Confinement

Olivier Giraud und Nikola Tietze

Kontakt- und Mobilitätsverbote zur Bekämpfung der Covid-19-Pandemie werden in Frankreich mit dem Wort confinement bezeichnet, das in der Regel mit Lockdown ins Deutsche übersetzt wird. Diese Übersetzung verkennt jedoch die unterschiedliche Gewichtung und Kontrolle der räumlichen Mobilitäts- und sozialen Kontaktrestriktionen im französischen confinement und im deutschen Lockdown. Das französische Wort confinement bezeichnet seit dem Ausbruch der Covid-19-Pandemie zunächst und vor allem die Einschränkung der Bewegungsfreiheit, die dann in ihrer Konsequenz soziale Kontakte verhindert bzw. reduziert hat. Der Terminus Lockdown hingegen apostrophiert in Deutschland Kontaktbeschränkungen, aus denen Mobilitätsrestriktionen folgen (oder mitunter auch nicht folgen). Die erhobenen Zahlen über die Arbeit im Homeoffice in Frankreich und Deutschland während der ersten Welle der Covid-19-Pandemie deuten die unterschiedliche Gewichtung von räumlichen Mobilitäts- und sozialen Kontaktrestriktionen an: Zwischen März und April 2020 haben in Deutschland 45% der öffentlich Beschäftigten und 42% der privat Beschäftigten ihren Arbeitsplatz weiterhin aufgesucht, in Frankreich hingegen 39% der Beschäftigten des öffentlichen Sektors und 25% der privat Beschäftigten (Cautrès & Rouban 2020, 211). Waren in Deutschland lebende Bürgerinnen und Bürger in den letzten 18 Monaten immer wieder mit Fragen über die Anzahl von zusammenkommenden Haushaltsmitgliedern oder mit Beherbergungsverboten beschäftigt, wurde die gesamte französische Bevölkerung durch strikte Bewegungsverbote in denselben Zeitraum phasenweise quasi unter Quarantäne gestellt.

Vom 17. März 2020 bis zum 11. Mai 2020, vom 30. Oktober 2020 bis zum 15. Dezember 2020 und vom 3. April 2021 bis zum 3. Mai 2021 waren in Frankreich wohnhafte Personen verpflichtet, für Bewegungen von einem Ort zu einem anderen – zu jeder Tageszeit – eine attestation de déplacement dérogatoire auszufüllen [nach LEOs Wörterbuch „Selbstbescheinigung, die eine Person ausfüllen soll, wenn sie ihr Zuhause trotz Ausgangsverbots verlassen muss“]. Zusätzlich wurde mit der Einführung des sogenannten couvre-feu [eine „nächtliche“ Ausgangssperre, die über Wochen von 18.00 Uhr bis 6.00 Uhr galt] eine spezielle attestation de déplacement dérogatoire eingeführt. Die Erfahrung mit diesen Instrumenten räumlicher Mobilitätssteuerung wird in Frankreich mit dem Begriff confinement zusammengefasstbezeichnet.

1. Chronologie des französischen Managements der Covid-19-Pandemie

Der confinement hat je nach sozialen und ökonomischen Bedingungen, je nach geographischen, urbanen oder ländlichen Verhältnissen (Michel & Schweyer 2021) den Alltag der Individuen, ihre Berufs- und Bildungswege, die Beziehungen in der Familie, zwischen Freunden, am Arbeitsplatz, zwischen Alterskohorten (Chevalier & Loncle 2021) etc. in ganz unterschiedlicher Weise nachhaltig geprägt. Die ungleichen Erfahrungen mit den Einschränkungen räumlicher Mobilität finden gleichwohl einen Zusammenhang und aufeinander verweisende Bezüge im staatlichen Krisenmanagement und dessen Chronologie. Letztere besitzt ihren Dreh- und Angelpunkt in den neun Ansprachen des Staatspräsidenten, Emmanuel Macron, im Verlauf der Covid-19-Pandemie, acht Adresses aux Français sowie die traditionellen Neujahrsgrüße vom 31. Dezember 2020, und in den jeweils folgenden Regierungserklärungen durch die beiden in dem Zeitraum amtierenden Premierminister (zunächst Edouard Philippe, dann Jean Castex), die die Einschränkungen oder Lockerungen spezifizierten (Boussaguet & Faucher 2020).

