18.05.21 – “Construction d’une méthodologie d’enquête participative sur le vif : le projet « Récits confinés »” – Pierrine Didier

Compte-rendu de Nikola Tietze

En mars 2020, les interrogations provoquées par la situation inédite du confinement ont fait naître l’envie de recueillir des témoignages, sur le vif, afin de documenter cette période. L’équipe bénévole, composée d’anthropologues et d’un artiste-auteur historien de formation, a lancé le projet « Récits Confinés ». La dimension souhaitée de ce projet était double : à la fois socio-anthropologique pour comprendre les expériences, adaptations et changements vécus par les individus pendant le confinement mais également historique, afin d’écrire les archives de demain. Sur le site internet créé pour l’occasion (www.recitsconfines.net) nous avons mis à disposition une « trame de carnet » à télécharger, à compléter et à renvoyer de façon hebdomadaire par des participants volontaires en France puis, courant avril 2020, en Italie. Cette trame de carnet comportait plusieurs questions afin de cadrer mais également de motiver les participations. Les thématiques reprenaient les aspects de la vie quotidienne en confinement avec, par exemple, des questions sur le rapport au lieu de confinement, l’état du moral, le nombre de sorties du jour, les habitudes d’approvisionnement en nourriture, le rapport au corps, à l’hygiène, aux décisions gouvernementales ou encore les nouvelles expériences de socialisation. Nous nous sommes inspirés des journaux de confinement qui commençaient à fleurir dans les médias, tout en proposant aux participants de garder une trace de leurs témoignages. Nous nous sommes positionnés ainsi en opposition aux méthodes classiques d’enquêtes par questionnaire en ligne, qui, une fois complétés, ne reviennent jamais à l’envoyeur. Le discours écrit était laissé totalement libre et nous n’avons pas réalisé d’entretiens oraux avec ces participants (par faute de temps et de moyens humains). Les participants étaient cependant relancés chaque semaine, ce qui a très probablement permis une adhérence forte au processus d’enquête participative. Au terme des 15 semaines pendant lesquelles ce projet expérimental et participatif s’est déroulé, 116 participants (en France et en Italie) ont envoyé plus de 580 trames de carnet. Nous discuterons des spécificités et des limites de ce protocole « d’enquête participative par le recueil d’écrits suivant une trame suggérée » mis en place pendant le premier confinement en France.

Compte rendu de la séance avec Pierrine Didier

Le temps de la pandémie lors du premier confinement en France du 17 mars au 11 mai 2020 a imposé à toutes et tous une réalité identique qui a été vécu à partir des réalités socio-économiques différentes. Sur la base de ce constat, Pierrine Didier, anthropologue et chargée de recherche contractuelle au sein du Laboratoire Aménagement Economie Transports de l’ENTPE (LAET ; UMR 5593 CNRS), et Laurent Gontier, médiéviste et artiste-auteur, ont conçu le projet « récits confinés ». Ce projet avait pour objectif à la fois de documenter ce que les gens étaient en train de vivre et d’ébaucher des archives de demain de cette période. A la différence d’autres journaux du confinement et de questionnaires en ligne (Latour, 2021 ; Le Monde, 16 mai 2021 ; cf. aussi cf. Corpus confiné sur www.recitsconfinés.net), Pierrine Didier et Laurent Gontier ont bâti leur projet sur l’interaction avec celles et ceux qui participaient à leur journal du confinement et sur la tentative de maintenir cette interaction durant le premier confinement de 2020. Cette partie prise les a amenés à rester en contact avec les participants par mail et à (re)formuler, par semaines, des questionnaires structurés en deux parties : une trame à remplir une fois par jour et des questions résumant les expériences de la semaine (http://www.recitsconfines.net/index.html). La trame quotidienne était constituée de variables quantitatives et, avec le questionnaire hebdomadaire, de variables qualitatives.

