27.04.2021 – La frontiérisation de l’État-nation: contrôler l’entrée, la circulation et la sortie des étrangers du territoire marocain – Alimou Diallo

Entre 1912 et 1956, le territoire marocain était divisé en trois zones géographiques qui se recoupaient en trois systèmes de gouvernement des frontières : la zone française de l’Empire chérifien qui était gouvernée par la France, la zone espagnole qui était quant à elle administrée par l’Espagne et la zone internationale de Tanger qui était administrée par un consortium de puissances internationales. Les prémisses de bureaucratisation de ces frontières remontent à cette période de colonisation certes, mais ce n’est qu’à partir de 1956 que ce processus a connu un nouveau tournant dans le gouvernement des frontières, lorsque l’État postcolonial marocain a décidé de remplacer l’ancienne forme d’organisation territoriale issue de la colonisation par des nouvelles frontières nationales unifiées. De l’indépendance à nos jours il a institué divers instruments de contrôle et dispositifs bureaucratiques qui organisent les formalités de passage aux frontières, pour mieux policer celles-ci et réguler les manières de les traverser et les façons d’entrer et de sortir de du territoire national. Suite à l’émergence de l’espace Schengen en 1990, ce processus a connu une nouvelle rupture sans précédente dans la gestion des frontières au Maroc : on a assisté à un durcissement du contrôle au niveau des frontières séparant le territoire marocain à cet espace européen.

À partir d’archives coloniales au Maroc (1912 -1956), d’une enquête ethnographique réalisée au niveau des villes frontières (Nador-Melilla, Tanger-Fnideq-Ceuta) et au niveau des espaces frontières (les gares routières), et à partir d’entretiens réalisés avec des migrants, des acteurs associatifs et humanitaires, des vendeurs de tickets, des conducteurs de bus reliant ces villes frontières au centre du pays et des taxi-maitres à Tanger et à Nador, cette communication se propose d’étudier cette frontièrisation de l’État-nation marocain en privilégiant trois entrées: d’abord, le processus de bureaucratisation du contrôle aux frontières qui résulte de l’unification du territoire marocain et qui a abouti à la création d’un corps d’agents publics et privés investis d’un pouvoir discrétionnaire leur permettant de tracer la frontière entre étrangers désirables et indésirables sur le territoire; ensuite, elle étudie les dispositifs-frontières sur la base desquels s’opère cette sélection au nom de la souveraineté de l’État et du maintien de l’ordre public (passeport, visa, autorisation électronique de voyage, fiche de police et biométrie); et enfin, elle analysera les pratiques transgressives initiées par les acteurs et leurs intermédiaires (migrants, policiers, passeurs, vendeurs de ticket, humanitaires) pour contourner ces dispositifs officiels de contrôle et la façon dont ils gèrent les conséquences de cette frontiérisation de l’État (la mort, la répression et les blessures aux frontières).

Alimou Diallo (ISP, Université Paris Nanterre)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.