12.12.2018 – Emprunts méthodologiques en SHS, entre nécessité et imposture

Mercredi 12 décembre 2018

Boris Grésillon, Sophie Lambroschini, Pierrine Robin

 

Boris Grésillon

Point de départ de la réflexion : la thèse consacrée à Berlin, métropole culturelle. Cette recherche a impliqué d’aller au-delà d’une simple cartographie des lieux culturels berlinois, d’aborder les acteurs du monde culturel et de se consacrer ainsi à la sociologie des acteurs. L’ethnologie fut également convoquée. Le sujet en soi invitait à la pluridisciplinarité, la thématique étant marginale en géographie mais centrale dans d’autres disciplines (sociologie et ethnologie notamment).

Plusieurs ouvrages furent précieux dans la démarche engagée : L’Amour de l’art (P. Bourdieu), Sociologie des arts (Péquignot) ou encore  les ouvrages de J.F Sirinelli, Pascal Ory ou Christophe Charle pour l’histoire des arts et de la culture.

L’approche pluri-disciplinaire fut parfois mal perçue par les collègues géographes (« ce n’est pas de la géographie »), les collègues francophones mais non français (belges, suisses, canadiens) paraissant, eux, plus réceptifs à ces emprunts à d’autres disciplines. Sur le plan méthodologique, certains ouvrages utiles, parus récemment (Marianne Morange, Camille Schmoll, Etienne Toureille, Les outils qualitatifs en géographie, Méthodes et applications, 2016), n’existaient pas à l’époque.

Principaux emprunts : ethnologie (observation participante), sociologie (méthodologie des entretiens, rédaction des questionnaires), histoire culturelle (pour appréhender la « lente maturation d’une métropole culturelle »), économie, aménagement.

Au fil des travaux s’est ainsi constituée une matrice adaptée par la suite à différents terrains (Marseille, Bruxelles, Montréal). Satisfaisant, légitime ? Il s’est agi d’avancer en tâtonnant grâce aux emprunts méthodologiques. Néanmoins, sentiment d’une double trahison (à l’égard des pairs en géographie et des autres disciplines) + risque de commettre une imposture, d’où le souci de ne pas tout se permettre sous couvert d’interdisciplinarité.

 

Pierrine Robin

Parcours marqué du sceau de l’interdisciplinarité (études en sciences politique, Doctorat en sciences de l’éducation, expérience professionnelle avec différents profils disciplinaires (psychologues, juristes etc.) notamment en tant que Chargée d’étude à l’Observatoire National de l’Enfance en Danger puis au Cabinet de la Ministre de la Famille. Sans oublier les différentes disciplines présentes au laboratoire d’accueil (REV, Université Paris Est Créteil).

Emprunts à d’autres disciplines utiles sur le plan méthodologique. Exemples : Les enfants pris en charge par l’aide sociale évoluent dans un contexte de contraintes (juge pour enfant, inspecteurs de l’aide sociale) et proviennent de milieux sociaux défavorisés. Comment doit se situer le chercheur dans ce contexte ? Recourir à des dessins comme les psychologues alors même que ceux-ci peuvent ranimer des souvenirs douloureux ? Soumettre les enfants à de nouvelles séances d’entretien alors qu’ils en ont déjà connu plusieurs avec l’administration ? Disciplines convoquées : sociologie de l’enfance, sociologie des parcours de vie, éducation familiale (Paul Durning).

Parmi les approches adoptées : aborder l’enfant comme un sujet pensant et réflectif, analyser les parcours de vie des enfants au sein des dispositifs d’accueil. Important cependant de ne pas se focaliser sur la seule évaluation de l’efficacité des dispositifs en question. L’optimisation de l’aide est en effet un aspect parmi d’autres. La perspective de l’enfant est souvent minorée (cf. travaux de Julie Delalande). Important de la faire émerger.

3 champs privilégiés : éducation familiale, sociologie de l’enfance, sociologie des parcours de vie.

2 exemples d’emprunts méthodologiques :

  1. Psychanalyse de la carte familiale. Choix de passer par le dessin. Emprunt ? Oui mais avec une approche différente. La carte familiale est habituellement utilisée pour comprendre comment l’enfant se représente son cadre. Différents éléments sont interprétés (quelles parties du dessin sont dessinées en premier, quelle est la taille des différents éléments/personnages, comment l’enfant se représente, etc.). La recherche conduite a utilisé cette méthode de manière plus générale, en invitant par exemple l’enfant à représenter sa famille biologique et son milieu d’accueil. Les psychanalystes ont vu dans les vides des dessins une illustration du vide psychique de l’enfant. La recherche conduite y a vu une résistance face au dessin (notamment chez les adolescents) ainsi qu’une résistance face à l’institution.
  2. Géographie : les lieux-ressource (cf. travaux de Fleur Guy). Parmi les constats établis à travers les recherches conduites : les lieux réels souvent représentés comme vides alors que les lieux imaginaires sont représentés comme peuplés. De même, beaucoup de représentations d’activités illustrent un trait d’union entre monde passé et présent (par exemple danse, pêche, autant d’activités probablement entamées auprès de la famille biologique avant d’être poursuivies dans les dispositifs d’accueil).

