A Description of How the Zeitschrift für Amtliche Statistik Berlin-Brandenburg Approaches “Foreigners“ – Magdalena Del Valle

Several times each year, often on a quarterly basis, the Zeitschrift für amtliche Statistik Berlin-Brandenburg (referred to as Zeitschrift throughout this paper) publishes a compilation of relevant statistics for Berlin and Brandenburg. Each publication discusses specific demographic and social topics. Their themes range from tourism, to gender equality, to age and education structures in Berlin – Brandenburg. The Zeitschrift selects the most relevant issues from a given year’s quarter and delves into them with in-depth statistics. In each publication’s introduction, the chief editor explains why these issues were the most relevant and how he decided to include them in the quarter’s Zeitschrift. 

When it comes to immigration and foreign residents, the publications take two different approaches: in the first, they analyze foreign residents as a sub-category of a grander issue. For example, the Zeitschrift may look at the effects of COVID-19 in Berlin and use ”foreigners“ as one of the social groups that may have been differently affected by the crisis. In the second approach, the publications use ”foreigners“ as a subject in and of themselves. For example, when it comes to the 2015 refugee crisis and how the number of foreign residents increased after this influx of migrants. This article seeks to describe the Zeitschrift’s approach between 2012 and 2021 towards foreign residents in Berlin – Brandenburg, especially as both a subcategory and a meta categories.

When it comes to foreign residents as sub-categories, the Zeitschrift includes them in analysis of COVID-19, motherhood,the city’s suburbanization, and voting habits. Three issues that were often repeated in the Zeitschrift are those of  population growth, startup development,  unemployment

The Zeitschrift includes, almost every year it was published between 2010 and 2021, a population projection to the year 2030. Often, this projection includes a sentence or two about how the population has been increasing thanks to the number of ”foreigners“ moving to Berlin and Brandenburg. Before 2015, the population projections were somewhat inaccurate, however, because the statisticians could not have accounted for the so-called refugee crisis from 2015 and after. “Aufgrund der zuletzt sehr starken „Auslandsmigration“ ist eine regelmäßige Überprüfung und Justierung der Annahmen für die Bevölkerungsprognose erforderlich,” explains the 2016 Zeitschrift for the first quarter in its introduction (p. 2). Nevertheless, these projections make it clear that migrants play an important role in any changes in the Berlin/Brandenburg populations. 

On two separate publications, the Zeitschrift describes the increased role of ”foreigners“ in developing startups in Berlin. The 2018 Zeitschrift for the 1st quarter states that ⅙ startups are founded by non-Germans, while the 2020 Zeitschrift for the 3rd and 4th quarters states that ⅕ of startup founders are ”foreigners“. Here, we see that the Zeitschrift is looking into the identities of entrepreneurs in general and finds that ”foreigners“ are a sub-group that is increasingly taking charge in this sector (for a research project about this topic, see “Parcours de vie des fondateurs des start-up de la finance. Une étude comparative de Paris et de Berlin“). We could read these statistics about ”foreigners“ leading startups as a win for the Berlin government’s efforts to create a favorable environment for entrepreneurship and innovation as well as taking a front seat in global economics.

Finally, concerning unemployment, the Zeitschrift tackles the issue as both a matter in and of itself (or as a meta-category) and a matter of foreign residents specifically (as a sub category). The 2016 Zeitschrift for the second quarter highlights that there were more unemployed ”foreigners“ than there were unemployed German citizens not only in Berlin but throughout the country. This is likely given the influx of refugees that started to come to Germany in 2015 but continued to arrive at a decreasing rate ever since. Unemployment, as such, cannot be conceived as a theme in a vacuum, rather it must be approached bilaterally. The Zeitschrift describes what kinds of jobs over/under represent ”foreigners“ (for example there were many individuals with immigration-background in sales, marketing and tourism but not a lot in public administration). This analysis again sees ”foreigners“ as a sub-category in both the issue of unemployment and each field. To use ”foreigners“ as a category in and of themselves, it would have been useful to see what kinds of ”foreigners“ held what jobs and what individuals were under-represented in each field. 

