9.11.2021 – Monter un projet franco-allemand de recherche interdisciplinaire : les expériences d’ACCESS+ – Olivier Giraud / Nikola Tietze

Les projets comparatifs comme les projets ANR-DFG nous amènent à repenser nos usages et notre rapport à la comparaison. Bien au-delà des contraintes spécifiques des appels d’offre comportant une comparaison internationale, trois dimensions complémentaires de la comparaison nous semblent spécialement stimulantes dans un tel projet. Toutes trois ramènent à la dimension historique des sciences sociales et sont en tension avec la capacité de la comparaison de contribuer à la construction théorique.

En premier lieu, dans les réponses à appel d’offre, la partie « état de l’art » invite à construire les questions de recherche, et à préciser les notions qui servent de base à la réflexion à partir de la littérature existante, de ses résultats, mais aussi de ses lacunes. Cette partie conduit à un dialogue, par exemple, entre les littératures francophones, germanophones, mais aussi « internationales », qui souvent s’avère productif. Notamment, les déplacements transfrontaliers dans la formulation des questions ramènent au statut profondément historique des sciences sociales, y compris pour ce qui touche à la construction théorique. Nous pourrons en produire quelques exemples à partir de la recherche AccessPlus.

Deuxièmement, dans des contextes nationaux (ou à une autre échelle comme celle de l’Union européenne), des dynamiques historiques peuvent être mises en rapport, par exemple de la façon dont le suggère la perspective de « l’histoire croisée », autour d’un enjeu comparable. Dans le cas du projet AccessPlus, reconstruire les trajectoires historiques singulières de la France et de l’Allemagne vis-à-vis des discriminations ou vis-à-vis des impulsions européennes à l’égard du traitement égal, en sont de bons exemples.

Enfin, en troisième lieu, une comparaison dans le cadre d’un projet de recherche type ANR-DFG, est également une invitation à occuper un espace intermédiaire entre la comparaison des notions et cadres théoriques ou analytiques, d’une part, et la comparaison des situations historiques, de l’autre. Par l’application de notions analytiques construites dans la littérature ou adaptées pour les soins de la comparaison, on conçoit un rapport supplémentaire à la comparaison. Dans le cas de la recherche AccessPlus, le recours au concept de citoyenneté sociale, dans une définition bien spécifique (d’ailleurs forgée pour la comparaison de deux situations internationales impliquant d’autres pays qui étaient les Pays-Bas et la Suède !), a permis de construire un cadre utile à la comparaison entre l’Allemagne et la France. Ce cadre nous donne à voir des différences entre les deux configurations nationales, susceptibles de renvoyer à des mécanismes féconds dans le cadre de cette comparaison.

Ein deutsch-französisches interdisziplinäres Forschungsprojekt konzipieren: Erfahrungen im Rahmen von ACCESS+

Vergleichsprojekte wie die ANR-DFG-Projekte geben Anlass, unsere Verwendung von und unser Verhältnis zu Vergleichen zu überdenken. Abgesehen von den Zwängen, die sich aus der Ausschreibung solcher Projekte ergeben, sind in unseren Augen drei komplementäre Dimensionen des Vergleichens besonders erkenntnisgewinnend. Alle drei gehen auf die Historizität der Sozialwissenschaften zurück. Alle drei stellen die Historizität der Sozialwissenschaften in den Blick und stehen zugleich in einem Spannungsverhältnis zur Theoriebildung durch den Vergleich.

Erstens lädt der Abschnitt „Forschungsstand“ im Rahmen von Ausschreibungen dazu ein, Fragen und Begriffe zu formulieren, die ausgehend von der vorhandenen Literatur, ihrer Ergebnisse wie auch ihrer Unzulänglichkeiten als Reflexionsgrundlage dienen. Er stellt zum Beispiel die französisch- und deutschsprachige Literatur, aber auch „internationale“ Literatur in einen Dialog, der sich oft als produktiv erweist. Insbesondere die grenzüberschreitenden Verschiebungen bei der Formulierung von Fragen rückt den zutiefst historischen Status der Sozialwissenschaften wie auch der Theoriebildung ins Licht. Wir werden dazu einige Beispiele aus unserem AccessPlus-Projekt geben.

Zweitens können in nationalen Kontexten (oder in einem anderen Maßstabskontext wie dem der Europäischen Union) historische Dynamiken zu einem vergleichbaren Thema in Beziehung zueinander gesetzt werden, wie beispielsweise die Perspektive der histoire croisée vorschlägt. Die besonderen historischen Entwicklungen Frankreichs und Deutschlands in Bezug auf Diskriminierung oder in Bezug auf die europäischen Impulse zur Gleichbehandlung nachzuvollziehen, was wir im Rahmen unseres AccessPlus-Projekts anstreben, ist hierfür ein gutes Beispiel.

