19.05.2022 – Borderlands, Havens, ‘World-Wide Dope, Inc.’: The 1950s as a global moment for the perception of smuggling – Andreas Guidi

Borderlands, Havens, ‘World-Wide Dope, Inc.’: The 1950s as a global moment for the perception of smuggling

Mit einem Kommentar von Nazan Maksudyan (CMB / Freie Universität)

In the 1950s, the character of the global drug trafficker emerged in the media of different countries. The Cold War, decolonization, and new structures of international surveillance emphasized the idea of wide connections through which narcotics flew toward wealthy Western countries. This paper aims to render a more complex and nuance picture by insisting on the coexistence of different modes and scales to narrate how smuggling circuits operate. It will focus on three examples: Turkish writer Yaşar Kemal’s reportage Twenty-five Days among Smugglers on the Turkish-Syrian border (1951); Finnish-Russian journalist Aleko Lilius’s book Turbulent Tangier (1956); a headline story in the popular US American magazine True Crime entitled “World-Wide Dope, Inc”. By stressing the positionality of each standpoint and setting, the paper will try to nuance the idea of a linear globalization of trafficking. It will stress a common accentuated interest in trafficking emerging in the early Cold War while, at the same time, suggesting distinctions in how smuggling serves the description of borderlands, port-cities, and global routes.
Andreas Guidi is a historian of the modern Mediterranean. After obtaining his Ph.D. from the Humboldt University in Berlin and the École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) in Paris, he has worked as a research and teaching assistant at the EHESS and at the University of Konstanz. His forthcoming book “Generations of Empire: Youth from Ottoman to Italian Rule in the Mediterranean” will be published in 2022 by University of Toronto Press. Andreas is also the founder and editor of “The Southeast Passage” podcast. He has just returned from a Visiting Fellowship at the German Historical Institute in Washington, DC, where he worked on his second book project, about the history of smuggling and the construction of illegality in the twentieth-century Mediterranean.

Andreas Guidi (University of Konstanz)

17.05.2022 – Subjectivités féminines autour de la dot à partir d’une ethnographie à Lomé (Togo): la réinvention contradictoire d’une ‘tradition’ – Jérémie Thérond

Subjectivités féminines autour de la dot à partir d’une ethnographie à Lomé (Togo): la réinvention contradictoire d’une ‘tradition’

L’objet de cette communication est de présenter un chapitre de ma thèse intitulée : « Se subjectiver dans le cadre d’une globalisation en crise : le cas de la construction d’un imaginaire « amoureux » par les jeunes femmes au sud Togo. ». Elle a pour base empirique deux séjours ethnographiques de 17 mois au total.  Par cet exposé, j’entends mettre en avant l’importance de la dot (Brautpreis ou prix de la fiancée) dans les narratifs de toutes les enquêtées en démontrant que la dot ne marquerait pas une opposition profonde à la modernité, mais la subjectivation articulée d’une incertitude propre à la modernité capitaliste et le pouvoir des ainés sur les femmes, dans un contexte socio-économique globalisé.  Je veux montrer que d’un côté la dot n’est pas « inventée » (Hobsbawm 2012) puisque son rôle technique d’échange des femmes perdure, de l’autre elle est « réinventée » dans la mesure où elle prend corps grâce à une subjectivation réactive des processus globaux. Elle devient le « ciment » (Appadurai 2007, 123) qui soude le sujet aux rapports économiques et au réel. In fine, je montrerais que la dot est aussi devenu un rituel du capitalisme émotionnel et donc profondément moderne y compris en prenant une valeur identitaire.

Jérémie Thérond (CMB / Frankfurt)

03.05.2022 – Présentation du rapport “un dispositif de soutien au processus de subjectivation des jeunes vulnérables, entre confrontation aux et confirmation des institutions” – Pierrine Robin – Kurzvorstellung von Ana Tudoran

Présentation du rapport “un dispositif de soutien au processus de subjectivation des jeunes vulnérables, entre confrontation aux et confirmation des institutions”

A la croisée d’une sociologie des parcours de vie (Bessin, 2010), d’une sociologie de la santé mentale (Demailly, 2011) et d’une sociologie de l’action publique, cette communication portera sur l’analyse d’un dispositif, d’orientation psychanalytique, de soutien à la mise en récit de soi de jeunes qui circulent entre les institutions de l’Aide sociale à l’enfance, de la protection judiciaire de la jeunesse et du soin. Nous chercherons à comprendre en quoi ce dispositif, co-porté par la pédopsychiatrie, le soin, et la protection judiciaire de la jeunesse, propose une approche renouvelée de l’accompagnement des parcours et des processus de subjectivation de jeunes en difficulté sociale et souffrant de troubles mentaux, tout en étant parfois rattrapé par des logiques instituantes des institutions qui le portent. Notre travail prolonge également les travaux s’intéressant à la production du soin, en se focalisant sur la réflexivité des professionnels (Ravon et Vidal-Naquet, 2016). Nous nous intéresserons aux tensions morales, aux « épreuves d’éthicité » rencontrées par les acteurs dans la mise en œuvre de ce dispositif. Nous porterons la focale sur l’analyse « de ce qui fait problème pour les acteurs, sur les moments où les personnes s’interrogent sur ce qu’il convient de faire d’un point de vue pratique ou sur ce qu’elles doivent faire d’un point de vue moral ». (Borelle, 2017, p. 117) Dans l’analyse de ce dispositif et de la réflexivité des professionnels qui y concourent, nous porterons la focale sur trois dimensions : l’incursion du dispositif dans les rapports de pouvoir et dans la modification de la division du travail, l’évolution proposée dans les processus de catégorisation et d’accompagnement des jeunes dits vulnérables souffrant de troubles psychiques, et enfin les tensions à l’œuvre dans le travail interinstitutionnel et intersectoriel mettant au jour les fragilités inhérentes à tout dispositif.

