31.10.2018 – Tensions entre démarches inductives et déductives dans la construction d’une comparaison

Mercredi 31 octobre 2018

Compte-rendu de la séance sur: “Tensions entre démarches inductives et déductives dans la construction d’une comparaison” avec Émeline Fourment & Jérémy Geeraert

Jérémy Geeraert est chercheur post-doctorant au CMB et rattaché en France à l’IRIS (Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux), il travaille sur l’accès aux soins des étrangers en situation précaire en France et en Allemagne

Alors que l’enquête doctorale dÉmeline Fourment se trouve dans sa phase finale, le travail postdoctoral de Geeraert vient de commencer ; néanmoins, les deux études se rejoignent par la démarche de type comparatif qu’elles suivent. Cette forme d’enquête couvre des champs très larges et utilise à la fois des méthodes déductives et inductives ; mais, si la première, la méthode déductive, est très majoritaire, c’est la méthode inductive que les deux chercheurs utilisent dans leurs travaux.

Dans le premier des textes qu’ils présentent – de Verdalle Laure, Vigour Cécile, Le Bianic Thomas, « S’inscrire dans une démarche comparative. Enjeux et controverses », Terrains & travaux, 2012/2 (n° 21), p. 5-21. URL : https://www.cairn.info/revue-terrains-et-travaux-2012-2-page-5.htm – les auteurs évoquent la démarche comparative dans un cadre proche de celui des entreprises, ou dans le contexte d’une commande, ce qui implique des comparaisons normatives, faites à partir des données préexistantes. Bien au contraire, J. Geeraert et É. Fourment travaillent à partir des enquêtes de terrain qualitatives, ce qui explique leur utilisation d’une méthode inductive, méthode parfois critiquée pour son insuffisance de protocole normé, mais qui se montre, en fait, parfaitement adaptée aux enquêtes de terrain.

La recherche de J. Geeraert, réalisée de manière comparative entre l’Allemagne et la France, se focalise sur les problématiques liées à l’accès aux soins des étrangers en situation irrégulière ou précaire (possédant seulement un visa de tourisme, par exemple), les structures qui leur permettent cet accès et la fonction que ces structures jouent à l’intérieur du système global de santé dans ces deux pays. Des institutions telles que Médecins du monde ou Médecins sans frontières, originellement tournées vers l’aide internationale, ont dû prendre en charge des étrangers qui, en France, n’avaient pas accès à la Sécurité sociale. À partir de 1988, la législation a évolué et, pour des raisons de santé publique, une couverture maladie universelle a été instaurée, donnant ainsi un accès aux soins à tous les étrangers, y compris les sans-papiers, se trouvant sur le territoire français. Le système fonctionne relativement bien et les associations ont centré leur activité sur les personnes exclues, pour diverses raisons, de cette aide médicale.

Le cas allemand est très différent, il n’existe pas d’institutionnalisation de ces soins et les étrangers en situation irrégulière n’ont pas, légalement, droit à une couverture santé, si ce n’est dans des situations très limitées. Ainsi, les associations, souvent très politisées, constituent un lien fondamental entre ces populations et les structures médicales. Néanmoins, il existe en ce moment en Allemagne un début d’institutionnalisation des soins pour les étrangers en situation irrégulière ou précaire, et le travail comparatif devra permettre d’établir les raisons pour lesquelles elle voit le jour actuellement et n’a pas existé précédemment.

Geeraert a réalisé, auparavant, une enquête doctorale empirique de trois ans, avec une cinquantaine d’entretiens sur l’accès aux soins des personnes les plus démunies en France. Il a collecté beaucoup d’informations tout au long ce travail de terrain. Cette même méthode doit lui servir de base pour sa recherche post-doctorale.

Émeline Fourment est doctorante en sociologie politique comparée au Centre Marc Bloch et Centre d’Etudes Européennes Sciences Po, Paris. Ses domaines de recherches comprennent l’étude des mouvements sociaux, les études de genre, la sociologie des idées ainsi que les méthodologies qualitatives.