Drittens schließlich lädt der Vergleich im Rahmen eines Forschungsprojekts des Typs ANR-DFG dazu ein, einen „Zwischenraum“ zwischen dem Vergleich theoretischer oder analytischer Begriffe sowie Rahmen einer- und andererseits dem Vergleich historischer Situationen einzunehmen. Dank der Anwendung von analytischen Begriffen, die auf der Basis der Literatur und im Hinblick auf den Vergleich entwickelt worden sind, ist es möglich, eine weitere Vergleichsbeziehung zu konzipieren. Für die AccessPlus-Forschung hat uns der Rückgriff auf das Konzept der social citizenship in einer sehr spezifischen Definition (die im Übrigen für den Vergleich zweier internationaler Situationen mit anderen Ländern, nämlich den Niederlanden und Schweden, konzipiert wurde!) einen nützlichen Rahmen für den Vergleich zwischen Deutschland und Frankreich eröffnet. So werden Unterschiede zwischen den beiden nationalen Konfigurationen sichtbar. Diese Unterschiede könnten auf interessante soziale, politische oder auch historische Mechanismen hinweisen.

Olivier Giraud und Nikola Tietze (Lise-CNRS, CMB)

3.11.2021 – City, State. Constitutionalism and the Megacity (book presentation) – Ran Hirschl

More than half of the world’s population lives in cities; by 2050, it will be more than three quarters. Projections suggest that megacities of 50 million or even 100 million inhabitants will emerge by the end of the century, mostly in the Global South. This shift marks a major and unprecedented transformation of the organization of society, both spatially and geopolitically. Our constitutional institutions and imagination, however, have failed to keep pace with this new reality. Cities have remained virtually absent from constitutional law and constitutional thought, not to mention from comparative constitutional studies more generally. As the world is urbanizing at an extraordinary rate, this book argues, new thinking about constitutionalism and urbanization is desperately needed. In six chapters, the book considers the reasons for the “constitutional blind spot” concerning the metropolis, probes the constitutional relationship between states and (mega)cities worldwide, examines patterns of constitutional change and stalemate in city status, and aims to carve a new place for the city in constitutional thought, constitutional law, and constitutional practice.

Ran Hirschl (University of Toronto)

12.10.2021 – Berlin : polyphonie cartographique d’un imaginaire – Marion Picker / Julio Velasco

Berlin : son histoire, sa population changeante et ses espaces complexes ont laissé bien de traces dans les recherches menées au Centre Marc Bloch depuis sa création en 1992. Nous proposons une exposition-installation issue d’une collaboration, menée au Centre Marc Bloch, qui nous permet de nous interroger sur le caractère collectif, situé et sensible de nos recherches en sciences humaines et sociales, ainsi que sur les interférences entre nos méthodes. Il s’agira de créer un ensemble de « lieux » dans un espace d’exposition, des stations composées de supports textuels et visuels (cartes) ainsi que de haut-parleurs. Dans cette séance du séminaire nous allons présenter ce projet et discuter les différentes manières dont l’exposition-installation peut s’appuyer sur les recherches et les démarches méthodologiques des membres du pôle ainsi que les collègues intéressé.es du Centre.

//

Berlin: seine Geschichte, seine sich immer wieder verändernden Bewohner*innen und seine komplexen Räume haben zahlreiche Spuren in der Forschung des Centre Marc Bloch seit seiner Gründung im Jahr 1992 hinterlassen. Wir schlagen eine Ausstellung-Installation vor, die aus einer Zusammenarbeit im Centre Marc Bloch hervorgehen soll und die es uns ermöglicht, den kollektiven, situierten und sensiblen Charakter unserer geistes- und sozialwissenschaftlichen Forschung wie auch die Überschneidungen und Verbindungen zwischen unseren Methoden zu befragen. Ziel ist es, in einem Ausstellungsraum eine Reihe von “Orten” zu schaffen, die aus textuellen und visuellen Elementen (Karten) sowie Lautsprechern bestehen. In der Seminarveranstaltung wollen wir das Projekt vorstellen und die verschiedenen Möglichkeiten diskutieren, wie die Ausstellung-Installation auf den Forschungsarbeiten und methodologischen Ansätzen der Mitglieder des Pols und interessierter Kollegen des Centre aufbauen kann.

