Formation-recherche « Un ciel toujours partagé ? Sociétés et territoires allemands de l’Est et de l’Ouest, 30 ans après la réunification », compte-rendu d’un terrain exploratoire.

Par Lola Gourdon, étudiante en Master de science politique et études socioculturelles conjointement à l’université Paris 8 et Viadrina de Francfort (Oder) :

Béatrice von Hirschhausen et moi-même nous sommes rendues pour la deuxième fois en basse-Franconie dans le cadre du projet formation-recherche « Un ciel toujours partagé ? Sociétés et territoires allemands de l’Est et de l’Ouest, trente ans après la réunification ». Nous proposons ici un compte rendu du terrain qui s’est déroulé la semaine du 21 septembre 2020 dans les villages de Alsleben et de Gompertshausen à la frontière entre la Thuringe et la Bavière.

Monument sur le site de l’ancienne frontière. Gompertshausen en arrière fond

« Nous étions au bout du monde, nous sommes désormais au centre de l’Allemagne » entend-on à une table voisine dans l’auberge où nous déjeunions. Nous sommes en septembre 2020 et voici qu’est prononcé mot pour mot, au détour d’une bribe de conversation, l’intitulé presque exact de la thèse de Valentine Meunier publiée il y a près de 20 ans. Celle-ci a étudié dans les années 1990 deux villages franconiens, l’un à l’Est de l’ancienne frontière intra-allemande en Thuringe, l’autre à l’Ouest en Bavière. Trente ans après la Réunification, l’ambition du projet « Un ciel toujours partagé ? Sociétés et territoires allemands de l’Est et de l’Ouest, trente ans après la Réunification » est de revenir sur les pas de Valentine Meunier pour tâcher de comprendre les permanences et mutations à l’œuvre dans ces deux villages de basse Franconie.

Continuer la lecture

17.12.2020 – « L’invention d’une frontière sanitaire. La frontière franco-allemande face aux premières pandémies (fin XIXe siècle-1914) » – Benoit Vaillot

Au tournant du XXe siècle, les gouvernements français et allemand prennent des mesures visant à prémunir leur territoire respectif contre les premières pandémies. Ces épidémies, celle de choléra en particulier, lancent un sérieux défi aux États, car elles ignorent les frontières. La souveraineté est contrainte de se transformer pour protéger la santé des populations ; le concept de biopolitique forgé par Michel Foucault permet de saisir ce qui s’exprime alors de façon spectaculaire à la frontière franco-allemande. Or les questions sanitaires sont souvent absentes des études portant sur les frontières à l’époque contemporaine, alors même que toutes y ont été confrontées à partir du milieu du XIXe siècle. En nous appuyant sur les travaux d’Alison Bashford et de Patrick Zylberman, qui articulent la lutte contre les épidémies avec la construction de l’État-nation, nous proposons d’étudier la construction de la frontière franco-allemande dans sa dimension sanitaire au tournant du XXe siècle.

01.12.2020 – « Usages du droit au retour dans l’Italie du Nord-Est : entre nouvelles migrations et transmission familiale » – Melissa Blanchard

Tandis que dans plusieurs pays d’Europe le débat civil, dominé par le thème de la crise (migratoire, économique, sanitaire), s’enlise autour de la fermeture des frontières aux nouveaux migrants, des législations peu connues permettent aux descendants des émigrés de rentrer dans l’espace européen en tant que nationaux, soit par des mesures d’aide au retour, soit par des mesures préférentielles d’acquisition de la nationalité.

En Italie, grâce à ces cadres juridiques, de nouveaux mouvements migratoires sont apparus au cours des vingt dernières années, notamment en provenance d’Amérique latine, d’où « reviennent » chaque année plusieurs milliers de descendants d’émigrants italiens. Ces migrations constituent un point aveugle de la recherche et du débat civil, car elles jouissent d’une légitimité juridique a priori. Cette communication se fonde sur une enquête ethnographique réalisée entre 2012 et 2019 dans le Trentin, une région de l’Italie du Nord-Est, avec plusieurs familles de descendants d’émigrants italiens, originaires d’Argentine et du Chili. Elle examine, d’une part, les manières dont les acteurs se saisissent du droit au retour et à la nationalité italienne. D’autre part, elle analyse les conséquences du recours à ces législations sur les familles des émigrants, tout en questionnant la notion même de retour.