After all, if we were to isolate the first two prevalent themes concerning internationals from the Zeitschrift, population growth and the founding of startups—where the presence of ”foreigners“ is only becoming stronger—we could assume that if there are more migrants both increasing the population and the number of startups, perhaps we could assume that ”foreigners“ are thriving and less unemployed than Germans. This, evidently, is not the case because within the category of ”foreigners“ there is a diverse set of individuals. Certainly, some ”foreigners“ immigrate to Berlin to found their startup in a thriving entrepreneurial environment. Others, however, emigrate from countries in deteriorating conditions and arrive with no plans for employment etc. Even this is a generalization that calls for a more precise understanding of the role of ”foreigners“ in Berlin and Brandenburg. 

These examples demonstrate that approaching foreign residents as a sub category can be used as arguments for the success of political efforts such as startup promotion and integration into global economics. Furthermore, approaching foreign residents as a sub category can be used to highlight gaps that the government has yet to fill in areas like unemployment and the professional integration of migrants into the labor market.

Other times, however, “foreigners” must often be tackled as a subject in and of themselves. The Zeitschrift often accomplishes this: It not only classifies migrants and different categories of ”foreigners“ (such as people with immigration background or refugees), but it also zeroes-in on the effects of the influx of refugees and migrants in 2015 and the ways in which ”foreigners“ can be integrated into the German labor market.

The Zeitschrift takes much care to classify both foreign residents and German citizens with “Migrationshintergrund,” which is classified unter the three categories set forth in the 2018 Zeitschrift from the first quarter: “1. wenn die befragte Person nicht die deutsche Staatsangehörigkeit besitzt oder 2. [wenn] der Geburtsort der befragten Person außerhalb der heutigen Grenzen der Bundesrepublik Deutschland liegt und eine Zuwanderung in das heutige Gebiet der Bundesrepublik Deutschland nach 1949 erfolgte oder 3. [wenn] der Geburtsort mindestens eines Elternteiles der befragten Person außerhalb der heutigen Grenzen der Bundesrepublik Deutschland liegt sowie eine Zuwanderung dieses Elternteiles in das heutige Gebiet der Bundesrepublik Deutschland nach 1949 erfolgte.” The statistical analyses also keep track of what neighborhoods ”foreigners“ live in, where they migrated from, how they vote (once they have the right to do so in Germany), and whether they are part of a “bi-national couple.”  These differentiations stem from a long debate in Germany over who belongs to the category “mit Migrationshintergrund” and the reform of the Staatsangehörigkeitsrecht (Lea Renard 2018).While the Zeitschrifft often classifies foreigners by nationality, there is not much focus on whether they are or are not members of the European Union.  

Another instance where the Zeitschrift is also concerned with migrants is when determining their reason for coming to Berlin. At least one issue of the Zeitschrift for almost every year after 2015 mentions the high numbers of refugees that arrived from the war in Syria in that year and in the following years. The 2019 Zeitschrift for the second quarter also goes into detail about migrants who came to Berlin to be re-united with their families [Familienzusammenführung]. Providing details about different ”foreigners“’ motivations opens a window into the myriad reasons that individuals may have for coming to Berlin and highlights how diverse the category of “foreigner” truly is. Certainly, many migrants came to escape terror in their home countries, but others may have come to be re-united with loved ones, to find work or even to pursue some entrepreneurial fantasy. These diverse motives correspond with specific resident permits. The sub categories that correspond to ”foreigners“ in the statistical analyses mirror the legal categories for migrants that come into Germany. These, then, can be used as arguments in parliamentary debates and demands for legal action.

A final example of how the Zeitschrift engages with ”foreigners“ as their own category is when analyzing the ways in which they are integrating to the German labor market and community. The 2018 Zeitschrift for the 3rd and 4th quarters has an entire section titled “Was macht die ausländische Fachkraft zur deutschen Fachkraft?” and another determining whether ”foreigners“ have the same access to education as German natives (the answer is no). Meanwhile, the 2017 Zeitschrift for the second quarter delves into what ”foreigners“ have access to social benefits, and the 2015 Zeitschrift for the first quarter explains that young ”foreigners“, or those between the age of 16 and 18, face less social dangers than they did in 2005 but still more so than native youths. 