Die Chronologie des Krisenmanagements, die den Verlautbarungen der Weltgesundheitsorganisation (WHO) über die Verbreitung von Sars-Cov-2 deutlich hinterherhinkte und mehr oder weniger mit der Agenda der Maßnahmen in Italien, Deutschland und anderen Mitgliedsstaaten der Europäischen Union (EU) übereinstimmte (Rosental 2020a, 2020b), ist durch drei Momente der Steuerung strukturiert und in drei Phasen gegliedert:

Das erste Moment, dem eine Phase der Verharmlosung durch die Exekutive voranging, bildeten die ersten beiden Ansprachen Emmanuel Macrons – zunächst die Rede am 12. März 2020, in der er die Bedeutung des Sozialstaats, der Wissenschaft und der Solidarität betonte, und dann die Rede am 16. März 2020, in der er einen Tag nach dem ersten Wahlgang der Kommunalwahlen in einem kriegerischen Ton die Bürger zum Respekt der Restriktionen aufrief. Hierauf folgten das erste confinement, in dem, rückblickend betrachtet, die Mobilitätsrestriktionen am striktesten angewendet und stärksten polizeilich überwacht worden sind, und die Erklärung eines gesundheitlichen Notstands [état d’urgence sanitaire], der durch ein entsprechendes Gesetz im Nachhinein am 23. März 2020 legalisiert wurde (Loi n° 2020-290 du 23 mars 2020 d’urgence pour faire face à l’épidémie de covid-19) und am 1. Juni 2021 auslief (mit Ausnahme der Départements Outre-mer). Die erste Phase endete mit der Aufhebung des confinement (dem Ende einer Phase des déconfinement), am 14. Juni 2020, was den Weg zum zweiten Wahlgang der Kommunalwahlen, am 28. Juni 2020 (ursprünglich geplant für den 29. März 2020 geplant), frei gab.

Die zweite Phase begann am 14. Oktober 2020 mit der Einführung des Steuerungsmoments des couvre-feu in der Region Ile-de-France und acht urbanen Metropolen, zunächst von 21 Uhr bis 6 Uhr. Das couvre-feu wurde dann auf das gesamte Staatsgebiet und auf 19 Uhr und schließlich auf 18 Uhr bis 6 Uhr ausgeweitet. In die zweite Phase fiel ein zweiter confinement (30. Oktober 2020 bis 15. Dezember 2020), der weniger strikt als der erste war, u. a. weil im Unterschied zum ersten confinement Schulen und die meisten Behörden des sozialen Sektors geöffnet blieben.

Das dritte Moment der Steuerung ist gekennzeichnet durch eine Kombination aus der Aufrechterhaltung oder Verstärkung bestimmter Restriktionen, der Ankurbelung des Wirtschaftslebens und der Organisation der Impfkampagne. Begleitet von einer öffentlichen Auseinandersetzung über die wirtschaftlichen, sozialen und psychologischen Auswirkungen der Covid-19-Eindämmerungsmaßnahmen, führte diese Kombination in einen dritten confinement (vom 3. April 2021 bis zum 3. Mai 2021), der im schulischen Bildungsbereich im Wesentlichen auf einer vereinheitlichten und verlängerten Ferienphase beruhte. Die dritte Phase setzt sich bis heute im Konflikt über den Gesundheitspass (pass sanitaire) und Impfpflicht fort.

