06.07.21 – “Accéder aux populations migrantes à travers une enquête qualitative généraliste sur les effets du confinement : Discussion méthodologique et premiers résultats” – Grégory Beltran.

Pendant le premier confinement en France, de mars à mai 2020, le projet Epidemic (https://epidemic.hypotheses.org/) financé par l’ANR et la région Occitanie a été mis en place. Il comportait un volet en sciences sociales conduit par le collectif des Confins, qui a mené une enquête qualitative pour analyser les effets différentiels de la mesure sur les populations. Pour documenter et enquêter sur une situation dans laquelle les chercheur.e.s étaient également « embarqué.e.s », car confiné.e.s et soumis.e.s aux mêmes incertitudes de la période, le protocole de recherche a évolué au cours du confinement. De nouveaux.elles chercheur.e.s ont été intégré.e.s afin notamment d’accéder à des population dominées non présentes dans le corpus de départ. La présentation sera l’occasion de revenir sur cette enquête et ses évolutions, avec une focale sur les populations migrantes intégrées à la démarche et les questions méthodologiques qui en découlent.

Compte rendu de Nikola Tietze

Grégory Beltran a présenté d’abord la démarche méthodologique et ensuite de premiers résultats de l’enquête du collectif des CONFINS (CONFinement et Inégalités Sociales), rattaché à l’IFERISS (Institut Fédératif d’Etudes et de Recherches Interdisciplinaires Santé et Société, Toulouse).

L’axe du projet Epidemic (https://epidemic.hypotheses.org/) mené par le collectif des CONFINS et porté par Jean-Charles Basson, Grégory Beltran, Laurence Boulaghaf, Alizé Cavé, Eléonore Coeurdevey, Alfonsina Faya Robles, Sarah Nicaise et Alexandra Soulier, a eu pour objectif d’enquêter sur le quotidien de la population française, notamment des classes populaires, durant le premier confinement du 17 mars 2020 au 11 mai 2020. L’enquête est partie de l’idée que ce confinement représente un observatoire des inégalités sociales et de l’ordre sanitaire en France. Les chercheur.es se sont saisi.es de cet observatoire par différents concepts sociologiques et anthropologiques, notamment par celui des dispositions qui deviennent ressources (Bourdieu, Lahire), celui de la gouvernementalité (Foucault, Elias), celui des classes populaires (Schwartz) ou encore celui de l’intersectionnalité (Bereni, Crenshaw, Revillard, Pézeril). L’hypothèse commune était cependant que le confinement, présenté comme exceptionnel, aurait moins introduit des formes de rupture dans les conditions de vie que reconduit des rapports de domination structurant les relations sociales. En enquêtant sur les inégalités sociales, les pratiques quotidiennes et l’accès à la santé durant le confinement, il serait alors possible d’étudier des problèmes sociaux structurels.

Les grandes étapes de l’enquête :

  • 25 mars 2020 : Soumission du Projet EPIDEMIC avec Work Package 3 : Enquête de sociologie et de philosophie sociale menée par trois chercheur.es
  • 1er avril 2020 : Début de l’enquête.
  • Avril 2020 : Élargissement du groupe initial à quatre nouveaux.elles chercheur.es travaillant sur différents terrains (habitant.es de squats et de bidonvilles, migrant.es, usager.ère.s de centres sociaux, bénéficiaires d’associations caritatives) 
  • 11 mai 2020 : Fin du premier confinement et fin du recueil de données.
  • 20 mai 2020 : Constitution du collectif interdisciplinaire des Confins (sociologie, science politique, anthropologie, philosophie). 

C’est dans un premier temps à travers un questionnaire en ligne que les premières personnes ont été sollicitées pour participer à l’enquête par entretien téléphonique. Cette démarche a été par la suite complétée à l’aide des contacts préexistants des chercheur.es avec des associations ou par leurs recherches antérieures, afin d’accéder à des profils variés en termes de ressources économiques, de situations professionnelles, de types d’habitats, de statuts de logements, de configurations familiales, de situations de santé ou de séjour en France et de positions sociales (âge, genre, nationalité, origine ethnique, orientation sexuelle). Les chercheur.es ont ainsi tenté de contacter plus spécifiquement des personnes vivant dans des conditions de précarité sociale et de logement et peu représentées dans les premiers discours médiatiques et scientifiques sur le confinement. 74 entretiens ont été réalisés sur les conduites quotidiennes les plus triviales, générées par les mesures de confinement (dynamiques familiales, scolaires, professionnelles, voisinage, les pratiques de santé, les sorties, les activités à l’intérieur de l’espace confiné, etc.).

La démarche méthodologique s’est appuyée sur la réflexion et l’analyse collectives des entretiens. Dans des réunions hebdomadaires, les chercheur.es ont présenté, les un.es aux autres, leurs entretiens, ont développé en commun des axes d’analyses et le travail de codage. La réflexion collective sur les entretiens réalisés s’est conjuguée avec l’écriture collective du rapport de recherche et des publications. La démarche collective s’est imposée à cette « enquête à distance », notamment pour mieux prendre en considération les positions et savoirs situés.