Pierrine Robin (CMB / Paris-Est Créteil)

Kurzvorstellung – Le dialogue en Union européenne. La communication des professionnels roumains du secteur culturel avec les homologues français et allemands (thèse soutenue en 2021)

Par l’enquête qualitative concernant le secteur culturel de trois pays européens, l’Allemagne, la France et la Roumanie, des facteurs qui influencent la communication internationale entre les homologues ont été révélés. Cette étude interdisciplinaire dans le domaine des sciences de l’information et de la communication a constaté la multiplicité des aspects à prendre en compte lors des échanges entre professionnels, ainsi que le faible niveau de connaissance réciproque des partenaires. Tout facteur mentionné par les interviewés représente en même temps une piste pour une réflexion plus approfondie dans le cadre des recherches futures dans différents domaines scientifiques. L’intervention propose ainsi une discussion à partir des témoignages concernant la migration comme facteur d’influence dans l’interaction internationale des professionnels du secteur culturel.

Ana Tudoran (CMB)

31.03-01.04.2022 – Journée d’étude “Gouvernance de la mobilité des travailleurs en Europe : Histoires, catégories, contestations” – Compte-rendu

Journée d’étude – 31.03-01.04.2022

Journée d’étude dans le cadre d’un programme formation de recherche (Ciera),
organisée par Sebastian Büttner, Hadrien Clouet, Karim Fertikh, Nikola Tietze

Compte-rendu par Simon Kessler

Genèse et résumé de la journée d’étude

Cet atelier de recherche fait suite à une première rencontre qui a eu lieu en Février 2021, à l’issue de laquelle, le groupe de travail « Gouverner les mobilités internationales » a été fondé.1 Dans le cadre de ce workshop, nous avons cherché à produire une réflexion pluridisciplinaire sur la (re)production de la liberté de circulation des travailleurs dans l’espace européen. En effet, les crispations politiques et l’évolution de l’appareil juridique qui entourent la notion de libre circulation des personnes ou Freedom of movement (FOM) dans l’espace européen, notamment autour de l’emploi, des mouvements de populations qui en résultent aujourd’hui ou dans une perspective historique à l’époque coloniale, appellent à une remise en perspective du concept. 

Par conséquent, ce workshop a souhaité par une approche multidisciplinaire et thématique tracer les premiers sillons d’un numéro spécial d’une revue de sciences sociales historique que nous prévoyons de publier dans le courant l’année prochaine. Le workshop est composé d’un panel composé de chercheurs confirmés, post doctorants et doctorants (politologues, sociologues, historiens, juristes) notamment experts des questions juridiques, historiques et structurelles des régimes de migration et de libre circulation des travailleurs dans l’espace européen. Le panel s’est également nourri des présentations d’étude de cas de populations en mobilité ou de l’analyse de sources juridiques, régissant la mobilité des travailleurs au sein de l’espace européen. La représentation médiatique ou politique des “mobiles” ainsi que la création de catégories, de statuts ont également été discutées. Enfin, les contributions des uns et des autres ont pu être enrichies et mises en perspective par l’intervention d’Adrian Favell (University of Leeds/Fellow Wiko Berlin2) lors d’une conférence publique intitulée « La fin de la liberté de circulation en Europe ?  : Évaluation des effets et de l’avenir d’une Europe sans frontières de la guerre froide à la période Covid ». 

Axes thématiques des échanges : 

Le programme de cet atelier a été structuré autour de trois axes thématiques. Les contributions de chacun.es doivent dans une perspective interdisciplinaire nourrir la réflexion autour : 

(I) Des origines intellectuelles de la libre circulation des travailleurs dans une perspective historique. 

(II) De la mise en œuvre de cette mobilité du travail par différentes institutions, réseaux ou autorités.

(III) Des contestations de ces régimes de mobilité du travail et sous leurs formes diverses, mouvements sociaux, contestations

Il est peu ordinaire de commencer une synthèse par la fin, néanmoins c’est en conclusion de ces deux journées d’études que la valeur ajoutée de nos échanges et de notre projet a été résumée par Antoine Vauchez3 (CNRS-CESSP). Au travers des différentes contributions présentées se dessine le constat amer d’une crise de la mobilité européenne, marquée par la création de zones d’ombres, vectrices d’obstacles à la mobilité des individus. Cette redéfinition, de ce qui a pourtant toujours été érigé au rang de liberté fondamentale, s’accompagne d’un éventail de techniques de gouvernance de la mobilité, dont l’inspiration doit être analysée historiquement et la mise en place questionnée empiriquement. A qui profite la mobilité ? Quel est son impact sur nos systèmes européens, sur le marché du travail et ses usagers ? Quel est l’impact de cette gouvernance multi-niveau (national et européen) sur la définition de l’Etat social ? Telles sont les grandes questions autour desquels, les différents intervenant.e.s ont pu échanger, suite aux différentes présentations et qui constituent la valeur ajoutées de notre approche, dans un corpus de littérature déjà bien fourni.

Résumé des interventions :

Tout d’abord, cette crise de la mobilité de l’emploi, est palpable et met en tension les frontières européennes ainsi que les citoyens européens en marge d’événements comme le Brexit. Dans la région de Calais et Douvre, la frontière est devenue un obstacle plus important à la mobilité (tant sur le plan juridique que psychologique) (Cedric Jürgensen).

