28.11.2018 – Choisir ses terrains de recherche. Approches comparatives d’enquêtes menées entre la France et l’Allemagne

Mercredi 28 novembre 2018

Yacine Amenna, WaelGarnaoui, Julia Wambach

Les trois intervenant.e.s – Julia Wambach (JW, historienne, chercheuse de l’institut Max Planck, associée au Centre Marc Bloch), Yacine Amenna (YA, doctorant en sciences sociales à l’EHESS, et au Centre Norbert Elias à Marseille, associé pour quatre mois au Centre Marc Bloch) et Wael Garnaoui (WG, doctorant en psychanalyse à l’université Paris-Diderot et associé pour deux mois au Centre Marc Bloch) – ont présenté chacun.e à leur tour leurs travaux en problématisant la construction de leurs terrains de recherche et en s’appuyant notamment sur les deux textes théoriques qui avaient été proposés en lecture préalable :

  • Julien, Elise : « Le comparatisme en histoire. Rappels historiographiques et approches méthodologiques », in: Hypothèses, 2005|1, p. 191-201.
  • Marcus, George E.: « Ethnography in/of the World System: The Emergence of Multi-Sited Ethnography», in: Annual Review of Anthropology, Vol. 24, 1995, p. 95-117.

La séance a commencé par la présentation des travaux de JW, qui travaille à un nouveau projet de recherche intitulé « The end of solidarity?Erfahrungen der Deindustrialisierung in Deutschland und Frankreich. 1960-2006 »où elle se concentre sur la question des sociabilités qui se constituent dans le cadre de la désindustrialisation, choisissant ainsi de ne pas se focaliser sur ce qui n’est plus, mais au contraire sur ce qui advient de nouveau dans cette nouvelle configuration. Dans ce cadre, elle compare le Nord de la France avec la Ruhr, deux régions minières perçues comme les perdantes typiques de la désindustrialisation. Au sein de ces deux régions, sa comparaison se concentre sur deux villes, Gelsenkirchen et Lens, et plus précisément sur deux quartiers au sein de ces villes, qui sont marqués par un taux de chômage particulièrement élevé et par un vote s’orientant majoritairement vers des partis critiques envers l’immigration. A ces deux terrains, dont elle va expliquer le choix,pourrait éventuellement s’ajouter un autre quartier, plus riche par exemple,qui servirait de « quartier de contrôle », mais cela relève encore du questionnement. JW précise dans un premier temps qu’elle n’est pas originaire de Gelsenkirchen, n’a pas de grands-parents qui ont été mineurs et n’est pas fan du club de football Schalke 04. Son choix de cette comparaison, qui a été entre autre conditionné par les langues qu’elle parle, a été avant tout guidé par les ressemblances, à un niveau micro, entre les deux quartiers étudiés, plus que par les différences diverses qu’on peut analyser à un niveau macro (national et régional). Parmi les ressemblances entre les deux terrains on trouve en particulier les importances mêlées des clubs de football locaux (Schalke 04 etRC Lens) et de l’histoire minière, avec une représentation et une mise en récit de l’histoire locale qui imbrique les deux aspects. Cette imbrication des deux histoires est visible aussi bien dans les logos des deux clubs, que dans des campagnes de publicité de Schalke 04 qui présentent les joueurs en costume de mineurs,ou encore dans une vidéo du conseil régional du Pas-de-Calais qui présente l’histoire des mines et celle du RC Lens comme une seule et même histoire, où le football vient prendre le relais de la mine. Ce sont donc les similitudes entre les deux terrains qui ont poussé JW à entreprendre cette comparaison, en se référant à l’objectif mis en avant par Elise Julien dans son article d’arriver à montrer des aspects macro-historiques à partir d’une comparaison micro-historique. Toutefois, la ressemblance entre les deux terrains mise en évidence par la présentation de JW – qui reflète le processus intellectuel par lequel elle a construit son sujet de recherche, construction qui sera amenée à être retravaillée lors de la confrontation avec le terrain – invite à s’interroger sur le pouvoir heuristique d’une comparaison entre deux objets très proches.

