06.02.2019 – « Le regard statistique. Une socio-histoire des catégorisations de la migration en Allemagne » avec Léa Renard

Séance du séminaire du pôle « Mobilités, migrations et reconfiguration de l’espace », 06.02.2019

Compte-rendu: Jérémy Geeraert 

La séance a été consacrée à la présentation du travail de Léa Renard au travers d’une présentation intitulée « Le regard statistique. Une socio-histoire des catégorisations de la migration en Allemagne ».

La présentation s’est basée sur un article publié dans le journal Zeithistorische Forschungen intitulé « Mit den Augen den Augen der Statistiker. Deutsche Kategorisierungspraktiken von Migration im historischen Wandel » (https://zeithistorische-forschungen.de/3-2018/id=5613) et sur sa thèse «  Socio-histoire de l’observation statistique de l’altérité : Principes de classification colonial, national et migratoire en France et en Allemagne (1880-2010) » (en préparation aux universités de Potsdam et Grenoble) .

Continuer la lecture

23.01.2019 – Les échelles du terrain: situer son objet avec B.v.Hirschhausen et M. Cerovic

Compte-rendu du séminaire du pôle « Mobilités, migrations et reconfiguration de l’espace » 

La séance a été consacrée à la question des échelles du terrain dans les recherches en sciences sociales. Elle fut animée par Béatrice Von Hirschhausen et Masha Cerovic. Les interventions se basaient sur deux textes de lecture :  

  1. un extrait du livre de Masha Cerovic. 2018. Les enfants de Staline. La guerre des partisans soviétiques (1941-1944). Paris: Seuil.
  2. L’introduction de l’ouvrage collectif Geography Matters! A Reader de Doreen Massey (éd. Doreen Massey et John Allen), datant de 1985 et paru à Cambridge University Press.

Les deux interventions avaient pour objectif de s’interroger à travers les textes de lecture et les expériences de recherche des deux intervenantes sur « la situation » et de montrer son importance pour les recherches en sciences sociales.

Continuer la lecture

12.12.2018 – Emprunts méthodologiques en SHS, entre nécessité et imposture

Mercredi 12 décembre 2018

Boris Grésillon, Sophie Lambroschini, Pierrine Robin

Boris Grésillon: Point de départ de la réflexion : la thèse consacrée à Berlin, métropole culturelle. Cette recherche a impliqué d’aller au-delà d’une simple cartographie des lieux culturels berlinois, d’aborder les acteurs du monde culturel et de se consacrer ainsi à la sociologie des acteurs. L’ethnologie fut également convoquée. Le sujet en soi invitait à la pluridisciplinarité, la thématique étant marginale en géographie mais centrale dans d’autres disciplines (sociologie et ethnologie notamment).

Continuer la lecture

28.11.2018 – Choisir ses terrains de recherche. Approches comparatives d’enquêtes menées entre la France et l’Allemagne

Mercredi 28 novembre 2018

Yacine Amenna, WaelGarnaoui, Julia Wambach

Les trois intervenant.e.s – Julia Wambach (JW, historienne, chercheuse de l’institut Max Planck, associée au Centre Marc Bloch), Yacine Amenna (YA, doctorant en sciences sociales à l’EHESS, et au Centre Norbert Elias à Marseille, associé pour quatre mois au Centre Marc Bloch) et Wael Garnaoui (WG, doctorant en psychanalyse à l’université Paris-Diderot et associé pour deux mois au Centre Marc Bloch) – ont présenté chacun.e à leur tour leurs travaux en problématisant la construction de leurs terrains de recherche et en s’appuyant notamment sur les deux textes théoriques qui avaient été proposés en lecture préalable :

Continuer la lecture

Call for Papers: Atelier topographique « Migrations contemporaines à Berlin de 1917 à nos jours », 05.-11.05.19

Call for Papers :  ATELIER TOPOGRAPHIQUE D’HISTOIRE SUR LE TERRAIN POUR JEUNES CHERCHEUR.E.S

L’atelier d’une semaine est conçu pour un public (étudiant.e.s de M2 et doctorant.e.s) motivé mais non expert. Il sera un lieu de pratique de l’histoire in situ valorisant l’initiative étudiante. Une brochure de textes (reader) distribuée au préalable constituera la base théorique et méthodologique commune   (histoire du genre et des sexualités, histoire du  quotidien) destinée à fournir le bagage intellectuel pour les visites topographiques et nourrir les débats. Le programme se veut interactif, alternant visites et analyses des lieux historiques, discussions et travail de groupe en autonomie.