S’agissant d’un processus évolutif, la repolitisation de cette “liberté fondamentale” a amené les Etats membres et l’UE à réorganiser leurs gouvernances bureaucratique, légale ou diplomatique de libre circulation des personnes dans l’espace européen. Cela a une incidence sur l’emploi et sur les travailleurs immigrés à de nombreux niveaux. Tout d’abord, cette repolitisations tend à créer au sein du débat politique et médiatique (Christine Barwick4, Pierre-Edouard Weill5) de nouvelles formes de distinctions entre les individus qui rompent avec les représentations du travailleur détaché d’antan. Ces distinctions se traduisent concrètement dans l’évolution de la jurisprudence européenne traitant de la libre circulation des travailleurs (Nikola Tietze6), dans les régimes d’accès aux prestations sociales et aux indemnités de chômage (Hadrien Clouet7). En résulte des perceptions différenciées et des changements de narratifs : La mobilité n’est plus appréhendée de la même manière par les individus, qui doivent montrer “patte blanche” pour bénéficier de régimes spéciaux et par les gouvernements qui adaptent leurs “générosités” en fonction du type de travail ou du climat politique et de leurs besoins. 

Ces distinctions symboliques et structurelles dans l’accès aux droits sociaux, ont toujours eu cours dans l’histoire, et ce particulièrement concernant à la fois la mise en place des régimes juridiques et la gestion des travailleurs immigrés issues des colonies et protectorats français au 20ème siècle (Ferruccio Ricciardi8) et la coordination européenne des régimes nationaux (Karim Fertikh9). Ce dernier propose une sociologie de la production du droit international insistant sur des formes de délégation à l’administration du droit à faire le droit. Ces contributions montrent que s’interroger sur la mobilité des travailleurs revient aussi à se pencher sur l’évolution de la hiérarchisation des travailleurs entre eux (européens, post-coloniaux, qualifiés, non qualifiés). 

Toutefois, l’évolution des accords entre nation et des structures supranationales, dans un monde post-colonial, ont amené les pays à se pencher sur la création de nouvelles catégories au sein de leurs politiques nationales. C’est le cas par exemple des étudiants et jeunes diplômés marocains en France (Hicham Jamid10), dont la situation est rendue précaire par l’évolution des structures bureaucratique et diplomatique de leur régime de mobilité universitaire (Campus France). Enfin, c’est aussi l’adaptation des régimes de mobilités des travailleurs à la compétitivité européennes, qui nous a amené à évoquer le cas de “travailleurs privilégiés” dans le domaine de nouvelles technologies et la façon dont ces derniers s’adaptent différemment aux exigences bureaucratiques des régimes de mobilités et vice et versa (Sanja Beronja). 

Points de discussion relatifs aux différents axes thématiques :

(I) La confrontation d’approches historiques avec des cas concrets plus contemporains a permis de révéler une forme de continuité dans les rapports de domination entre les structures de contrôles de la mobilité et les individus. Bien que la libre circulation des personnes tienne toujours en droit et malgré ces évolutions, elle s’est étoffée par l’intermédiaire des gouvernements de tout un arsenal de leviers bureaucratiques et administratifs qui permettent toujours aux Etats de la gouverner à leur discrétion et en fonction de leurs besoins. 

Parallèlement à des discussions conceptuelles, ce workshop a permis de se questionner sur les difficultés à faire cohabiter des études de cas très contemporains et encore en évolution comme celle des effets du Brexit, avec des analyses historiques sur des documents en archives. Sans être incompatibles, la compilation de ces approches dans un même ouvrage permet, au contraire, de questionner à nouveau la continuité des processus de différenciation dans la gouvernance de la mobilité des individus. 

(I) Spécifiquement concernant, les contributions plus historiques du projet, des échanges sur les perspectives émanant des archives ont eu lieu. En effet, lorsque l’on travaille avec des sources officielles des administrations coloniales, la perspective des populations discriminées est plus complexe à faire ressortir. C’est pourquoi, notre ouvrage devra tout particulièrement, porter attention à son inscription dans ces nouvelles perspectives qu’ouvrent les études décoloniales. 

(II) Concernant la mise en œuvre de ces régimes de mobilités, la présentation de l’étude comparative d’Hadrien Clouet sur les agences d’emploi dans le contexte transfrontalier franco-allemand, a mis en avant que la mobilité comme instrument juridique fût finalement peu utilisée dans l’accès aux droits sociaux pour les transfrontaliers. Toutefois elle intervient plus lorsque l’usager est confronté à la nécessité de démontrer qu’il est toujours en recherche d’emploi et donc doit de facto accepter d’être mobile sans contestation. Cet élément raisonne parfaitement avec la notion de deservingness à laquelle sont confrontées les populations qui souhaitent accéder aux droits sociaux, en revanche c’est la mobilité ou plutôt l’injonction à la mobilité qui est ici au centre.

(II) Les échanges autours des contributions plus juridiques ont également soulevés la question de la citoyenneté européenne. L’interprétation contradictoire de cette citoyenneté, notamment entre les institutions de l’UE et les Etats membres, semble avoir été un élément contreproductif à l’évolution de la libre circulation des personnes (Adrien Favell). Cette dernière est souvent mise en avant dans la jurisprudence européenne, mais in.fine mal comprise ou reléguée au second plan par les Etats membres de l’UE. 

