30.11.2017 – « Mobile Grenzen, sta(a)tische Grenzen »

Jeudi 30 Novembre 2017

« Mobile Grenzen, sta(a)tische Grenzen » (Irina von Mützelburg & Denis Eckert)

 Irina von Mützelburg (Sciences Po, Paris) est doctorante en sciences politiques au CMB, et travaille sur les pratiques des frontières, notamment en ce qui concerne les thématiques de contrôle des mobilités.

La présentation d’Irina s’appuie sur les trois textes:

Cf. Ballif F., Rosiere S., « Le défi des teichopolitiques. Analyser la fermeture contemporaine des territoire ». L’Espace géographique. 2009/3
Cf. Alpes M.J. « Airpoert Casualties: « Non-Admission and Return Risks at Times of Internalized/Externalized Border Controls ». Social Sciences. 2015/4
Cf. Amilhat Szary A.L., Giraut, F. 2015. Borderities: the Politics of contemporary Mobile Borders.

Ces textes s’interrogent sur le rôle, la forme et la fonction de frontières à la période contemporaine. Dans quelle mesure l’importance des frontières a-t-elle-changé dans une époque de mondialisation en apparence dénuée de frontières et de mobilité toujours croissante ?

Les trois textes argumentent qu’au-delà d’une impression d’un monde aux frontières en disparition, les phénomènes de frontières au niveau des êtres humains tend plutôt à croître qu’à diminuer, mais sous des formes de plus en plus diverses. Les auteurs renvoient à des concepts de « debordering-rebordering »,« shift from fixity to multi-location ». Tandis que Ballif F. et Rosiere S. observent les frontières matérielles et visibles, Alpes M.J. étudie les pratiques qui produisent des frontières invisibles.

Irina souligne les nouvelles caractéristiques des frontières mises en valeurs par ces articles, ainsi que par d’autres auteurs :

  • Démultiplication des lieux (de passage) de frontières : on trouve de plus en plus de frontières distinctes de celles des lignes de démarcation étatiques. Aux contrôles et limitations au moment de la sortie des territoires, s’ajoutent ainsi les lieux de transit dans le pays de destination, ainsi que l’exercice de la mobilité par la reconduction ou le rapatriement forcé dans le pays d’origine.
  • Apparition de nouveaux acteurs qui se s’ajoutent aux représentants des institutions du maintien de l’ordre : les acteurs étatiques des États d’origine des migrants, ou issus d’État tiers (transit) interviennent, notamment dans le cadre d’accords bilatéraux (Alpes) ; les organisations internationales interviennent au travers de campagnes dissuasives auprès des populations candidates à l’émigration (Cf. Martin Geiger et Antoine Pécoud).
  • Entrelacement d’acteurs privés et étatiques dans la production de frontières (Ballif&Rosière, Alpes) :  Irina observe des pratiques d’externalisation de contrôles frontaliers à des acteurs privés ; par exemple, des compagnies aériennes (Cf. C. Reinecke, Staatliche Macht im Aufbau: Infrastrukturen der Kontrolle und die Ordnung der Migrationsverhältnisse im Kaiserreich“ in „Handbuch Staat und Migration in Deutschland seit dem 17. Jahrhundert“ Hrsg. J. Oltmer, 2015). Apparaît un intéressement dans l’augmentation des contrôles par des acteurs privés : industrie de la sécurité, pratiques de corruption, marché de la sécurisation de l’immobilier. Par conséquent, les acteurs privés ont une influence sur les politiques étatiques. Par ailleurs, aux fonctions sécuritaires s’ajoutent des fonctions de défense de nature financière (protection de la propriété).
  • Différenciation des frontières en fonction de groupes sociaux, ethniques etc. avec la création d’exclaves et d’enclaves : les frontières servent à délimiter un espace « sûr ».

