23.01.2019 – Les échelles du terrain: situer son objet

Mercredi 23 janvier 2019

Béatrice Von Hirschhausen, Masha Cerovic

La séance a été consacrée à la question des échelles du terrain dans les recherches en sciences sociales. Elle fut animée par Béatrice Von Hirschhausen et Masha Cerovic. Les interventions se basaient sur deux textes de lecture :  

  1. un extrait du livre de Masha Cerovic. 2018. Les enfants de Staline. La guerre des partisans soviétiques (1941-1944). Paris: Seuil.
  2. L’introduction de l’ouvrage collectif Geography Matters! A Reader de Doreen Massey (éd. Doreen Massey et John Allen), datant de 1985 et paru à Cambridge University Press.

Les deux interventions avaient pour objectif de s’interroger à travers les textes de lecture et les expériences de recherche des deux intervenantes sur « la situation » et de montrer son importance pour les recherches en sciences sociales.

Dans la première communication, la géographe Béatrice von Hirschhausen a d’abord insisté sur le fait que tout ce qui advient est spatialement configuré. Il s’agit toujours d’un arrangement d’êtres vivants, d’acteurs et de choses. Pour elle, ceci définirait une situation. Par ailleurs, il faut aussi penser les objets de recherche comme spatialement signifiés et donc aussi producteurs de sens. Ainsi, on ne pourrait échapper aux lieux dans leurs spécificités et leur radicale originalité. Elle fait référence à D. Massey qui dans son retour sur l’histoire des sciences sociales montre que ces sciences n’ont pas assez prise au sérieux la situation et ont tendance à séparer l’espace de la société ou la culture de la nature.

Dans un deuxième temps, B.v.H. soulève une série de réflexions qu’elle a pu développer dans le cadre de ses propres recherches et qui rendent compte de l’analyse de la situation. La première question qu’elle émet concerne le problème de l’échelle des situations. Qu’est-ce qui est une situation ? Comment faisons-nous pour identifier une situation pertinente ? Jusqu’où aller dans l’analyse des configurations situées d’acteurs ? Quelles sont les échelles pertinentes de l’analyse et comment comprendre des différences au niveau des échelles ? Jusqu’où peut-on descendre dans l’analyse des échelles ? Dans ses recherches, elle a en effet dû se rendre compte que l’analyse du niveau domestique (modernisation de certaines maisons) pouvait informer sur les différences. Elle questionne de ce fait l’importance de la pluralité in fine des situations. Si on prend au sérieux la fin des grands récits, on devrait en effet considérer la situation particulière comme partie prenante de ce qui se joue. Ces configurations d’êtres vivants et de choses sont ainsi incarnées au sens plein du terme. Mais comment alors situer ses recherches ?

La démarche la plus classique des sciences sociales consisterait à comparer des objets très situés (micro) pour comparer des situations qui sont construites à un niveau plus élevé (généralement le niveau national). B.v.H. pense cependant que c’est trop insuffisant. Elle mentionne les analyses des systèmes complexes qui se sont développées dans la géographie et qui permettent d’articuler le local au global. Cette posture ne permettrait cependant pas d’intégrer les acteurs ni de comprendre le sens que ces derniers donnent aux choses. B.v.H. s’interroge ainsi sur une approche qui permettrait aussi d’intégrer une approche compréhensive et le rôle des acteurs et réintégrer les objets et le non-humain dans l’analyse. Elle en vient aussi à réfléchir à la détermination ou la force des lieux qui influenceraient sur la décision et la liberté des acteurs et s’interroge sur les outils qui permettraient d’analyser ses choix. Enfin, B.v.H. conclut avec l’idée que les situations seraient elles-mêmes labiles. Dans son projet sur les frontières fantômes, elle a en effet pu observer que les situations étaient en redéfinition permanente par les acteurs et qu’il faut toujours aussi mettre en évidence ce contexte particulier. Cette prise de conscience remettrait ainsi en question l’approche de Fernand Braudel pour qui l’espace était quelque chose de figé. 

Dans son intervention, Masha Cerovic a partagé des réflexions sur l’espace qu’elle a pu développer d’abord dans le cadre de ses recherches de thèse sur les partisans soviétiques puis dans son nouveau projet sur les relations russo-kurdes au 19ème siècle. Elle nous offre ainsi la perspective d’une historienne confrontée au fait que son terrain – avant tout constitué par l’espace des archives – n’est pas toujours abouti ni vraiment construit. Contrairement aux autres disciplines, ce terrain ne permettrait pas de comprendre la matérialité spatiale qu’ont vécue les acteurs. Pour M.C., les archives représenteraient un espace produit par l’Etat dans lesquelles on peut lire une projection spatiale très spécifique de cet Etat. Contrairement aux autres sciences sociales, la montée en généralité ne poserait par contre pas de problème aux historiens qui partagent en général une présomption de généralité. Ainsi, les études de cas sont traitées ici comme de simples illustrations.

Les difficultés auxquelles M.C. est confrontée sont de ce fait plutôt liée à la construction du terrain par l’archive ainsi que l’incommensurabilité de l’espace étatique qui construit des territoires qui ne sont pas identiques ni compatibles. M.C. observe par ailleurs une tendance dans les recherches de développer des discours généraux sur des sujets tels que la violence de guerre qui omet très souvent de situer ces propos. On construirait souvent un espace imaginé de la violence qui renvoierait à l’animalité et qui serait différent de celui civilisé par exemple de la ville. En faisant cela, on ôte cependant la dimension spatiale de la situation qui est une partie essentielle de l’action, ce qui amène par ailleurs un appauvrissement de la réflexion.  

Ainsi, M.C. s’est retrouvée confrontée à la question suivante : Comment intégrer la situation à l’analyse de l’action sans évacuer la dimension spatiale? Elle propose de décliner cette question en 4 points: d’abord elle insiste sur l’importance de l’analyse des constructions spatiales par les acteurs et tout particulièrement les puissances étatiques. Car la spatialisation impacterait autant sur la pesée et l’action du chef d’état que celles des autres acteurs. Elle insiste ensuite sur le fait que l’espace est à la fois une ressource mais aussi une contrainte fondamentale pour chaque individu. Cet aspect devrait être pris en considération pour l’analyse de la construction d’un espace. Puis, elle s’interroge sur l’intégration de l’espace vécu et imaginé dans l’analyse, étant donné qu’une action est construite dans un espace matériel mais se déploie aussi dans les imaginaires. Il s’agit d’une imbrication des échelles pour les espaces qu’il faut prendre aussi en compte. Enfin, elle insiste sur le fait qu’elle est souvent confrontée à un problème d’ordre littéraire lorsqu’elle essaie de rendre compte de la dimension dynamique des territoires et de leur coproduction par des acteurs en concurrence.

La discussion a permis de revenir sur certains aspects soulevés par les deux interventions. Il était tout particulièrement question de la nécessité pour un(e) historien(e) de visiter les lieux sur lesquels il/elle écrit, l’importance de penser le terrain comme multi-situé (car les objets sociaux sont toujours multi-situés) et d’intégrer l’espace digital. La question de la positionalité du chercheur développée dans la géographie allemande fut aussi posée. Enfin, on a pu remarquer les limites des traductions en allemand de termes tels que « lieu », « espace », « situation » ou « jeux d’échelles ». Ceci serait entre autre l’effet des évolutions disciplinaires très différentes qu’on connut les sciences sociales (et tout particulier la géographie) en Allemagne et en France.

Compte-rendu : Johara Berriane


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.