03.12.2017 – Art et ville, entre espace commun et lieux communs, Journée d’études

Jeudi 21 décembre 2017

Art et ville, entre espace commun et lieux communs avec Julio Velasco & Boris Grésillon

Boris Grésillon (Université Aix-Marseille)  est géographe, chercheur associé au CMB et à l’université Humboldt, et travaille sur la géographie de l’art en milieu urbain.

Le terme de Kulturgeographie ne doit pas induire en erreur. La Kulturgeographie est une anthropo-géographie. Elle ne porte aucun intérêt à la ville, à la culture, ou à l’art.

En Allemagne, il n’y a pas de recherche en géographie, ni guère d’intérêt dans ce domaine, où il faut plutôt chercher le contact avec les sociologues ou des Kulturwissenschaftler.Boris Grésillon souligne ainsi qu’il a fait l’expérience du manque d’intérêt des géographes de la FU pendant sa thèse. Son premier interlocuteur en la matière a été W. Kaschuba.

En France, la politique d’aménagement culturel du territoire va introduire la question du rapport entre art et ville. Dans les années 1990, il y a une ouverture. Une nouvelle revue, Géographie et Cultures, apparaît. Mais la variable « création artistique » est peu mobilisée par les géographes urbains. Boris Grésillon s’intéresse alors, dans sa thèse (2000), aux lieux d’art dans la ville.

Dans la « géographie de l’art » les lieux de monstration sont les plus connus et les plus faciles à cartographier. On s’intéresse aussi aux lieux d’habitation individuels et collectifs : squats, quartiers d’artistes, quartiers créatifs, lieux de sociabilité artistique. Identifier et cartographier ces lieux est une première étape. Mais comment font-il réseau, interagissent-ils ?

Boris Grésillon a travaillé depuis sur deux types de terrain très différents : Berlin et Marseille. Il avait à l’époque utilisé les méthodes suivantes :

  • Rencontre avec artistes et responsables de lieux culturels
  • Questionnaires en direction des publics
  • Photographie
  • Cartographie sommaire

Quelques références francophones sur lesquels s’est appuyé son travail :

  • Claire Guiu : la folklorisation en Catalogne méridionale
  • Yves Raibaud : « Jalons pour une géographie de la danse »
  • Pauline Guinard : les espaces publics à Johannesburg
  • Anne Volvey : esthétique, territoire, art

Quels sont les intérêts spécifiques de cette recherche ? Les artistes sont un élément de la société urbaine et ils nous informent sur la nature de la ville

Au cours de la discussion suivant la présentation, il est souligné que Berlin peut être vue comme une ville non finie : est-ce que les artistes sont utilisés comme vitrine ? (C. Goussef). On pourrait dire que les artistes ne jouent pas un rôle, mais la présence des artistes joue un rôle.

Julio Velasco (Université Paris 1 Sorbonne, Paris) est chercheur post-doctorant au CMB, il travaille sur des problématiques d’esthétique dans le cadre de la sociologie de l’art.

Art et ville c’est vraiment de la transdisciplinarité, laquelle est un besoin sur ce thème. On est toujours non-spécialiste de quelque chose dans ce champ et on est confronté à des problèmes de méthode. Visions différentes de chaque objet selon l’angle d’approche : Privé/Public ; Subjectif/Objectif ; Individuel/Collectif.

L’analyse des quartiers d’art/d’artistes est l’un des objets les plus classiques de la géographie de l’art. Julio Velasco a proposé un renversement de perspective : on étudie beaucoup l’effet de l’art et des artistes sur les populations d’un quartier, et très peu l’impact de la ville et des quartiers sur l’art lui-même. Il met en pratique cet axe de recherche au travers d’une étude du quartier de Montmartre entre 1880 et 1914.

Pour l’histoire de l’art, Montmartre est un quartier fondateur de la notion de quartier d’artistes, ou du mythe du quartier d’artistes : cohérence et homogénéité du milieu artistique ; impression d’un quartier où tous les habitants sont en lien avec les artistes (on se rattache à une idée de l’artiste). « Montmartre » alimente une vision de l’artiste pur, pauvre, incompris, victime et héros. En ce sens, on est presque dans une conception vocationnelle de l’artiste, selon laquelle on ne devient pas artiste, on naît artiste. On produit par inspiration, pas par travail ; la formation est annexe. Cela devient la seule vision possible de l’artiste. Or Montmartre est en fait un quartier ouvrier à l’époque. Les marginaux et artistes sont en réalité en très petit nombre. En construisant le mythe du quartier d’artiste de Montmartre, les historiens d’art éliminent le contexte. D’ailleurs, les géographes qui étudient quantitativement les professions artistiques à la fin du 19esiècle ne « voient » pas Montmartre dans leurs données. Le célèbre quartier d’artistes de La Nouvelle Athènes est au Sud de Montmartre.

Aujourd’hui il y a un vrai problème d’identification des « artistes » pour effectuer des recherches en sciences sociales. On peut proposer plusieurs définitions

  • Est artiste qui se définit comme tel.
  • Ou qui gagne 3 mois de SMIC.
  • Ou qui bénéficie d’une reconnaissance (nombre de citations, cote sur le marché). Cette définition concerne surtout les artistes plasticiens

La très grande majorité des artistes proclamés (auto-identification) ne vit pas de ses créations – on pourrait dire 95%. Les artistes ne sont pas un groupe homogène. Tout dépend des ressources connexes : patrimoine, parfois salaire propre, ressources éventuelles du/de la partenaire. Certains artistes font de l’art sans travailler, sans en faire une ressource financière indispensable. Or les études ont tendance à considérer les artistes comme un groupe homogène.

Contre cette vision homogène et simplifiée, il apparait donc nécessairement que le lien entre activité artistique et territoire est plus compliqué qu’il n’y paraît. Contrairement à une vision simplifiée de la « gentrification », les quartiers d’artistes ne sont pas nécessairement les moins chers de la ville. Et les villes les plus attirantes sont loin d’être les moins chères. A Paris, dans le quartier que Julio Velasco a étudié, à savoir la zone du Canal St Martin, on connaît la plus forte gentrification alors qu’il y a peu d’artistes.

La promotion d’un quartier comme quartier d’artistes est liée à la promotion de la nébuleuse artistique, c’est-à-dire à la promotion du milieu autour des artistes pour augmenter la réputation d’un quartier. On repense à la publicité quand Mathieu Amalric et Jeanne Balibar s’étaient installés rue du Faubourg St Martin.  Ce sont plutôt ceux qui écrivaient qui ont créé Montmartre. S’opère ici un recentrement de l’art sur l’artiste au lieu de l’œuvre. L’œuvre est une confirmation de la position de l’artiste. La bohème de Montmartre était composée de grands communicants. L’artiste est devenu un publicitaire de lui-même (C. Goussef).

L’art comme objet de science et la question de l’émergence du quartier créatif est également discutée : la figure de l’artiste devient centrale dans la construction de l’image des villes et les discours urbanistiques. Le quartier d’art n’est-il pas une opération discursive ? Les artistes sont une population peu nombreuse et peu influente (B. Hirchausen). Qu’est-ce que l’âme d’une ville et qu’est-ce que ça a à voir avec les artistes ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.