18.01.2021-« Covid-19 et migration : expérimentations méthodologiques »- Thomas Lacroix et Nelly Robin

En raison de leur caractère subit et inattendu, l’étude des « crises  » constitue un double défi méthodologique. A court terme, leur observation nécessite la mise en place d’un dispositif d’analyse dans un délai très bref. A plus long terme, le défi à relever et celui d’une inscription de la crise dans un contexte plus large, nécessitant de faire le départ entre ce qui relève de tendances de long terme et des transformation induites par la crise elle-même. Afin de répondre à ces enjeux, nous présentons deux dispositifs méthodologiques expérimentaux. Le premier est celui de la mise en place d’un fil Seenthis qui a permis le recensement d’un corpus d’articles et d’images qui feront ensuite l’objet d’une analyse textuelle permettant de mettre en évidence l’évolution des enjeux soulevés par la pandémie dans le temps et dans l’espace. Le second est une analyse des flux migratoires à court et à long terme mobilisant les outils de l’intelligence artificielle. A court terme, elle se base sur une analyse des covariations entre les flux migratoires et différents indicateurs (mesures sanitaires, nombre de cas, etc.). A long terme, elle inscrit les transformations de la géodynamique des flux migratoires dans le contexte des trois crises qui ont marqué la décennie 2010 : crise économique (2009), crise de l’exil (2015) et pandémie.

Compte rendu de la séance

Auteure: Nikola Tietze

Thomas Lacroix et Nelly Robin ont présenté, ensemble avec leurs collègues, les démarches méthodologiques dans le cadre de leur travail sur la dynamique des migrations et la pandémie. Ce travail s’appuie en grande partie sur une veille médiatique réalisée durant la première vague de la pandémie covid-19 : https://seenthis.net/people/thomas_lacroix. Au centre de ces démarches, se trouve le croisement entre sciences humaines et sociales (SHS) et différents outils méthodologiques : (i) l’analyse textuelle des articles et iconographique des images, (ii) l’analyse cartographique, (iii) l’analyse de covariations réalisée par les outils de l’intelligence artificielles. Cette veille, actuellement un corpus de 1700 articles et

images, est constituée de plusieurs « entrées » soit géographique (Afrique, Moyen Orient, Balkans, Extrême Orient, Reste du Monde), soit thématiques (santé, migrations Sud Nord, etc.). Chaque article collecté est ensuite caractérisé par différents tags (par exemple « migrant », « santé », « agriculture », « camp », « cartographies », « Allemagne », « Afrique » etc.). Par exemple : pour un article de dakaractu.com « Pour absence de test Rt-Pcr négatif à la Covid-19 : Dix-neuf sénégalais en provenance de l’Europe bloqués depuis plusieurs heures à l’AIBD » : « #Covid-19#migrant#migration#senegal#sante#test#aeroprt#controlesanitaire)

(i) Afin de procéder à une analyse textuelle des articles de la veille, l’équipe a utilisé un logiciel pour récupérer les tags, et les titres d’un fil thématique, en occurrence le fil « reste du monde », et en constituer un fichier avec des mots de clés. Ensuite, les récurrences de mots et leurs cooccurrences ont été déterminées sur la base des tableaux d’Excel. Ce codage des termes les plus récurrents et des termes cooccurrents a donné lieu à deux types de visualisation – un nuage de mots récurrents et une arête de mots cooccurrents. Sur la base de cette visualisation, l’équipe souhaite analyser des clusters de mots propre à une thématique et des « nœuds » thématiques (des points de croisements) pour saisir les enjeux des migrations spécifiques à un contexte géographique, politique ou social durant la pandémie.

(ii) L’analyse cartographique a mis, pour l’instant, la focale sur des frontières intérieures et extérieures durant la première vague de covid-19. Une base des données a été constituée, par exemple, à partir des entrées du file « Balkans, Moyen Orient ». Les lieux d’hébergements des migrants ont été, d’abord, différenciés en espaces de confinement et de mise en quarantaine et, ensuite, référenciés par date de leur apparition pendant la période du 13 février 2020 au 31 juillet 2020. C’est ainsi, l’équipe a pu cartographier d’une manière dynamique l’établissement des frontières pour des réfugiés en Moyen Orient, dans les Balkans et en Europe pendant la première vague de la pandémie.

Un travail comparable a été fait, à partir des photos aériennes, de l’évolution des nombres de cas covid-19 et des dates de fermeture de routes et des frontières en Afrique, ce qui a permis d’une part de visualiser les circulations transnationales (membres des agences internationales, familles et commerçants) en Afrique et, d’autre part, la place de l’Afrique dans les échanges mondialisés.

(iii) La question de savoir si la mobilité de l’urbain vers le rural a participé à la circulation du Covid-19 a été étudiée par l’analyse des covariations. Cette analyse repose sur un travail interdisciplinaire de recherche en SHS et en informatique, entamé depuis quelques années autour des données et des parcours migratoires (par exemple DoSSI). L’objectif a été de reconstituer des évolutions de la pandémie à l’échelle de différentes localités et de mettre en perspective différentes spatialités en fonction de l’évolution de la pandémie.

Ces différentes dimensions de l’analyse que Thomas Lacroix, Nelly Robin et leurs collègues ont menée sur les migrations pendant la première vague du Covid-19, s’inscrivent dans un projet de recherche traitant des conséquences des crises économiques, politiques et sanitaires sur les migrations. Alors que les crises de 2008-2009 (économique : les migrants), de 2015 (politique : la gouvernance des migrations) et de 2020/2021 (sanitaire : la santé et la mobilité) ont affecté et affectent les migrations de manière différenciée, on s’interroge sur les effets cumulatifs de ces crises sur les dynamiques migratoires et de gouvernance.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.