20.04.21- Rencontre de rentrée du groupe « Migration en temps de Covid-19 » – Compte-rendu

Par Nikola Tietze

L’échange autour des projets et des intentions de recherche entre les participants à cette rencontre a révélé quatre axes thématiques à propos « migration en temps de Covid-19 »

  • L’ethnographie du vécu et de la gestion de la crise du Covid-19.

Cette thématique renvoie à la problématique de faire du terrain en temps de Covid-19 et d’accéder à des données sur les situations de migrants. Elle soulève, d’abord, la question des méthodes de recherches et du besoin d’explorer davantage des terrains onlines et des outils électroniques. Il serait intéressant de recenser des expériences déjà faites avec ce type de terrains et de regarder des discussions sur ces outils dans des domaines autres que les études sur la pandémie. Ensuite, nous pourrions établir un répertoire des études déjà en cours et qui envisagent de rendre compte des situations spécifiques durant la pandémie. Nous pensons par exemple à des études comme « Confinement, conditions de vie et inégalités – COCOVI » (deux numéros de Population et Sociétés n°578 et n°579 sont consacrés à COCOVI), celles du Projet MigraChiCovid, sous la direction de Simeng Wang (CNRS, Cermes3) ou encore celle portant sur des « récits confinés », menée par les anthropologues Pierrine Didier et Véronique Duchesne.

Par ailleurs, les défis méthodologiques d’une ethnographie de situations en temps du Covid-19 amènent aussi à explorer le travail artistique et ses spécificités de mettre la focale sur le vécu et les expériences.

Exemples :

https://www.collegedesbernardins.fr/content/plaidoirie-pour-une-jurisprudence-patrick-bernier-et-olive-martin

  • La gestion sanitaire et le rapport à l’institution, à l’administration ou la bureaucratie.

L’année dernière a montré, sous multiples aspects et dans divers domaines, l’impact de la gestion sanitaire sur les rapports entre les institutions étatiques et les organismes de l’action publique, d’un côté, et les personnes, notamment les migrant.es, de l’autre. Des catégories administratives ont été redéfinies ou nouvellement introduites, des routines au guichets ont été mise en question, des interactions ont été suspendues/interrompues ou encore de nouvelles formes de travail, notamment dans le travail social, ont été expérimentées. Il s’agit de réfléchir sur les conséquences de ces transformations, dans une perspective historique et multi-située, en prenant compte à la fois la fabrique des règles sanitaires et des particularités et les professions dans les différents domaines de l’action publique et des règles sanitaires.

Exemples :

Aissatou Seck, Covid 19 au Sénégal en 2020 : Gestion étatique, perceptions et postures des populations dans la capital dakaroise, sur le blog « la bureaucratisation des sociétés africaines ».

Benoit Vaillot, L’invention d’une frontière sanitaire. La frontière franco-allemande face aux premières pandémies (fin XIXe siècle-1914)

Pour le travail social, cf. par exemple ogsa AG Migrationsgesellschaft (éd.), Soziale Arbeit in der Postmigrationsgesellschaft. Kristische Perspektiven und Praxisbeispiele aus Österreich.

  • Migration de travail en temps de Covid-19 et différentiations de la liberté de mouvement

La mobilité internationale et transfrontalière de travail a été fortement impactée par la crise de Covid-19. Des restrictions de mobilité ont particulièrement touché les travailleur.es avec des protections sociales et sanitaires précaires, voire inexistantes, c’est-à-dire les travailleur.es à la fois dans le secteur informel, où travaillent nombreux migrant.es avec des statuts de résidence précaire ou ‘sans papier’, et dans le secteur saisonnier (dans l’agriculture, le care, sur les chantiers ou dans des abattoirs). On a pu observer des inégalités et des discriminations par rapport aux « travailleur.es non-mobiles et nationaux » face aux conditions des quarantaines imposées, de l’accès aux tests, aux soins etc. En même temps, des règles spécifiques d’emploi ont été établies en fonction des secteurs économiques, reposant essentiellement sur une main-d’œuvre mobile, par exemple la récolte des asperges en Allemagne ou l’aide à domicile pour des personnes dépendantes en Autriche. Il serait intéressant de s’interroger sur ces différentiations, souvent dans l’ombre du droit du travail et du droit social, et sur les différents régimes de restrictions de la mobilité à l’intérieur de l’Union européenne.