Continuer la lecture

13.11.2018 – Zugang zu sozialen Rechten im europäischen Raum mit Nikola Tietze

Am Mittwoch, den 13. November 2018

Zugang zu sozialen Rechten im europäischen Raum

Nikola Tietze (weiter im Text NT) beginnt ihre Ausführungen, indem sie erklärt, dass sie sich mit dem Vortrag und ihre Verbindung zum Text von Anne Friedrichs über relationale Geschichtsschreibung gerne in die methodische Diskussion des Semesters einbetten möchte. In ihrem Projekt soll die soziologische Perspektive im Mittelpunkt stehen.

NT erörtert die doppelte Problemstellung ihres Projekts, da es zum einen um den Einfluss von Europäisierungsprozessen auf das Ordnungshandeln gehen soll und zum anderen darum, ab wann die Europäisierung Individuen in ihren Handlungsmöglichkeiten einschränkt. Hieran knüpft sie an, dass sie im Umkehrschluss auch untersuchen möchte, ob gleichzeitig Handlungsmöglichkeiten ermöglicht werden, die es sonst nicht gäbe.

Continuer la lecture

21.06.2018 – Stadt, Raum, Grenze: Überlegungen zu G. Simmels « Die Großstädte und das Geistesleben » mit D. Thouard

Jeudi 21 juin 2018 

Denis Thouard (CMB / Centre Georg Simmel-EHESS/CNRS)

Georg Simmels 1903 erschienener Aufsatz „Die Großstädte und das Geistesleben“ (1995a)“[1] nähert sich dem Phänomen des Urbanen aus soziologischer und philosophischer Sicht. In seinem Vortrag stellt Denis Thouard den Text zunächst in seinen historischen und systematischen Kontext, indem er Beziehungen zu weiteren Schlüsseltexten Simmels herstellt.[2] Thouard zu Folge, sind diese Texte für sich genommen zwar von Interesse, erschließen sich jedoch – dies gilt insbesondere für den Text zu den Großstädten – erst aus dem Gesamtwerk Simmels. In einem zweiten Teil bezieht der Vortrag den Text auf zwei (post-Simmelsche) Herangehensweisen an das Phänomen des Urbanen: zum einen die stadtökologische Perspektive der Chicago School, zum anderen ästhetische Interpretationen der Stadt. Letztere hat, so Denis Thouards These, das Potenzial, scheinbare Widersprüche zur ersten Dimension aufzulösen, und den Weg für eine dritte Perspektive zu öffnen.

Continuer la lecture

07.06.2018 – L’influence des facteurs géopolitiques sur le trafic international de voyageurs en Ukraine avec I. Savchuk

Jeudi 7 juin 2018

L’influence des facteurs géopolitiques sur le trafic international de voyageurs en Ukraine, Ivan Savchuk 

Ivan Savchuk est géographe (Académie des Sciences d’Ukraine, Kyiv), il travaille principalement en géographie économique et urbaine, sur l’évolution des systèmes de transport.

Le réseau de chemin de fer ukrainien est un héritage soviétique. Il s’est développé à la fois en lien avec le développement de l’industrie lourde et les politiques militaires. A l’époque, la densité ferroviaire en Ukraine était comparable à celle de la Belgique. L’Union Soviétique est alors une grande puissance ferroviaire, qui a préféré développer le trafic de marchandises plus que le trafic de voyageurs.