12.11.2020 – Compte rendu de la séance

Par Nikola Tietze

Cette séance a été consacrée d’abord à la prise de connaissance mutuelle des intérêts et des recherches des participant.es. Ensuite, Thomas Lacroix (Maison Française d’Oxford) a présenté son projet de recherche les trajets migratoires en temps de crises.

  • La présentation des intérêts et des recherches des participants a permis de mettre la focale sur un certain nombre d’observations et de problématiques :
  • Transformations du travail des associations caritatives et de leur rôle social pendant la crise sanitaire, notamment Caritas au Maroc
  • Défis dans l’accompagnement des jeunes et enjeux des pratiques psychosociales
  • Interrogations sur l’effet de la crise du COVID-19 sur les projets de mobilité
  • Effet de la crise sur les interactions aux guichets de l’asile
  • Conséquences de la crise pour les rapports entre migrant.es et ville
  • Accès aux terrains
  • Revoir la gestion de la pandémie COVID-19 à travers le prisme historique et la comparaison avec la gestion d’autres pandémies / épidémies au 18ème, 19ème ou 20ème siècle ailleurs qu’on Europe
  • Thomas Lacroix a présenté une recherche et une réflexion collectives sur l’impact de la pandémie sur les migrations (https://mfo.web.ox.ac.uk/article/podcast-quel-est-limpact-de-la-pandemie-sur-les-migrations). Les trajets migratoires et leurs changements, suite au COVID-19, sont au centre de ses interrogations. Cette recherche et réflexion collective s’appuie sur un travail de veille médiatique à consulter sur CEPED-MIGRINTER-IC MIGRATIONS-MFO-Monde@thomas_lacroix https://seenthis.net/people/thomas_lacroix et sur un travail cartographique. Elles sont par ailleurs basées sur la conjugaison des données quantitatives et qualitatives. Thomas Lacroix souligne que la crise COVID-19 nous amène à regarder plus près les rapports entre mobilités et immobilités.

Cf. aussi Thomas Lacroix (2020) : Réseaux des villes hospitalières : un panorama global. E-Migrinter 20  https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02170543/file/e-migrinter-2281.pdf

 

24.11.2020 – « Finding Ways through Eurospace: Unfreezing Migrant Positionalities in Contemporary Europe – Joris Schapendonk

This presentation focuses on my latest work entitled Finding Ways Through Eurospace. This book is about migrants, but it is not about migration. It discusses transnational movements, asylum, belonging, and borders, but it is not about migration. As I argue, migration and its related ontological foundations of stasis is not the best analytical starting point to understand the lifeworlds of the African ‘movers’ in Europe that are central to this study. Rather than seeing ‘migrancy’ as the primary marker of my informant’s lives, this book aims to understand how flexible mobilities relate to migratory projects, and how identities change along pathway of movements. By following the mobility processes of Africans, the chapters show how mobility remains central to their being in Europe, despite the existence of harsh mobility regimes that aim to hamper, stop or control their mobilities (Glick-Schiller and Salazar 2013). This book, thus, delves into the ways ‘African movers’ navigate ‘Eurospace’ (Vigh 2009). How they are confronted with borders, but also how they manage to transgress and circumvent them. Such a de-migranticized view (Dahinden 2016) on the im/mobility of people who are generally viewed as migrants sounds like a contradiction in terminus, but I argue that it is highly needed to move away from frameworks that that pin down peoples residences’, positions, and imaginaries.   

20.10.2020 – « Un ciel toujours partagé? Retour d’un terrain exploratoire dans deux villages sur l’ancienne frontière interallemande : tâtonnements et hypothèses de recherche » – Béatrice v. Hirschhausen, Laure de Verdalle, Joséphine Lecuyer.

—- auf deutsch siehe unten —–  

Béatrice von Hirschhausen, Laure de Verdalle, Joséphine Lecuyer. Il y a bientôt 20 ans, Valentine Meunier, doctorante en ethnologie à l’Université Paris X et au Centre Marc Bloch, soutenait sa thèse après un travail d’enquête approfondie et d’observation participante dans deux villages situés respectivement en Thuringe et Bavière, au long de l’ancien rideau de fer (Valentine Meunier-Couchard (2001) Du bout du monde au centre de l’Allemagne : ethnologie comparative de deux sociétés rurales sur l’ancienne frontière interallemande. Université de Paris X Nanterre). Elle y explorait les bouleversements politiques, économiques, sociaux, culturels qui transformaient en profondeur la communauté villageoise de Gompertshausen, côté Est, et secouaient les routines de Alsleben, côté Ouest. Que reste-t-il de cette expérience de la Wende après une génération ? Nous y sommes retournées en juillet et septembre 2020 dans le cadre d’un projet formation-recherche du CIERA pour y conduire des interviews exploratoires avec des villageois et avec des acteurs du développement local. Le séminaire sera l’occasion de présenter et discuter nos premiers résultats, nos hypothèses et nos hésitations sur la manière de poursuivre l’enquête. 

