Comment la crise sanitaire a-t-elle affecté nos mobilités et méthodes? Un sondage.

21 mai 2020

Par Dr. Sophie Lambroschini, chercheure au CMB

Un questionnaire diffusé au mois de mai, donc pendant la période de confinement, a permis de raconter “à chaud” l’expérience de la recherche prise dans les nouvelles contraintes imposées par la suspension de la mobilité à la fois des chercheur.e.s eux/elles-mêmes, mais aussi de leurs terrains – archives, bibliothèques, répondants – et de leurs collègues. Les chercheur.e.s participant représentent la grande diversité des disciplines au CMB: historiens, sciences sociales, art, philosophie, géographie humaine… Elles et ils ont répondu depuis leur lieu de confinement, en Allemagne, en France, et dans des pays-tiers. La diversité des réponses reflète les différences individuelles des situations. Nous partons de l’idée que l’on peut, sous cette apparence de témoignage individuel qui peut paraître “anecdotique”, dégager quelques idées fondamentales. Dresser un début de tableau d’ensemble permet de réfléchir de manière plus approfondie à la transformation des conditions et pratiques de la recherche dans un contexte de contraintes à la mobilité.

Continuer la lecture

13.05.2020 – “L’Eglise catholique et la gouvernance des mobilités au Sénégal” – Johara Berriane

Comme d’autres capitales africaines, Dakar est aujourd’hui un réceptacle pour des migrations régionales. En raison de sa relative prospérité économique et sa stabilité politique, la capitale sénégalaise attire aujourd’hui non seulement des travailleurs et commerçants étrangers mais aussi différents groupes de réfugiés originaires d’Afrique de l’Ouest et centrale. Bien que l’Etat ait mis en place une politique d’asile nationale, les réfugiés qui arrivent à Dakar sont généralement confrontés à des conditions de vie difficiles. Dans ce contexte, l’église catholique nationale a décidé de mettre en place un point d’accueil pour réfugiés et immigrés. Cette structure offre des soins médicaux de base, conseille, accompagne et soutient financièrement des réfugiés et migrants. Sur la base d’une recherche ethnographique menée dans ce point d’accueil, cette communication traitera du travail au quotidien au sein de cette organisation et montrera comment différentes normes (chrétienne, aide au développement international, etc.) et pratiques bureaucratiques participent à la production de la catégorie du migrant vulnérable et à la définition du bénéficiaire légitime. Dans un deuxième temps, il s’agira de proposer des pistes de recherche sur le rôle d’acteurs religieux dans la gouvernance des migrations africaines.

27.-28.02.20 – Das Regieren internationaler Mobilität

Workshop am Centre Marc Bloch Berlin

Workshop-Bericht (Nikola Tietze[1])

Ausgangspunkt des Workshops war die Beobachtung, dass die Geschichts- und Sozialwissenschaften die Herstellung von Arbeitnehmerfreizügigkeit – die Genese von Wissen, die Entwicklung von Verwaltungspraxis und Instrumenten öffentlichen Handelns (action publique[2]) – bisher unzureichend in den Blick genommen haben. Im Mittelpunkt des Programms stand daher eine multiperspektivische und -disziplinäre Reflexion über den „Making-of“ von Arbeitsmobilität und Arbeitsmigration im Allgemeinen und der Arbeitnehmerfreizügigkeit in der Europäischen Union (EU) im Besonderen. Gleichzeitig stellten die TeilnehmerInnen erste methodologische Überlegungen für eine Untersuchung dieses „Making-of“ an. Hierbei stützten sie sich auf partielle Forschungsergebnisse und einzelne Forschungsfragen, die sie zur Vorbereitung des Workshops in Form von Kurztexten oder „Fundgegenständen“ (empirischen Dokumenten) untereinander ausgetauscht hatten.

