15.05.19. – « Des archives sans Etat: le cas kurde » avec M. Cerovic et E. Peyrat

Séance de séminaire du pôle « Mobilités, migrations et reconfiguration de l’espace », 15 mai 2019 

Masha Cerovic (Centre Marc Bloch, EHESS) et Etienne Peyrat (Sciences Po Lille) ont présenté leur projet ANR qui porte sur les relations russo-kurdes depuis la fin du 19ème siècle (ANR RUSKURD). Ce projet est composé de trois axes de recherches. Premièrement les relations russo-kurdes sont étudiées à travers les relations diplomatiques et militaires, notamment dans l’empire russe à la fin du 19ème siècle. En deuxième lieu est analysée la construction des savoirs sur les Kurdes en URSS. Enfin, la recherche met la focale sur les circulations et mobilisations transrégionales. Les deux intervenants se sont concentrés, dans leur présentation, sur le défi archivistique posé par leur projet. Faire face à ce défi permet, selon Macha Cerovic et Etienne Peyrat, de situer l’histoire des relations russo-kurdes dans une histoire transnationale. L’accent de la présentation était mis sur deux périodes – (i) celle de l’empire russe (1721-1917) à la fin du 19ème siècle et (ii) celle de l’Union soviétique (1922-1991).

(i) Se concentrant sur les relations diplomatiques et militaires dans l’empire russe à la fin du 19ème siècle, Masha Cerovic, souligne que les lieux des fonds d’archives reflètent la géographie impériale russe. Alors que les archives occidentales sont marquées par un discours ethnico-religieux sur les Kurdes, celles des consulats de l’empire russe font valoir les relations russo-kurdes en termes de conflit politique, voire idéologique. Ce conflit politique et idéologique est structuré par des questions sociales et économiques ainsi que par des oppositions de classes sociales. Ces questions et oppositions socio-économiques relèvent de conflits fonciers et agraires qui se conjuguent d’une manière intrinsèque avec les circulations et les expulsions de populations dans la région. Le travail sur les fonds d’archives consulaires et russes pose alors le défi de situer le récit dans le système régional. Ce dernier est, à la fin du 19ème siècle, caractérisé par l’affrontement de deux empires russe et ottoman en pleine phase de modernisation qui passe par une territorialisation s’appuyant sur le contrôle étatique de la sédentarisation et des frontières. La lecture des fonds d’archives doit « déterritorialiser» le discours des documents pour pouvoir saisir les relations transfrontalières qui marquent ce processus de modernisation. Le risque est de reproduire le discours en termes interne/externe que les auteurs des documents construisent pour justifier la territorialisation.

Focalisant ses recherches sur la période de l’URSS, Etienne Peyrat travaille davantage à partir des fonds d’archives qui relèvent, d’une sorte de zone floue entre activisme kurde et documentation étatique sur les Kurdes. Ces fonds, plus ou moins clandestins, informels et surtout non systématisés, mettent à jour la géographie sociale et de circulation des Kurdes en Union soviétique ainsi que dans des pays d’Asie. Des rapports, écrits pour des institutions soviétiques, dressent un portrait quasiment sociologique des Kurdes en Géorgie par exemple et expliquent les positions professionnelles des Kurdes à Tiflis, notamment comme balayeurs et concierges. Dans ces archives mi activiste mi étatique, les rapports sont juxtaposés à des collections privées de lettres en différentes langues entre Kurdes vivant ou séjournant dans un espace assez large, allant des républiques soviétiques, en passant par l’Irak ou l’Iran, jusqu’à la Chine. Les fonds d’archives qu’Etienne Peyrat a pu identifier témoignent au moins de deux aspects. D’abord, ils rendent visible que les institutions soviétiques ont constitué un espace d’expression pour les Kurdes avant les années 80. Cet espace d’expression reposait sur l’imbrication de l’activisme kurde et la production étatique de connaissances sur les Kurdes. Ensuite, les relations russo-kurdes en URSS ont évolué, à partir des années 1980, davantage au prisme des enjeux géopolitiques au Proche Orient et en Asie de l’Ouest. L’activisme kurde en URSS a reposé alors davantage sur des institutions intermédiaires en étranger, telle que l’Académie de la culture kurde en Iraq, et l’échange, notamment par lettres, entre militants kurdes. Les fonds d’archives de la période de l’URSS non seulement confrontent les chercheurs à une série de questions techniques, pratiques et linguistiques, mais posent également le problème de distinction entre activisme kurde et activités étatiques. C’est notamment le cas du groupe qui avait animé des émissions en langue kurde diffusées par Radio Erevan, et dont les archives sont maintenant entre des mains privées.

La discussion sur la présentation de Macha Cerovic et d’Etienne Peyrat a porté sur les transformations du discours d’arriération des Kurdes – un discours qui marque à la fois la période de l’empire russe à la fin du 19ème siècle et celle de l’URSS. Par ailleurs, elle a conduit à une réflexion sur les difficultés méthodologiques posées par la diversité de matériaux et l’éparpillement de types d’archives. Cette diversité et cet éparpillement reflètent la situation des acteurs et représente alors une partie intégrale de l’objet sur lequel porte la recherche.

Compte-rendu: Nikola Tietze


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.