YA a ensuite présenté ses travaux de recherche doctorale sur le recrutement et la formation des jeunes joueurs de football en France et en Allemagne. Ce travail de thèse s’inscrit dans la continuité d’un mémoire de recherche réalisé à partir d’une enquête de type ethnographique dans le sud de la France, qu’il a poursuivie en thèse en introduisant une comparaison avec l’Allemagne. Comme pour JW, ses compétences linguistiques ont été déterminantes dans le choix d’un terrain en Allemagne. Il commence sa présentation par quelques rappels théoriques sur la centralité de la comparaison dans le travail du chercheur/de la chercheuse en sciences sociales : il se réfère en premier lieu à Lévi-Strauss, pour qui l’anthropologie réside dans la comparaison ainsi qu’à Durkheim qui présente l’outil comparatif comme méthode unique de la vérification des causalités sociales en sciences sociales, avec toute la diversité de types de comparaison que cela implique. Pour YA, il ne s’agit pas seulement de comparer des méthodes en s’appuyant sur les travaux d’autres chercheurs, mais bien de se confronter à deux terrains, afin de révéler « l’inconscient d’école », comme ledit Bourdieu[1], c’est-à-dire« débanaliser le banal, rendre étrange l’évident ». YA nous a ensuite exposé comment il en était venu à l’Allemagne, en mettant en avant à la fois des similitudes et des différences avec son terrain en France : d’un point de vue quantitatif, les deux aires géographiques étudiées comptent le même nombre de joueurs licenciés, d’autre part, les clubs qui correspondent à ces aires géographiques  ne sont pas forcément en situation de force par rapport à de très bons jeunes joueurs qui pourraient être recrutés par des clubs meilleurs, et enfin, dans les deux cas le système de formation n’est pas optimal, et s’opèrent à des périodes différentes des restructurations du système de formation des jeunes joueurs de football.

A partir de ces données sur son terrain, YA a conclu sur le fait que son travail d’enquête est par essence multi situé : qu’il soit en France ou en Allemagne, il se déplace, il suit ses enquêtés d’un bout à l’autre de la ville,parfois en périphérie, dans les différents stades, avec des clubs extérieurs qui viennent s’ajouter à cette pluralité de lieux. En ce sens, YA évoque la possibilité de considérer son travail comme une seule et même ethnographie multi située à l’échelle européenne, et non pas comme deux terrains distincts, d’autant qu’il y a parfois des circulations des enquêtés entre les deux lieux. Ainsi, il ne cherche pas à établir un parallèle entre les deux endroits, en mettant en place une symétrie artificielle, qui voudrait par exemple qu’il fasse exactement le même nombre d’entretiens avec le même type de personnes aux deux endroits, car cela reviendrait à s’enfermer dans une discussion sur les analogies et les dissemblances. Pour l’instant, il ne peut pas encore savoir comment il articulera toutes ses données, et veut se prémunir du danger de pré-construire des données comparatives, qui amènerait à chercher,ou à trouver, la même chose aux deux endroits, afin de « dégager« l’originalité » des différentes sociétés »[2]  .

