09.01.2018 – La configuration du territoire par l’art

Journée d’étude, Centre March Bloch, 9 Janvier 2018

Organisateurs :  Julio Velasco (CMB), Boris Grésillon (CMB und HU) und Olga Kisseleva (Paris-I) dans le cadre du dossier “la géographie, l’espace et la ville” de la newsletter actuelle : une rencontre transdisciplinaire autour des rapports entre la ville et les artistes.

 FlyerPrés

L’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et le Centre Marc Bloch de Berlin organisent deux journées d’études : la première a eu lieu le 9 janvier 2018 au CMB et la deuxième aura lieu à Paris au printemps 2018.

Il s’agit d’une rencontre transdisciplinaire qui cherche à mettre en relation des chercheur.e.s en art et sciences de l’art, histoire de l’art, sociologie de l’art, géographie urbaine, urbanisme et aménagement du territoire, médiation culturelle, philosophie, etc., travaillant autour d’une problématique commune : les rapports entre la ville et les artistes. La transdisciplinarité n’est pas ici un choix d’approche mais un besoin imposé par le sujet lui-même comme le montre la diversité des champs disciplinaires qui l’abordent. Cette diversité est accompagnée d’une variété d’outils et d’approches, en soi très riche, mais qui peut amener néanmoins à des conclusions souvent divergentes d’une spécialité à l’autre et qui s’expliquent, au moins en partie, par les méthodes de travail fort différentes utilisées dans ces diverses disciplines.

Le/la chercheur.se qui aborde la question de l’art et du territoire est ainsi souvent confronté·e à des approches et des méthodes de travail venant de domaines dans lesquels, même quand il ou elle possède de bonnes connaissances dans ces disciplines, il ou elle n’est pas spécialiste. Pour combler ces insuffisances, la plupart des enquêtes sur l’art et le territoire construisent tout au long de leur travail leur propre méthodologie, qui se perfectionne au fur et à mesure que celui-ci avance. Cette élaboration est souvent longue, parfois fastidieuse, mais elle peut également s’avérer particulièrement féconde.

Ce sont donc ces diverses formes de travail autour d’un même sujet qui ont au centre des ces rencontres. Il s’agit moins de souligner une méthodologie éprouvée (même si le cas n’est pas du tout exclu) que d’expliquer ses propres expériences, les difficultés rencontrées, les solutions inventées et les avantages et/ou les insuffisances que ces différentes méthodes ont montrés pour la recherche. Il s’agit également de mettre en rapport les procédés utilisés par des chercheur·e·s confirmé.e.s avec ceux pratiqués par des jeunes docteur.e.s,  des doctorant.e.s et des artistes, travaillant en Allemagne et en France. Chaque intervenant·e fut invité·e à faire une présentation générale de sa recherche, puis à détailler la méthode qu’elle ou il a utilisée, ses réussites, ses éventuelles insuffisances, ses difficultés, la manière dont celles-ci ont été dénouées, ainsi que les questions irrésolues ou partiellement résolues. Le panel des communications est révélateur de la grande diversité des disciplines, des approches, des nationalités et des statuts des intervenant.e.s : Khaldoum Zreik (professeur de sciences de l’information, Paris-8), Gloria Guidao Soro (doctorante en sociologie de l’art, Paris-8), Nadia et Tim Kaabi-Linke (artistes), Bruno Péquignot(professeur de sociologie de la culture, Paris-3), Maria Fadeeva (architecte), Séverine Marguin (post-doc, Universität der Künste). Loin d’être vécue comme un handicap, cette diversité s’est au contraire avérée être un atout pour, au final, mieux saisir l’objet “Ville et artistes” dans toute sa complexité.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.