Marion Picker (CMB, Université de Poitiers) et Julio Velasco (CMB)

Confinement

Olivier Giraud und Nikola Tietze

Kontakt- und Mobilitätsverbote zur Bekämpfung der Covid-19-Pandemie werden in Frankreich mit dem Wort confinement bezeichnet, das in der Regel mit Lockdown ins Deutsche übersetzt wird. Diese Übersetzung verkennt jedoch die unterschiedliche Gewichtung und Kontrolle der räumlichen Mobilitäts- und sozialen Kontaktrestriktionen im französischen confinement und im deutschen Lockdown. Das französische Wort confinement bezeichnet seit dem Ausbruch der Covid-19-Pandemie zunächst und vor allem die Einschränkung der Bewegungsfreiheit, die dann in ihrer Konsequenz soziale Kontakte verhindert bzw. reduziert hat. Der Terminus Lockdown hingegen apostrophiert in Deutschland Kontaktbeschränkungen, aus denen Mobilitätsrestriktionen folgen (oder mitunter auch nicht folgen). Die erhobenen Zahlen über die Arbeit im Homeoffice in Frankreich und Deutschland während der ersten Welle der Covid-19-Pandemie deuten die unterschiedliche Gewichtung von räumlichen Mobilitäts- und sozialen Kontaktrestriktionen an: Zwischen März und April 2020 haben in Deutschland 45% der öffentlich Beschäftigten und 42% der privat Beschäftigten ihren Arbeitsplatz weiterhin aufgesucht, in Frankreich hingegen 39% der Beschäftigten des öffentlichen Sektors und 25% der privat Beschäftigten (Cautrès & Rouban 2020, 211). Waren in Deutschland lebende Bürgerinnen und Bürger in den letzten 18 Monaten immer wieder mit Fragen über die Anzahl von zusammenkommenden Haushaltsmitgliedern oder mit Beherbergungsverboten beschäftigt, wurde die gesamte französische Bevölkerung durch strikte Bewegungsverbote in denselben Zeitraum phasenweise quasi unter Quarantäne gestellt.

Continuer la lecture

06.07.21 – “Accéder aux populations migrantes à travers une enquête qualitative généraliste sur les effets du confinement : Discussion méthodologique et premiers résultats” – Grégory Beltran.

Pendant le premier confinement en France, de mars à mai 2020, le projet Epidemic (https://epidemic.hypotheses.org/) financé par l’ANR et la région Occitanie a été mis en place. Il comportait un volet en sciences sociales conduit par le collectif des Confins, qui a mené une enquête qualitative pour analyser les effets différentiels de la mesure sur les populations. Pour documenter et enquêter sur une situation dans laquelle les chercheur.e.s étaient également « embarqué.e.s », car confiné.e.s et soumis.e.s aux mêmes incertitudes de la période, le protocole de recherche a évolué au cours du confinement. De nouveaux.elles chercheur.e.s ont été intégré.e.s afin notamment d’accéder à des population dominées non présentes dans le corpus de départ. La présentation sera l’occasion de revenir sur cette enquête et ses évolutions, avec une focale sur les populations migrantes intégrées à la démarche et les questions méthodologiques qui en découlent.

Compte rendu de Nikola Tietze

Grégory Beltran a présenté d’abord la démarche méthodologique et ensuite de premiers résultats de l’enquête du collectif des CONFINS (CONFinement et Inégalités Sociales), rattaché à l’IFERISS (Institut Fédératif d’Etudes et de Recherches Interdisciplinaires Santé et Société, Toulouse).

L’axe du projet Epidemic (https://epidemic.hypotheses.org/) mené par le collectif des CONFINS et porté par Jean-Charles Basson, Grégory Beltran, Laurence Boulaghaf, Alizé Cavé, Eléonore Coeurdevey, Alfonsina Faya Robles, Sarah Nicaise et Alexandra Soulier, a eu pour objectif d’enquêter sur le quotidien de la population française, notamment des classes populaires, durant le premier confinement du 17 mars 2020 au 11 mai 2020. L’enquête est partie de l’idée que ce confinement représente un observatoire des inégalités sociales et de l’ordre sanitaire en France. Les chercheur.es se sont saisi.es de cet observatoire par différents concepts sociologiques et anthropologiques, notamment par celui des dispositions qui deviennent ressources (Bourdieu, Lahire), celui de la gouvernementalité (Foucault, Elias), celui des classes populaires (Schwartz) ou encore celui de l’intersectionnalité (Bereni, Crenshaw, Revillard, Pézeril). L’hypothèse commune était cependant que le confinement, présenté comme exceptionnel, aurait moins introduit des formes de rupture dans les conditions de vie que reconduit des rapports de domination structurant les relations sociales. En enquêtant sur les inégalités sociales, les pratiques quotidiennes et l’accès à la santé durant le confinement, il serait alors possible d’étudier des problèmes sociaux structurels.