Ein immer noch geteilter Himmel? Rückkehr in zwei Dörfer an der ehemaligen innerdeutschen Grenze: Zögern, Irrtümer und erste Hypothesen.

 Vor fast 20 Jahren verteidigte Valentine Meunier, Doktorandin in der Ethnologie an der Universität Paris X und am Centre Marc Bloch, ihre Dissertation. Sie eine eingehende Feldforschung und teilnehmende Beobachtung in zwei Dörfern in Thüringen bzw. Bayern entlang des ehemaligen Eisernen Vorhangs durchgeführt (Valentine Meunier-Couchard (2001) Du bout du monde au centre de l’Allemagne: ethnologie comparative de deux sociétés rurales sur l’ancienne frontière interallemande. Universität Paris X Nanterre). Im Fokus ihrer Untersuchungen standen die politischen, wirtschaftlichen, sozialen und kulturellen Umwälzungen, die die Dorfgemeinschaft von Gompertshausen auf der Ostseite tiefgreifend veränderten und die Routine in Alsleben auf der Westseite erschütterten. Was bleibt von dieser Wende-Erfahrung nach einer Generation? Im Juli und September 2020 gingen wir im Rahmen eines programme formation-recherche des CIERA in die beiden Dörfer zurück, um explorative Interviews mit Bewohnern und lokalen Entwicklungsakteuren durchzuführen. Das Seminar wird eine Gelegenheit sein, unsere ersten Ergebnisse, unsere Hypothesen und unser Zögern bei der Fortsetzung der Umfrage vorzustellen und zu diskutieren. 

07.07.2020 – « Déplacements de souveraineté : migrations et contrebande dans un village amérindien (frontière Guyana-Venezuela) » – Olivier Allard

À partir d’une ethnographie préliminaire menée dans un village amérindien du Guyana, à proximité du Venezuela, je montrerai que la traversée de la frontière par les personnes et les biens révèle des formes de souveraineté partielles et imbriquées, qui sont revendiquées, contestées ou négociées à cette occasion.

La contrebande de carburant, en particulier, est une ressource pour les contrebandiers qui la considèrent comme un droit, pour les forces de l’ordre vénézuéliennes qui reçoivent des pots-de-vin de ces derniers, pour les criminels qui voient le carburant comme un butin de choix, pour l’administration régionale guyanienne qui impose une taxe aux barils entrants, et enfin pour le village en lui-même qui exige des convoyeurs une contribution. Les glissements fréquents entre légalité et illégalité permettront de décrire différentes manières de revendiquer une souveraineté plus ou moins localisée.

Récemment, le village a aussi connu un afflux de « réfugiés vénézuéliens » qui sont principalement des Warao – ethnie amérindienne également présente au Guyana. Pour beaucoup, la frontière marque une division entre deux États au fonctionnement différent, entre deux univers linguistiques et culturels, entre deux systèmes de catégorisation raciale – mais cette migration semble beaucoup plus problématique pour les non-indigènes que pour les Amérindiens. Ce cas permettra de discuter de l’inscription de ces derniers dans les États-nations et dans leurs interstices.

Comment la crise sanitaire a-t-elle affecté nos mobilités et méthodes? Un sondage.

21 mai 2020

Par Dr. Sophie Lambroschini, chercheure au CMB

Un questionnaire diffusé au mois de mai, donc pendant la période de confinement, a permis de raconter « à chaud » l’expérience de la recherche prise dans les nouvelles contraintes imposées par la suspension de la mobilité à la fois des chercheur.e.s eux/elles-mêmes, mais aussi de leurs terrains – archives, bibliothèques, répondants – et de leurs collègues. Les chercheur.e.s participant représentent la grande diversité des disciplines au CMB: historiens, sciences sociales, art, philosophie, géographie humaine… Elles et ils ont répondu depuis leur lieu de confinement, en Allemagne, en France, et dans des pays-tiers. La diversité des réponses reflète les différences individuelles des situations. Nous partons de l’idée que l’on peut, sous cette apparence de témoignage individuel qui peut paraître « anecdotique », dégager quelques idées fondamentales. Dresser un début de tableau d’ensemble permet de réfléchir de manière plus approfondie à la transformation des conditions et pratiques de la recherche dans un contexte de contraintes à la mobilité.