Durch diese drei Steuerungsmomente ist die Erfahrung des confinement – ungeachtet der ungleichen Bedingungen sowie der eklatanten sozialen und altersbedingten Unterschiede in den Erfahrungen mit den angeordneten Mobilitätsrestriktionen – gewissermaßen nationalisiert worden. Aus den Mobilitätsrestriktionen wurde ein dynamisches Geschehen: (i) durch die attestation de déplacement dérogatoire, die mittels Kontrollen von Polizei und Gendarmerie überprüft und deren Fehlen mit einem Bußgeld ab 135 € bestraft werden konnte, (ii) durch die Anpassungen der Dauer, Entfernung und Ausnahmegründe aus der verordneten Immobilität – etwa die Erhöhung des Radius möglicher räumlicher Bewegung von einem auf zehn Kilometer oder ihrer Dauer von einer auf drei Stunden – wie auch durch (iii) die Differenzierung zwischen attestations de déplacement aus Beschäftigungsgründen und attestations de déplacement aus persönlichen Gründen (zu Beginn des dritten confinement umfasste die Liste der Ausnahmegründe 2 Seiten). Confinement steht insofern für dé- und réconfinements, für relâchement und renforcement des mesures wie auch für tricher avec le confinement und observer le confinement (vgl. Amenna 2021, Didier 2021, Gauthier 2020).

2. Warum die Bezeichnung confinement für die Restriktionen und Verbote räumlicher Mobilität?

Der inflationäre Gebrauch des Worts confinement während des Covid-19-Pandemieverlaufs in Frankreich wirft unter anderem die Frage auf, woher diese Bezeichnung kommt.

Das Substantiv confinement und das Verb confiner haben ihre Wurzeln im lateinischen ‚confinis‘[cum+finis: mit einer Grenzlinie, mit einem Ende, mit einem Ziel]. PONS-Wörterbuch übersetzt ‚confinis‘ als Adjektiv mit „angrenzend, benachbart“ oder „nahestehend, verwandt“ und als Substantiv mit „Grenznachbar“. Angesichts dieser Bedeutungen, die im französischen Ausdruck „aux confins de…“ bis heute nachklingen, gibt es etymologisch gesehen wenig Anlass, die Mobilitätsrestriktionen zur Bekämpfung der Covid-19-Pandemie mit dem Wort confinement zusammenzufassen.

Le Petit Robert de la Langue française (2017) definiert das Verb confiner zunächst mit „toucher aux confins, aux limites d’un pays“ und gibt als Synonyme die Verben cotoyer [entlanggehen, mit jemandem in Kontakt kommen] und friser [an etwas grenzen] an. Es handelt sich also um Handlungen, die während der Covid-19-Pandemie verhindert werden sollten. Im Mittelalter musste ein Vasalle gegenüber einem neuen Lehnsherrn « le confinement des héritages » erklären und als eine Art Katasterregistrierung die Grenzen seiner Felder angeben (vgl. Thiéry-Riboulot, 2020, 129). Auch diese Bedeutung lässt sich nur schwer auf die Erfahrung mit den Restriktionen der räumlichen Bewegung übertragen.

Le Petit Robert (2017) verweist auf einen zweiten Sinn des Verbs confiner: „Forcer à rester dans un espace limité.“ Mit den beiden angegebenen Synonymen enfermer und reléguer werden die Bedeutungen von Exil und Verbannung deutlich, die nach Veronica Thiery-Riboulot (2020) im 16. und 17. Jahrhundert als Wortbedeutungen aufkommen und geläufig werden. Ab dem 18. Jahrhundert tauche die Verwendung des Substantivs confinement für Gefängnisstrafe, Verbannung und Inhaftierung auf. Hiervon zeugt nicht zuletzt das während der französischen Revolution 1794 anonym veröffentlichte Buch „Voyage autour de ma chambre“ von Xavier de Maistre. Der in den letzten 18 Monaten in Veröffentlichungen und Presse getätigte Verweis auf dieses Buch legt nahe, dass der Erfahrung des confinement mitunter die Bedeutung einer Inhaftierung zugeordnet wurde (Collin & Dargère 2020). Deepl.com übersetzt im Übrigen die Wortverbindung „confinement pendant 11 semaines“ mit „11 Wochen Freiheitsentzug“. Thiery-Riboulot (2020) betont jedoch, dass der Wortsinn ‚Verbannung‘, ‚Inhaftierung‘, ‚Gefängnisstrafe‘ etc. dem englischen Wort ‚confinement‘ entlehnt ist und am Ende des 18. Jahrhunderts in Frankreich geläufig wird (ebd., 131).