Continuer la lecture

13.07.2021 – A Colonial Project: Afghanistan’s Migration Policy – Lisa Schuster / Reza Hussaini

Afghanistan has recently developed a Comprehensive National Migration Policy (CMP). In spite of the significance of migration in Afghan cultural, economic, political and social life – this impulse comes, not from the Afghan government or civil society, but from Europe, specifically from European Union Member States such as Germany, who received many of the 250,000 Afghans who applied for asylum in Europe in 2015. Perhaps inevitably the goals of Afghan migration policy are being set by European governments, who are in turn responding to their own domestic pressures and operating within particular ‘policy frames’. This paper explores the role played by the European Union and its Member States in shaping the migration policy of the Afghan government since the fall of the Taliban regime, but concentrating in particular on the process leading up to the CMP. Hussaini and Schuster examine who sets the agenda, whose interests are served (and whose ignored), and the challenges in developing and implementing policy in a country at war, and at the mercy of internal and external enemies.

Lisa Schuster / Reza Hussaini (City, University of London)

22.06.2021 – Catégorisations soviétiques et (im)mobilités forcées: les “Allemands” en Lettonie soviétique (1645-1990) – Lucie Lamy

Catégorisations soviétiques et (im)mobilités forcées : les »Allemands« en Lettonie soviétique

En dépit de l’émigration quasi-exhaustive des “Germano-Baltes” (minorité germanophone d’Estonie et de Lettonie) au cours des années 1939-1941 en direction du “Troisième Reich”, il reste dans l’après-guerre des citoyens soviétiques catégorisés comme “Allemands” par les autorités de la République Socialiste Soviétique de Lettonie. Cette catégorie ethnique, qui est assignée aux individus indépendamment de leur auto-identification, a pu avoir des conséquences majeures (et souvent dramatiques) sur la vie des personnes concernées. Dans un contexte de régulation coercitive des mobilités, l’ascription de la “germanité” impacte fortement les trajectoires (au sens propre) des vies “allemandes” en Lettonie soviétique : de la déportation en Sibérie jusqu’à la possibilité (exceptionnelle) d’émigrer vers l’Allemagne, en passant par l’interdiction d’emménager dans une ville ou encore l’obligation de quitter un logement, l’intervention mettra en lumière diverses formes de mobilités et d’immobilités forcées, ainsi que toute la série de réactions, choix et stratégies – ni totalement libres, ni totalement subies – qu’elles entraînent de la part des individus concernés. Il s’agira ainsi de retracer des parcours mettant en évidence divers effets de la catégorisation et de la surveillance des citoyens soviétiques “allemands”.

Sowjetische Kategorisierungen und Zwangs(im)mobilitäten: “Deutsche” in Sowjetlettland

Trotz einer fast vollständigen Auswanderung der “Deutsch-Balten” (der deutschsprachigen Minderheit Estlands und Lettlands) in den Jahren 1939-1941 in das “Dritte Reich”, stuften die Behörden der Sozialistischen Sowjetrepublik Lettland in der Nachkriegszeit Sowjetbürger als “Deutsche” ein. Diese ethnische Kategorie, die Personen unabhängig von ihrer Selbstidentifikation zugewiesen wurde, hatte in vielen Fällen große (oft dramatische) Auswirkungen auf das Leben der Betroffenen. Im Kontext der Zwangsregulierung von Mobilitäten konnte die Zuschreibung des “Deutschseins” einen starken Einfluss auf die Lebenswege (im buchstäblichen Sinn) der “Deutschen” im sowjetischen Lettland haben: Von der Deportation nach Sibirien bis zur (seltenen) Möglichkeit, nach Deutschland zu emigrieren, über Zuzugsverbote in eine bestimmte Stadt oder den Zwang, eine Wohnung zu verlassen. Der Vortrag wird verschiedene Formen von Zwangsmobilitäten und -immobilitäten beleuchten, sowie einer daraus resultierenden Reihe von – weder völlig freien, noch völlig erzwungenen – Reaktionen, Entscheidungen und Strategien auf Seiten der betroffenen Individuen nachgehen. Ziel ist es, Wege herauszustellen, die die verschiedenen Auswirkungen der Kategorisierung und Überwachung “deutscher” Sowjetbürger aufzeigen.