Continuer la lecture

27.-28.02.20 – Le gouvernement européen des mobilités internationales

Atelier de recherche au Centre Marc Bloch de Berlin

Rapport de l’atelier de recherche (Nikola Tietze[1])

L’atelier de recherche s’est basé sur le constat que l’établissement de la libre circulation des travailleurs – la genèse des savoirs relatifs à sa régulation, le développement des pratiques de son administration et les instruments de l’action publique concernant les mobilités de travail – est jusqu’à présent insuffisamment étudié par les sciences sociales. A cet égard, nous avons envisagé une réflexion multi-perspective et multi-disciplinaire sur le « making-of » de la mobilité internationale de la main-d’œuvre en général et de la libre circulation des travailleurs dans l’Union européenne (UE) en particulier. Cette réflexion a permis de dégager des perspectives de recherche et des approches pour analyser ce « making of ». Les participant.e.s se sont appuyés, dans leurs discussions, sur les résultats partiels de leur recherche et leurs propres questions de recherche qu’ils avaient échangés sous la forme de textes courts ou d’« objets trouvés » (documents empiriques) en amont.

Continuer la lecture

22.01.2020 Exposition: “Mode modeste et récits de soi”

Responsables: Virginie Silhouette-Dercourt et Maud Delaflotte.

Depuis une dizaine d’années, la mode modeste (modest fashion) est considérée comme l’un des segments les plus dynamiques du marché de la mode en France et dans le monde. Réservé au départ à des minorités pratiquantes, engagées dans des discours anti-mode et anti-consommation, le marché s’est élargi et diversifié au fur et à mesure des années par le biais d’espaces digitaux mondialisés (sites de e-commerce, blogs, YouTube, réseaux sociaux comme Instagram). De même, des marques de fast fashion et de luxe cherchant à être plus « inclusives » et à profiter de ce marché en pleine croissance ont lancé des offres dédiées : vêtements amples, layering et multi couches, manches longues et encolures hautes, turbans, écharpes, bonnets ou étoles. Mais, alors que cette mode a fait l’objet d’un travail académique aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne, en Allemagne ou en Turquie, elle reste un angle mort de la recherche en France.L‘exposition Mode modeste et récits de soi présentée par Maud Delaflotte et Virginie Silhouette-Dercourt s’intéresse à la consommation de mode modeste du point de vue de femmes françaises : comment se choisit-on un style le matin devant son miroir ? Quels arbitrages entre mode, religion et autres dimensions de soi ? Quels objets et ressources symboliques cherche-t-on sur les marchés, dans les magasins, sur Internet et les réseaux sociaux pour se créer un corps-récit de soi:? Quelle production d’identités par la consommation ?

Continuer la lecture

17.01.2020 – Workshop du (PFR): “Ein immer noch geteilter Himmel ? Deutschlands Osten und Westen dreißig Jahre nach der Wiedervereinigung”

Béatrice von Hirschhausen, chercheuse associée du Centre Marc Bloch qui avait organisé le  projet de recherche: « PhantomGrenzen in OstmittelEuropa », organisera le 17 janvier 2020 le premier Wokshop du projet formation-recherche (PFR): „Ein immer noch geteilter Himmel ? Deutschlands Osten und Westen dreißig Jahre nach der Wiedervereinigung“ │ « Un ciel toujours partagé ? Sociétés et territoires allemands de l’Est et de l’Ouest, trente ans après la Réunification ».


Ce workshop vise à réunir les participants au projet afin de dresser un état de la question dans différents champs d’études et d’engager le dialogue interdisciplinaire. Ce premier workshop sera l’occasion de préciser les questionnements et les méthodes qui présideront aux travaux de terrain en mars 2020.

Le programme est porté par l’UMR Géographie-cités (Paris), le Centre B/ORDERS IN MOTION à l’Université Viadrina de Francfort/Oder et le Centre Marc Bloch.

Les media se sont fait largement l’écho au cours des derniers mois, de la dissymétrie entre les comportements électoraux des « anciens » et des « nouveaux » Länder. Trois décennies se sont écoulées depuis la chute du Mur mais les sociétés locales semblent avoir de part et d’autre des visions divergentes de leurs projets politiques.