Le Petit Robert gibt eine dritte Bedeutung für das Verb confiner an: „se confiner chez soi“ im Sinne von se cloîtrer, s’isoler oder se retirer, was ebenfalls bildlich verwendet werden kann („se confiner dans un rôle“, se cantonner). In dieser Bedeutungsdefinition klingt die medizinische Bedeutung des englischen Worts ‚confinement‘ nach. Neben seiner Bedeutung für ein erzwungenes „Eingesperrtsein“, bezeichnet ‚confinement‘ auf Englisch die Isolierung eines oder einer Kranken oder die Entbindung bei der Geburt eines Kindes. Im 19. Jahrhundert ist diese medizinische Bedeutung in Frankreich zwar bekannt, wurde aber vor allem abgrenzend gebraucht für die Bezeichnung von « conditions de vie en promiscuité dans des locaux malsains », wie Thiéry-Riboulot hervorhebt (ebd., 131). Die pejorative Verwendung sei im Laufe des 20. Jahrhunderts in Frankreich jedoch aus der Mode gekommen. Die Bedingungen, unter denen von Armut betroffene oder bedrohte Personen und Familien die Schließung öffentlicher Einrichtungen, insbesondere der Schulen, die veränderten Arbeitsbedingungen und Mobilitätsrestriktionen erfahren haben, lassen allerdings fragen, ob mit der Covid-19-Pandemie die im 19. Jahrhundert geprägte pejorative Verwendung im 21. Jahrhundert erneut Sinn erhält (Beltran 2021).

In seiner Ausgabe des Jahres 2017 definiert Le Petit Robert schließlich das Substantiv confinement zum einen als Quarantäne, d. h. als „Interdiction à un malade de quitter la chambre“, und zum anderen in einem physikalischen Sinn als „Maintien des matières radioactives à l’intérieur d’un espace détermine, dans une installation nucléaire“. Für diese atomphysikalische Bedeutung erwähnt das Wörterbuch die barrière de confinement, die ein System zu Verhinderung des Ausströmens radioaktiver Stoffe darstellt. Zu denken wäre in diesem Fall etwa an den Schutzmantel, der über die Ruine des Atomreaktors Tschernobyl gebaut worden ist. Nach Le Petit Robert (2017) wird in der Physik auch von einem confinement d’un plasma gesprochen, eine Methode des magnetischen Plasmaeinschlusses, der in dem Fusionsreaktor des Typus Tokamak [тороидальная камера в магнитных катушках] zur Anwendung kommt.

Thiery-Riboulot zeigt gleichwohl anhand einer Recherche im Archiv der Tageszeitung Le Monde ab 1944, dass das französische Wort confinement zur Bezeichnung für die Isolierung von Kranken kaum verwendet wird. Erst ab den 2010er Jahre nimmt die Häufigkeit der Verwendung dieser Bedeutung zu, was nach Thiéry-Riboulot eindeutig auf den Gebrauch des Worts im Kontext der Covid-19-Pandemie zurückzuführen ist (ebd., 132). Doch wird im Englischen in diesem Kontext von lockdown und eben nicht von confinement gesprochen. « C’est donc au sein des mouvements entre les lexiques du français qu’il faut rechercher des éléments d’explication à la prévalence de confinement pendant la pandémie de début 2020 » (Thiéry-Riboulot, 2020, 136).