 

Sophie Lambroschini

  1. Thèse entamée après 15 années de journalisme en Ukraine et en Russie (précédée d’une formation à Sc. Po et en droit). Propos de la thèse : étudier les carrières des banquiers soviétiques travaillant dans les filiales occidentales de la Banque du commerce extérieur de l’URSS.
  2. Objet des travaux conduits : comprendre l’articulation entre les institutions soviétique et russes d’une part, les acteurs balançant entre ex-système soviétique et système capitaliste d’autre part. L’Europe de l’Est est couverte par de nombreux travaux en sciences politiques et en sociologie mais les travaux conduits ici visaient à surmonter 2 obstacles : une littérature dominée par la thématique de la transition, des interlocuteurs (les banquiers) préoccupés de donner un sens nouveau à leur vie, de fournir des gages de moralité.

Emprunts méthodologiques nécessaires, par exemple pour les entretiens. Entretiens très ouverts selon la Méthode Biographique Narrative Interprétative (BNIM). Autre défi : comment parler d’individus se situant dans un entre-deux ? Travaux de P. Bourdieu peu adaptés à des situation évolutives, dynamiques, d’où un recours à la sociologie interactiviste (Howard S. Becker, «doing things together»).

  1. Questionnements.
  2. Comment rendre compte de la spécificité de l’approche retenue quand les travaux sur les banquiers confèrent d’office à leur auteur une réputation d’économiste ? Réflexe lié à l’ésotérisme apparent des thèmes abordés ?
  3. Comment se débarrasser du « labelling » de journaliste ?
  4. Comment échapper à la « séduction ethnographique ». Dans les travaux en cours sur les interactions de part et d’autre de la ligne de front dans le Donbass (Ukraine), le chercheur est souvent perçu comme un porte-voix. Vis-à-vis des banquiers soucieux de démontrer leur moralité, il est perçu comme un moyen de « blanchir son autobiographie ». Comment gérer cette séduction ethnographique et l’empathie du chercheur.

 

Discussion

  • La géographie est-elle devenue plus ouverte aux emprunts à d’autres disciplines ?

Boris : La géographie a en effet beaucoup changé en 20 ans. On peut être critique à l’égard de la recherche sur projet mais celle-ci a au moins encouragé des rapprochements entre disciplines.

  • Cette idée que la géographie fut hostile à des emprunts auprès d’autres disciplines est contestable. Dans le cas des travaux de Boris, le problème n’était-il pas davantage lié à l’objet qu’à la méthode ? Les emprunts sont essentiels. Le dépaysement de concepts est source de créativité.

De manière plus générale, l’interdisciplinarité est certes de mieux en mieux acceptée en géographie en France mais la logique disciplinaire demeure forte dans les recrutements et pour publier dans certaines revues.

  • Cela s’explique par le fait que le recrutement et les publications permettent de construire/conforter une discipline. Emprunter est pourtant essentiel mais il faut « indigènéiser » les emprunts. C’est une condition de la créativité. L’enjeu est d’aboutir à un savoir qui puisse être réutilisable par les autres chercheurs de la discipline.
  • Sans doute important de distinguer selon les pays et selon les contextes. Il conviendrait de mieux préciser si ce qui est emprunté est la méthodologie ou la perspective.

Sophie : l’approche à l’égard de l’interdisciplinarité varie selon les pays. La logique disciplinaire demeure très forte dans certains pays, en Russie notamment.

  • La logique disciplinaire est également beaucoup plus contraignante en Allemagne qu’en France. La science politique n’est pas perçue de la même façon dans les 2 pays. L’approche par le bas, notamment, est moins volontiers adoptée en Allemagne.
  • En France, la crispation disciplinaire varie d’une discipline à l’autre. Elle est avérée en sciences politiques (bien que dans une moindre mesure en comparaison avec l’Allemagne), en droit, pas en histoire. Dès lors que le chercheur travaille sur des sources, emprunter à d’autres disciplines ne pose aucun problème.
  • Ce n’est pas le cas en Allemagne, même chez les historiens.

Boris : de même, la conception de la géographie n’est pas la même en Allemagne et en France. On parle d’Erkunde. La géographie humaine existe en Allemagne certes mais elle n’a pas fait son aggiornamento.

  • Il semble qu’en France, la science politique se soit ouverte à de nouvelles approches, par exemple des approches par le bas chez les Africanistes dans les années 80, peut-être parce que la discipline n’était pas encore figée à ce moment-là. Le paradoxe à présent est que la promotion de l’interdisciplinarité va de pair avec une consolidation de la discipline.

  • À titre d’illustration des difficultés de l’interdisciplinarité : certains doctorants jugent impératif de veiller à ce que leur thèse de science politique réponde parfaitement aux canons de la discipline, d’autres (géographes) s’exposent à de sévères critiques de la part de juristes pour avoir (courageusement mais manifestement maladroitement) consacré des développements aux enjeux juridiques de leur objet de recherche.

Compte-rendu: Gilles Lepesant


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.