Par exemple :

Boatca, Manuela: [Thou shalt] Honour the asparagus!: Romanian Agricultural Labour in Germany during the COVID-19 Season. 11.05.2020

Benjam, Raluca : Covid_19 and Disposable Migrant Workers. Verfassungsblog, 16.04.2020.

Safuta, Anna & Noack, Kristin: A magnifying glass for precarity and unfulfilled care needs. Friedrich Ebert Stiftung. 30.07.2020

Kovats, Eszter: European Solidarity? What European Solidarity? Care chains and East-West inequalities during the corona crisis. Friedrich Ebert Stiftung.16.04.2020

  • Les transformations et nouvelles formes des solidarités

Durant la crise, les solidarités mises en place par l’Etat et en œuvre par l’action publique, ont été mises sous pression. Dans certaines situations, par exemple au Maroc, la crise a accéléré, face aux urgences sociales et sanitaires durant la pandémie, la généralisation de la protection sociale et de l’accès aux soins. Dans d’autres, la crise a affecté les solidarités familiales ou communautaires, notamment en raison des restrictions de la mobilité ou a fait émerger de nouvelles formes de solidarité. L’intérêt de recherche dans le groupe porte notamment sur le rôle des ONG et sur les effets de leurs interventions sur les dynamiques solidaires.

Cf. à ce sujet :

Koly Fall, Solidarité et pratiques informelles dans les organisations communautaires : études de cas à Adéane et à Coubannao dans la région de Ziguinchor. Le prochain numéro de Culture, Practice & Europeanization – dirigé par Stefanie Börner – sera consacré aux Practices of solidarity during COVID

27.04.2021 – La frontiérisation de l’État-nation: contrôler l’entrée, la circulation et la sortie des étrangers du territoire marocain – Alimou Diallo

Entre 1912 et 1956, le territoire marocain était divisé en trois zones géographiques qui se recoupaient en trois systèmes de gouvernement des frontières : la zone française de l’Empire chérifien qui était gouvernée par la France, la zone espagnole qui était quant à elle administrée par l’Espagne et la zone internationale de Tanger qui était administrée par un consortium de puissances internationales. Les prémisses de bureaucratisation de ces frontières remontent à cette période de colonisation certes, mais ce n’est qu’à partir de 1956 que ce processus a connu un nouveau tournant dans le gouvernement des frontières, lorsque l’État postcolonial marocain a décidé de remplacer l’ancienne forme d’organisation territoriale issue de la colonisation par des nouvelles frontières nationales unifiées. De l’indépendance à nos jours il a institué divers instruments de contrôle et dispositifs bureaucratiques qui organisent les formalités de passage aux frontières, pour mieux policer celles-ci et réguler les manières de les traverser et les façons d’entrer et de sortir de du territoire national. Suite à l’émergence de l’espace Schengen en 1990, ce processus a connu une nouvelle rupture sans précédente dans la gestion des frontières au Maroc : on a assisté à un durcissement du contrôle au niveau des frontières séparant le territoire marocain à cet espace européen.

