10.04.2019 – Séance d’ouverture du Sommersemester

Mercredi 10 avril 2019

Au cours de cette première séance, nous avons discuté du programme et des objectifs du semestre, et entendu les présentations des projets de recherche de trois nouveaux membres du pôle. Claire Demoulin, Diane Barbe, Jonas Nchoundoungan

Claire Demoulin nous a présenté son travail de thèse, dont elle commence la rédaction, sur les migrations d’artistes et d’intellectuels allemands dans les studios californiens dans l’Entre-deux-guerres. Sa recherche s’articule autour de trois thèmes : l’émergence du biopic comme genre sous l’influence de William Dieterle, réalisateur allemand arrivé en 1930 aux Etats-Unis ; l’influence de ce père du genre sur l’immigration allemande vers les Etats-Unis dans les années 30 ; l’importance de la Warner dans ces migrations et en tant qu’environnement de travail pour ces artistes et intellectuels allemands. C’est un travail qui vise à montrer dans quelle mesure les interactions entre les acteurs entraînent une reconfiguration de l’environnement de travail (la Warner) et influencent le genre du biopic. En effet les biopics en question, qui racontent les histoires de figures du 19ème siècle européen, portent toujours la marque de l’exil qu’ont vécu leurs réalisateurs et scénaristes, alors même que ce n’est pas leur thématique principale.

Ainsi, il s’agit d’un travail au croisement entre SHS et études cinématographiques, sur les transferts culturels et les réseaux, avec Dieterle comme connecteur central de 3 réseaux de migration vers les studios : celui des acteurs (un réseau qui se traduit spatialement par la concentration de ces immigrés dans un certain quartier de Los Angeles), celui de la presse des allemands émigrés, et celui du European film fund, en charge de lever des fonds auprès des immigrés allemands et d’obtenir des visas pour faire venir les artistes et intellectuels d’Allemagne.

Claire Demoulin s’appuie sur trois types de sources : la correspondance de ces intellectuels et artistes qui sont archivées à la cinémathèque de Berlin, aux archives de Ludwigshafen, et dans les studios de la Warner ; le dossier FBI de Dieterle ; les archives du European film fund qui donnent des informations précieuses sur le moment de la migration (attente, traversée). La centralité de Dieterle dans cette recherche est justifiée par deux éléments : d’une part, c’est lui qui est le père du genre du biopic, avec des productions qui portent l’empreinte de l’exil, et d’autre part il est au croisement des trois réseaux évoqués, dans une position quasiment centrifuge.

Diane Barbe est post-doctorante. Elle a une formation d’historienne mais s’inscrit, comme Claire Demoulin, dans les études cinématographiques et audio-visuelles. Dans son travail de thèse, elle s’est penchée sur les représentations cinématographiques de Berlin entre 1961 et 1989, avec un corpus de 80 films (docu et fiction), de RDA comme de RFA. Sa démarche était géo-centrée, autour de l’espace urbain et de la pratique de la ville par les personnages. Sa thèse participe donc à l’écriture d’une histoire visuelle de la ville divisée, mais en proposant une histoire croisées des deux côtés de la ville. Méthodiquement, elle emprunte à la géographie avec la traduction en carte de l’enquête empirique, dans le cadre d’une ciné-cartographie de Berlin. D’autre part, son travail a permis une inventorisation exhaustive des films documentaires et de fictions produit dans les deux Allemagne sur cette période – une base de données qu’elle souhaiterait continuer à exploiter, pour l’éditer et la diffuser.

Dans un projet post-doctoral, elle s’apprête à reprendre la même posture méthodologique pour aborder les représentations audio-visuelles de Berlin-Est et des nouveaux Länder à travers la problématique du processus de transformation économique. A partir de sources hétérogènes (fiction, documentaires, séries télévisées), elle souhaite mettre en lumière les énoncés produits sur ces processus de transformation. Cette recherche sera donc axée sur la notion d’expérience postsocialiste et comprendra deux volets. D’une part un état des lieux de la production visuelle incluant une chronologie et une typographie (qui fabrique, pour qui, et comment ce contenu audio-visuel), et d’autre part l’analyse d’un corpus restreint autour de trois axes : le regard collectif porté sur cette désindustrialisation, l’inscription des individus filmés dans cet espace, et les processus de transformation et de recomposition de cet espace avec la problématique des luttes sociales.

Enfin, Diane Barbe travail au scénario d’un film documentaire sur la question de la désindustrialisation dans l’ancienne ville industrielle modèle d’Eisenhüttenstadt dans le Brandenburg.

Jonas Nchoundoungan, arrivé en 2016 en Allemagne et demandeur d’asile, interroge dans son travail de thèse intitulé “Asylum seekers and tolerated migrants and their strategies to access the German labor market: A comparative study of Berlin and Eberswalde”, le cadre légal et juridique ainsi que les difficultés de cette procédure et de cette expérience. Il enquête pour cela auprès de deux catégories de migrants : les migrants légaux et les migrants tolérés. C’est-à-dire d’une part ceux qui ont déposé une demande d’asile et ont un statut intermédiaire en attendant la réponse, et d’autre part ceux dont la demande a été rejetée mais dont la présence est tolérée pour des raisons diverses (notamment de santé) qui rendent leur expulsion impossible. Les deux catégories sont dans la même position de vulnérabilité extrême face au droit du travail, et leur permis de travail dépend uniquement de la décision de l’Agentur für Arbeit. Son travail, à dominante géographique, repose sur une comparaison entre Berlin et Eberswalde, et s’articule autour de la question des possibilités de travail pour les migrants dans ces deux villes.

Il se pose d’une part la question des stratégies développées par les deux catégories de migrants pour agir et travailler malgré un cadre légal extrêmement restrictif et contraignant, et d’autre part la question de savoir comment ces migrants parviennent à vivre et à prendre soin de leur famille. Méthodologiquement, il s’agit donc d’une approche à la fois en termes de réseaux, mais aussi d’une analyse, à l’échelle individuelle, des moyens de vie et de leur durabilité. Il a débuté son enquête sous la forme de l’observation participante en suivant les migrants dans leur démarche (auprès des administrations, des avocats, des hôpitaux), afin d’identifier les différents problèmes et le niveau auxquels ils se situent. Il souligne que cette enquête est rendue possible et facilitée par sa propre trajectoire, qui le place immédiatement dans une relation de confiance avec les enquêtés. Toutefois, il ne réalise pas une enquête ciblée sur la communauté dont il est issu, mais s’intéresse à des migrants de toutes origines, qu’il rencontre en se rendant dans des centres d’accueil. Cette approche permet de viser une plus grande représentativité.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.