Exemple de la trame quotidienne (citée du questionnaire de la semaine 1 > 16 au 22 mars 2020,  http://www.recitsconfines.net/index.html) :

Les événements du jour (à remplir chaque jour)

Semaine de confinement n°1

Date du jour / mois / année Exemple 16/03/20 Lundi 16/03/20 Mardi 17/03/20 Mercredi 18/03/20 Jeudi 19/03/20 Vendredi 20/03/20 Samedi 21/03/20 Dimanche 22/03/20
Jour de confinement n° 1              
Météo du jour (soleil, nuages, pluie, orages) soleil              
Etats des vivres 1 (quasi rien) 2 3 4 5 6 7 8 9 10 (beaucoup) 4              
Nombres de collations dans la journée (1, 2, 3, 4, etc.) 3              
Niveau du moral du jour 1 (bas) 2 3 4 5 6 7 8 9 10 (excellent) 8              
Date du jour / mois / année Exemple 16/03/20 Lundi 16/03/20 Mardi 17/03/20 Mercredi 18/03/20 Jeudi 19/03/20  
Je m’inquiète pour ma santé personnelle            
… pour la santé de mes proches Oui          
… pour mes conditions financières Oui          
… pour la situation sanitaire globale Oui          
             
Consommation d’alcool (0 : aucune ; + : en augmentation ; = : stable ; – : en diminution) +          
Consommation de tabac 0          
             
Etat du sommeil (+ : bon ; // : moyen ; – : mauvais) //          
             
Nombre de sorties 2          
Sortie pour faire du sport            
Sortie pour achat de nourriture            
Sortie pour promener le chien Oui          
Sortie pour le travail            
Sortie pour d’autres raisons (précisez) Oui balade          
             
Livraison de nourriture à domicile Oui          
             
Routine quotidienne (douche, habillement…) Oui          
                             

Exemple pour les questions hebdomadaires qui concernaient les routines, l’alimentation, l’entretien, l’hygiène de soi, les rapports entre intérieur et extérieur etc. (citée du questionnaire de la semaine 1 > 16 au 22 mars 2020,  http://www.recitsconfines.net/index.html)

Les événements de la semaine 1 (à remplir à la fin de la semaine 1 ou lorsque vous le souhaitez pendant la semaine)

1/ Routine – semaine 1

Que pensez-vous de votre périmètre de confinement? (vous l’aimez, le détestez, trop petit, suffisant, etc.)

Quelles sont les pièces de votre logement que vous avez fréquentées cette semaine?

Comment avez-vous adapté votre activité professionnelle ? (Inchangé je travaille toujours à l’extérieur, télétravail, chômage partiel, chômage technique, licenciement suite au confinement…).

Avez-vous adopté de nouvelles habitudes? Lesquelles? (changement d’horaires, relâche de toutes contraintes ou au contraire imposition d’une routine stricte, racontez-nous)

Ces questionnaires, réadaptés en fonction des réponses et des actualités sociales, sanitaires et politiques et mis en ligne en version word d’une manière hebdomadaire du 16 mars 2020 au 15 juin 2020, étaient censés guider les répondant.es, aider à structurer les témoignages et stimuler la production de ceux-ci. Par cette démarche, les chercheur.es ont, sur une période de 15 semaines, à la fois (i) établi un corpus de descriptions subjectives du quotidien du confinement français (stockées sur HumaNum et accessibles uniquement pour les initiateurs du projet) et (ii) permis aux participants de garder individuellement une trace de leurs témoignages respectifs. Les évolutions de la vie durant le confinement sont alors documentées non seulement pour des analyses sociologiques et anthropologiques ultérieures, mais aussi à l’échelle de chaque participant.e auquel / à laquelle Pierrine Didier et Laurent Gontier restitueront des frises à partir de leurs réponses aux variables quantitatives de la trame quotidienne et une narration de leur récit de confinement.

