06.02.2019 – Migrationskategorien im Spannungsbereich zwischen national und global

Mercredi 6 février 2019

Léa Renard

La séance a été consacrée à la présentation du travail de Léa Renard au travers d’une présentation intitulée « Le regard statistique. Une socio-histoire des catégorisations de la migration en Allemagne ».

La présentation s’est basée sur un article publié dans le journal Zeithistorische Forschungen intitulé « Mit den Augen den Augen der Statistiker. Deutsche Kategorisierungspraktiken von Migration im historischen Wandel » (https://zeithistorische-forschungen.de/3-2018/id=5613) et sur sa thèse «  Socio-histoire de l’observation statistique de l’altérité : Principes de classification colonial, national et migratoire en France et en Allemagne (1880-2010) » (en préparation aux universités de Potsdam et Grenoble) .

L’intervention a apporté un regard socio-historique sur les catégorisations de la migration en Allemagne. Comme point de départ, une publicité du Sénat Berlinois promouvant la participation à un concours intitulé « Vielfalt unternimmt. Berlin würdigt migrantische Unternehmen » à partir de laquelle Léa Renard présente les catégories de la migration utilisées : « migrantisch », « Migrationsbezug » et le concept central de sa présentation « Migrationshintergrund ».

La notion de « Person mit Migrationshintergrund » est définie officiellement par le Statistisches Bundesamt comme étant une personne qui elle-même ou dont au moins l’un des parents est né(e) avec une nationalité autre que celle allemande.

Léa Renard se demande quand cette notion est apparue dans le débat public en Allemagne. Est-ce une notion que le Statistisches Bundesamt a développé lui-même ou est-ce qu’elle a été importée ? Comment s’est passé le changement de la catégorisation statistique de la migration qui a abandonné la notion de mouvement pour y intégrer une notion davantage identitaire ?

La question centrale de la présentation est celle de la manière dont la statistique construit la migration comme dimension de l’altérité.

Eléments centraux de la thèse de Léa Renard : Pour analyser les catégories administratives de la migration, Léa Renard recourt à la sociologie de la connaissance, notamment à l’ouvrage de Peter L. Berger et Thomas Luckmann (Construction sociale de la réalité, 1966), ainsi qu’aux travaux de Pierre Bourdieu (1993). Selon ces auteurs, la réalité est construite à partir du savoir quotidien et des catégories de la pensée. Ce sont donc à l’aide de catégories que la réalité se construit.

Les catégories statistiques sont productrices de similarités vers l’intérieur (rassemblent différentes personnes sous une même catégorie) et de différences vers l’extérieur (distinguent ce groupe des autres groupes construits) (Heintz, 2016 et Jenkins, 2000). Pour cela, la statistique sélectionne des critères de définition et hiérarchise en créant de la distance et de la proximité entre les différentes catégories, notamment celles de personnes (Boersma et Schinkel, 2015).

Les périodes étudiées dans la thèse sont 1880-1914 et 1990-2010 en France et en Allemagne. Dans les deux pays, alors que sur la période plus ancienne les catégories de la migration caractérisaient davantage le déplacement (et décrivaient essentiellement les mouvements d’émigration), sur la période plus récente ces catégories caractérisent davantage l’identité sur le territoire.

Elle retrace ensuite l’apparition de la catégorie de Migrationshintergrund en Allemagne sur la période récente. Elle apparaît en 1998 sous la plume d’Ursula Boos-Nünning (1998) dans un rapport  sur la jeunesse (origine dans la sociologie de l’éducation). La catégorie est reprise ensuite en 2003 à l’occasion de l’enquête européenne PISA et permet de montrer les inégalités scolaires que rencontrent les enfants avec Migrationshintergrund. Elle fait son entrée au Statistisches Bundesamt en 2006 à l’occasion de l’apparition de nouvelles questions intégrées au micro-recensement allemand (lieu de naissance des parents, nationalité des parents, etc.). C’est à l’occasion des analyses des premiers résultats en 2006 que cette catégorie se diffuse dans le discours institutionnel et qu’elle s’impose rapidement comme la catégorie principale pour caractériser la migration en Allemagne.

Cette catégorie est notamment utilisée par les politiques publiques lors des campagnes visant l’intégration des étrangers lorsque le contexte démographique et du marché du travail y est favorable (les étrangers doivent dans tous les cas montrer leur « utilité » pour qu’il y ait une volonté de les intégrer). La catégorie de « Flucht » depuis 2015 s’intègre dans ce même paradigme.

 

DISCUSSION :

De nombreuses questions ont été posées lors de la discussion. Elles ont notamment permis de préciser des points de méthode sur les périodes retenues et sur les catégories comparées dans le temps et l’espace. Une discussion a été engagée sur la différence entre les catégories ordinaires et les catégories statistiques et sur l’éventuelle contradiction qui existe entre les deux (alors que la catégorie ordinaire de Migrationshintergrund correspond à une vision ethnicisée et classisée de la migration, la catégorie statistique est beaucoup plus large puisqu’elle englobe notamment tous les étrangers, qu’ils soient défavorisés ou non, qu’ils soient ressortissants européens ou non  (comme de nombreux membres du Centre Marc Bloch, alors qu’ils ne se reconnaissent pas dans cette catégorie). La question de l’acceptation individuelle de cette catégorie statistique a également été discutée. Un autre point a été celui des autres catégories de la migration utilisée par les offices de la statistique à travers le temps.

Références :

Boersma Sanne et Schinkel Willem, « Imagining society: Logics of visualization in images of immigrant integration », Environment and Planning D: Society and Space, vol. 33, no 6, Décembre 2015, pp. 1043‑1062.

Bericht über die Lebenssituation von Kindern und die Leistungen der Kinderhilfen in Deutschland Zehnter Kinder- und Jugendbericht –, Deutscher Bundestag, 13e législature, Drucksache 13/11368, Sachgebiet 2162, 25.08.1998.

Bourdieu Pierre, « À propos de la famille comme catégorie réalisée », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 100, no 5, 1993, pp. 32‑36.

Heintz Bettina, « „Wir leben im Zeitalter der Vergleichung.“ Perspektiven einer Soziologie des Vergleichs », Zeitschrift für Soziologie, vol. 45, no 5, 2016, pp. 305–323.

Jenkins Richard, « Categorization: Identity, Social Process and Epistemology », Current Sociology, vol. 48, no 3, Juillet 2000, pp. 7‑25.

Compte-rendu : Jérémy Geeraert


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.