25.01.2018 – «Migration : une discussion sur les concepts d’assimilation, de super-diversité, de transnationalisme et de cosmopolitisme» avec C. Barwick et C. Ludl

«Migration : une discussion sur les concepts d’assimilation, de super-diversité, de transnationalisme et de cosmopolitisme» avec Christine Barwick & Christine Ludl

25 janvier 2018

Cette séance a été l’occasion de se pencher sur quatre concepts utilisés dans les études sur les migrants et leurs enfants : assimilation, super-diversité, transnationalisme et cosmopolitisme. La discussion a reposé sur le commentaire de trois textes :

Anker, Christien Van Den. 2010. “Transnationalism and Cosmopolitanism: Towards Global Citizenship?” Journal of International Political Theory 6 (1):73–94.

Crul, Maurice. 2016. “Super-Diversity vs. Assimilation: How Complex Diversity in Majority–minority Cities Challenges the Assumptions of Assimilation.” Journal of Ethnic and Migration Studies 42 (1):54–68.

Roudometof, Victor. 2005. “Transnationalism, Cosmopolitanism and Glocalization.” Current Sociology 53 (1):113–35.

Christine Ludl et Christine Barwick ont chacune discuté les textes à partir de leurs propres recherches, s’est ensuivit une discussion collective.

Christine Ludl (Freie Universität, Berlin & Sciences Po, Paris) est chercheuse associée au CMB et travaille sur les représentations de la mobilité des migrants sénégalais, maliens et mauritaniens en France et en Afrique du Sud, sur les transformations urbaines en Afrique du Sud, sur l’histoire conceptuelle du concept de représentation(s), et sur les questions méthodologiques et épistémologiques en sciences sociales.

Son approche des représentations emprunte tant à la socio-psychologie qu’à philosophie culturelle allemande, qui comprend les représentations comme étroitement liées aux pratiques des acteurs (Cf. Cassirer). Ses études reposent sur des entretiens non-directifs menés et analysés selon une méthode développée par Guy Michelat, Florence Haegel et Sophie Duchesne et qui porte une attention toute particulière à la façon dont les acteurs font sens de leurs expériences contradictoires vécues.

C’est précisément à partir de cet intérêt pour les contradictions que Christine Ludl a introduit le texte de Victor Roudometof. Celui-ci remet en cause l’opposition souvent faite entre cosmopolitisme et localisme dans les études sur le transnationalisme. Dans ce contexte, le cosmopolitisme renvoie à une attitude positive vis à vis de nouvelles expériences transnationales, tandis que le localisme caractérise une fermeture vis à vis des expériences transnationales. Pour l’auteur, les différences dans l’expérience du transnationalisme amènent les acteurs à adopter des attitudes complexes, parfois contradictoires, auxquelles l’opposition cosmopolitisme/localisme ne rend pas justice.

C’est pourquoi Victor Roudometof propose de penser un continuum entre le cosmopolitisme et le localisme, qui prenne différentes variables en compte : les degrés d’attachement à une localité, un pays ou une culture ainsi que le degré d’opinions protectionnistes (économique, culturel ou institutionnel). Car, pour ne donner qu’un exemple, l’on peut très bien être attaché à son quartier tout en étant opposé au protectionnisme économique. Cette approche a le mérite d’être opérationnalisable. L’on peut cependant la critiquer pour son manque d’apports explicatifs (elle est essentiellement descriptive).

Christine Barwick est sociologue au Centre Marc Bloch son travail se concentre sur les mobilités et les migrations, elle s’intéresse particulièrement à la seconde génération d’immigrés, c’est-à-dire aux descendants des migrants qui se sont installés en Europe de l’Ouest dans les années 1960/1970.

Sa présentation s’est concentrée sur les concepts d’assimilation et de « super-diversité » introduits dans le texte de Maurice Crul. Sa présentation s’est appuyée sur sa recherche qui porte sur les parcours d’ascension sociale des enfants d’immigrés turcs à Berlin.

Les approches classiques définissent l’assimilation (ou intégration) comme une adaptation d’un groupe minoritaire (les migrants) au groupe majoritaire (« mainstream ») et se concentrent sur la dimension culturelle et ethnique du processus. Le concept de super-diversité révise cette approche en pointant deux phénomènes du doigt : 1) dans de nombreuses villes, la diversité culturelle est telle qu’il n’existe plus que des groupes minoritaires ; se pose alors la question de la communauté dans laquelle les migrants devraient s’intégrer 2) la diversité au sein des groupes culturels eux-mêmes (en termes de génération, âge, niveau d’éducation, genre, statut légal etc.) joue un rôle essentiel dans le processus d’intégration.

On trouve là l’apport principal du travail de Maurice Crul : alors que les migrants et leurs enfants ont jusque-là été compris comme un groupe homogène, le chercheur met en évidence une hétérogénéité des parcours et des situations qui plaide pour une approche en terme de mobilité sociale. D’où l’intérêt d’une étude portant sur les parcours d’ascension sociale des enfants d’immigrants turcs. On remarque avec Maurice Crul que ceux-ci sont particulièrement dépendants des politiques familiales et des systèmes scolaires nationaux (les enfants d’immigrés turcs ont ainsi moins de chance de réussite à Berlin qu’à Stockholm).

Christine Barwick nuance cependant ce propos en mettant en évidence une hétérogénéité des situations en Allemagne : le fait que les enfants d’immigrés turcs aient été rassemblés dans les mêmes classes à Berlin a joué considérablement en leur défaveur ; les chances d’ascension sociale ont été plus nombreuses dans les villes où les classes étaient mixtes. Il reste que les institutions ont un impact incontestable sur les chances de réussite des enfants de migrants.

La discussion qui a suivi a tourné autour de deux points :

-S’est tout d’abord posé la question des catégories d’analyse utilisées : utilise-t-on les termes trans-national ou trans-local ? Inter-culturel ou transculturel ? Les notions de nation, d’ethnie ou de culture ? Qu’entend-on par « majorité » ou « minorité » ?

-S’est par ailleurs posé la question des présupposés normatifs des approches présentées (les concepts de cosmopolitisme et d’assimilation sont chargés positivement), ainsi que le risque d’approches qui isoleraient le groupe des migrants et de leurs enfants du reste de la société dans laquelle ils vivent (le système scolaire allemand est inégalitaire aussi pour les enfants dont les parents ne sont pas migrants), et qui ainsi ne prennent pas en compte l’inscription de ces acteurs dans une multiplicité de rapports de domination (alors même que le concept d’intersectionnalité est mobilisé).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.