Lucie Lamy (Université de Paris / CMB)

08.06.2021 – Projektvorstellungen – Cédric Jürgensen / Coline Rousteau

Die Auswirkungen des Brexits auf die Grenzen Europas am Beispiel Calais-Dover – Forschungsansätze und -perspektiven

Cédric Jürgensen (Universität Leipzig)

Faire voir l’exil au guichet : une recherche-création sur la mise en espace et en images des gestions et affections bureaucratiques de la migration en France et en Allemagne

Coline Rousteau (Université de Lille / CMB)

18.05.21 – “Construction d’une méthodologie d’enquête participative sur le vif : le projet « Récits confinés »” – Pierrine Didier

Compte-rendu de Nikola Tietze

En mars 2020, les interrogations provoquées par la situation inédite du confinement ont fait naître l’envie de recueillir des témoignages, sur le vif, afin de documenter cette période. L’équipe bénévole, composée d’anthropologues et d’un artiste-auteur historien de formation, a lancé le projet « Récits Confinés ». La dimension souhaitée de ce projet était double : à la fois socio-anthropologique pour comprendre les expériences, adaptations et changements vécus par les individus pendant le confinement mais également historique, afin d’écrire les archives de demain. Sur le site internet créé pour l’occasion (www.recitsconfines.net) nous avons mis à disposition une « trame de carnet » à télécharger, à compléter et à renvoyer de façon hebdomadaire par des participants volontaires en France puis, courant avril 2020, en Italie. Cette trame de carnet comportait plusieurs questions afin de cadrer mais également de motiver les participations. Les thématiques reprenaient les aspects de la vie quotidienne en confinement avec, par exemple, des questions sur le rapport au lieu de confinement, l’état du moral, le nombre de sorties du jour, les habitudes d’approvisionnement en nourriture, le rapport au corps, à l’hygiène, aux décisions gouvernementales ou encore les nouvelles expériences de socialisation. Nous nous sommes inspirés des journaux de confinement qui commençaient à fleurir dans les médias, tout en proposant aux participants de garder une trace de leurs témoignages. Nous nous sommes positionnés ainsi en opposition aux méthodes classiques d’enquêtes par questionnaire en ligne, qui, une fois complétés, ne reviennent jamais à l’envoyeur. Le discours écrit était laissé totalement libre et nous n’avons pas réalisé d’entretiens oraux avec ces participants (par faute de temps et de moyens humains). Les participants étaient cependant relancés chaque semaine, ce qui a très probablement permis une adhérence forte au processus d’enquête participative. Au terme des 15 semaines pendant lesquelles ce projet expérimental et participatif s’est déroulé, 116 participants (en France et en Italie) ont envoyé plus de 580 trames de carnet. Nous discuterons des spécificités et des limites de ce protocole « d’enquête participative par le recueil d’écrits suivant une trame suggérée » mis en place pendant le premier confinement en France.

Compte rendu de la séance avec Pierrine Didier

Le temps de la pandémie lors du premier confinement en France du 17 mars au 11 mai 2020 a imposé à toutes et tous une réalité identique qui a été vécu à partir des réalités socio-économiques différentes. Sur la base de ce constat, Pierrine Didier, anthropologue et chargée de recherche contractuelle au sein du Laboratoire Aménagement Economie Transports de l’ENTPE (LAET ; UMR 5593 CNRS), et Laurent Gontier, médiéviste et artiste-auteur, ont conçu le projet « récits confinés ». Ce projet avait pour objectif à la fois de documenter ce que les gens étaient en train de vivre et d’ébaucher des archives de demain de cette période. A la différence d’autres journaux du confinement et de questionnaires en ligne (Latour, 2021 ; Le Monde, 16 mai 2021 ; cf. aussi cf. Corpus confiné sur www.recitsconfinés.net), Pierrine Didier et Laurent Gontier ont bâti leur projet sur l’interaction avec celles et ceux qui participaient à leur journal du confinement et sur la tentative de maintenir cette interaction durant le premier confinement de 2020. Cette partie prise les a amenés à rester en contact avec les participants par mail et à (re)formuler, par semaines, des questionnaires structurés en deux parties : une trame à remplir une fois par jour et des questions résumant les expériences de la semaine (http://www.recitsconfines.net/index.html). La trame quotidienne était constituée de variables quantitatives et, avec le questionnaire hebdomadaire, de variables qualitatives.

Continuer la lecture

11.05.2021 – “La mémoire des plantes” : un projet de création plastique sur deux siècles. L’art comme méthode de travail dans la longue durée – Julio Velasco

La mémoire des plantes” est un projet en art, botanique et histoire qui se propose la reconstitution, à partir de leurs génomes, d’un ensemble de végétaux aujourd’hui éteint. Il a pour objet d’étudier la corrélation, qui peut être désignée par le terme “bio-social”, qui existe entre biodiversité et diversité sociale. En effet, si tout indique qu’il existe des liens reliant un groupe botanique à un ensemble humain, ces rapports apparaissent comme peu perceptibles sur une courte période, c’est pourquoi, cette recherche prend comme point de départ l’Expédition Botanique qui a eu lieu sur le territoire de l’actuelle Colombie à la fin du XVIIIe siècle.