Continuer la lecture

15.01.2020 “La ville provinciale, un carrefour de la migration intra-ouest africaine : le cas de Bougouni (sud-ouest du Mali) ” – André Chappatte

En Afrique de l’Ouest la migration a toujours été dominée par une intra-mobilité. Ce séminaire explore le devenir de cette intra-mobilité à travers la figure régionale de « l’aventurier » de ce début de XXIe siècle. Par l’étude des motivations et trajectoires de vie des aventuriers rencontrés à Bougouni, l’intervenant nous invite à une relecture de la ville provinciale ouest-africaine.

Jeux d’échelles

Reflexionen über ein methodisches Prinzip und eine analytische Beschreibungskategorie

Nikola Tietze

Migration und Mobilität in der Europäischen Union (UE) wie auch deren Kontrolle und Verwaltung in den Mitgliedsstaaten beruhen auf Entscheidungen und Regeln, die auf verschiedenen institutionellen, politischen, administrativen und rechtlichen Ebenen getroffen werden (vgl. Bast 2014, Lahusen 2016, Lahusen / Schneider 2018). Zugleich sind sie mit interpendenten, gleichwohl unterschiedlichen ökonomischen Interessen und Bedingungen, mit aufeinander bezogenen, aber divergierenden Wissensformaten und mit voneinander abhängenden, jedoch ungleichen Handlungsressourcen verbunden. Migration und Mobilität wie auch deren Kontrolle und Verwaltung bilden in dieser Hinsicht einen „umkämpften Handlungszusammenhang“ aus (Severin-Barboutie / Tietze 2018). Zur Beschreibung und Analyse dieses disparaten und spannungsgeladenen Zusammenhangs bietet sich der in der französischsprachigen Literatur verwendete Ausdruck jeux d’échelles an. Wörtlich „Maßstabsspiel“ oder „Spiel mit Maßstäben“ unterstreicht er die Beziehungen, die zwischen Blickrichtungen, Handlungsorientierungen und zwischen räumlichen Einheiten sozialer wie auch staatlicher Ordnungen bestehen. Zugleich verweist er auf die Prozesse, die durch diese Beziehungen angestoßen werden. Im Hinblick auf diese Beziehungen und Prozesse bietet die idiomatische Wendung der zumeist im Plural verwendeten Worte jeu [Spiel, Spielweise] und échelle [Maßstab, Skala, Leiter] Anknüpfungspunkte für eine Reihe von Forschungsfragen, die gegenwärtig in der geschichts- und sozialwissenschaftlichen Forschung über Migration, Mobilität und räumliche (Neu-)Ordnungen diskutiert werden – zum Beispiel in Bezug auf die Asymmetrien, die Migration und die Handlungsspielräume von Migrierenden strukturieren (vgl. etwa Bojadžijev 2011, Lutz / Amelina 2017, Oltmer 2011, Scheel 2015); die Beziehungen, die durch die Bewegung im Raum und über territorialstaatliche Grenzen hinweg entstehen oder verändert werden (vgl. Amelina 2013, 2010; Friedrichs 2018); Migrationskontrolle bzw. -verwaltung als Governance-Problem in einem Mehrebenensystem (vgl. Buckel 2012, Hess 2012, Scholten / Ostaijen 2018, allgemein zu Politik im Mehrebenensystem vgl. Benz 2009); das Verhältnis zwischen lokalen und globalen Entwicklungen (vgl. Epple 2013) und zwischen Migration und Stadt (Glick Schiller / Çaǧlar 2011) etc.

