17.05.2022 – Subjectivités féminines autour de la dot à partir d’une ethnographie à Lomé (Togo): la réinvention contradictoire d’une ‘tradition’ – Jérémie Thérond

Subjectivités féminines autour de la dot à partir d’une ethnographie à Lomé (Togo): la réinvention contradictoire d’une ‘tradition’

L’objet de cette communication est de présenter un chapitre de ma thèse intitulée : « Se subjectiver dans le cadre d’une globalisation en crise : le cas de la construction d’un imaginaire « amoureux » par les jeunes femmes au sud Togo. ». Elle a pour base empirique deux séjours ethnographiques de 17 mois au total.  Par cet exposé, j’entends mettre en avant l’importance de la dot (Brautpreis ou prix de la fiancée) dans les narratifs de toutes les enquêtées en démontrant que la dot ne marquerait pas une opposition profonde à la modernité, mais la subjectivation articulée d’une incertitude propre à la modernité capitaliste et le pouvoir des ainés sur les femmes, dans un contexte socio-économique globalisé.  Je veux montrer que d’un côté la dot n’est pas « inventée » (Hobsbawm 2012) puisque son rôle technique d’échange des femmes perdure, de l’autre elle est « réinventée » dans la mesure où elle prend corps grâce à une subjectivation réactive des processus globaux. Elle devient le « ciment » (Appadurai 2007, 123) qui soude le sujet aux rapports économiques et au réel. In fine, je montrerais que la dot est aussi devenu un rituel du capitalisme émotionnel et donc profondément moderne y compris en prenant une valeur identitaire.

Jérémie Thérond (CMB / Frankfurt)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.