18.02.2021 – “Millefeuille d’incertitudes : rencontre entre une pandémie globale et la formation individuelle au métier de footballeur” – Yacine Amenna

Résumé:

Depuis le mois de mars 2020 en France et en Allemagne, les institutions de formations du football doivent composer avec de nouvelles “règles sanitaires” liées à la “lutte contre la propagation du covid-19”. Dans l’intervention, trois phases sont distinguées : une première de fermeture, une deuxième de réouverture, et une dernière de semi-fermeture. A partir de la description des transformations des processus de recrutements, de formations et de professionnalisations des jeunes joueurs de football, comment la crise du Covid-19 ajoute-elle une incertitude supplémentaire, dans un milieu social où l’incertitude est structurelle, et transforme le quotidien de ses agents sociaux ? Enfin que révèle-elle des processus de délimitation de ce qui peut se poursuivre et ce qui doit s’arrêter, et de classer au sein d’une même activité ce qui est “essentiel” et “non essentiel” ?

Compte rendu de la séance

Auteure: Nikola Tietze

Dans la formation au métier de footballeur, l’incertitude est la règle (Bertrand, 2009 ; Juskowiak, 2019). Cette formation, basée sur la sélection permanente, ressemble à celle de l’artiste – à l’accomplissement « dans l’incertain » (Menger, 2009) – notamment par deux aspects : par la prédominance de la concurrence et les processus sociaux forgeant la détermination du talent. Seul 5% à 20% des jeunes en formation deviennent footballeurs professionnels. Le covid-19 et les restrictions pour contenir la pandémie représentent, en France (ville Y) et en Allemagne (ville X), des incertitudes supplémentaires dans la vie de ces jeunes (entre 15 et 21 ans), régulée, en temps normal, par l’incertitude de la formation.

On peut distinguer trois phases de la crise sanitaire en 2020. (i) Lors de la première de mars à mai 2020 qui correspond au confinement avec restrictions de contacts et de sorties en France et au confinement avec restrictions de contacts sans restriction de sortie et de mouvement en Allemagne, les clubs sportifs et les centres de formations sont fermés dans les deux pays. (ii) De juin à septembre/octobre 2020, d’abord les entrainements et en suite les compétitions recommencent en France et en Allemagne, respectivement avec des règles spécifiques. (iii) A partir de novembre en France et à partir de décembre en Allemagne, le 2ème confinement est établi, ce qui marque en France une différenciation entre des jeunes en formation dans des clubs professionnels et des jeunes en formation dans des clubs amateurs. Les premiers peuvent continuer de suivre leur formation, les deuxièmes sont contraints d’arrêter.

Ce qui s’arrête ou reprend dans chaque phase permet de comprendre les couches d’incertitude que la crise Covid-19 ajoute aux incertitudes de la formation au métier du footballeur. Premièrement, l’arrêt des compétitions mène à l’invisibilisation du savoir-faire des jeunes et ainsi à la baisse des chances de recrutement. Dans la 1ère phase, le contrôle du corps (régime alimentaire) et du temps des jeunes, notamment pour ceux qui vivent dans des centres de formation (¾ à Y en France et ¼ à X en Allemagne) est, deuxièmement, remplacé par le contrôle d’Etat des déplacements et des contacts. Alors la vie des clubs et celle dans les centres de formations sont structurées par la collectivité, les phases de confinement conduisent, troisièmement, à l’individualisation des jeunes. Cependant, cette individualisation n’est pas forcément vécue comme une conquête d’autonomie personnelle. Notamment ceux qui retournent dans leur famille suite à la fermeture des centres de formation, ressentent, troisièmement, une perte d’émancipation. Dans la ville Y en France, beaucoup de joueurs en formation retournent dans leurs familles, habitants dans des zones urbaines défavorisées. On peut alors observer, quatrièmement, le fait que les jeunes sont renvoyés aux inégalités sociales générales et aux inégalités particulières face au Covid-19. Lors de la 2ème phase, les jeunes dans la ville Y sont testés toutes les semaines, et tout est fait pour éviter les contacts, ce qui rend le retour dans les familles particulièrement compliqué. Cette situation renforce la motivation des jeunes interrogés de devenir joueur professionnel, en dépit des incertitudes et conditions liées à cette formation.

Les trois phases mettent, chacune à sa manière, en lumière l’immobilité provoquée par la crise sanitaire, d’autant plus que le temps de compétition se réduit et ainsi le temps de se faire voir auprès des recruteurs et formateurs. En Allemagne, le nombre de transferts a été divisé par 4 en 2020.

En France, un principe sportif fondamental a été suspendu avec le 2ème confinement (la phase 3 de l’observation) – l’égalité de clubs professionnels et amateurs, qui évoluent dans des mêmes championnats de jeune, face aux conditions d’entraînement. Alors que les matchs de clubs amateurs et l’accès aux terrains et équipements sportifs pour les joueurs amateurs sont interdits, les jeunes en formation, jouant aussi bien dans des clubs amateurs que professionnels, ne se trouvent plus dans les mêmes conditions d’entraînement. Comparables aux inégalités entre travailleur formel et travailleur informel face au Covid-19, des inégalités de formation émergent dans le champ de la formation au métier du footballeur.

En général, la crise sanitaire et les incertitudes qui lui sont propres amènent à la définition des nouvelles règles. Ce sont ces nouvelles règles qui fabriquent des inégalités. En même temps, les incertitudes de la crise sanitaire conduisent à des ajustements qui consolident des processus de sélection jusqu’à présent informels et non-régulés. En ce qui concerne le métier du footballeur professionnel, la formation sera alors encore davantage basée sur la réputation (sur le « on dit sur… »), parce que l’observation du jeune joueur diminue. En outre, le rôle des parents dans la formation est renforcé, ce qui agrandira les inégalités entre jeunes avec et sans soutien familial.

Les dynamiques inégalitaires, engagées par la définition des nouvelles règles et par les ajustements des processus sélectifs durant la crise sanitaire, renvoient à des questions sur l’organisation des relations sociales (Dousset, 2018), sur les normes de cette organisation et enfin sur la détermination politique et sociale de ce qui est essentiel ou non-essentiel.

Références: 

Dousset, Laurent (2018) : Pour une anthropologie de l’incertitude. Paris : CNRS Editions.

Bertrand, Julien (2008) : « Entre “passion” et incertitude : la socialisation au métier de footballeur professionnel », Sociologie du travail, 51, 3, p.361-378

Juskowiak, Hugo, (2019) : Un pour mille. L’incertitude de la formation au métier de footballeur professionnel, Artois, Artois Presse Université.

Menger, Pierre-Michel (2009) : Le travail créateur, s’accomplir dans l’incertain. Paris : Seuil / Gallimard.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.