Toujours est-il que ces questionnements ont mis en lumière, plusieurs axes de contributions significatifs de notre projet à l’état de l’art sur la gouvernance des régimes de mobilité de l’emploi. Par exemple, par son approche socio historique et multidisciplinaire, il réconcilie l’analyse de la jurisprudence avec celle du champ politique en permettant de mieux les articuler entre elles.

  1. 27.-28.02.20 – Le gouvernement européen des mobilités internationales : https://rm2.hypotheses.org/1286. Deutsch : https://rm2.hypotheses.org/1290
  2. Favell, Adrien (2008): Eurostars and Eurocities: Free Movement and Mobility in an Integrating Europe. Oxford: Blackwell. Recchi, Ettore, Adrian Favell, Fulya Apaidin, Roxana Barbulescu, Michael Braun, Irina Ciornei, Niall Cunningham, et al. (2019): Everyday Europe: Social Trans-nationalism in an Unsettled Continent. Bristol: Policy Press.
  3. Roa Bastos, francesco & Vauchez, Antoine (2019) : Savoirs et pouvoirs dans le gouvernement de l’Europe. Pour une socio-histoire de l’archive européenne, in : Revue Francaise de Science Politique, 69(1), pp. 7-24, DOI : 10.3917/rfsp.691.0007 [also in English : Knowledge and power in European government: Towards a sociohistory of the archives of the European Union.
  4. Barwick, Christine (2022) : Labour or lifestyle? Understanding urban incorporation of European middling migrants, in: Global Networks, DOI: 10.1111/glob.12363
  5. Weill, Pierre-Edouard (avec Sébastien Michon) «“East-West Split” about the Posting of Workers? Questioning the Representation of Socio-Economic Interests in the European Parliament », Journal of Contemporary European Studies, 2022 (online first).
  6. Tietze, Nikola (2022) : Genre, territoire et legal imagination : la mise en récit des droits sociaux et de la non-discrimination a la Cour de justice de l’Union européenne. In: Lechevalier, Arnaud ; Mercat-Bruns, Marie ; Ricciardi, Ferruccio (éds.) : Les catégories dans leur genre. Genèse, enjeux, productions. Buenos Aires : Teseo, pp. 403-442. URL: https://www.teseopress.com/lescategoriesdansleurgenre
  7. Clouet, Hadrien (2021) : Rationner l’emploi. La promotion du temps partiel par les services publics d’emploi allemand et français. Paris : Editions de la Maison des sciences de l’homme.
  8. Ricciardi, Ferruccio (2019) : Le ‘travail indigène’ ou la citoyenneté par le travail sous contrainte dans l’Afrique équatoriale française de l’entre-deux-guerres, in : Outre-Mers. Revue d’histoire, 2019, T. 107, n° 404-405, pp. 85-103.
  9. Karim Fertikh (2020): From territorialized rights to personalized international social rights? The making of the European Convention on the Social Security of Migrant Workers (1957), in: Baár, Monika & van Trigt, Paul, Marginalized Groups Inequalities and the Post-War Welfare State. Whose Welfare?, London&New York: Touledge, pp. 29-48.
  10. Jamid, Hicham (avec Kabbanji L., Levatino A., Mary, K.) (2020): Les migrations pour études au prisme des mobilités sociales, in : Migrations Société, 32(180), pp. 21-35.

19.04.2022 – La mise en œuvre des droits de l’enfant dans la procédure d’asile en France et en Allemagne – Projektvorstellung von Charlotte Magnien

Projekt vorstellung – La mise en œuvre des droits de l’enfant dans la procédure d’asile en France et en Allemagne

Le Parlement européen, dans une résolution du 11 mars 20211, a mis en exergue « qu’en 2019, 30,3 % des demandeurs d’asile étaient des enfants, soit 207 215 enfants dans l’Union ; que 7,1 % de ces enfants étaient des mineurs non accompagnés » et que « les enfants non accompagnés constituent un groupe très vulnérable et qu’ils sont confrontés à divers risques, y compris le risque d’être victimes de réseaux criminels, de violence, d’abus et d’exploitation sur les routes migratoires en direction et au sein de l’Union ». Si l’article 2 du Traité sur l’Union européenne relatif au contenu du socle idéologique de l’Union fait référence aux droits de l’homme lesquels s’appliquent à tout individu indépendamment de sa nationalité et de son âge, l’article 24 de la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne instaure une protection spécialement dédiée à l’enfant et centrée sur la prise en
compte de son intérêt supérieur, contribuant ainsi au processus de catégorisation de ce dernier. L’enfant étranger se trouve au croisement entre l’obligation de protection des droits de l’enfant incombant aux États et les mécanismes européens et nationaux de gestion de l’asile. En raison de sa particulière vulnérabilité, l’enfant demandeur d’asile dispose d’un statut spécifique – les règles étant toutefois éparpillées dans divers instruments européens – et les textes prévoient certaines garanties pour assurer la considération de son intérêt supérieur. Néanmoins, ce statut n’est pas concrétisé de manière homogène sur le territoire de l’Union, chaque État ayant sa propre conception des droits de l’enfant ainsi que de la notion d’intérêt supérieur de l’enfant. L’étude comparée des garanties textuelles et de leur mise en œuvre au cours de la procédure d’asile en France et en Allemagne permet, d’une part, d’illustrer les divergences concrètes dans l’application du statut européen de l’enfant demandeur d’asile et d’analyser les écarts respectifs entre le texte et la pratique au sein de chacun des États et, d’autre part, de s’intéresser aux éléments juridiques, de droit souple et extra-juridiques qui alimentent le statut européen de l’enfant demandeur d’asile. Ces travaux invitent in fine à se questionner sur la reconfiguration de l’intervention de l’Union européenne en matière d’asile et de protection des droits fondamentaux.