À partir d’archives coloniales au Maroc (1912 -1956), d’une enquête ethnographique réalisée au niveau des villes frontières (Nador-Melilla, Tanger-Fnideq-Ceuta) et au niveau des espaces frontières (les gares routières), et à partir d’entretiens réalisés avec des migrants, des acteurs associatifs et humanitaires, des vendeurs de tickets, des conducteurs de bus reliant ces villes frontières au centre du pays et des taxi-maitres à Tanger et à Nador, cette communication se propose d’étudier cette frontièrisation de l’État-nation marocain en privilégiant trois entrées: d’abord, le processus de bureaucratisation du contrôle aux frontières qui résulte de l’unification du territoire marocain et qui a abouti à la création d’un corps d’agents publics et privés investis d’un pouvoir discrétionnaire leur permettant de tracer la frontière entre étrangers désirables et indésirables sur le territoire; ensuite, elle étudie les dispositifs-frontières sur la base desquels s’opère cette sélection au nom de la souveraineté de l’État et du maintien de l’ordre public (passeport, visa, autorisation électronique de voyage, fiche de police et biométrie); et enfin, elle analysera les pratiques transgressives initiées par les acteurs et leurs intermédiaires (migrants, policiers, passeurs, vendeurs de ticket, humanitaires) pour contourner ces dispositifs officiels de contrôle et la façon dont ils gèrent les conséquences de cette frontiérisation de l’État (la mort, la répression et les blessures aux frontières).

Alimou Diallo (ISP, Université Paris Nanterre)

13.04.2021 – „Les ONG dans la gouvernance multiniveaux – entre influence et dépendance des autorités étatiques“ – Irina Mützelburg

Cette présentation s’interroge sur le rôle d‘acteurs non étatiques dans des politiques fréquemment considérées comme relevant des compétences régaliennes. Leur implication signifie-t-elle un affaiblissement de la souveraineté étatique? Elle propose d’analyser le rôle des ONG dans les politiques d’asile en Ukraine – un pays souvent qualifié de simple lieu de transit pour les migrants. Quelles dynamiques caractérisent la relation entre les ONG et l’administration dans un contexte de relatif retrait de l’État et de faible politisation des questions d’asile ?  Alors qu’en Europe occidentale, l’État est fréquemment responsable d’une grande partie du financement des ONG qui lui fournissent des services, les ONG d’asile en Ukraine ne reçoivent pas de financement de l’État ukrainien, mais exclusivement d’organisations internationales et de fondations occidentales. Mieux financées que l’administration ukrainienne et suivant les normes et instructions de leurs donateurs, ces ONG prennent en charge des tâches traditionnellement considérées comme relevant de la responsabilité des États. Les ONG utilisent leurs ressources pour avoir accès à l’administration, dans le but de soutenir certains demandeurs d’asile et plus largement d’influencer les pratiques administratives dans le sens des normes internationales en matière d’asile. En effet, les ONG organisent des formations et offrent des services et du matériel de travail à l’administration sous-équipée, ce qui leur permet d’établir des relations de confiance. Si ces ressources semblent placer les ONG en position de force, elles ont besoin, pour exercer leur influence, d’entretenir des relations consensuelles avec les autorités. Les ONG dépolitisent souvent leur travail afin de paraître inoffensives aux yeux de l’administration, évitent de publier leurs critiques et d’entamer des procédures judiciaires contre l’État.

Irina Mützelburg (Science Po-Lyon, CMB)

23.02.21 – “Foundational work ‘on the ground'”. Gestaltpsychologists, the Rockefeller Foundation, and the production of knowledge in American Social Psychology in the 1930s and 1940s: Reflections on material from the archive“ – Christine Ludl.

In the 1930s and 1940s, numerous German scholars fled Nazi Germany and emigrated to the United States. The Rockefeller Foundation played an important role in organizing the emigration and financing the establishment of some of these scholars in the U.S. In this presentation, I will revisit archival material collected at the Rockefeller Archive Center that relates to German Gestaltpsychologists who emigrated to the United States in the 1930s. The material shows that how employments and research projects were negotiated through concrete interactions between Rockefeller officers and scholars as well as the day-to-day workings of the Foundation were central to these processes. I will give examples of these negotiations and ask how “examining foundational work ‘on the ground’” can contribute to debates on the role of private foundations for the circulation and production of knowledge in American Social Psychology in the 1930s and 1940s.* The citation refers to Buxton W (2009) Civil Society and its Discontents: Bringing Culture, Communications, and the Humanities into the History of Philanthropy. In: Buxton W (ed) Patronizing the public: American philanthropy’s transformation of culture, communication, and the humanities. Lanham, MD: Lexington Books, pp. 1-21, p. 10. The presentation will be in German.