Aus der idiomatischen Wendung jeux d’échelles wird ein analytisches Konzept gleichwohl erst dann, wenn sie auf der Grundlage methodologischer Überlegungen verwendet und als geschichts- und sozialwissenschaftlicher Ansatz reflektiert wird. Ausgangspunkt hierfür ist der von dem französischem Historiker, Jacques Revel, 1996 herausgegebene Sammelband „Jeux d’échelles. La micro-analyse à l‘expérience“ (Revel 1996). Die Autoren des Bandes zielten mit ihrer Veröffentlichung zunächst einmal darauf, den Continuer la lecture

2.10.19 – « >Géonarrations< ou comment l’espace refigure le temps » avec Béatrice v. Hirschhausen

Dans le cadre de son enquête sur les frontières fantômes, Béatrice von Hirschhausen cherche à proposer un concept qui restituerait à la fois la densité proprement géographique des vécus du temps et l’épaisseur temporelle de toute expérience géographique. Elle définit une « géonarration » comme l’articulation signifiante qu’une société établit pour un territoire entre son espace d’expérience et son imaginaire de l’histoire ; le terme désigne ainsi la pensée et le vécu du temps de l’histoire qu’un groupe social attache à son propre territoire (ainsi d’ailleurs qu’à des régions plus éloignées) et qui donne sens à son expérience et à ses choix. On pourrait créer en Allemand le terme de « Geonarrativ », en se souvenant qu’un « historischesNarrativ » désigne plus qu’un simple « récit » historique mais également sa dimension incorporée dans les vécus sociaux de l’histoire et du temps.

03.07.19 – “Transcending Memories through Pride: Migrants in Germany, India, and Pakistan between 1945 and 1949” with Depraa Dandekar & Soňa Mekulová


Report by Christine Ludl

« Flüchtlinge und die Entstehung emotionaler Gemeinschaften »

Transcending Memories through Pride: Migrants in Germany, India, and Pakistan between 1945 and 1949

Deepra Dandekar (Center for the History of Emotions, Max Planck Institute for Human Development) and Soňa Mekulová (Centre for the History of Emotions, Max Planck Institute for Human Development)

On July 3, 2019, Deepra Dandekar and Soňa Mekulová, both researchers at the Center for the History of Emotions at the Max Planck Institute for Human Development, presented their book project entitled “Transcending Memories through Pride: Migrants in Germany, India, and Pakistan between 1945 and 1949” at the bi-weekly seminar of the research group on “Mobility, Migration and spatial Reconfiguration” at the Centre Marc Bloch.

Continuer la lecture

Régime migratoire

Irina Mützelburg 

Moins répandu dans sa version française de « régime migratoire », les usages du terme « Migrationsregime » en allemand ou « migration regime » en anglais se multiplient dans les travaux académiques, notamment depuis la fin des années 1990[1]. Depuis le passage dans les années 1970 depuis la biologie, où il renvoie aux habitudes migratoires des animaux, à la géographie, pour désigner les comportements migratoires des humains, le concept a fait son apparition dans une multitude de disciplines des sciences sociales (Rass et Wolff, 2018, p. 25). S’appuyant sur de fausses évidences, les auteurs l’utilisent de façon plurivoque et souvent sans le définir. Sa polysémie cache des approches théoriques et méthodologiques fortement divergentes, voire contradictoires. Il alterne ainsi entre objet d’analyse et outil analytique, sans qu’un vrai travail de conceptualisation soit effectué. Son sens se rapproche à tour de rôle de « lois », « politiques », « gouvernance », « réseau », « système », « dispositif », « gestion des migrations » (« migration management ») et « contrôle des frontières » et renvoie successivement à des notions de « biopolitique », « formes de domination », ou « systèmes d’accumulation économique ».

Continuer la lecture

06.06.2019 – “Dr. Esperantos ‘Internationale Sprache’. Die zwölf Sprachen eines universalistischen Manifests”, mit Denis Eckert

Dr. Esperantos „Internationale Sprache“. Die zwölf Sprachen eines universalistischen Manifests

Vortrag von Denis Eckert (CMB)

Diskutant: Pascal Dubourg-Glatigny (Centre Alexandre Koyré, CNRS-EHESS)

Bericht von Laura Wollenweber

Denis Eckert konzentriert sich in seinem Vortrag auf die sozio-ökonomischen Erscheinungskontexte des Lehrbuchs für Esperanto, vor allem auf die wenig bekannte Ausgabe auf Jiddisch. Ziel ist, den Anspruch der „Weltsprache“ Esperanto in den Blick zu nehmen und mit der jiddischen Version des Lehrbuchs zugleich die Anpassung dieses universalistischen Projekts an die Situation eines spezifischen Publikums zu analysieren.