Charlotte Magnien (Centre Marc Bloch / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

08-10.12.2021 – Winterschool “Border studies at intersections of subject boundaries” – Report / rapport / Bericht

Doctoral school – December 8-10 2021

Centre Marc Bloch / Humboldt-Universität (Berlin)

Coordination:

Johara Berriane, Lucie Lamy, Pierrine Robin, Paula Seidel, Nikola Tietze, Christian Voß

8th of December

Keynote: Béatrice von Hirschhausen (Géographie-cités, CNRS / CMB) : Frontières fantômes et régionalisation culturelles

Moderator: Christian Voß (Humboldt Universität)

Comment traiter aujourd’hui des aires culturelles ? Offrent-elles des niveaux signifiants pour la compréhension des sociétés et quel est le statut à leur accorder ?

Longtemps, la réponse à la question avait pu paraître claire et faire consensus. Une aire culturelle était tenue pour un niveau majeur de description du monde, établi par cristallisation d’un système culturel sur un territoire et dont les structures normatives, sociales et institutionnelles se reproduisaient dans la longue durée. Depuis trente ans, le malaise s’est pourtant installé sans trouver à ce jour de véritable issue.

Pour réinterroger les intrications de l’histoire, des cultures et de l’espace, nous examinerons l’apparition étonnante de traces laissées dans la géographie de pratiques sociales contemporaines par des frontières révolues depuis plusieurs générations. Ces « frontières fantômes » sont le plus souvent perçues comme l’expressions de différences « culturelles » entre des régions et renvoyées à des « mentalités » établies au fil du temps. Nous verrons pourtant qu’elles relèvent du passé autant que des circonstances présentes, de la durée autant que de l’éphémère, de la « réalité » autant que des imaginaires géographiques.

Elles nous permettront d’explorer la construction des aires culturelles sans les réifier, d’interroger leur durée sans les figer dans un temps anhistorique et de questionner le tissage changeant des pratiques, des expériences et des imaginaires sociaux.

Continuer la lecture

08.02.2022 – Les mobilités et les migrations des responsables locaux nationaux-socialistes, les Ortsgruppenleiter, dans les territoires annexés au IIIème Reich : l’exemple des arrondissements d’Eger dans les Sudètes et de Saverne en Alsace – Pascal Schneider

Cette intervention posera la question des mobilités et des migrations des responsables nationaux-socialistes locaux, les Ortsgruppenleiter, dans les territoires annexés au IIIème Reich, dans une comparaison entre un arrondissement français en Alsace et un arrondissement des Sudètes en République tchèque.
En effet, on va essayer de voir et de comprendre les mobilités et les migrations avant, pendant et après l’annexion de leur territoire, de Français et de Tchèques, qui se sont mis au service du IIIème Reich, au niveau local. On étudiera également les conséquences de leur engagement et de leur nouvelle responsabilité, afin de savoir si cela a eu un impact positif ou négatif sur d’éventuelles mobilités. Ensuite, dans un contexte de guerre mondiale avec de très fortes mobilités et migrations, forcées ou volontaires, comment et quand ces responsables locaux ont-ils été concernés par des mobilités, voire des migrations ? De plus, avec un statut et une fonction identiques sur tout le territoire de l’Allemagne nazie, relève-t-on des similitudes ou des différences entre les Alsaciens et les Tchèques, et dans ces cas s’agit-il d’un comportement individuel, voire familial ou de celui de tout un groupe ?

Pascal Schneider (CMB / Sorbonne Université / Universität des Saarlands)

25.01.2022 – Zwischen Freiheit der Meere, universalem Menschenrecht und konfessionellen Interessen. Mögliche Kategorien für die kulturwissenschaftliche Analyse einer völkerrechtlich gekerbten Karibik anhand frühneuzeitlicher Piratentexte – Gesine Brede

Fictional texts about piracy in the Caribbean are a relatively new phenomenon, being introduced in 18th century novel and becoming even more popular in 19th century romanticism. But they were not the first long narrative texts on piracy nor were pirate narrations from the 16th and 17th century always read in a purely factual and historiographic way. They are hybrid in many respects which is why some of them exert great fascination, even if their hybridity is also the consequence of specific (geo)political influences. I will talk about two texts from the late 17th century that are striking examples of Early modern pirate narration and already quite close to the budding genre of the (pirate) novel. But considering the quantity of transareal or even transcontinental elements they contain, they can’t be seen as mere parts of a national literature. This I why I would like to discuss them as a part of a ‘world literature’ avant la lettre, reflecting on space and spatial relations in a world that doesn’t know the concept of the nation yet.

Gesine Brede (CMB / Frankfurt a. M.)

29.06.2021 – Les marges utiles dans la gestion européenne des migrations. Des hétérotopies de dissolution – Marie-Laure Basilien-Gainche

Apprehending border zones in their thickness – as useful margins inside which state deploy a bare power that captures migrants in physical, social, legal deaths – is a useful way to consider the device of these limbos of desubjectivation. The term ‘dissolution’ usually refers to the chemical process by which a solute incorporated in a solvent sees its components dispersed, so solute and solvent, because of their interactions, come to compose a solution which consecrates the parcellation of the dissolved substance. Henceforward, examining border zones as heterotopias of dissolution highlights the following legal process: when incorporated into the useful margins (solvent), migrants (solute) have their situation distinguished and their status differentiated; meanwhile, as far as margins and migrants are linked by connections and constructions, they constitute a situation (solution) that encapsulates the suspension and the deletion of migrants’ subjectivity, of migrants’ human rights (scattered substance). Considered as dissolution zones, borders show the domination apparatus states establish. The purpose of this communication is to expose a conceptual model of analysis relative to the power exercised upon migrants in the borders, inside the useful margins, where and when migrants are disciplined through their bodies, selves, status and fates. Observing thick borders underscores that they incorporate migrants, in order to control them by identifying and registering them – extraction –; they distinguish and differentiate between migrants, in order to select them according to their countries of origin or transit – classification – ; and they organise the distancing of migrants from their rights, in order to remove them if possible or to make them invisible when they cannot be deported – obliteration.