18.02.2021 – “Millefeuille d’incertitudes : rencontre entre une pandémie globale et la formation individuelle au métier de footballeur” – Yacine Amenna

Résumé:

Depuis le mois de mars 2020 en France et en Allemagne, les institutions de formations du football doivent composer avec de nouvelles “règles sanitaires” liées à la “lutte contre la propagation du covid-19”. Dans l’intervention, trois phases sont distinguées : une première de fermeture, une deuxième de réouverture, et une dernière de semi-fermeture. A partir de la description des transformations des processus de recrutements, de formations et de professionnalisations des jeunes joueurs de football, comment la crise du Covid-19 ajoute-elle une incertitude supplémentaire, dans un milieu social où l’incertitude est structurelle, et transforme le quotidien de ses agents sociaux ? Enfin que révèle-elle des processus de délimitation de ce qui peut se poursuivre et ce qui doit s’arrêter, et de classer au sein d’une même activité ce qui est “essentiel” et “non essentiel” ?

Compte rendu de la séance

Auteure: Nikola Tietze

Dans la formation au métier de footballeur, l’incertitude est la règle (Bertrand, 2009 ; Juskowiak, 2019). Cette formation, basée sur la sélection permanente, ressemble à celle de l’artiste – à l’accomplissement « dans l’incertain » (Menger, 2009) – notamment par deux aspects : par la prédominance de la concurrence et les processus sociaux forgeant la détermination du talent. Seul 5% à 20% des jeunes en formation deviennent footballeurs professionnels. Le covid-19 et les restrictions pour contenir la pandémie représentent, en France (ville Y) et en Allemagne (ville X), des incertitudes supplémentaires dans la vie de ces jeunes (entre 15 et 21 ans), régulée, en temps normal, par l’incertitude de la formation.

Continuer la lecture

18.01.2021-“Covid-19 et migration : expérimentations méthodologiques”- Thomas Lacroix et Nelly Robin

En raison de leur caractère subit et inattendu, l’étude des “crises ” constitue un double défi méthodologique. A court terme, leur observation nécessite la mise en place d’un dispositif d’analyse dans un délai très bref. A plus long terme, le défi à relever et celui d’une inscription de la crise dans un contexte plus large, nécessitant de faire le départ entre ce qui relève de tendances de long terme et des transformation induites par la crise elle-même. Afin de répondre à ces enjeux, nous présentons deux dispositifs méthodologiques expérimentaux. Le premier est celui de la mise en place d’un fil Seenthis qui a permis le recensement d’un corpus d’articles et d’images qui feront ensuite l’objet d’une analyse textuelle permettant de mettre en évidence l’évolution des enjeux soulevés par la pandémie dans le temps et dans l’espace. Le second est une analyse des flux migratoires à court et à long terme mobilisant les outils de l’intelligence artificielle. A court terme, elle se base sur une analyse des covariations entre les flux migratoires et différents indicateurs (mesures sanitaires, nombre de cas, etc.). A long terme, elle inscrit les transformations de la géodynamique des flux migratoires dans le contexte des trois crises qui ont marqué la décennie 2010 : crise économique (2009), crise de l’exil (2015) et pandémie.

Compte rendu de la séance

Auteure: Nikola Tietze

Thomas Lacroix et Nelly Robin ont présenté, ensemble avec leurs collègues, les démarches méthodologiques dans le cadre de leur travail sur la dynamique des migrations et la pandémie. Ce travail s’appuie en grande partie sur une veille médiatique réalisée durant la première vague de la pandémie covid-19 : https://seenthis.net/people/thomas_lacroix. Au centre de ces démarches, se trouve le croisement entre sciences humaines et sociales (SHS) et différents outils méthodologiques : (i) l’analyse textuelle des articles et iconographique des images, (ii) l’analyse cartographique, (iii) l’analyse de covariations réalisée par les outils de l’intelligence artificielles. Cette veille, actuellement un corpus de 1700 articles et

Continuer la lecture

Formation-recherche « Un ciel toujours partagé ? Sociétés et territoires allemands de l’Est et de l’Ouest, 30 ans après la réunification », compte-rendu d’un terrain exploratoire.