Le groupe de recherche a partagé sa propre expérience de différentiation des frontières rencontré au cours de leurs recherches. Plusieurs remarques sont ainsi venus compléter cette présentation :

L’assymétrie existant entre les personnes et les territoires rend certaines frontières invisibles pour ceux qui les passent facilement, comme par exemple les check-points établis par les forces de l’ordre israéliennes aux abords des territoires occupés mais qui vise principalement les habitants palestiniens (B. von Hirschhausen).

Il existe en outre une dissociation croissante entre la frontière physique et le système d’autorisation de passage : dans le cas de migrants roumains, le système informatique ou la base de données qui recense les personnes autorisées à passer est reconnue comme la frontière véritable (B. von Hirschhausen).

La sophistication croissante des tactiques de contournement est visible dans les stratégies d’entrée sur le territoire américain (choix visa vs. Procédure EFTA) ou le maniement de deux passeports (B. Grésillon, D. Eckert, I. Mützelburg).

Le développement de frontières visibles invisibles sur base de différentiation sociale ou ethnique rappelle la circulation et la sédentarisation des acteurs nomades (C. Gousseff)

Les discours sur les migrants ignorent la question de l’enfermement des migrants dans un marché qui dépend de cette main d’œuvre captive (B. von Hirschhausen).

Denis Eckert (CNRS, Paris) est directeur de recherche en géographie urbaine, chercheur associé au CMB, et travaille sur les schémas spatiaux de la recherche académique et de l’innovation à l’échelle globale et à l’échelle européenne. Il développe actuellement un projet de recherche en Ukraine sur les migrations de personnes hautement qualifiés – à la fois des étudiants et des actifs – et sur les processus frontaliers associés.  

Il s’agit de prendre à contrepied la représentation d’une frontière nette et bornée en travaillant sur les frontières de l’Ukraine, aux « contours incertains ». L’exemple de l’Ukraine souligne la diversité des fonctions frontalières. Sous les apparences de frontières nettes et reconnues, on constate des cas très variables, allant des frontières mises sous tutelle (UA-Transnistrie-Moldavie, programme Eurobam), à la prolifération de frontières à l’est sur fond d’annexion de la Crimée, notamment avec la ligne de contact dessinée lors des Accords de Minsk et délimitant les territoires non contrôlés par le gouvernement ukrainien dans le Donbas (NGCA) et une « frontière désactivée » entre les NGCA et la Russie. Même les frontières officielles diplomatique de l’Ukraine reflètent une série de litiges et de statuts variables : absence de démarcation et de bornage (mer d’Azov), zone UA-Bliélorussie frontalière autour de Pripiat’ (centrale de Tchernobyl) d’accès contrôlé, bornage en cours de la frontière biélorusse-ukrainienne suite à un accord de démarcation en 2013, frontières avec la zone Schengen.

La présentation de Denis Eckert est d’abord discutée à partir  d’une référence à T. Nail (2016),Theory of the Border, New York, Oxford U. Press : le concept de « frontière comme objet mobile », dans sa fonction et sa matérialité, sous-entend sa plasticité et l’adaptation des pratiques de circulation transfrontalière.

La discussion porte ensuite sur les « frontières » dans la gestion des infrastructures : réseaux électriques, gestion des eaux partagées par-delà des frontières, non seulement dans le Donbas mais aussi par exemple, dans le Berlin divisé de 1961-1989 (C. Garrido, B. von Hirschhausen, D. Eckert, S. Lambroschini, C. Gousseff). Pour élargir la discussion, on propose de réfléchir à cette diversification frontalière comme phénomène global. Comment expliquer notamment le « boum » dans la production académique ? S’agit-il de réfléchir à la disparition de frontières nationales au profit de frontières supranationales ? A l’usage métaphorique des frontières ? Aux processus de réification des frontières ?

En conclusion, faut-il voir tout phénomène social comme un processus de « bordering »? Une question à laquelle on pourrait réfléchir par la suite dans le contexte de la France.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.