Marie-Laure Basilien-Gainche, Université Lyon 3

10.01.2022 – Theoretische und methodische Aspekte einer kultur- und gesellschaftswissenschaftlich orientierten Diskurslinguistik: Perspektiven auf Raum- bzw. Stadtlandschaft-Diskurse – Johannes Dahm

Theoretische und methodische Aspekte einer kultur- und gesellschaftswissenschaftlich orientiertenDiskurslinguistik: Perspektiven auf Raum- bzw. Stadtlandschaft-Diskurse

Im Rahmen des Vortrags soll eruiert werden, welche Potenziale ein sprachwissenschaftlich (d.h. zeichentheoretisch) fundierter Zugriff auf Diskurse im Umfeld kultur- und gesellschaftswissenschaftlich orientierter Forschungsprojekte entfalten kann. Theoretische und analysepraktische Aspekte werden u. a. im Hinblick auf Stadtlandschaftsdiskurse in Straßburg und Posen beleuchtet und anhand einzelner Analysebefunde konkretisiert, wobei das Interesse jeweils den diskursiven Perspektivierungen und Wahrnehmungen der gründerzeitlich-wilhelminisch geprägten Quartiere in beiden Städten gilt.

In einem ersten, theoretisch informierten Teil wird zunächst der Versuch unternommen, das recht dehnbare Paradigma einer kultur- und gesellschaftssensitiven Diskurslinguistik zu vermessen. Es wird davon ausgegangen, dass fachliche Schwerpunktsetzungen – d.h. die Einbettung bestimmter Konzepte aus eng- oder auch weniger eng verwandten Disziplinen in diskurslinguistische Ansätze – jeweils durch das konkrete Forschungsobjekt bzw. Forschungsinteresse eingefordert werden. Die trans- und interdisziplinäre Ausrichtung des Feldes bildet dementsprechend die Grundprämisse. Mehr oder minder definierte Forschungsrichtungen wie z.B. die Kulturlinguistik bzw. die linguistische Kulturanalyse decken bisher indes wahrscheinlich lediglich einen Teilbereich dessen ab, was sich hier an Forschungshorizonten und Möglichkeiten ausdifferenzieren lässt. Neben Betrachtungen einzelner Felder und Bereiche, etwa der Empirischen Sozialforschung, der Sozialgeographie und der Sozialpsychologie – die für das im Vortrag angeführte Beispiel der Untersuchung von Stadtlandschaftsdiskursen relevant sind –, gilt das Augenmerk hier jenen Perspektiven, die der Traditionslinie der Kognitiven Linguistik entspringen; und die sich (im Unterschied zu Chomsky) dezidiert auf einen holistischen (nicht-modularen) Ansatz stützen und dabei die soziale Beschaffenheit von Sprache hervorheben. Annäherungen kognitionslinguistischer und kultur- oder gesellschaftswissenschaftlicher Fragestellungen und Konzepte manifestierten sich bereits in Folge der (recht verspäteten) Rezeption Foucaults durch die germanistische Linguistik – vor dem Hintergrund des Diskursbegriffs. Anregungen zur Operationalisierung von Diskurstheorien unterschiedlichster Provenienz setzen seither verschiedene Akzente.

Der Vortrag geht im zweiten Teil gezielt auf (soziokognitiv orientierte) konstruktionsgrammatische und framesemantische Formate und Instrumentarien ein, die es über Zugriffe auf der Textoberfläche (eines Korpus) ermöglichen, diskursive Grundfiguren, sozial geteilte Wissensformationen und Wissenssegmente bzw. soziale Repräsentationen nuanciert zu erforschen und damit in letzter Konsequenz auch Zugänge zum kulturellen Gedächtnis einer Sprachgemeinschaft ermöglichen (obgleich die Ausrichtung dieses Analyseverfahrens zunächst dezidiert wissensanalytisch ist – und nicht kulturanalytisch). Korpuslinguistische Verfahren helfen dabei Sprachgebrauchsmuster zu erfassen, d.h. Konstruktionen (oder: serielle Sprachgebrauchsdaten) die als Indikatoren für sozial geteiltes Wissen fungieren.

Im dritten Teil werden theoretische Überlegungen und methodische Verfahren (u.a.) anhand des Beispiels der Untersuchung von Stadtlandschaftsdiskursen in Straßburg und Posen verdeutlicht.