Par Lola Gourdon, étudiante en Master de science politique et études socioculturelles conjointement à l’université Paris 8 et Viadrina de Francfort (Oder) :

Béatrice von Hirschhausen et moi-même nous sommes rendues pour la deuxième fois en basse-Franconie dans le cadre du projet formation-recherche « Un ciel toujours partagé ? Sociétés et territoires allemands de l’Est et de l’Ouest, trente ans après la réunification ». Nous proposons ici un compte rendu du terrain qui s’est déroulé la semaine du 21 septembre 2020 dans les villages de Alsleben et de Gompertshausen à la frontière entre la Thuringe et la Bavière.

Monument sur le site de l’ancienne frontière. Gompertshausen en arrière fond

« Nous étions au bout du monde, nous sommes désormais au centre de l’Allemagne » entend-on à une table voisine dans l’auberge où nous déjeunions. Nous sommes en septembre 2020 et voici qu’est prononcé mot pour mot, au détour d’une bribe de conversation, l’intitulé presque exact de la thèse de Valentine Meunier publiée il y a près de 20 ans. Celle-ci a étudié dans les années 1990 deux villages franconiens, l’un à l’Est de l’ancienne frontière intra-allemande en Thuringe, l’autre à l’Ouest en Bavière. Trente ans après la Réunification, l’ambition du projet “Un ciel toujours partagé ? Sociétés et territoires allemands de l’Est et de l’Ouest, trente ans après la Réunification » est de revenir sur les pas de Valentine Meunier pour tâcher de comprendre les permanences et mutations à l’œuvre dans ces deux villages de basse Franconie.

Continuer la lecture

17.12.2020 – « L’invention d’une frontière sanitaire. La frontière franco-allemande face aux premières pandémies (fin XIXe siècle-1914) » – Benoit Vaillot

Résumé:

Au tournant du XXe siècle, les gouvernements français et allemand prennent des mesures visant à prémunir leur territoire respectif contre les premières pandémies. Ces épidémies, celle de choléra en particulier, lancent un sérieux défi aux États, car elles ignorent les frontières. La souveraineté est contrainte de se transformer pour protéger la santé des populations ; le concept de biopolitique forgé par Michel Foucault permet de saisir ce qui s’exprime alors de façon spectaculaire à la frontière franco-allemande. Or les questions sanitaires sont souvent absentes des études portant sur les frontières à l’époque contemporaine, alors même que toutes y ont été confrontées à partir du milieu du XIXe siècle. En nous appuyant sur les travaux d’Alison Bashford et de Patrick Zylberman, qui articulent la lutte contre les épidémies avec la construction de l’État-nation, nous proposons d’étudier la construction de la frontière franco-allemande dans sa dimension sanitaire au tournant du XXe siècle.

Compte rendu de la séance

Auteure: Nikola Tietze

Dans son intervention, Benoit Vaillot met en lumière « l’invention d’une frontière sanitaire » entre la France et l’Allemagne lors des pandémies de choléra, apparaissant et refluant à plusieurs reprises durant le 19ème siècle. Cette « invention » repose sur le développement de pratiques de gestion des épidémies qui ignorent les frontières politiques et administratives. Ces pratiques à l’échelle locale (village, département ou Bezirk, gare ou carrefour de routes) – exiger un certificat médical avant l’entrée sur le territoire, surveiller les gares par des médecins, certificat de « non mort par maladie » Continuer la lecture

01.12.2020 – « Usages du droit au retour dans l’Italie du Nord-Est : entre nouvelles migrations et transmission familiale » – Melissa Blanchard

Tandis que dans plusieurs pays d’Europe le débat civil, dominé par le thème de la crise (migratoire, économique, sanitaire), s’enlise autour de la fermeture des frontières aux nouveaux migrants, des législations peu connues permettent aux descendants des émigrés de rentrer dans l’espace européen en tant que nationaux, soit par des mesures d’aide au retour, soit par des mesures préférentielles d’acquisition de la nationalité.