WG a ensuite pris le relais en présentant son travail de thèse sur le désir de partir chez les jeunes Tunisiens, qui porte à la fois sur les « harraga » (littéralement les« brûleurs » ou les « grilleurs »), terme arabe qui désigne les migrants clandestins au départ du Maroc, de l’Algérie et de la Tunisie, et sur les djihadistes ou candidats au djihad. Dans un travail de master, il s’est d’abord penché sur les harraga et leur rapport à leur mère, puis il a construit a posteriori l’articulation avec le deuxième aspect de sa recherche, à partir d’un entretien qu’il a eu en 2015 avec un Tunisien qui lui a dit « Si je ne peux pas aller en Europe, j’irai à Daesh. ». C’est donc en mars 2015 qu’il commence son enquête auprès de ces jeunes qui disent tous suffoquer, s’ennuyer et se sentir enfermés en Tunisie. Au niveau de son terrain, il s’agit pourtant de deux populations différenciées dans l’espace et dans le temps, mais il peut y avoir une circulation entre les deux catégories : un harraga peut devenir un candidat au djihad. Son terrain est en soi multi situé :il a réalisé des entretiens en Tunisie avec des candidats à la migration clandestine, des candidats au djihad et des « revenants » des deux filières, à Paris avec des migrants clandestins, sur la jungle de Calais avec des migrants pour la plupart non-Tunisiens (d’Afrique subsaharienne oud’Afghanistan), en Italie et enfin à Berlin, où il a réalisé une ethnographie dans le parc de Turmstraße à Moabit. Sa méthode n’est ni complètement ethnographique, ni complètement psychanalytique, puisque il est évident qu’on ne peut réaliser des entretiens psychanalytiques classiques (en cabinet) avec des personnes dans une situation illégale. L’idée d’enrichir son corpus d’un terrain berlinois lui est venue à cause du cas d’Anis Amri, qui a perpétré l’attentat du 19 décembre 2016 à Berlin. La méthode psychanalytique s’appuyant principalement sur des cas, il a tenté de reconstruire le cas d’Anis Amri, qui est de ceux qui sont passés de harraga à djihadiste, en rencontrant des personnes ayant suivi le même parcours que lui.
Ainsi, son travail est multi situé avant tout parce qu’il travaille sur un réseau clandestin qui, par essence, bouge. Dans cette ethnographie multi située, le lieu de l’étude ne constitue pas l’objet d’étude, au contraire: l’objet d’étude est un objet culturel résultant deplusieurs scènes différentes.

Suite à ces trois présentations, la discussion a principalement porté sur la confrontation entre les trois approches, afin d’en dégager des conclusions méthodologiques et théoriques. Il a été mis en évidence notamment que les intervenants nous ont donné à entendre trois manières assez différentes de construire la comparaison : dans un cas (celui de JW), la comparaison est construite en amont sur des similitudes, dans le but de pouvoir mettre en évidence des différences une fois les recherches de terrain effectuées ;dans les deux autres cas, on a affaire plutôt à une construction progressive« par ricochets » à partir d’un objet initial, avec soit l’apport d’un terrain qui deviendra constitutif de la comparaison (YA), soit des petits terrains complémentaires venant alimenter et compléter une image globale (WG).Il a aussi été souligné qu’il y a une interaction constante entre le niveau théorique qui détermine le choix du second terrain (sur des critères qui reposent sur des indicateurs précis, comme le taux de chômage, l’analogie entre des parcours, les systèmes de formation, …) et les trajectoires observées sur le terrain, qui présupposent à leur tour les éléments de contexte auxquels on va se référer. A cela YA répond qu’effectivement, dans toute recherche, ondécide d’aller quelque part, ce qui fait qu’il y a toujours une sorte de parachutage sur un terrain, une arrivée « par le haut » à partir de laquelle on reprend la construction de données « par le bas ». JW ajoute aussi que la construction théorique de la comparaison en amont n’entre pas en contradiction avec le remodelage de l’objet d’étude à partir de la recherche de terrain : dans le cadre de sa thèse de doctorat, par exemple,elle était partie d’une comparaison pour finalement écrire une histoire de transferts. Enfin, une tension entre staticité et mobilité a été relevée pour résumer ce qui unifie et différencie les trois approches présentées : le travail de JW porte sur des terrains fixes qui sont en plus caractérisés par une peur de la migration (et donc de la mobilité), le travail de YA porte  sur des espaces géographiques dans lesquels la circulation revêt une grande importance, tandis qu’enfin le travail de WG suit avant tous des acteurs, dont les données géographiques finissent donc par dépendre.

Compte-rendu: Lucie Lamy


[1] Bourdieu, Pierre, « L’inconscient d’école », in : Actes de la recherche en Sciences sociales, 2000, 135, p. 3-5

[2] Bloch, Marc, « Pour une histoire comparée des sociétés européennes », in : Revue de Synthèse Historique, 1928, rééd. in MB, Mélanges historiques, Paris, SEVPEN, 1963,I, p.94-123.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.