Johannes Dahm (CMB, Université de Nantes)

23.11.2021 – Du lien social à la précarité alimentaire : mutations de cuisines associatives de quartier dans l’urgence des crises du COVID-19 – Carmen Dreysse

Cette présentation analysera l’impact des crises du COVID-19 sur des cuisines citoyennes en France et en Allemagne, étudiées dans le cadre de mon mémoire de master. En temps normal, ces cantines associatives invitent les habitant·es du quartier à venir cuisiner en commun et à partager un repas à prix libre. Elles se définissent comme des espaces de rencontre permettant de renforcer les réseaux de voisinage à l’échelle locale et comme des tiers lieux où peuvent se développer des relations sociales non-marchandes. En somme, ces cuisines se pensent comme des structures dont l’espace physique comme l’activité sont mises au service de la création de lien social, éventuellement en vue d’intégrer des personnes particulièrement vulnérables – personnes migrantes, notamment. La crise sanitaire, en entraînant la fermeture de ces lieux, a mis en péril leur but premier : la rencontre médiée par la commensalité. Mais, en retour, la crise sociale et la plus grande visibilisation de la précarité alimentaire ont conduit certaines cuisines associatives à développer des activités d’aide alimentaire en confectionnant des repas qui étaient ensuite distribués gratuitement lors de maraudes. Dans quelle mesure le confinement et les représentations des différentes crises (sanitaire, sociale et environnementale) ont façonné l’engagement de ces structures de quartier dans l’urgence alimentaire ?
Outre cet intérêt porté à la mutation – temporaire – de ces structures, je souhaite présenter et discuter des trajectoires d’engagement observées chez les cuisinier·es bénévoles, pour qui le temps du confinement a coïncidé avec un moment d’intense activité associative en faveur de personnes en grande précarité. Pour un certain nombre de personnes rencontrées pendant le terrain ethnographique, la crise du COVID-19 et le premier confinement ont conduit à une suspension du temps, ce qui leur a permis de s’investir dans une activité de bénévolat solidaire, au point pour certain·es de questionner leur activité professionnelle. Dans quelle mesure la crise a-t-elle constitué un évènement marquant des carrières associatives de ces cuisinier·es solidaires ?
Bien que certaines des cantines étudiées s’adressent principalement à des personnes réfugiées, la présentation prendra également en considération des structures œuvrant de manière plus générale pour les personnes précaires.

Carmen Dreysse (CMB, Université de Lille)

26.10.2021 – Shifting EU mobilities during a sanitary crises: Implications for models of membership and EU citizenship – An exploratory study on cross-border immobility – Kerstin Martel

Since March 2020 pandemic restrictions, legitimated by a sanitary state of emergency, have altered the right of free movement for EU citizens within the region. Unilateral national decisions on border closures, enforced by martial law, were followed by continuously changing, arbitrary and often inconsistent entry restrictions across the European Economic Area (EEA) and the Schengen Area. This stands in stark contrast to pre-pandemic conditions, where transnational life and work modes had been encouraged by public and private mobility polices over several decades. Temporary bilateral agreements for business travelers or “essential workers” and so-called travel corridors during touristic high seasons did not only drastically reshuffle the geopolitical landscape on a macro-level but led to unequal access to the right of travel and free movement amongst EU citizens. In this context we explore with the help of a few cases, how EU border crossings were lived and experienced by EU citizens over a period of 18 months. We exemplify how multilayered individual constellations of citizenship, residency, and professional affiliations led to equivocal situations, and hence, to uncertainty on a micro-sociological level. Subsequently we demonstrate that pandemic related re-bordering processes within the Schengen Area trigger the need to theoretically re-assess understandings of EU citizenship as model of membership.

Kerstin Martel (CMB)

7.12.2021 – Pratiques émancipatrices transnationales au regard du « Paradigme esperanto »: la circulation du projet espérantiste dans les milieux juifs via les imprimés et la presse en yiddish et en hébreu (1887-1914) – Denis Eckert

Le projet de langue de communication universelle initié par Ludwik Zamenhof en 1887 a rapidement trouvé de nombreux relais dans toute l’Europe, et au-delà. Les premiers adoptants de la cause s’attachent à publier divers documents (manuels d’apprentissage, annonces dans des journaux, articles) pour populariser leur projet, et ce dans un grand nombre de langues « naturelles ». Parmi ces militants, quelques intellectuels juifs s’activent pour toucher le public qui lit le yiddish et l’hébreu. On analyse donc les stratégies de diffusion du projet espérantiste en direction de ce public spécifique, les supports de diffusion choisis, en présentant aussi quelques figures militantes majeures d’avant 1914.

Denis Eckert (Géo-Cités, CNRS, CMB)

9.11.2021 – Monter un projet franco-allemand de recherche interdisciplinaire : les expériences d’ACCESS+ – Olivier Giraud / Nikola Tietze

Les projets comparatifs comme les projets ANR-DFG nous amènent à repenser nos usages et notre rapport à la comparaison. Bien au-delà des contraintes spécifiques des appels d’offre comportant une comparaison internationale, trois dimensions complémentaires de la comparaison nous semblent spécialement stimulantes dans un tel projet. Toutes trois ramènent à la dimension historique des sciences sociales et sont en tension avec la capacité de la comparaison de contribuer à la construction théorique.

En premier lieu, dans les réponses à appel d’offre, la partie « état de l’art » invite à construire les questions de recherche, et à préciser les notions qui servent de base à la réflexion à partir de la littérature existante, de ses résultats, mais aussi de ses lacunes. Cette partie conduit à un dialogue, par exemple, entre les littératures francophones, germanophones, mais aussi « internationales », qui souvent s’avère productif. Notamment, les déplacements transfrontaliers dans la formulation des questions ramènent au statut profondément historique des sciences sociales, y compris pour ce qui touche à la construction théorique. Nous pourrons en produire quelques exemples à partir de la recherche AccessPlus.