Le deuxième texte présenté par les deux chercheurs parle des femmes au Brésil dans les milieux associatifs – Sa Vilas Boas Marie-Hélène, « Écrire la comparaison lorsque les données sont asymétriques. Une analyse de l’engagement dans les dispositifs participatifs brésiliens », Revue internationale de politique comparée, 2012/1 (vol. 19), p. 61-74. DOI : 10.3917/ripc.191.0061. URL : https://www.cairn.info/revue-internationale-de-politique-comparee-2012-1-page-61.htm. Un numéro de la revue Terrains & travaux, 2012/2 (le n° 21) recueille une série d’articles, dont les deux cités ici ; dans l’ensemble de ce numéro, la question des implications de l’écriture de la thèse est souvent abordée. Ce point intéresse particulièrement É. Fourment et elle s’appuie plus précisément sur le texte de M.-H. Sa Vilas Boas, pour sa proximité avec sa propre recherche. Cette dernière utilise une méthode inductive, avec triangulation des sources inégales, ainsi qu’une perception différente du statut de la chercheuse (c’est-à-dire elle-même) dans chacune des enquêtes de terrain.

Pour sa part É. Fourment a travaillé sur les Circulations, appropriations et usages des savoirs féministes. Les conditions de possibilité de l’articulation théorie/pratique pour le militantisme féministe libertaire à Berlin et Montréal. Lors de son enquête de M2, elle a abordé la question du féminisme libertaire à Göttingen.

À la différence des autres formes de féminisme, le féminisme libertaire ne veut pas participer aux institutions d’État, il questionne l’organisation même de la société. Il s’agit ainsi d’une militance qui cherche à créer un autre modèle de société. À Berlin, les groupes féministes libertaires sont souvent liés à des lieux de réunion/de vie particuliers, c’est donc par ces lieux qu’É. Fourment a commencé son enquête. A Montréal, elle s’est retrouvée en présence d’espaces différents, souvent partagés avec des militants d’autres courants de la gauche (au sein des associations étudiantes ou du communautaire par exemple) ce qui est plus rare à Berlin. Une différence profonde entre les deux villes existe également autour de l’importance qu’y prend la théorie. Tandis qu’à Berlin, le militantisme apparaît très intellectualisé, la production théorique en faisant partie intégrante, à Montréal, cette forme d’activisme théorique est bien plus marginale.

De la même manière, l’inclusion ou non de la gauche libertaire dans le paysage politique ne se fait pas de la même manière dans les deux lieux. Alors qu’elle est exclue de la vie politique à Berlin et, d’une manière générale, en Allemagne, elle s’intègre bien dans le cadre politique de Montréal et plus largement du Québec, où, par exemple, lors des élections, les anarchistes promeuvent l’abstention dans certains espaces d’expression officiels. Les groupes libertaires s’intègrent aussi dans la tradition communautaire qui caractérise le Québec, ce qui se traduit par l’accès aux espaces publics communs à Montréal. Cette situation expliquerait le fait que les mouvements féministes libertaires éprouvent un besoin moindre qu’à Berlin d’avoir des lieux qui leurs sont consacrés de manière exclusive. Inversement, l’isolement politique serait la cause de la tendance à la théorisation de la part des groupes berlinois qui trouvent par là un moyen d’affirmer leur existence à l’intérieur du paysage politique allemand, qui, autrement, leur reste fermé.

Les différences entre les deux lieux d’enquête se retrouve également dans les sources disponibles pour la recherche. Ainsi, à Berlin le terrain s’est montré sensiblement moins accueillant qu’à Montréal, tandis que les archives y étaient beaucoup plus abondantes. Le protocole de travail a donc dû être adapté pour chacun des lieux.

La discussion qui a suivi les présentations a mis l’accent à la fois sur des aspects particuliers à l’une ou l’autre de ces deux recherches qu’à des éléments relatifs à la méthode comparative.

Les conditions qui rendent possible le militantisme à Berlin et à Montréal ont été évoquées, ainsi que les problématiques concernant l’institutionnalisation des aides médicales et leur fonctionnement, tout comme la question de savoir s’il était pertinent d’opposer l’État et l’humanitaire, ou de rajouter une référence aux espaces féministes libertaire à Paris.

Sur la méthode comparative, Nikola Tietze a soulevé l’importance de la catégorisation, ainsi que le besoin de déterminer les raisons qui motivent une comparaison. Plusieurs intervenants ont mis l’accent sur la question d’échelle dans l’utilisation de cette méthode comparative et l’importance de mettre en place un protocole souple, comme les intervenants l’avaient signalé, qui puisse être adapté à chacune des situations étudiées.

Compte rendu : J. Velasco


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.