En Italie, grâce à ces cadres juridiques, de nouveaux mouvements migratoires sont apparus au cours des vingt dernières années, notamment en provenance d’Amérique latine, d’où « reviennent » chaque année plusieurs milliers de descendants d’émigrants italiens. Ces migrations constituent un point aveugle de la recherche et du débat civil, car elles jouissent d’une légitimité juridique a priori. Cette communication se fonde sur une enquête ethnographique réalisée entre 2012 et 2019 dans le Trentin, une région de l’Italie du Nord-Est, avec plusieurs familles de descendants d’émigrants italiens, originaires d’Argentine et du Chili. Elle examine, d’une part, les manières dont les acteurs se saisissent du droit au retour et à la nationalité italienne. D’autre part, elle analyse les conséquences du recours à ces législations sur les familles des émigrants, tout en questionnant la notion même de retour.

12.11.2020 – Compte rendu de la première séance du groupe “Migrations en temps de Covid-19”

Par Nikola Tietze

Cette séance a été consacrée d’abord à la prise de connaissance mutuelle des intérêts et des recherches des participant.es. Ensuite, Thomas Lacroix (Maison Française d’Oxford) a présenté son projet de recherche les trajets migratoires en temps de crises.

  • La présentation des intérêts et des recherches des participants a permis de mettre la focale sur un certain nombre d’observations et de problématiques :
  • Transformations du travail des associations caritatives et de leur rôle social pendant la crise sanitaire, notamment Caritas au Maroc
  • Défis dans l’accompagnement des jeunes et enjeux des pratiques psychosociales
  • Interrogations sur l’effet de la crise du COVID-19 sur les projets de mobilité
  • Effet de la crise sur les interactions aux guichets de l’asile
  • Conséquences de la crise pour les rapports entre migrant.es et ville
  • Accès aux terrains
  • Revoir la gestion de la pandémie COVID-19 à travers le prisme historique et la comparaison avec la gestion d’autres pandémies / épidémies au 18ème, 19ème ou 20ème siècle ailleurs qu’on Europe
  • Thomas Lacroix a présenté une recherche et une réflexion collectives sur l’impact de la pandémie sur les migrations (https://mfo.web.ox.ac.uk/article/podcast-quel-est-limpact-de-la-pandemie-sur-les-migrations). Les trajets migratoires et leurs changements, suite au COVID-19, sont au centre de ses interrogations. Cette recherche et réflexion collective s’appuie sur un travail de veille médiatique à consulter sur CEPED-MIGRINTER-IC MIGRATIONS-MFO-Monde@thomas_lacroix https://seenthis.net/people/thomas_lacroix et sur un travail cartographique. Elles sont par ailleurs basées sur la conjugaison des données quantitatives et qualitatives. Thomas Lacroix souligne que la crise COVID-19 nous amène à regarder plus près les rapports entre mobilités et immobilités.

Cf. aussi Thomas Lacroix (2020) : Réseaux des villes hospitalières : un panorama global. E-Migrinter 20  https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02170543/file/e-migrinter-2281.pdf

 

24.11.2020 – “Finding Ways through Eurospace: Unfreezing Migrant Positionalities in Contemporary Europe – Joris Schapendonk

