Formation-recherche « Un ciel toujours partagé ? Sociétés et territoires allemands de l’Est et de l’Ouest, 30 ans après la réunification », compte-rendu d’un terrain exploratoire.

Par Lola Gourdon, étudiante en Master de science politique et études socioculturelles conjointement à l’université Paris 8 et Viadrina de Francfort (Oder) :

Béatrice von Hirschhausen et moi-même nous sommes rendues pour la deuxième fois en basse-Franconie dans le cadre du projet formation-recherche « Un ciel toujours partagé ? Sociétés et territoires allemands de l’Est et de l’Ouest, trente ans après la réunification ». Nous proposons ici un compte rendu du terrain qui s’est déroulé la semaine du 21 septembre 2020 dans les villages de Alsleben et de Gompertshausen à la frontière entre la Thuringe et la Bavière.

Monument sur le site de l’ancienne frontière. Gompertshausen en arrière fond

« Nous étions au bout du monde, nous sommes désormais au centre de l’Allemagne » entend-on à une table voisine dans l’auberge où nous déjeunions. Nous sommes en septembre 2020 et voici qu’est prononcé mot pour mot, au détour d’une bribe de conversation, l’intitulé presque exact de la thèse de Valentine Meunier publiée il y a près de 20 ans. Celle-ci a étudié dans les années 1990 deux villages franconiens, l’un à l’Est de l’ancienne frontière intra-allemande en Thuringe, l’autre à l’Ouest en Bavière. Trente ans après la Réunification, l’ambition du projet « Un ciel toujours partagé ? Sociétés et territoires allemands de l’Est et de l’Ouest, trente ans après la Réunification » est de revenir sur les pas de Valentine Meunier pour tâcher de comprendre les permanences et mutations à l’œuvre dans ces deux villages de basse Franconie.

Le projet formation-recherche porté par l’UMR Géographie-cités (Paris), le Centre B/ORDERS IN MOTION à l’Université Viadrina de Francfort/Oder et le Centre Marc Bloch et initié par Béatrice von Hirschhausen aux côtés de Laure de Verdalle et de Carolin Leutloff-Grandits, devait à l’origine réunir une équipe pluridisciplinaire composée de chercheurs confirmés ainsi que d’étudiants de master et de doctorants. Celui-ci devait donner lieu à un terrain en mars 2020. Les circonstances exceptionnelles nous ont naturellement contraints à repousser le projet, et le terrain n’a pu être commencé qu’en juillet. 

L’objectif de cette semaine d’étude du mois de septembre était de poursuivre le repérage commencé cet été où des entretiens exploratoires avaient été menés en majorité parmi les habitants de Thuringe. Il s’agissait ici de se concentrer sur le pendant bavarois du village thuringien.

Cette semaine nous aura permis également d’appréhender la recherche empirique dans le contexte du COVID-19 tant du point de vue du processus de collecte des données que du point de vue des thèmes abordés en entretiens qui ont permis de soulever des problèmes et interrogations structurels sur la façon dont la pandémie affecte la vie de tous les jours de nos interlocuteurs. Le week-end précédant notre arrivée, le Landkreis de notre village bavarois avait été mis en alerte en raison de cas de contaminations lors d’un mariage dans les environs. S’en est suivie une mise en quarantaine d’une importante partie des habitants et de façon plus générale un climat de crainte généralisé parmi une certaine frange de la population. Nous avons en règle générale été tout de même volontiers accueillies. Certains entretiens prévus ont dû toutefois être déprogrammés et seront reportés à mars si la situation sanitaire nous le permet.

Village de Alsleben

Si nous n’en sommes qu’à l’étape exploratoire de notre recherche, cette semaine a permis de préparer le terrain qui devrait avoir lieu en mars 2021 et d’affiner notre stratégie de recherche. D’une manière générale, on retrouve certaines constantes parmi les personnes interrogées. Celles-ci sont unanimes : tant en Thuringe qu’en Bavière, il y fait bon vivre. On comprend aisément pourquoi dans ces régions au taux de chômage avoisinant les 3 % au milieu de ces immenses étendues de champs qui s’étendent à perte de vue sous un ciel immense. La vie locale y est dynamique et tant les jeunes que les plus âgés évoquent les fêtes de village très fréquentes dans la région, organisées par les nombreuses Vereine qui structurent la vie locale des habitants. Ces célébrations et associations sont mises en avant sous l’égide de la solidarité de groupe (Gemeinschaft), celle-ci étant assimilée, selon l’interlocuteur, tantôt à la vie de village en général, tantôt aux vestiges d’une société est-allemande où la solidarité était érigée en valeur fondamentale en opposition à l’individualiste de l’Ouest capitaliste. Il est toutefois nécessaire de préciser ici que ces observations sont à l’état embryonnaire et qu’il est tout à fait envisageable à ce stade que notre panel d’entretiens, encore restreint et composé en majorité d’habitants en charge de ces Vereine ou de représentants politiques, biaise notre impression générale. Un autre élément, celui-ci moins heureux, qui semble s’inscrire plus largement dans les difficultés propres à la ruralité, est également ressorti de façon presque systématique : rares sont les jeunes qui reviennent au village après l’avoir quitté pour leurs études une fois leur Abitur obtenu en raison de l’absence d’emplois dans les secteurs nécessitant des diplômes d’université. S’y ajoute la fermeture des commerces de proximité, faute de repreneur, et de certaines écoles ces dernières années, absorbées par les villages plus importants des alentours, non sans une certaine nostalgie à l’évocation de ces lieux qui se ressent de façon plus marquée côté Est.