Continuer la lecture

09.01.2018 – La configuration du territoire par l’art

Journée d’étude, Centre March Bloch, 9 Janvier 2018

Organisateurs :  Julio Velasco (CMB), Boris Grésillon (CMB und HU) und Olga Kisseleva (Paris-I) dans le cadre du dossier « la géographie, l’espace et la ville » de la newsletter actuelle : une rencontre transdisciplinaire autour des rapports entre la ville et les artistes.

 FlyerPrés

L’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et le Centre Marc Bloch de Berlin organisent deux journées d’études : la première a eu lieu le 9 janvier 2018 au CMB et la deuxième aura lieu à Paris au printemps 2018.

Il s’agit d’une rencontre transdisciplinaire qui cherche à mettre en relation des chercheur.e.s en art et sciences de l’art, histoire de l’art, sociologie de l’art, géographie urbaine, urbanisme et aménagement du territoire, médiation culturelle, philosophie, etc., travaillant autour d’une problématique commune : les rapports entre la ville et les artistes. La transdisciplinarité n’est pas ici un choix d’approche mais un besoin imposé par le sujet lui-même comme le montre la diversité des champs disciplinaires qui l’abordent. Cette diversité est accompagnée d’une variété d’outils et d’approches, en soi très riche, mais qui peut amener néanmoins à des conclusions souvent divergentes d’une spécialité à l’autre et qui s’expliquent, au moins en partie, par les méthodes de travail fort différentes utilisées dans ces diverses disciplines.

Le/la chercheur.se qui aborde la question de l’art et du territoire est ainsi souvent confronté·e à des approches et des méthodes de travail venant de domaines dans lesquels, même quand il ou elle possède de bonnes connaissances dans ces disciplines, il ou elle n’est pas spécialiste. Pour combler ces insuffisances, la plupart des enquêtes sur l’art et le territoire construisent tout au long de leur travail leur propre méthodologie, qui se perfectionne au fur et à mesure que celui-ci avance. Cette élaboration est souvent longue, parfois fastidieuse, mais elle peut également s’avérer particulièrement féconde.

Ce sont donc ces diverses formes de travail autour d’un même sujet qui ont au centre des ces rencontres. Il s’agit moins de souligner une méthodologie éprouvée (même si le cas n’est pas du tout exclu) que d’expliquer ses propres expériences, les difficultés rencontrées, les solutions inventées et les avantages et/ou les insuffisances que ces différentes méthodes ont montrés pour la recherche. Il s’agit également de mettre en rapport les procédés utilisés par des chercheur·e·s confirmé.e.s avec ceux pratiqués par des jeunes docteur.e.s,  des doctorant.e.s et des artistes, travaillant en Allemagne et en France. Chaque intervenant·e fut invité·e à faire une présentation générale de sa recherche, puis à détailler la méthode qu’elle ou il a utilisée, ses réussites, ses éventuelles insuffisances, ses difficultés, la manière dont celles-ci ont été dénouées, ainsi que les questions irrésolues ou partiellement résolues. Le panel des communications est révélateur de la grande diversité des disciplines, des approches, des nationalités et des statuts des intervenant.e.s : Khaldoum Zreik (professeur de sciences de l’information, Paris-8), Gloria Guidao Soro (doctorante en sociologie de l’art, Paris-8), Nadia et Tim Kaabi-Linke (artistes), Bruno Péquignot(professeur de sociologie de la culture, Paris-3), Maria Fadeeva (architecte), Séverine Marguin (post-doc, Universität der Künste). Loin d’être vécue comme un handicap, cette diversité s’est au contraire avérée être un atout pour, au final, mieux saisir l’objet « Ville et artistes » dans toute sa complexité.

 

24.05.2018 – La mondialisation du crime : d’un phénomène « transnational » à des réponses « extraterritoriales »

Jeudi 24 mai 2018, La mondialisation du crime : d’un phénomène « transnational » à des réponses « extraterritoriales » avec J. Bourguignon 

Jonathan Bourguignon est doctorant en droit international public, associé au CMB, et travaille sur les problématiques de droit pénal international, sur les enjeux technologiques et sur les droits de l’homme.