This presentation focuses on my latest work entitled Finding Ways Through Eurospace. This book is about migrants, but it is not about migration. It discusses transnational movements, asylum, belonging, and borders, but it is not about migration. As I argue, migration and its related ontological foundations of stasis is not the best analytical starting point to understand the lifeworlds of the African ‘movers’ in Europe that are central to this study. Rather than seeing ‘migrancy’ as the primary marker of my informant’s lives, this book aims to understand how flexible mobilities relate to migratory projects, and how identities change along pathway of movements. By following the mobility processes of Africans, the chapters show how mobility remains central to their being in Europe, despite the existence of harsh mobility regimes that aim to hamper, stop or control their mobilities (Glick-Schiller and Salazar 2013). This book, thus, delves into the ways ‘African movers’ navigate ‘Eurospace’ (Vigh 2009). How they are confronted with borders, but also how they manage to transgress and circumvent them. Such a de-migranticized view (Dahinden 2016) on the im/mobility of people who are generally viewed as migrants sounds like a contradiction in terminus, but I argue that it is highly needed to move away from frameworks that that pin down peoples residences’, positions, and imaginaries.   

20.10.2020 – “Un ciel toujours partagé? Retour d’un terrain exploratoire dans deux villages sur l’ancienne frontière interallemande : tâtonnements et hypothèses de recherche” – Béatrice v. Hirschhausen, Laure de Verdalle, Joséphine Lecuyer.

—- auf deutsch siehe unten —–  

Béatrice von Hirschhausen, Laure de Verdalle, Joséphine Lecuyer. Il y a bientôt 20 ans, Valentine Meunier, doctorante en ethnologie à l’Université Paris X et au Centre Marc Bloch, soutenait sa thèse après un travail d’enquête approfondie et d’observation participante dans deux villages situés respectivement en Thuringe et Bavière, au long de l’ancien rideau de fer (Valentine Meunier-Couchard (2001) Du bout du monde au centre de l’Allemagne : ethnologie comparative de deux sociétés rurales sur l’ancienne frontière interallemande. Université de Paris X Nanterre). Elle y explorait les bouleversements politiques, économiques, sociaux, culturels qui transformaient en profondeur la communauté villageoise de Gompertshausen, côté Est, et secouaient les routines de Alsleben, côté Ouest. Que reste-t-il de cette expérience de la Wende après une génération ? Nous y sommes retournées en juillet et septembre 2020 dans le cadre d’un projet formation-recherche du CIERA pour y conduire des interviews exploratoires avec des villageois et avec des acteurs du développement local. Le séminaire sera l’occasion de présenter et discuter nos premiers résultats, nos hypothèses et nos hésitations sur la manière de poursuivre l’enquête. 

Ein immer noch geteilter Himmel? Rückkehr in zwei Dörfer an der ehemaligen innerdeutschen Grenze: Zögern, Irrtümer und erste Hypothesen.

 Vor fast 20 Jahren verteidigte Valentine Meunier, Doktorandin in der Ethnologie an der Universität Paris X und am Centre Marc Bloch, ihre Dissertation. Sie eine eingehende Feldforschung und teilnehmende Beobachtung in zwei Dörfern in Thüringen bzw. Bayern entlang des ehemaligen Eisernen Vorhangs durchgeführt (Valentine Meunier-Couchard (2001) Du bout du monde au centre de l’Allemagne: ethnologie comparative de deux sociétés rurales sur l’ancienne frontière interallemande. Universität Paris X Nanterre). Im Fokus ihrer Untersuchungen standen die politischen, wirtschaftlichen, sozialen und kulturellen Umwälzungen, die die Dorfgemeinschaft von Gompertshausen auf der Ostseite tiefgreifend veränderten und die Routine in Alsleben auf der Westseite erschütterten. Was bleibt von dieser Wende-Erfahrung nach einer Generation? Im Juli und September 2020 gingen wir im Rahmen eines programme formation-recherche des CIERA in die beiden Dörfer zurück, um explorative Interviews mit Bewohnern und lokalen Entwicklungsakteuren durchzuführen. Das Seminar wird eine Gelegenheit sein, unsere ersten Ergebnisse, unsere Hypothesen und unser Zögern bei der Fortsetzung der Umfrage vorzustellen und zu diskutieren. 