As evidenced by this analysis of how the Zeitschrift have used the category of ”foreigners“ in Berlin and Brandenburg, the category of “foreigner” reveals a very diverse group of individuals. From refugees to entrepreneurs, capturing everyone who comes from outside of Germany into a single category for analysis may not provide very accurate data. When using these kinds of numbers in public debates we must be able to differentiate between an international resident that fled his home because of a war and one that came temporarily merely to explore different career opportunities.This could allow the government to better serve those who have made Germany their new home. Without more sub-analysis of the “foreigner” category, it will be very difficult to distinguish the true needs and interests of those in need or those who are well positioned on the German labor market. Showing the different problems of integration and using the distinct categories for “foreigners” as sub-categories when it comes to unemployment, poverty, access to education and more could make foreigners’ integration much more efficient.

23.04.2024 – Etrangère, exilée, naturalisée : La trajectoire transnationale de Françoise Frenkel (1889-1975)

 Françoise Frenkel a fondé et dirigé pendant plus de 15 ans, jusqu’en août 1939, la librairie française de Berlin à Charlottenburg. Déjà tentée par l’écriture, elle est devenue écrivaine par la guerre. Son unique ouvrage, un puissant témoignage sur les persécutions endurées en France sous le régime de Vichy, est paru à Genève en 1945 sous le titre Rien où poser sa tête. C’est seulement 70 ans plus tard, par la réédition de 2015 chez Gallimard et son retentissement aussi considérable qu’inattendu, que Frenkel est sortie de l’anonymat et a été reconnue comme écrivaine.

Ce témoignage autobiographique partiel, mis en perspective avec de multiples autres sources de nature diverse, est à l’origine de la biographie de Frenkel que j’ai entreprise. Suivre sa trajectoire, c’est traverser presque un siècle, en éclairant le parcours d’un individu, avec ses convictions et ses aspirations, en prise avec le contexte politique et sociétal. Confrontée aux administrations, elle élabore ses stratégies, agit et réagit. Son parcours permet d’approcher la vie d’une femme juive dans une Europe marquée par l’antisémitisme, Polonaise, émigrée, fugitive et réfugiée, enfin « survivante ». J’ai saisi sa trajectoire essentiellement par le prisme des mobilités choisies et contraintes, par celui des identités et appartenances multiples – religieuse, nationale, professionnelle,  matrimoniale –  et aussi par celui du genre. Enfin les écrits de Frenkel (autobiographie et inédits) reflètent la mission qu’elle s’assigne comme témoin de la Shoah : à l’aune de ce qu’elle a vécu, faire connaître ce qui s’est passé aux vivants et honorer la mémoire des disparus. L’écriture est sa thérapie.

Corine Defrance est  historienne et directrice de recherche au CNRS (Sirice, Paris) et enseignante à l’Université de Paris 1-Panthéon-Sorbonne. Elle est directrice adjointe de l’UMR 8138 Sirice. Elle a été Senior-Fellow du Leibniz-Institut für Europäische Geschichte de Mayence (2020/2021) et professeure invitée à la Freie Universität de Berlin (2011/2012). De 2015 à 2020 elle a été Scientific Ambassador de la Alexander-von-Humboldt-Stiftung en France.

Source de l’image, la couverture de l’ouvrage publié par Corine Defrance sur Françoise Frenkel aux éditions Gallimard en 2023 : https://lcp.gallimard.fr/en/products/francoise-frenkel-portrait-d-une-inconnue

30.01.2024 – Présentation du livre “Les forces de vie des exilés – témoignages historiques et thématiques intemporelles” – Anne Saint Sauveur-Henn

Pourquoi écrire des lettres post mortem à trois exilés décédés en 2008 et 2015 ? Un jeune juriste autrichien de 27 ans condamné comme juif en 1939, pour échapper à la mort, à un exil sans retour en Bolivie.
Un enfant de Vienne se découvrant juif en 1938, déporté seul à 13 ans de 1938 à 1945, véritable « héros », qui choisit un nouvel exil en Amérique latine en 1947.
Une jeune communiste juive de 22 ans originaire de Prague, seule de sa famille à avoir échappé à la Shoah en 1939 grâce à des exils multiples en France puis au Mexique, mais exilée aussi dans son propre pays à son retour du fait des purges staliniennes en 1952.
Ces exilés frappent par les épreuves endurées, mais aussi par leurs forces de vie, qui leur ont permis de rebondir, de métaboliser leurs souffrances et de s’engager tout au long de leur vie, sur le plan culturel, politique ou tout simplement humain.