Deuxièmement, dans des contextes nationaux (ou à une autre échelle comme celle de l’Union européenne), des dynamiques historiques peuvent être mises en rapport, par exemple de la façon dont le suggère la perspective de « l’histoire croisée », autour d’un enjeu comparable. Dans le cas du projet AccessPlus, reconstruire les trajectoires historiques singulières de la France et de l’Allemagne vis-à-vis des discriminations ou vis-à-vis des impulsions européennes à l’égard du traitement égal, en sont de bons exemples.

Enfin, en troisième lieu, une comparaison dans le cadre d’un projet de recherche type ANR-DFG, est également une invitation à occuper un espace intermédiaire entre la comparaison des notions et cadres théoriques ou analytiques, d’une part, et la comparaison des situations historiques, de l’autre. Par l’application de notions analytiques construites dans la littérature ou adaptées pour les soins de la comparaison, on conçoit un rapport supplémentaire à la comparaison. Dans le cas de la recherche AccessPlus, le recours au concept de citoyenneté sociale, dans une définition bien spécifique (d’ailleurs forgée pour la comparaison de deux situations internationales impliquant d’autres pays qui étaient les Pays-Bas et la Suède !), a permis de construire un cadre utile à la comparaison entre l’Allemagne et la France. Ce cadre nous donne à voir des différences entre les deux configurations nationales, susceptibles de renvoyer à des mécanismes féconds dans le cadre de cette comparaison.

Ein deutsch-französisches interdisziplinäres Forschungsprojekt konzipieren: Erfahrungen im Rahmen von ACCESS+

Vergleichsprojekte wie die ANR-DFG-Projekte geben Anlass, unsere Verwendung von und unser Verhältnis zu Vergleichen zu überdenken. Abgesehen von den Zwängen, die sich aus der Ausschreibung solcher Projekte ergeben, sind in unseren Augen drei komplementäre Dimensionen des Vergleichens besonders erkenntnisgewinnend. Alle drei gehen auf die Historizität der Sozialwissenschaften zurück. Alle drei stellen die Historizität der Sozialwissenschaften in den Blick und stehen zugleich in einem Spannungsverhältnis zur Theoriebildung durch den Vergleich.

Erstens lädt der Abschnitt „Forschungsstand“ im Rahmen von Ausschreibungen dazu ein, Fragen und Begriffe zu formulieren, die ausgehend von der vorhandenen Literatur, ihrer Ergebnisse wie auch ihrer Unzulänglichkeiten als Reflexionsgrundlage dienen. Er stellt zum Beispiel die französisch- und deutschsprachige Literatur, aber auch „internationale“ Literatur in einen Dialog, der sich oft als produktiv erweist. Insbesondere die grenzüberschreitenden Verschiebungen bei der Formulierung von Fragen rückt den zutiefst historischen Status der Sozialwissenschaften wie auch der Theoriebildung ins Licht. Wir werden dazu einige Beispiele aus unserem AccessPlus-Projekt geben.

Zweitens können in nationalen Kontexten (oder in einem anderen Maßstabskontext wie dem der Europäischen Union) historische Dynamiken zu einem vergleichbaren Thema in Beziehung zueinander gesetzt werden, wie beispielsweise die Perspektive der histoire croisée vorschlägt. Die besonderen historischen Entwicklungen Frankreichs und Deutschlands in Bezug auf Diskriminierung oder in Bezug auf die europäischen Impulse zur Gleichbehandlung nachzuvollziehen, was wir im Rahmen unseres AccessPlus-Projekts anstreben, ist hierfür ein gutes Beispiel.

Drittens schließlich lädt der Vergleich im Rahmen eines Forschungsprojekts des Typs ANR-DFG dazu ein, einen „Zwischenraum“ zwischen dem Vergleich theoretischer oder analytischer Begriffe sowie Rahmen einer- und andererseits dem Vergleich historischer Situationen einzunehmen. Dank der Anwendung von analytischen Begriffen, die auf der Basis der Literatur und im Hinblick auf den Vergleich entwickelt worden sind, ist es möglich, eine weitere Vergleichsbeziehung zu konzipieren. Für die AccessPlus-Forschung hat uns der Rückgriff auf das Konzept der social citizenship in einer sehr spezifischen Definition (die im Übrigen für den Vergleich zweier internationaler Situationen mit anderen Ländern, nämlich den Niederlanden und Schweden, konzipiert wurde!) einen nützlichen Rahmen für den Vergleich zwischen Deutschland und Frankreich eröffnet. So werden Unterschiede zwischen den beiden nationalen Konfigurationen sichtbar. Diese Unterschiede könnten auf interessante soziale, politische oder auch historische Mechanismen hinweisen.

Olivier Giraud und Nikola Tietze (Lise-CNRS, CMB)

3.11.2021 – City, State. Constitutionalism and the Megacity (book presentation) – Ran Hirschl

More than half of the world’s population lives in cities; by 2050, it will be more than three quarters. Projections suggest that megacities of 50 million or even 100 million inhabitants will emerge by the end of the century, mostly in the Global South. This shift marks a major and unprecedented transformation of the organization of society, both spatially and geopolitically. Our constitutional institutions and imagination, however, have failed to keep pace with this new reality. Cities have remained virtually absent from constitutional law and constitutional thought, not to mention from comparative constitutional studies more generally. As the world is urbanizing at an extraordinary rate, this book argues, new thinking about constitutionalism and urbanization is desperately needed. In six chapters, the book considers the reasons for the “constitutional blind spot” concerning the metropolis, probes the constitutional relationship between states and (mega)cities worldwide, examines patterns of constitutional change and stalemate in city status, and aims to carve a new place for the city in constitutional thought, constitutional law, and constitutional practice.

Ran Hirschl (University of Toronto)