  1. Die Ersterscheinung von 1887

1887 brachte Ludwik Zamenhof unter dem Pseudonym „Dr. Esperanto“ ein Manifest und erstes Lehrbuch zur internationalen Sprache Esperanto heraus. Mit der Ersterscheinung in Form von vier Einzelbüchern in russischer, polnischer, französischer und deutscher Sprache sollte ein neues Mittel internationaler Kommunikation geschaffen werden. Auch heute wird Esperanto noch gesprochen. Zudem hat sich im Laufe der Zeit eine eigene Literatur auf Esperanto entwickelt.

Continuer la lecture

Glossar der Missverständnisse

Deutsch-französische Forschung in den Bereichen « Mobilität, Migration und räumliche Neuordnung »

Nikola Tietze 

Deutsch-französische interdisziplinäre Forschung in den Bereichen „Mobilität“, „Migration“ und „räumliche Neuordnung“ bietet reichhaltigen Anlass zu Missverständnissen. Diese erwachsen nicht nur aus Fragen hinsichtlich der angemessenen Übersetzung wissenschaftlicher und methodologischer Konzepte von der einen in die andere Sprache oder von der einen in die andere Disziplin. Sie gehen auch aus den Verflechtungen der Sozial- und Geisteswissenschaften mit einerseits Nationalstaatsbildung und andererseits politischen, wirtschaftlichen, rechtlichen und sozialen Prozesse und Ereignissen hervor.

Continuer la lecture

Glossaire des malentendus

Des recherches franco-allemandes dans les domaines « Mobilités, migrations et recomposition de l’espace »

Nikola Tietze

La recherche interdisciplinaire franco-allemande dans les domaines « mobilité », « migration » et « recomposition de l’espace » offre de nombreux malentendus. Ces derniers n’émergent non seulement de la question de savoir quelle est, d’une langue à une autre ou d’une discipline à une autre, la traduction appropriée des concepts théoriques et méthodologiques. Egalement, ces « malentendus » reflètent des interactions et interdépendances à la fois entre les sciences sociales et humaines et la constitution des Etats-nations  et entre celles-ci et des processus et événements politiques, économiques, juridiques et sociaux.

Continuer la lecture

15.05.19. – « Des archives sans Etat: le cas kurde » avec M. Cerovic et E. Peyrat

Séance de séminaire du pôle « Mobilités, migrations et reconfiguration de l’espace », 15 mai 2019 

Masha Cerovic (Centre Marc Bloch, EHESS) et Etienne Peyrat (Sciences Po Lille) ont présenté leur projet ANR qui porte sur les relations russo-kurdes depuis la fin du 19ème siècle (ANR RUSKURD). Ce projet est composé de trois axes de recherches. Premièrement les relations russo-kurdes sont étudiées à travers les relations diplomatiques et militaires, notamment dans l’empire russe à la fin du 19ème siècle. En deuxième lieu est analysée la construction des savoirs sur les Kurdes en URSS. Enfin, la recherche met la focale sur les circulations et mobilisations transrégionales. Les deux intervenants se sont concentrés, dans leur présentation, sur le défi archivistique posé par leur projet. Faire face à ce défi permet, selon Macha Cerovic et Etienne Peyrat, de situer l’histoire des relations russo-kurdes dans une histoire transnationale. L’accent de la présentation était mis sur deux périodes – (i) celle de l’empire russe (1721-1917) à la fin du 19ème siècle et (ii) celle de l’Union soviétique (1922-1991).

Continuer la lecture