelé l’importance de l’observation – de l’expérience directe et immédiate – pour les chercheur.e.s pour qui le terrain ne se situe pas au cœur de leur approche méthodologique.

“Les observations de terrain, pour vérifier ou nuancer l’exactitude des données recueillies par des documents ou lors des entretiens (par exemple : “c’est un quartier très dangereux” ou “l’intégration des gens d’origine sociale diverse est très réussie dans ce quartier”) est, et reste, indispensable. La confrontation entre différents sources, mais également entre différents types de sources (œuvres d’art, textes, entretiens, observations) est un point essentiel pour moi dans la recherche. Ces observations sont ainsi remises à plus tard, tout comme les consultations des documents non numérisés.”

Ensuite, certaines écoles de pensée sont plus vulnérables que d’autres à la “fermeture” du terrain. Une chercheure se demande si la méthode rigoureuse n’allait pas se dessiner comme plus adaptée, au détriment de l’inductif et des approches interactionnistes :

“Beaucoup de sources sont accessibles en ligne pour faire, par exemple, des analyses de discours, mais l’approche sociologique devient plus complexe à défendre, surtout lorsque l’on souhaite comprendre comment fonctionnent des organisations “de l’intérieur” (cf. sociologie de l’Europe, ministères, ONG, etc…). Les entretiens permettent de pallier ces difficultés, mais il n’y a, à l’heure actuelle, pas moyen de comprendre les interactions entre les personnes si l’on s’ y intéresse d’un point de vue ethnographique (pas de possibilité d’assister à des réunions, etc.). 

 “La question de l’inégalité de l’accès au terrain et donc de la distorsion des sources peut se poser, en effet, surtout dans une approche comparative. Mais elle se posait déjà avant le confinement. Peut-être qu’une approche rigoureuse (définir à l’avance ce que l’on cherche et nous paraît accessible) devient dans ce contexte nécessaire, ce qui nuit en partie à une approche totalement inductive.”

L’effet “déformateur” de l’asymétrie de l’accès aux sources redessine le champ de la recherche et peut provoquer des distorsions.

3. Contournement, innovation, enrichissement, abandon, l’adaptation aux conditions de travail transformées.

Nous avons essayé de savoir si certain.e.s chercheur.e.s du CMB ont eu la possibilité de rapidement “repenser” leur travail en adoptant de nouvelles approches.

– La nouveauté principale et employée par tous les chercheur.e.s participant au séminaire est une utilisation différente des outils de communication numérique : plateformes “zoom” et consorts/

– Certains ont évoqué un intérêt pour des méthodes nouvelles comme la cyber-ethnology ou l’entretien en ligne.

– Se pose alors la question de la formation à la maîtrise de méthodes et outils nouveaux.

– Développer les projets collaboratifs qui mobilisent les chercheur.e.s déjà présent.e.s localement, sur le terrain.

– Parmi les nouvelles compétences que les chercheur.e.s  ont évoquée figurent l’enseignement virtuel, et l’occasion offerte de perfectionnement dans une nouvelle langue étrangère.

– Cependant la crise sanitaire a provoqué des quasi-abandons de projets, souvent collaboratifs, notamment avec des chercheur.e.s précaires (masterants, doctorants, postdoc). L’annulation d’un projet de recherche fondé sur le terrain induit donc des “manques” scientifiques mais aussi des précarisations et affaiblissement des réseaux de recherche.

– Afin de contourner certains problèmes évoqués plus haut (accès aux sources ..) un chercheur a partagé son expérience, l’ introduction en tête d’article d’un “caveat”, d’une mise en garde, des conditions de préparation d’une publication : “(aujourd’hui déposé sur HAL): “The present working paper was written during the Covid-19 lockdown in Europe (March-April, 2020). Therefore, due to the closing of all public and national libraries, it was impossible to consult several sources, in particular the classical bibliography of early Esperantist works first edited in 1929, and reprinted in 1973 (Stojan, 1929).

4. La signification de la crise sanitaire/pandémie dans la réflexion scientifique :

De nombreux appels à projets dédiés au Covid-19 et à la crise sanitaire peuvent laisser penser que le ou la chercheur.e extérieur au sujet médical ou sanitaire devrait chercher à lier ses propres objets, approches, questionnements à la crise immédiate et à la réflexion dans l’urgence. Mais est-ce que tout chercheur peut ou souhaite travailler de cette manière ? Comment donc la crise sanitaire a—elle eu une influence sur votre travail ou votre regard de chercheur.e.s, et avec quels résultats ?

La crise sanitaire provoque des questionnements chez pratiquement tous les participants au questionnaire et au séminaire. Plusieurs chercheur.e.s ont évoqué la crise sanitaire omniprésente comme une pression au “présentisme”, un parasitage, une source d’anxiété, déformateurs des recherches. Pour d’autres, il s’agit d’une stimulation pour engager de nouvelles réflexions :

Pour ceux qui ont pour objet les crises, les adaptations, les mobilités ou les acteurs dans ces situations rend une mise en rapport plus évidente, elle demande à être analysée, peut enrichir la propre réflexion.

“Interessant ist zu beobachten, wie (unterschiedlich) die Menschen mit einer Situation umgehen, die so unvorhersehbar sowie unplanbar ist und die sich von ihrem gewohnten Alltag unterscheidet. Das regt mich dazu an, meine Arbeit über eine andere historische Umbruchsituation neu zu überdenken.”

“Ich schreibe gerade einen Artikel für einen Sammelband über den Umgang mit osteuropäischen MigrantInnen in den Hafenstädten Rotterdam und Antwerpen zur Zeit der Choleraepidemie um 1900 (Den Text werde ich im Juni in unserer Runde vorstellen). Dieser Artikel bekommt durch die derzeitige Pandemie eine ganz neue Bedeutung. Da ich reichlich Archivmaterial zu dem Thema gesammelt habe, werde ich vermutlich noch einen weiteren Text dazu schreiben, denn Interesse scheint ja vorhanden zu sein.”

Mais ce rapport entre crise sanitaire et Covid-19 s’articule aussi à travers la mobilisation de compétences “au service de la crise sociétale” : développement de cartes, écriture d’articles dédiés…; de gérer la contradiction entre le potentiel scientifique (projet sur les pratiques d’adaptation) et le manque de temps d’espace (enfants confinés à occuper et éduquer) pour monter un projet collaboratif.

D’autres chercheur.e.s se posent la question de l’intégration des processus d’adaptation au confinement qu’ils/elles observent auprès des populations.

“Aux inégalités sociales ou aux conditions de travail académique, la crise semble davantage mettre en exergue et aggraver des inégalités, structures asymétriques, développements en cours (cf. par exemple l’article envoyé sur la liste interne sur l’impact de la crise sur les publications soumises par des femmes et des hommes). Quelles conséquences pour la réflexion sur les politiques de la science et sur nos sujets de recherche?” 

Conclusion:

Il semble qu’une réflexion autour de la tension entre le temps long de la recherche et la pression pas nécessairement directe mais générale d’une quête d’explication et de réponse immédiate sous-tend “l’ambiance” de la recherche en temps de Covid-19. L’appel à la mobilisation générale est parfois vécu comme une sorte d’appel ou pression à devoir répondre “professionnellement” face à la crise alors que ce n’est pas toujours pertinent.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.