Continuer la lecture

13.05.2020 – « L’Eglise catholique et la gouvernance des mobilités au Sénégal » – Johara Berriane

Comme d’autres capitales africaines, Dakar est aujourd’hui un réceptacle pour des migrations régionales. En raison de sa relative prospérité économique et sa stabilité politique, la capitale sénégalaise attire aujourd’hui non seulement des travailleurs et commerçants étrangers mais aussi différents groupes de réfugiés originaires d’Afrique de l’Ouest et centrale. Bien que l’Etat ait mis en place une politique d’asile nationale, les réfugiés qui arrivent à Dakar sont généralement confrontés à des conditions de vie difficiles. Dans ce contexte, l’église catholique nationale a décidé de mettre en place un point d’accueil pour réfugiés et immigrés. Cette structure offre des soins médicaux de base, conseille, accompagne et soutient financièrement des réfugiés et migrants. Sur la base d’une recherche ethnographique menée dans ce point d’accueil, cette communication traitera du travail au quotidien au sein de cette organisation et montrera comment différentes normes (chrétienne, aide au développement international, etc.) et pratiques bureaucratiques participent à la production de la catégorie du migrant vulnérable et à la définition du bénéficiaire légitime. Dans un deuxième temps, il s’agira de proposer des pistes de recherche sur le rôle d’acteurs religieux dans la gouvernance des migrations africaines.

27.-28.02.20 – Das Regieren internationaler Mobilität

Workshop am Centre Marc Bloch Berlin

Workshop-Bericht (Nikola Tietze[1])

Ausgangspunkt des Workshops war die Beobachtung, dass die Geschichts- und Sozialwissenschaften die Herstellung von Arbeitnehmerfreizügigkeit – die Genese von Wissen, die Entwicklung von Verwaltungspraxis und Instrumenten öffentlichen Handelns (action publique[2]) – bisher unzureichend in den Blick genommen haben. Im Mittelpunkt des Programms stand daher eine multiperspektivische und -disziplinäre Reflexion über den „Making-of“ von Arbeitsmobilität und Arbeitsmigration im Allgemeinen und der Arbeitnehmerfreizügigkeit in der Europäischen Union (EU) im Besonderen. Gleichzeitig stellten die TeilnehmerInnen erste methodologische Überlegungen für eine Untersuchung dieses „Making-of“ an. Hierbei stützten sie sich auf partielle Forschungsergebnisse und einzelne Forschungsfragen, die sie zur Vorbereitung des Workshops in Form von Kurztexten oder „Fundgegenständen“ (empirischen Dokumenten) untereinander ausgetauscht hatten.

Continuer la lecture

27.-28.02.20 – Le gouvernement européen des mobilités internationales

Atelier de recherche au Centre Marc Bloch de Berlin

Rapport de l’atelier de recherche (Nikola Tietze[1])

L’atelier de recherche s’est basé sur le constat que l’établissement de la libre circulation des travailleurs – la genèse des savoirs relatifs à sa régulation, le développement des pratiques de son administration et les instruments de l’action publique concernant les mobilités de travail – est jusqu’à présent insuffisamment étudié par les sciences sociales. A cet égard, nous avons envisagé une réflexion multi-perspective et multi-disciplinaire sur le « making-of » de la mobilité internationale de la main-d’œuvre en général et de la libre circulation des travailleurs dans l’Union européenne (UE) en particulier. Cette réflexion a permis de dégager des perspectives de recherche et des approches pour analyser ce « making of ». Les participant.e.s se sont appuyés, dans leurs discussions, sur les résultats partiels de leur recherche et leurs propres questions de recherche qu’ils avaient échangés sous la forme de textes courts ou d’« objets trouvés » (documents empiriques) en amont.

Continuer la lecture

29.01.2020 – Portugal postimperial. Dekolonisierung, Migration und Nationenbildung – Christoph Kalter

Das Ende der europäischen Kolonialreiche nach dem Zweiten Weltkrieg hat die Welt grundlegend verändert—und dabei auch in den westeuropäischen Gesellschaften tiefgreifende Umbrüche angestoßen, deren Ausmaß erst seit einigen Jahren in historischer Forschung und breiterer Öffentlichkeit teils kontrovers diskutiert wird. Der Blick auf Migrationsbewegungen aus den (ehemaligen) Kolonien nach Frankreich, Großbritannien oder Portugal ist eine der Linsen, durch die Westeuropas Transformation in der zweiten Hälfte des 20. Jahrhunderts besonders deutlich wird. Der Vortrag nimmt das Beispiel der „Rückkehrer“, einer Gruppe überwiegend Weißer Siedler aus Angola und Mosambik, von denen zwischen 1974 und 1979 mehr als eine halbe Million nach Portugal kamen, zum Ausgangspunkt für eine Diskussion der Verwandlung Portugals in eine postimperiale Gesellschaft.