Julio Velasco (CMB)

20.04.21- Rencontre de rentrée du groupe « Migration en temps de Covid-19 » – Compte-rendu

Par Nikola Tietze

L’échange autour des projets et des intentions de recherche entre les participants à cette rencontre a révélé quatre axes thématiques à propos « migration en temps de Covid-19 »

  • L’ethnographie du vécu et de la gestion de la crise du Covid-19.

Cette thématique renvoie à la problématique de faire du terrain en temps de Covid-19 et d’accéder à des données sur les situations de migrants. Elle soulève, d’abord, la question des méthodes de recherches et du besoin d’explorer davantage des terrains onlines et des outils électroniques. Il serait intéressant de recenser des expériences déjà faites avec ce type de terrains et de regarder des discussions sur ces outils dans des domaines autres que les études sur la pandémie. Ensuite, nous pourrions établir un répertoire des études déjà en cours et qui envisagent de rendre compte des situations spécifiques durant la pandémie. Nous pensons par exemple à des études comme « Confinement, conditions de vie et inégalités – COCOVI » (deux numéros de Population et Sociétés n°578 et n°579 sont consacrés à COCOVI), celles du Projet MigraChiCovid, sous la direction de Simeng Wang (CNRS, Cermes3) ou encore celle portant sur des « récits confinés », menée par les anthropologues Pierrine Didier et Véronique Duchesne.

Par ailleurs, les défis méthodologiques d’une ethnographie de situations en temps du Covid-19 amènent aussi à explorer le travail artistique et ses spécificités de mettre la focale sur le vécu et les expériences.

Exemples :

https://www.collegedesbernardins.fr/content/plaidoirie-pour-une-jurisprudence-patrick-bernier-et-olive-martin

  • La gestion sanitaire et le rapport à l’institution, à l’administration ou la bureaucratie.

L’année dernière a montré, sous multiples aspects et dans divers domaines, l’impact de la gestion sanitaire sur les rapports entre les institutions étatiques et les organismes de l’action publique, d’un côté, et les personnes, notamment les migrant.es, de l’autre. Des catégories administratives ont été redéfinies ou nouvellement introduites, des routines au guichets ont été mise en question, des interactions ont été suspendues/interrompues ou encore de nouvelles formes de travail, notamment dans le travail social, ont été expérimentées. Il s’agit de réfléchir sur les conséquences de ces transformations, dans une perspective historique et multi-située, en prenant compte à la fois la fabrique des règles sanitaires et des particularités et les professions dans les différents domaines de l’action publique et des règles sanitaires.

Exemples :

Aissatou Seck, Covid 19 au Sénégal en 2020 : Gestion étatique, perceptions et postures des populations dans la capital dakaroise, sur le blog « la bureaucratisation des sociétés africaines ».

Benoit Vaillot, L’invention d’une frontière sanitaire. La frontière franco-allemande face aux premières pandémies (fin XIXe siècle-1914)

Pour le travail social, cf. par exemple ogsa AG Migrationsgesellschaft (éd.), Soziale Arbeit in der Postmigrationsgesellschaft. Kristische Perspektiven und Praxisbeispiele aus Österreich.

  • Migration de travail en temps de Covid-19 et différentiations de la liberté de mouvement

La mobilité internationale et transfrontalière de travail a été fortement impactée par la crise de Covid-19. Des restrictions de mobilité ont particulièrement touché les travailleur.es avec des protections sociales et sanitaires précaires, voire inexistantes, c’est-à-dire les travailleur.es à la fois dans le secteur informel, où travaillent nombreux migrant.es avec des statuts de résidence précaire ou ‘sans papier’, et dans le secteur saisonnier (dans l’agriculture, le care, sur les chantiers ou dans des abattoirs). On a pu observer des inégalités et des discriminations par rapport aux « travailleur.es non-mobiles et nationaux » face aux conditions des quarantaines imposées, de l’accès aux tests, aux soins etc. En même temps, des règles spécifiques d’emploi ont été établies en fonction des secteurs économiques, reposant essentiellement sur une main-d’œuvre mobile, par exemple la récolte des asperges en Allemagne ou l’aide à domicile pour des personnes dépendantes en Autriche. Il serait intéressant de s’interroger sur ces différentiations, souvent dans l’ombre du droit du travail et du droit social, et sur les différents régimes de restrictions de la mobilité à l’intérieur de l’Union européenne.

Par exemple :

Boatca, Manuela: [Thou shalt] Honour the asparagus!: Romanian Agricultural Labour in Germany during the COVID-19 Season. 11.05.2020

Benjam, Raluca : Covid_19 and Disposable Migrant Workers. Verfassungsblog, 16.04.2020.

