16.11.2017 – A la conquête de la normalité ? Commerce transfrontalier et enjeux moraux de la consommation en Roumanie post-communiste

Jeudi 16 Novembre 2017

A la conquête de la normalité ? Commerce transfrontalier et enjeux moraux de la consommation en Roumanie post-communiste avec Norah Benarrosh-Orsoni

Norah Benarrosh-Orsoni (Université Paris Ouest Nanterre) est docteure en ethnologie/anthropologie associée à l’EHESS (CETOBaC) et travaille sur le commerce à la valise contemporain entre les villes d’Istanbul et de Bucarest, à partir d’une ethnographie de la route commerciale transfrontalière qui relie les territoires turc et roumain. 

Cf. Norah Benarrosh-Orsoni, « Institutrices et contrebandières. Commerce transfrontalier dans la Roumanie post-communiste », Panthère Première, N.1, Automne 2017

Cf. Sigrid Rausing, « Re-constructing the `Normal´: Identity and the Consumption of Western Goods in Estonia”, in: Mandel R., Humphrey C., Markets and Moralities. Ethnographies of Postsocialism., Berg: New York, 2002

Norah Benarrosh-Orsoni a fait une thèse sur l’expérience migratoire de familles roms roumaines (environnement matériel, outils du transnationalisme, habitat). Dans son travail post-doc, elle s’intéresse à la contrebande et à la consommation de biens occidentaux en proposant une ethnographie du commerce à la valise entre Istanbul et Bucarest.

Son analyse se fonde sur des archives et des entretiens réalisés dans l’extrême sud de la Roumanie (frontière bulgare) avec 5 femmes qui en plus de leur activité s’approvisionnent à Istanbul pour leurs besoins personnels et pour la revente (profit). Elle étudie le rapport sensible aux objets du quotidien, l’environnement matériel. A travers cette approche par la consommation, elle écrit une histoire de la transition, au prisme du passage des frontières. Pour elle, la traversée des frontières (ethnographie en bus) est au fondement de nombreux phénomènes sociaux.

Ses travaux font écho aux premières expériences de terrain de Bétrice von Hirschhausen en Roumanie : le passage de la frontière hongroise, la peur et la sueur de ceux/celles qui transportent des produits (le jeans Levis noir notamment), l’explosion des ventes sur les trottoirs, les attentes interminables aux frontières. Elle revient sur la figure du commerçant/trafiquant et l’obsession de l’argent (montée en puissance de la légitimation des profits dans la société), sur le regard des roumains sur les turcs (« barbares »). Elle revient également sur la notion de normalité, sur la façon dont elle se construit.

Se pose la question du positionnement du chercheur lors des interviews et la perception de Norah par les interviewées, notamment des valeurs qu’elle véhicule. On peut également s’interroger sur les possibles ancrages antérieurs à la période communiste concernant la dévalorisation du commerce. (Malte Griesse).

Si l’on revient sur la notion de temporalité des comportements sociaux, qu’en est-il de la perception au sein du bloc soviétique dans la répartition des rôles ? (Catherine Goussef).

On peut également revenir sur la notion de franchissement, avec l’idée que « le franchissement de la frontière à la base de tout » ?, dans la construction de l’altérité, comme découverte, comme expérience fondatrice (Denis Eckert). Nora défend l’idée de l’écriture d’une histoire de la période post soviétique à partir de la notion de franchissement de frontière, ses conséquences sociales et spatiales, à travers les transferts sociaux (valeurs, informations, modes…), à travers les biens matériels concrets. Mais elle inscrit sa réflexion dans la continuité des habitusde mobilitéconstruits avant 1989.

Se pose également la question sur le choix (ou le non choix) de faire des entretiens à plusieurs (Caroline Garrido). Pour Nora, il ne s’agit pas d’un choix mais des conditions liées à la forme de la prise de contact.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.