Pierrine Didier et Laurent Gontier se sont inspirés, dans leur méthodologie, des diary studies, représentant une méthode de collecte de données qualitatives sur une longue durée ou une méthode de préparer des entretiens semi-directifs, en psychologie et anthropologie, mais aussi dans des études sur l’utilisations de logiciels, d’ordinateurs ou d’applications (cf. Bevans, 1913 ; Broom et al., 2015 ; Carter & Mankoff, 2005 ; de Maistre, 1794).

L’approfondissement des réponses écrites aux questionnaires par l’entretien n’était pas possible parce que cette recherche extrêmement chronophage a été menée par des chercheur.es bénévoles et, au début du projet, sans rattachement administratif. Pierrine Didier souligne qu’il était impossible, pour elle, de poursuivre d’autres activités, d’autant plus que l’avancement du projet était lié à la nécessité de clarifier le statut du projet et de son rôle, de communiquer avec les médias, de trouver du soutien financier pour le développement d’une application et de travailler avec des collègues dans d’autres pays (l’Italie, la Guinée, le Cameroun etc.).

Quelques éléments du corpus

Les participants aux « récits confinés » étaient majoritairement des femmes (82%) et issu.es des catégories socio-professionnelles supérieures (CSP+) : des ingénieurs, travaillant dans la fonction publique, quelques métiers de soin, un boulanger, un employé de supermarché. Les métiers, déclarés « essentiels », étaient sous-représentés. En moyenne co-confiné.es avec une ou deux personnes, 30% étaient sans emploi avant le confinement (études, retraite ou chômage).

Bien que ce corpus ne soit pas représentatif et ne permette pas d’analyses en termes de profils sociaux (homogénéité des participant.es en ce qui concernent les CSP+, l’accès à l’ordinateur ou encore le rapport à l’écriture), il n’en reste pas moins que « les récits confinés » révèlent les éléments suivants :

  • Tout en se resserrant, le temps du confinement était pluriel (temps de courses, d’activité sportive, de loisir, de travail etc.), ce qui a imposé de nouvelles exigences et formes de gestion temporelle, dans un espace clos.
  • Des réinventions de routines et d’interactions sociales

A propos de la méthodologie, le projet « récits confinés » renvoie à une réciprocité particulière entre enquêté.e et enquêtrice / enquêteur. L’enquêtrice / l’enquêteur étudie une situation de crise qu’elle / il vit en même temps. Le confinement renforce alors la réciprocité et réduit les moyens du / de la chercheur.e de prendre de la distance, notamment face à la détresse des enquêté.es.

Littérature :

Almodóvar, Pedro (2020): Le long voyage vers la nuit. In Télérama.fr. https://www.telerama.fr/cinema/pedro-almodovar-et-le-long-voyage-vers-la-nuit,n6624592.php.

Bevans, G.E. (1913). How Workingmen Spend Their Time (Unpublished Doctoral Thesis). Columbia University, New York.

Broom, A, Kirby, E, Adams, J, Refshuage, K (2015). On illegitimacy, suffering and recognition: A diary study of women living with chronic pain.Sociology 49 (4), 712–731.doi:10.1177/0038038514551090

Latour, Bruno (2021) : « Où suis-je ? » – Leçons du confinement à l’usage des terrestres. Paris : La Découverte.

Le Monde (16 mai 2021) : Souviens-toi du confinement, ou comment préserver les traces d’une crise sanitaire exceptionnelle. Comment garantir que l’on se souviendra de cette période ? Archivistes et musées récoltent un inconcevable volume de traces, qui pose des questions de méthode.

Maistre de, Xavier (1794) : Voyage autour de ma chambre [cf. France culture, 22-03-2020 https://www.franceculture.fr/litterature/lire-voyage-autour-de-ma-chambre-un-texte-o-combien-dactualite]

Scott, Carter & Mankoff, Jennifer (2005) When Participants Do the Capturing: The Role of Media in Diary Studies, CHI, Papers: Understanding Users and Usage Patterns. https://dl.acm.org/doi/pdf/10.1145/1054972.1055098


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.