Quelles pourraient être les composantes de ces forces de vie ? Le questionnement, intemporel, porte sur les identités, la mémoire et la transmission.
Ces « traces » de micro-histoire des exils, géographiques et symboliques, ne relèvent pas du passé ni d’un espace géographique propre : en quoi ces témoignages historiques  posent-ils des questions politiques et socio-psychologiques actuelles ?

Référence : Les forces de vie des exilés – témoignages historiques et thématiques intemporelles, éd. Le Bord de L’eau 2021

Anne Saint Sauveur-Henn, normalienne agrégée, diplômée de Sciences Po Paris, est professeure émérite des Universités. Spécialiste de l’histoire et de la civilisation des pays de langue allemande, elle a publié plusieurs ouvrages sur les migrations, l’exil, l’identité multiple, la résilience des exilés.

Source du texte et de l’image : https://www.editionsbdl.com/produit/les-forces-de-vie-des-exiles/

Le séminaire est suivi d’une présentation scénique de l’ouvrage par l’auteure et l’actrice Alexandra Henn. Anne Saint Sauveur-Henn expliquera comment elle a rencontré les trois témoins, puis introduira certains passages significatifs des témoignages, dans un dialogue à deux voix avec la comédienne. Alexandra Henn lira des extraits de courriels, de correspondances avec l’auteure, d’oeuvres des témoins. Anne Saint Sauveur et Alexandra Henn introduiront à l’appui des interventions des photos des témoins, des enregistrements divers, aussi bien de cabarets de l’époque en Bolivie et de lectures publiques pour Fritz Kalmar que de témoignages de Lenka Reinerova lors de congrès. Pour le troisième témoin anonyme, Alexandra Henn lira de larges extraits de la lettre post mortem que l’auteure lui a adressé.

26.01.2024 – À la découverte de « l’île rouge de l’Atlantique » : les voyages d’artistes de RDA à Cuba et le piège de l’exotisme (1961 – 1989) – Coline Perron

Depuis la révolution cubaine de 1959, « l’île rouge de l’Atlantique », à la fois « pays frère socialiste » et « pays du Sud », occupait une place particulière dans les discours et l’imaginaire est-allemand (Hosek, 2012). Rares et convoités, les voyages à Cuba, attribués via le Reisebüro de RDA, pouvaient jouer le rôle de récompense accordée aux artistes considérés comme loyaux. En suivant les trajectoires de plusieurs artistes membres de l’Association des artistes plasticiens de RDA (Verband bildender Künstler – VBK) ayant accompli un (ou plusieurs) voyage(s) d’études à Cuba, cette intervention va s’interroger sur leur expérience à Cuba et sur les résultats de ces voyages : quelles sont les œuvres qui naissent de ces échanges ? Quelles visions de Cuba donnent-elles ? Des influences mutuelles ont-elle lieu au-delà de l’attrait de l’exotisme ?

Vendredi 26 janvier, à 14h, par zoom (lien à demander à Marion Picker).

12.02.2024 – La mécanique des cartes – Nepthys Zwer

La carte, en tant qu’image spéculaire du monde, est soumise à des logiques propres de production de la connaissance. Nous nous intéresserons aux questions soulevées par la nature de ce médium et aux implications politiques de sa mise en œuvre à partir de ces questions : Que nous disent le design et la sémiologie des cartes ? Quels effets attribuer à leurs qualités esthétiques ? Qu’est-ce qui distingue, au fond, une contre-carte d’une carte conventionnelle ?

Vendredi 12 janvier 2023, à 14h, par zoom (lien à demander à Marion Picker).

