23.11.2021 – Du lien social à la précarité alimentaire : mutations de cuisines associatives de quartier dans l’urgence des crises du COVID-19 – Carmen Dreysse

Cette présentation analysera l’impact des crises du COVID-19 sur des cuisines citoyennes en France et en Allemagne, étudiées dans le cadre de mon mémoire de master. En temps normal, ces cantines associatives invitent les habitant·es du quartier à venir cuisiner en commun et à partager un repas à prix libre. Elles se définissent comme des espaces de rencontre permettant de renforcer les réseaux de voisinage à l’échelle locale et comme des tiers lieux où peuvent se développer des relations sociales non-marchandes. En somme, ces cuisines se pensent comme des structures dont l’espace physique comme l’activité sont mises au service de la création de lien social, éventuellement en vue d’intégrer des personnes particulièrement vulnérables – personnes migrantes, notamment. La crise sanitaire, en entraînant la fermeture de ces lieux, a mis en péril leur but premier : la rencontre médiée par la commensalité. Mais, en retour, la crise sociale et la plus grande visibilisation de la précarité alimentaire ont conduit certaines cuisines associatives à développer des activités d’aide alimentaire en confectionnant des repas qui étaient ensuite distribués gratuitement lors de maraudes. Dans quelle mesure le confinement et les représentations des différentes crises (sanitaire, sociale et environnementale) ont façonné l’engagement de ces structures de quartier dans l’urgence alimentaire ?
Outre cet intérêt porté à la mutation – temporaire – de ces structures, je souhaite présenter et discuter des trajectoires d’engagement observées chez les cuisinier·es bénévoles, pour qui le temps du confinement a coïncidé avec un moment d’intense activité associative en faveur de personnes en grande précarité. Pour un certain nombre de personnes rencontrées pendant le terrain ethnographique, la crise du COVID-19 et le premier confinement ont conduit à une suspension du temps, ce qui leur a permis de s’investir dans une activité de bénévolat solidaire, au point pour certain·es de questionner leur activité professionnelle. Dans quelle mesure la crise a-t-elle constitué un évènement marquant des carrières associatives de ces cuisinier·es solidaires ?
Bien que certaines des cantines étudiées s’adressent principalement à des personnes réfugiées, la présentation prendra également en considération des structures œuvrant de manière plus générale pour les personnes précaires.

Carmen Dreysse (CMB, Université de Lille)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.