17.12.2020 – « L’invention d’une frontière sanitaire. La frontière franco-allemande face aux premières pandémies (fin XIXe siècle-1914) » – Benoit Vaillot

Résumé:

Au tournant du XXe siècle, les gouvernements français et allemand prennent des mesures visant à prémunir leur territoire respectif contre les premières pandémies. Ces épidémies, celle de choléra en particulier, lancent un sérieux défi aux États, car elles ignorent les frontières. La souveraineté est contrainte de se transformer pour protéger la santé des populations ; le concept de biopolitique forgé par Michel Foucault permet de saisir ce qui s’exprime alors de façon spectaculaire à la frontière franco-allemande. Or les questions sanitaires sont souvent absentes des études portant sur les frontières à l’époque contemporaine, alors même que toutes y ont été confrontées à partir du milieu du XIXe siècle. En nous appuyant sur les travaux d’Alison Bashford et de Patrick Zylberman, qui articulent la lutte contre les épidémies avec la construction de l’État-nation, nous proposons d’étudier la construction de la frontière franco-allemande dans sa dimension sanitaire au tournant du XXe siècle.

Compte rendu de la séance

Auteure: Nikola Tietze

Dans son intervention, Benoit Vaillot met en lumière « l’invention d’une frontière sanitaire » entre la France et l’Allemagne lors des pandémies de choléra, apparaissant et refluant à plusieurs reprises durant le 19ème siècle. Cette « invention » repose sur le développement de pratiques de gestion des épidémies qui ignorent les frontières politiques et administratives. Ces pratiques à l’échelle locale (village, département ou Bezirk, gare ou carrefour de routes) – exiger un certificat médical avant l’entrée sur le territoire, surveiller les gares par des médecins, certificat de « non mort par maladie »

pour le passage des cercueils, désinfection des gares, mise en quarantaine des villages – vont de pair à la fois avec l’institutionnalisation d’une expertise médicale et d’une administration sanitaire à l’échelle centralisée (à Paris ou à Berlin) et avec l’extension des fonctions des policiers et des maires au domaine sanitaire. Benoît Vaillot remarque, dans le contexte de cette extension de fonctions, un transfert des pratiques du contrôle et de la surveillance du bétail à celles du contrôle et de la surveillance des humains lors de leurs passages transfrontaliers.

Dans la recherche historique sur les frontières interétatiques, la gestion sanitaire est quasi absente. Pourtant, elle est centrale, selon Benoît Vaillot, parce que la gestion sanitaire apporte la preuve de l’(in)efficacité des frontières étatiques, en l’occurrence la frontière franco-allemande en Alsace Lorraine après 1871. Les pratiques du contrôle sanitaire à la frontière représentent du contrôle et de l’administration des mouvements. Elles se rattachent, d’après Benoît Vaillot, aux « passeports sanitaires », garantissant aux voyageurs de passer d’une ville à une autre à partir du 16ème siècle. La gestion sanitaire à la frontière participe à la « monopolization of the legitimate ‘means of mouvement’ » (Torpoy 1998).

Les pratiques sanitaires sont censées faire la preuve de l’(in)efficacité de la frontière franco-allemande en Alsace-Lorraine après 1871.

Les « étrangers » sont particulièrement suspects lors des gestions des épidémies de choléra : notamment les personnes de l’Est de l’Europe (de la Russie où des épidémies sont fréquentes), les groupes nomades tsiganes, les travailleurs migrants, par exemple italiens qui sont tout particulièrement visés par des campagnes de vaccination par les autorités allemandes (variole). La stigmatisation des étrangers dans le contexte sanitaire reflète, d’après Benoît Vaillot, l’assimilation de l’Etat à un organisme vivant (conforme à la pensée géopolitique de Friedrich Ratzel). La frontière est alors vue comme la peau de l’Etat. En ce sens, l’enjeu de montrer l’efficacité de la frontière étatique par des pratiques de contrôle et de surveillance sanitaire participe au renforcement des identités nationales.

Quelques références bibliographiques

Bashford, Alison (ed.) (2006) : Medicine at the Border : Disease, Globalization, and Security, 1850 to the Present. Basingstoke : Plagrave)

(Book Review in Global Public Health https://www.tandfonline.com/doi/pdf/10.1080/17441690701507179?needAccess=true )

Bourdelais, Patrick (2008) : L’épidémie créatrice de frontières. Circulation et frontières 42, p. 149-176 https://journals.openedition.org/ccrh/3440

Murard Lion, Zylberman Patrick, « Administrer, gouverner : l’expertise et l’hygiène en France (1848-1945) », Les Tribunes de la santé, 2010/2 (n° 27), p. 25-32. DOI : 10.3917/seve.027.0025 . URL : https://www-cairn-info.inshs.bib.cnrs.fr/revue-les-tribunes-de-la-sante1-2010-2-page-25.htm

Rasmussen Anne, « Expérimenter la santé des grands nombres : les hygiénistes militaires et l’armée française, 1850-1914 », Le Mouvement Social, 2016/4 (n° 257), p. 71-91. DOI : 10.3917/lms.257.0071 . URL : https://www-cairn-info.inshs.bib.cnrs.fr/revue-le-mouvement-social-2016-4-page-71.htm

Rasmussen Anne, « Introduction. Protéger la société de la guerre : de l’assistance aux « droits sur la nation » », Revue d’histoire de la protection sociale, 2016/1 (N° 9), p. 9-24. DOI : 10.3917/rhps.009.0009 . URL : https://www-cairn-info.inshs.bib.cnrs.fr/revue-d-histoire-de-la-protection-sociale-2016-1-page-9.htm

Torpey, John (1998) : Coming and Going : On the State Monopolization of the Legitimate ‘Means of Movement’. Sociological Theory 16(39), pp. 239-259.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.