09.01.2024 – Présentation du projet : “Migration, diaspora et changement politique en Algérie” – Hayette Roubiah

Ce projet de recherche traite du rôle que jouent les communautés de la diaspora dans leur pays d’origine. Notre intérêt se focalise sur le lien entre le changement politique et la diaspora et ce en essayant d’explorer cette corrélation via une étude de cas représentée par l’Algérie en inscrivant la recherche dans une perspective politique.

L’Algérie est l’un des pays qui comptent de grandes communautés de diasporas dans de nombreux pays, principalement en France. Ces communautés ont migré au cours de différentes époques historiques et ont acquis, avec le temps, une influence supplémentaire à divers niveaux.

Après l’indépendance, la diaspora algérienne reste effacée, puisqu’elle ne pesait d’aucune manière sur le cours des événements politiques en Algérie. Depuis les années 2000, le paradigme du « renouveau » irrigue la littérature traitant des migrations algériennes. Parmi les diverses évolutions relevées, l’on souligne la diversification des profils, trajectoires et destinations qui caractérisent et structurent  le champ migratoire algérien. Les pratiques et la géographie des migrations algériennes ont connu, depuis la fin de la guerre civile, une transformation profonde.  Un nouveau type de migration est apparu : elharga ou l’immigration clandestine.

L’explosion des guerres de mémoire en France va lancer les jalons d’une véritable conscience et mémoire collective propre à la diaspora algérienne, à laquelle le mouvement populaire du 22 février 2019 (Hirak) va donner l’opportunité de se manifester dans l’espace public du pays d’accueil. Le Hirak algérien a démontré dans quelle mesure la diaspora affecterait et aurait un impact sur l’évolution politique du pays d’origine.

L’objectif de l’étude consiste à analyser le rôle de la diaspora dans le changement politique en Algérie et à essayer de comprendre les mécanismes de ce rôle à travers une étude de terrain. Il s’agit par ailleurs de mettre en lumière les différents aspects de la diaspora algérienne dans la mutation amorcée avec le mouvement populaire (Hirak) du 22 février 2019.

Hayette Rouibah est docteure  en sciences politiques et relations internationales (Université d’Alger, Algérie). Elle occupe maintenant le poste de maitre de conférences au département de sciences politiques à la faculté de droit et de sciences politiques, université de Jijel, Algérie. Elle donne des cours de Master en coopération internationale. Hayette Rouibah a soutenu sa thèse de doctorat (2018) intitulé  “Le rôle de l’institution militaire dans la vie politique en Turquie” à l’université Alger 3. Actuellement, ses recherches portent sur  la diaspora et les mouvements sociaux, le Hirak algérien, la mémoire de la guerre de libération et la question du genre en Algérie. Sa recherche post doctorale se concentre sur la diaspora et le changement politique en Algérie. Elle a fait plusieurs séjours scientifiques en Europe (IEE, institut d’études Européenne, Université libre de Bruxelles, Centre Marc Bloch, Berlin).

12.12.2023 – Présentation du projet : “Le rôle des spiritualités chez plusieurs artistes des diasporas africaines à Berlin aujourd’hui” – Hélisenne Lestringant – Commentaire assuré par Ophélie Mercier

Berlin apparaît aujourd’hui au centre d’une réaffirmation de l’identité noire. L’été dernier, la grande exposition à la Haus der Kulturen der Welt, “O Quilombismo” en témoignait. Depuis quelques mois, j’ai commencé à m’intéresser à la manière dont certaines spiritualités de “matrice africaine” (pour reprendre le terme brésilien) peuvent inspirer les pratiques artistiques de plusieurs artistes issus de diasporas afro-descendantes vivant à Berlin. Cette ville, du fait de ses loyers récemment peu chers encore, et de sa large part d’artistes, maintient en effet une place d’exception quant à la création artistique.  J’ai rencontré dans cette ville plusieurs artistes qui se revendiquent comme les continuateurs de Sun Ra et de l’afro-futurisme, par leurs oeuvres graphiques, ou musicales. Cette communication s’attachera autant à décrire des profils d’artistes individuels, qu’à trouver des caractéristiques communes sous-jacentes à certaines pratiques. Cette exploration réfléchira aussi au malaise de l’Allemagne vis-à-vis de ces divers mouvements culturels alternatifs, la renvoyant directement e indirectement à son histoire coloniale.