Aujourd’hui, la Thuringe est reliée à la Bavière par une route à l’asphalte impeccable que l’on traverse en voiture à toute vitesse. Celle-ci fait presque oublier l’ancienne frontière pourtant encore « inscrite dans les esprits », comme nous l’évoquent deux jeunes hommes de notre village bavarois. Le nombre faible d’entretiens effectué auprès des personnes n’ayant pas connu la Partition ne nous permet que de tirer des observations timides qui nécessiteront d’être creusées lors de notre prochain séjour sur place. Chez les personnes plus âgées nées soit avant soit pendant la Guerre Froide, il est frappant de voir à quel point l’on se situe vis-à-vis de cette ancienne frontière tant dans l’espace que dans le temps. L’« autre-côté », drüben, est invariablement évoqué, la Wende également, à plus forte raison en Thuringe, l’absorption de la RDA par la RFA ayant entraîné des bouleversements plus profonds dans la vie quotidienne au sein des nouveaux länder. Il est également frappant de constater le peu de contacts entre les deux villages, pourtant éloignés de seulement 4 kilomètres l’un de l’autre. L’argument religieux – le village de Thuringe est de tradition protestante et celui de Bavière catholique -, notamment en ce qui concerne les mariages, n’est plus aussi pertinent qu’il ne pouvait l’être dans la première moitié du XXe siècle, même si celui-ci permet de comprendre pourquoi, après la Réunification, personne n’a eu l’occasion de retrouver des cousins, cousines, oncles ou tantes perdus de vue après l’érection du mur. Les déplacements et lieux qui rythment le quotidien des habitants sont également très révélateurs en Thuringe : on va volontiers se former ou travailler dans le Land voisin mais les cercles amicaux et familiaux, restent quant à eux circonscrits à un côté ou à l’autre de la frontière. Notre prochain séjour sera l’occasion de voir si le même schéma est identifiable sur le versant Ouest de l’ancienne frontière.

La RDA au musée. « Heimatstube » à Gompertshausen.

Un des éléments qui avait motivé à l’origine ce projet de recherche résidait dans la compréhension de la différence des comportements électoraux entre les nouveaux et les anciens Länder où l’on retrouve une proportion nettement plus importante du vote AfD et, chose plus méconnue, die Linke à l’Est. A ce stade de notre recherche, il est difficile de pouvoir tirer des conclusions sur ce point. Le thème de la crainte cultivée vis-à-vis des étrangers semble toutefois être un élément de réflexion pertinent. Si nous avons pu relever dans chacun des deux villages des discours affirmés évoquant des inquiétudes vis-à-vis de la présence des étrangers en Allemagne, les raisons de la colère semblent différer. En Bavière, celui-ci est associé à un malaise social où l’on distingue dans un discours parfois très dur, un sentiment d’être relégué par l’Etat au rang de laissés pour compte au détriment des étrangers qui bénéficient selon eux d’une meilleure couverture santé, d’aides sociales plus importantes et qui peuvent de surcroît bénéficier de retraites pour lesquelles ils n’ont pas cotisé. La question des retraites est d’ailleurs un facteur de cristallisation important de la rancœur cultivée envers les populations de l’ex- RDA qui sont dans le même cas de figure. En Thuringe, cette crainte des étrangers ne semble pas en revanche aller de pair avec une situation sociale difficile.

Cette seconde incursion dans ces régions reculées maintenant « au centre de l’Allemagne » nous aura permis de nourrir notre réflexion et de constater les mutations qui ont marqué ces sociétés allemandes post-chute du Mur depuis les années 1990. Le portrait de l’Allemagne et des Allemands d’aujourd’hui trente ans après la Réunification commence à se dessiner, laissant entrevoir les fractures encore à l’œuvre entre l’Est et l’Ouest au sein des sociétés rurales allemandes, nous permettant d’avancer également dans notre tentative de compréhension des comportements électoraux de ces dernières années.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.