La fin des empires coloniaux européens après la Seconde Guerre mondiale a fondamentalement changé le monde – et, ce faisant, a également déclenché de profonds bouleversements dans les sociétés d’Europe occidentale, dont l’ampleur n’a fait l’objet que ces dernières années de discussions controversées dans la recherche historique et dans le grand public. Un regard sur les mouvements migratoires des (anciennes) colonies vers la France, la Grande-Bretagne ou le Portugal est l’une des lentilles à travers lesquelles la transformation de l’Europe occidentale dans la seconde moitié du 20e siècle devient particulièrement claire. La conférence prend l’exemple des « rapatriés », un groupe de colons majoritairement blancs d’Angola et du Mozambique, dont plus d’un demi-million sont venus au Portugal entre 1974 et 1979, comme point de départ d’une discussion sur la transformation du Portugal en une société post-impériale.

22.01.2020 Exposition: « Mode modeste et récits de soi »

Responsables: Virginie Silhouette-Dercourt et Maud Delaflotte.

Depuis une dizaine d’années, la mode modeste (modest fashion) est considérée comme l’un des segments les plus dynamiques du marché de la mode en France et dans le monde. Réservé au départ à des minorités pratiquantes, engagées dans des discours anti-mode et anti-consommation, le marché s’est élargi et diversifié au fur et à mesure des années par le biais d’espaces digitaux mondialisés (sites de e-commerce, blogs, YouTube, réseaux sociaux comme Instagram). De même, des marques de fast fashion et de luxe cherchant à être plus « inclusives » et à profiter de ce marché en pleine croissance ont lancé des offres dédiées : vêtements amples, layering et multi couches, manches longues et encolures hautes, turbans, écharpes, bonnets ou étoles. Mais, alors que cette mode a fait l’objet d’un travail académique aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne, en Allemagne ou en Turquie, elle reste un angle mort de la recherche en France.L‘exposition Mode modeste et récits de soi présentée par Maud Delaflotte et Virginie Silhouette-Dercourt s’intéresse à la consommation de mode modeste du point de vue de femmes françaises : comment se choisit-on un style le matin devant son miroir ? Quels arbitrages entre mode, religion et autres dimensions de soi ? Quels objets et ressources symboliques cherche-t-on sur les marchés, dans les magasins, sur Internet et les réseaux sociaux pour se créer un corps-récit de soi:? Quelle production d’identités par la consommation ?

Continuer la lecture

17.01.2020 – Workshop du (PFR): « Ein immer noch geteilter Himmel ? Deutschlands Osten und Westen dreißig Jahre nach der Wiedervereinigung »

Béatrice von Hirschhausen, chercheuse associée du Centre Marc Bloch qui avait organisé le  projet de recherche: « PhantomGrenzen in OstmittelEuropa », organisera le 17 janvier 2020 le premier Wokshop du projet formation-recherche (PFR): „Ein immer noch geteilter Himmel ? Deutschlands Osten und Westen dreißig Jahre nach der Wiedervereinigung“ │ « Un ciel toujours partagé ? Sociétés et territoires allemands de l’Est et de l’Ouest, trente ans après la Réunification ».


Ce workshop vise à réunir les participants au projet afin de dresser un état de la question dans différents champs d’études et d’engager le dialogue interdisciplinaire. Ce premier workshop sera l’occasion de préciser les questionnements et les méthodes qui présideront aux travaux de terrain en mars 2020.

Le programme est porté par l’UMR Géographie-cités (Paris), le Centre B/ORDERS IN MOTION à l’Université Viadrina de Francfort/Oder et le Centre Marc Bloch.

Les media se sont fait largement l’écho au cours des derniers mois, de la dissymétrie entre les comportements électoraux des « anciens » et des « nouveaux » Länder. Trois décennies se sont écoulées depuis la chute du Mur mais les sociétés locales semblent avoir de part et d’autre des visions divergentes de leurs projets politiques.

Continuer la lecture