Safuta, Anna & Noack, Kristin: A magnifying glass for precarity and unfulfilled care needs. Friedrich Ebert Stiftung. 30.07.2020

Kovats, Eszter: European Solidarity? What European Solidarity? Care chains and East-West inequalities during the corona crisis. Friedrich Ebert Stiftung.16.04.2020

  • Les transformations et nouvelles formes des solidarités

Durant la crise, les solidarités mises en place par l’Etat et en œuvre par l’action publique, ont été mises sous pression. Dans certaines situations, par exemple au Maroc, la crise a accéléré, face aux urgences sociales et sanitaires durant la pandémie, la généralisation de la protection sociale et de l’accès aux soins. Dans d’autres, la crise a affecté les solidarités familiales ou communautaires, notamment en raison des restrictions de la mobilité ou a fait émerger de nouvelles formes de solidarité. L’intérêt de recherche dans le groupe porte notamment sur le rôle des ONG et sur les effets de leurs interventions sur les dynamiques solidaires.

Cf. à ce sujet :

Koly Fall, Solidarité et pratiques informelles dans les organisations communautaires : études de cas à Adéane et à Coubannao dans la région de Ziguinchor. Le prochain numéro de Culture, Practice & Europeanization – dirigé par Stefanie Börner – sera consacré aux Practices of solidarity during COVID

27.04.2021 – La frontiérisation de l’État-nation: contrôler l’entrée, la circulation et la sortie des étrangers du territoire marocain – Alimou Diallo

Entre 1912 et 1956, le territoire marocain était divisé en trois zones géographiques qui se recoupaient en trois systèmes de gouvernement des frontières : la zone française de l’Empire chérifien qui était gouvernée par la France, la zone espagnole qui était quant à elle administrée par l’Espagne et la zone internationale de Tanger qui était administrée par un consortium de puissances internationales. Les prémisses de bureaucratisation de ces frontières remontent à cette période de colonisation certes, mais ce n’est qu’à partir de 1956 que ce processus a connu un nouveau tournant dans le gouvernement des frontières, lorsque l’État postcolonial marocain a décidé de remplacer l’ancienne forme d’organisation territoriale issue de la colonisation par des nouvelles frontières nationales unifiées. De l’indépendance à nos jours il a institué divers instruments de contrôle et dispositifs bureaucratiques qui organisent les formalités de passage aux frontières, pour mieux policer celles-ci et réguler les manières de les traverser et les façons d’entrer et de sortir de du territoire national. Suite à l’émergence de l’espace Schengen en 1990, ce processus a connu une nouvelle rupture sans précédente dans la gestion des frontières au Maroc : on a assisté à un durcissement du contrôle au niveau des frontières séparant le territoire marocain à cet espace européen.

À partir d’archives coloniales au Maroc (1912 -1956), d’une enquête ethnographique réalisée au niveau des villes frontières (Nador-Melilla, Tanger-Fnideq-Ceuta) et au niveau des espaces frontières (les gares routières), et à partir d’entretiens réalisés avec des migrants, des acteurs associatifs et humanitaires, des vendeurs de tickets, des conducteurs de bus reliant ces villes frontières au centre du pays et des taxi-maitres à Tanger et à Nador, cette communication se propose d’étudier cette frontièrisation de l’État-nation marocain en privilégiant trois entrées: d’abord, le processus de bureaucratisation du contrôle aux frontières qui résulte de l’unification du territoire marocain et qui a abouti à la création d’un corps d’agents publics et privés investis d’un pouvoir discrétionnaire leur permettant de tracer la frontière entre étrangers désirables et indésirables sur le territoire; ensuite, elle étudie les dispositifs-frontières sur la base desquels s’opère cette sélection au nom de la souveraineté de l’État et du maintien de l’ordre public (passeport, visa, autorisation électronique de voyage, fiche de police et biométrie); et enfin, elle analysera les pratiques transgressives initiées par les acteurs et leurs intermédiaires (migrants, policiers, passeurs, vendeurs de ticket, humanitaires) pour contourner ces dispositifs officiels de contrôle et la façon dont ils gèrent les conséquences de cette frontiérisation de l’État (la mort, la répression et les blessures aux frontières).