Hélisenne Lestringant est Maîtresse de conférences  en études germaniques. Elle a été ATER en études germaniques à Paris 8, rattachée aux laboratoires des Mondes Allemands et ATER en études théâtrales à Paris Nanterre, liée au laboratoire de l’Histoire des Arts et des Représentations. Ses recherches, entre la théorie et la pratique théâtrales de part et d’autre du Rhin, explorent des expressions scéniques en plusieurs langues, dans des lieux qui ne sont pas des théâtres (communautés d’habitation, friches industrielles, appartements).

Commentaire assuré par Ophélie Mercier (Université de Gent, Belgique / CMB).

En début de séance, Alice Lacoue-Labarthe présentera son projet de thèse : Poétique des récits d’exil en langue allemande dans le cadre de la ‘crise des réfugiés’.

La naissance d’une nouvelle littérature d’exil de langue allemande, dans le contexte de la « crise des réfugiés » des années 2010, a mis sur le devant de la scène des mémoires traumatiques plurielles issues de contextes postcoloniaux. Les romans qui retracent les destins d’exilé·es venu·es du Sud global présentent la figure contemporaine du « réfugié » comme un « nouveau Juif », inscrivant ainsi toute une tradition mémorielle allemande au cœur de récits transnationaux. L’inscription de cette mémoire nationale, en lien avec des stratégies de citation, voire de réécriture de la littérature d’exil allemande historique (1933-1945), permet aux auteurs et aux autrices d’affirmer la légitimité de ces nouvelles figures comme personnages de roman et d’ancrer leur œuvre dans une tradition littéraire nationale. En faisant converger différentes traditions mémorielles, les auteur·ices adoptent une posture solidaire des exilé·es dont ils mettent les vies en récit. 

Alice Lacoue-Labarthe est doctorante en cotutelle entre l’Université de Picardie Jules Verne et la Vrije Universiteit de Bruxelles. Sous la direction de Christine Meyer (UPJV) et Arvi Sepp (VUB), elle s’intéresse à la « Poétique des récits d’exil de langue allemande dans le contexte de la “crise des réfugiés” ». Elle est également doctorante associée au Centre Marc Bloch pour l’année 2023-2024.

21.11.2023 – Présentation du livre Ceci n’est pas un atlas ! (Éd. du Commun 2023) de Nepthys Zwer suivie d’une table ronde autour de la cartographie avec Leyla Dakhli, Quentin Lobbé, Marion Picker et Julio Velasco


Nepthys Zwer est historienne de la culture et contre-cartographe, spécialiste du système graphique d’information Isotype. Sa recherche porte sur les modes de représentation visuelle de nos usages de l’espace et sur l’épistémologie de la cartographie. Elle a fondé et anime le site indépendant https://www.imagomundi.fr/ Dans son approche critique, la cartographie permet également de questionner les récits dominants et les dynamiques de pouvoir. Elle a publié trois ouvrages, rédigé de nombreux articles et contributions scientifiques. Elle est notamment l’autrice de Cartographie radicale. Exploration (2021) et éditrice de Ceci n’est pas un atlas ! (2023), traduction de This Is Not an Atlas ! du collectif orangotango+. On trouve les podcasts de ses interviews en ligne.

L’ouvrage Ceci n’est pas un atlas ! présente 21 exemples de contre-cartographies à travers le monde. Ces projets ont réuni des activistes, des chercheuses et chercheurs, des artistes et les populations concernées pour lutter contre les injustices spatiales subies par ces dernières et faire reconnaître leurs droits : visibiliser les habitant·es des quartiers informels, répertorier le harcèlement sexiste de rue, obtenir l’usage collectif de friches urbaines, lutter contre AirBnb, défendre les terres des groupes autochtones, etc. En fin d’ouvrage, on trouve un livret détachable, le « Petit manuel de cartographie collective et critique ».