Problématique : Comment expliquer que les réponses à la transgression des frontières se fondent justement sur celles-ci ?

Continuer la lecture

31.05-01.06.2018 – “Once on the move, always on the move? Mobility after Migration. “

Konferenz, Centre March Bloch, May 31-June 1st, 2018

Organisatorinnen: Christine Barwick (Centre Marc Bloch, Berlin) & Nadja Milewski (Universität Rostock)  

Flyer_Programm

Am 31.05. und 01.06. fand am Centre Marc Bloch die internationale Konferenz der Sektion Migration und ethnische Minderheiten der Deutschen Gesellschaft für Soziologie zum Thema „Once on the move, always on the move? Mobility after migration“statt. Migration und Mobilität stellen eine der zentralen Veränderungen unserer Gesellschaften da. Die Migrationsforschung hat bereits gezeigt, dass Migration keinen klar definierten Start- und Endpunkt hat, sondern als ein Prozess mit unterschiedlich vielen Stationen betrachtet werden soll. Dennoch ist das Thema der Mobilität, welche der ursprünglichen Migrationsentscheidung folgt, ein noch sehr junges Thema. Die Konferenz hat sich dementsprechend mit Mobilität nach internationaler Migration, deren Gründe, Ausprägungen und Effekte, beschäftigt.

Continuer la lecture

24-25.05.2018 – Workshop: Life-Stories on the Move: Subaltern autobiographical practices from the Early Modern Period to the First World War

Workshop, Centre Marc Bloch, May 24-25, 2018

Concept and organization: Malte Griesse, CMB Berlin

Supported by the Research Area « Mobility, Migration and Space »

On our workshop about Life-Stories on the Move we have dealt with ego-documents (autobiographies, memoirs, diaries, family books, correspondence/letters, etc.) written by authors who had to live largely from their own labor: peasants, serfs, slaves, artisans, workers, etc. We speak of autobiographical practices, since we are interested in the texts in their communicative context. The interactive writing situation for letters is obvious. But even texts that seemingly or even professedly stand alone would be inconceivable without an interlocutor or addressee, even if s/he was purely imagined. In addition, the writing of subordinate life-stories was often prepared through inter-social exchange, for example when politically engaged intellectuals approached farmers, serfs, slaves, craftsmen, workers, etc. and encouraged them to write an account of their life. For especially in popular milieus writing about oneself was often chided as a token of excessive vanity, as a flight of Icarus, as the Catalan tanner Miquel Parets called it in the 17thcentury (J. Amelang).

Continuer la lecture

09.05.2018 – « The reflexive belonging of creatives in gentrifying multicultural neighborhoods » mit S. Juhnke

Seminarsitzung von Mittwoch, 09. Mai 2018

Sebastian Juhnke (Humboldt-Universität, Berlin)  ist wissenschaftlicher Mitarbeiter am Fachbereich Stadt- und Regionalsoziologie. Seine Dissertation mit dem Titel « Locating the Creative Class: Diversity and Urban Change in London and Berlin » hat er 2016 an der University of Manchester abgeschlossen.

Hintergrund der Forschung ist die Beobachtung, dass sich Kreative oft in multikulturellen Quartieren niederlassen, die sich – nicht zuletzt durch die Praktiken der Kreativen selbst – im Prozess der Gentrifizierung befinden.  Dabei fällt auf, dass die ethnische Vielfalt zwar zelebriert, selten aber tatsächlich gelebt wird. Juhnke beschäftigt sich dementsprechend im Vortrag mit der Frage nach räumlicher Zugehörigkeit von Kreativen in multikulturellen, sich gentrifizierenden, Quartieren. Dabei dienen Neukölln in Berlin sowie Hackney in London als Fallstudien. In beiden Orten hat die Kreativwirtschaft eine wachsende Bedeutung. In Neukölln sowie Hackney gab es in den letzten Jahren deutliche Mietpreissteigungen, dennoch zählen beide Quartiere immer noch zu den ärmsten der jeweiligen Stadt.

Continuer la lecture