Alimou Diallo (ISP, Université Paris Nanterre)

13.04.2021 – „Les ONG dans la gouvernance multiniveaux – entre influence et dépendance des autorités étatiques“ – Irina Mützelburg

Cette présentation s’interroge sur le rôle d‘acteurs non étatiques dans des politiques fréquemment considérées comme relevant des compétences régaliennes. Leur implication signifie-t-elle un affaiblissement de la souveraineté étatique? Elle propose d’analyser le rôle des ONG dans les politiques d’asile en Ukraine – un pays souvent qualifié de simple lieu de transit pour les migrants. Quelles dynamiques caractérisent la relation entre les ONG et l’administration dans un contexte de relatif retrait de l’État et de faible politisation des questions d’asile ?  Alors qu’en Europe occidentale, l’État est fréquemment responsable d’une grande partie du financement des ONG qui lui fournissent des services, les ONG d’asile en Ukraine ne reçoivent pas de financement de l’État ukrainien, mais exclusivement d’organisations internationales et de fondations occidentales. Mieux financées que l’administration ukrainienne et suivant les normes et instructions de leurs donateurs, ces ONG prennent en charge des tâches traditionnellement considérées comme relevant de la responsabilité des États. Les ONG utilisent leurs ressources pour avoir accès à l’administration, dans le but de soutenir certains demandeurs d’asile et plus largement d’influencer les pratiques administratives dans le sens des normes internationales en matière d’asile. En effet, les ONG organisent des formations et offrent des services et du matériel de travail à l’administration sous-équipée, ce qui leur permet d’établir des relations de confiance. Si ces ressources semblent placer les ONG en position de force, elles ont besoin, pour exercer leur influence, d’entretenir des relations consensuelles avec les autorités. Les ONG dépolitisent souvent leur travail afin de paraître inoffensives aux yeux de l’administration, évitent de publier leurs critiques et d’entamer des procédures judiciaires contre l’État.

Irina Mützelburg (Science Po-Lyon, CMB)

23.02.21 – “Foundational work ‘on the ground'”. Gestaltpsychologists, the Rockefeller Foundation, and the production of knowledge in American Social Psychology in the 1930s and 1940s: Reflections on material from the archive“ – Christine Ludl.

In the 1930s and 1940s, numerous German scholars fled Nazi Germany and emigrated to the United States. The Rockefeller Foundation played an important role in organizing the emigration and financing the establishment of some of these scholars in the U.S. In this presentation, I will revisit archival material collected at the Rockefeller Archive Center that relates to German Gestaltpsychologists who emigrated to the United States in the 1930s. The material shows that how employments and research projects were negotiated through concrete interactions between Rockefeller officers and scholars as well as the day-to-day workings of the Foundation were central to these processes. I will give examples of these negotiations and ask how “examining foundational work ‘on the ground’” can contribute to debates on the role of private foundations for the circulation and production of knowledge in American Social Psychology in the 1930s and 1940s.* The citation refers to Buxton W (2009) Civil Society and its Discontents: Bringing Culture, Communications, and the Humanities into the History of Philanthropy. In: Buxton W (ed) Patronizing the public: American philanthropy’s transformation of culture, communication, and the humanities. Lanham, MD: Lexington Books, pp. 1-21, p. 10. The presentation will be in German.

18.02.2021 – “Millefeuille d’incertitudes : rencontre entre une pandémie globale et la formation individuelle au métier de footballeur” – Yacine Amenna

Résumé:

Depuis le mois de mars 2020 en France et en Allemagne, les institutions de formations du football doivent composer avec de nouvelles “règles sanitaires” liées à la “lutte contre la propagation du covid-19”. Dans l’intervention, trois phases sont distinguées : une première de fermeture, une deuxième de réouverture, et une dernière de semi-fermeture. A partir de la description des transformations des processus de recrutements, de formations et de professionnalisations des jeunes joueurs de football, comment la crise du Covid-19 ajoute-elle une incertitude supplémentaire, dans un milieu social où l’incertitude est structurelle, et transforme le quotidien de ses agents sociaux ? Enfin que révèle-elle des processus de délimitation de ce qui peut se poursuivre et ce qui doit s’arrêter, et de classer au sein d’une même activité ce qui est “essentiel” et “non essentiel” ?

Compte rendu de la séance

Auteure: Nikola Tietze

Dans la formation au métier de footballeur, l’incertitude est la règle (Bertrand, 2009 ; Juskowiak, 2019). Cette formation, basée sur la sélection permanente, ressemble à celle de l’artiste – à l’accomplissement « dans l’incertain » (Menger, 2009) – notamment par deux aspects : par la prédominance de la concurrence et les processus sociaux forgeant la détermination du talent. Seul 5% à 20% des jeunes en formation deviennent footballeurs professionnels. Le covid-19 et les restrictions pour contenir la pandémie représentent, en France (ville Y) et en Allemagne (ville X), des incertitudes supplémentaires dans la vie de ces jeunes (entre 15 et 21 ans), régulée, en temps normal, par l’incertitude de la formation.

Continuer la lecture