07.07.2020 – “Déplacements de souveraineté : migrations et contrebande dans un village amérindien (frontière Guyana-Venezuela)” – Olivier Allard

À partir d’une ethnographie préliminaire menée dans un village amérindien du Guyana, à proximité du Venezuela, je montrerai que la traversée de la frontière par les personnes et les biens révèle des formes de souveraineté partielles et imbriquées, qui sont revendiquées, contestées ou négociées à cette occasion.

La contrebande de carburant, en particulier, est une ressource pour les contrebandiers qui la considèrent comme un droit, pour les forces de l’ordre vénézuéliennes qui reçoivent des pots-de-vin de ces derniers, pour les criminels qui voient le carburant comme un butin de choix, pour l’administration régionale guyanienne qui impose une taxe aux barils entrants, et enfin pour le village en lui-même qui exige des convoyeurs une contribution. Les glissements fréquents entre légalité et illégalité permettront de décrire différentes manières de revendiquer une souveraineté plus ou moins localisée.

Récemment, le village a aussi connu un afflux de « réfugiés vénézuéliens » qui sont principalement des Warao – ethnie amérindienne également présente au Guyana. Pour beaucoup, la frontière marque une division entre deux États au fonctionnement différent, entre deux univers linguistiques et culturels, entre deux systèmes de catégorisation raciale – mais cette migration semble beaucoup plus problématique pour les non-indigènes que pour les Amérindiens. Ce cas permettra de discuter de l’inscription de ces derniers dans les États-nations et dans leurs interstices.

Comment la crise sanitaire a-t-elle affecté nos mobilités et méthodes? Un sondage.

21 mai 2020

Par Dr. Sophie Lambroschini, chercheure au CMB

Un questionnaire diffusé au mois de mai, donc pendant la période de confinement, a permis de raconter “à chaud” l’expérience de la recherche prise dans les nouvelles contraintes imposées par la suspension de la mobilité à la fois des chercheur.e.s eux/elles-mêmes, mais aussi de leurs terrains – archives, bibliothèques, répondants – et de leurs collègues. Les chercheur.e.s participant représentent la grande diversité des disciplines au CMB: historiens, sciences sociales, art, philosophie, géographie humaine… Elles et ils ont répondu depuis leur lieu de confinement, en Allemagne, en France, et dans des pays-tiers. La diversité des réponses reflète les différences individuelles des situations. Nous partons de l’idée que l’on peut, sous cette apparence de témoignage individuel qui peut paraître “anecdotique”, dégager quelques idées fondamentales. Dresser un début de tableau d’ensemble permet de réfléchir de manière plus approfondie à la transformation des conditions et pratiques de la recherche dans un contexte de contraintes à la mobilité.

Continuer la lecture

13.05.2020 – “L’Eglise catholique et la gouvernance des mobilités au Sénégal” – Johara Berriane

Comme d’autres capitales africaines, Dakar est aujourd’hui un réceptacle pour des migrations régionales. En raison de sa relative prospérité économique et sa stabilité politique, la capitale sénégalaise attire aujourd’hui non seulement des travailleurs et commerçants étrangers mais aussi différents groupes de réfugiés originaires d’Afrique de l’Ouest et centrale. Bien que l’Etat ait mis en place une politique d’asile nationale, les réfugiés qui arrivent à Dakar sont généralement confrontés à des conditions de vie difficiles. Dans ce contexte, l’église catholique nationale a décidé de mettre en place un point d’accueil pour réfugiés et immigrés. Cette structure offre des soins médicaux de base, conseille, accompagne et soutient financièrement des réfugiés et migrants. Sur la base d’une recherche ethnographique menée dans ce point d’accueil, cette communication traitera du travail au quotidien au sein de cette organisation et montrera comment différentes normes (chrétienne, aide au développement international, etc.) et pratiques bureaucratiques participent à la production de la catégorie du migrant vulnérable et à la définition du bénéficiaire légitime. Dans un deuxième temps, il s’agira de proposer des pistes de recherche sur le rôle d’acteurs religieux dans la gouvernance des migrations africaines.