Les enquêté.es ont vécu le confinement dans des situations et sous des conditions parfois très spécifiques, par exemple à cause de leur parcours de migrant.e ou de leur logement dans sur des terrains. Ces spécificités ont fortement influencé le rapport de domination entre enquêteur et enquêté.e. A cet égard, il faut noter plus particulièrement les problèmes linguistiques. L’impossibilité d’accompagner les entretiens par de l’observation rend difficile de contextualiser les discours et pose un problème de légitimité pour l’analyse. Cependant, les limites de la reproductibilité du protocole de l’enquête représentent à la fois la difficulté et la qualité de CONFINS – à savoir la focale sur la diversité des situations dans la précarité sociale. Par exemple concernant les migrant.es, l’enquête a pu faire sortir le croisement entre leurs situations administratives très diverses (régularisation stable, non régularisé.es, personnes nées à l’étranger, en demande de régularisation etc.) et les rapports sociaux caractérisés par la position de genre, de la racialisation, de classe etc. Par contre, l’analyse de ces croisements représente, pour les chercheur.es de l’équipe CONFINS, le défi de l’évaluation des entretiens. Par exemple, comment rendre compte des spécificités du confinement dans une situation administrative particulière, d’un côté, et de l’autre des structures des inégalités sociales, qui ressortent des entretiens avec des personnes racialisées comme Roms et loger sur des terrains ?

En ce qui concernent les premiers résultats de l’enquête CONFINS, le quotidien des personnes ayant vécu le confinement dans une précarité sociale a été fortement marqué par la fermeture des guichets administratifs et des associations, ce qui a aggravé les inégalités et a rendu l’accès aux droits et à la santé particulièrement difficile. Cette fermeture et la dématérialisation de la plupart des démarches ont produit un double problème de « non-connaissance » : d’abord, l’aide n’a pas pu être proposé aux personnes (plus particulièrement par les associations dont les bénévoles sont souvent âgé.es et ainsi se sont retiré.es de leurs activités pour risque d’infection) et ensuite les personnes n’ont pas pu faire ou continuer à faire des démarches pour accéder à leurs droits. L’OFPRA ou le CNDA n’ont pas donné de rendez-vous, les Préfectures n’ont pas délivré de récépissé, il n’y a pas eu d’ouverture d’allocation ou la difficulté/méconnaissance sur le renouvellement de la CMU (Complémentaire santé solidaire) etc. Les personnes étaient mal informées sur les droits accessibles, ont renoncé aux soins etc. Le premier confinement a été alors synonyme d’un problème de non recours.

La typologie du non recours selon ODENORE La non-connaissance : l’offre n’est pas connue.La non-proposition : l’offre n’est pas activée/proposée/prescrite/recommandée par un professionnel, malgré l’éligibilité du demandeur.La non-réception : l’offre est connue, demandée, mais non obtenue par la personne.La non-demande : l’offre est connue mais non demandée par la personne, ou bien un droit ouvert mais la prestation non utilisée. Source : P. Warin, « Le non-recours : définition et typologies », working paper n°1, juin 2010 (actualisé en décembre 2016).

Un exemple : le cas d’une famille marocaine récemment installée en France après avoir résidé en Espagne

« Donc à mesure que passait le temps, on se demandait comment ça allait se passer, si on allait avoir nos droits ou pas. Et à ce moment-là, on n’avait pas non plus de réponse de la CAF, donc comment on allait payer ? On arrive à mi-avril, le 18, le 19, à ce moment-là. » « Parce que sur notre expérience, on connaît pas de gens ici ! J’ai de la famille, mais à Paris ! Ils sont dans une autre situation, ils sont arrivés d’une autre manière. C’est pas la même chose. Donc, ils pouvaient pas nous aider par des conseils. » « Moi, l’unique chose…, la chose qui m’a touchée pendant le confinement, c’est le travail de la mairie, de l’État. Plus celui de la mairie […]. Je crois que chaque mairie sait bien, tout est dans leurs ordinateurs, comment vit chaque famille. Donc ça, ça m’a fait mal au cœur ! Pourquoi ils n’ont pas téléphoné, pensé aux familles qui sont en train de passer difficilement cette période ? »

L’enquête met en évidence plusieurs dimensions :

  • les dimensions structurelles de l’inégalité sociale (le racisme, la position sur le marché du travail, le genre etc.)
  • les incertitudes et peurs liées à la pandémie, le rapport des enquêté.es à l’information
  • le contexte personnel : par exemple l’isolement accru, la réduction des liens avec une association de soutien et un.e éducteur.rice spécialisé.e
  • la médiatisation de controverse, de polémique etc.

L’objectif de l’analyse des effets du confinement est de prendre en considération à la fois la multiplicité des situations (notamment des migrant.es) et les situations « pré-covid » pour saisir l’impact des structures sociales sur les inégalités produites par la pandémie et les mesures sanitaires.

Des études sur les inégalités pendant le confinement :

Pézeril, Charlotte (2020) : Du Sida au Covid-19. Les leçons de la lutte contre le VIH. https://laviedesidees.fr/Du-Sida-au-Covid-19.html


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.