Die lexikalische Verschiebung im Französischen, auf die die häufige Verwendung des Worts confinement zu Beginn der Pandemie hinweist, baut nach Thiéry-Riboulot (2020) auf das Vokabular des Katastrophenschutzes auf. Seit der Explosion der Düngemittel Fabrik AZF in Toulouse am 21.September 2001 verwenden die Katastrophenschutzexperten den Begriff nicht mehr nur für den Einschluss giftiger Substanzen, sondern auch für die Abschottung der zu schützenden Personen (ebd., 138). Die Explosion führe zur Überarbeitung der Katastrophenschutzpläne auf der Ebene der Gebietskörperschaften. Insbesondere die Kommunen sehen nunmehr ein confinement ihrer Bevölkerung bei Chemiekatastrophen durch Industrieunfälle oder bei Naturkatastrophen wie Überschwemmung etc. vor (z. B. für die Überschwemmungskrisen in der Region Ile-de France Reghezza-Zitt 2019).

3. Politisierung des confinement

Die technische Sprache des Katastrophenschutzes wie auch die polyphonen und historisch sich immer wieder verschiebenden Bedeutungen erklären nur begrenzt die politische Karriere des Worts confinement. Auch stehen sie in einem bemerkenswerten Kontrast zu den sozialen Ungleichheiten und den Affekten, die mit dem confinement verbunden beziehungsweise durch das confinement produziert worden sind. Zudem ist bemerkenswert, dass der französische Staatspräsident und die französischen Regierungsmitglieder in ihren verschiedenen Ansprachen das Wort confinement gar nicht oder lediglich in defensiver Weise bemühen. Weder in den Reden Macrons zu Beginn des Krisenmanagements noch in seinen weiteren Adresses aux Français lässt sich das Wort confinement finden. In den Regierungserklärungen zur Strategie der Bekämpfung der Covid-19-Pandemie tauchen stattdessen Formulierungen wie „renforcer les mesures“, „dispositions fermes pour freiner“ „mesures de freinage massives“, „distanciation sociale“ etc. auf. Der Gesundheitsminister, Olivier Veran, und der Ministerpräsident, Jean Castex, lehnen es seit den ersten Monaten 2021 explizit ab, die gesundheitspolitischen Restriktionsmaßnahmen mit dem Wort confinement zu bezeichnen. Auch in dem Gesetz zum Gesundheitsnotstand findet man das Wort confinement nicht. Sein Gebrauch in den letzten anderthalb Jahren ist also nicht auf die zentralstaatliche und gesetzgeberische Ausformulierung des Krisenmanagements zurückzuführen.

Nichtdestotrotz wird das Wort confinement in der politischen Opposition wie selbstverständlich verwendet. Zudem fällt auf, dass die Repräsentanten der französischen Gebietseinheiten, Bürgermeister*innen, Vertreter*innen der conseils départementaux und Präsident*innen der Regionen, in ihrer Kritik an wie auch in ihrer Zustimmung zu den Mobilitäts- und Kontaktbeschränkungen von confinement, déconfinement oder reconfinement sprechen. Ein Beispiel hierfür sind die heftigen Auseinandersetzungen zwischen der Bürgermeisterin von Paris, Anne Hidalgo, die das Wort confinement verwendet und für die Bewohner*innen ihrer Stadt die Öffnung der Parks und Gärten der Hauptstadt in der ersten Phase des Krisenmanagements erfolglos forderte, und der zentralen Exekutive, die am Verbot des Zugang zu öffentlichen Parkanlagen auf dem gesamte Staatsgebiet im Namen der gegebenen consignes sanitaires und ihrer einheitlichen Umsetzung auf dem gesamten französischen Territorium festhielt.

Die parteipolitischen Diskrepanzen und vor allem die Spannungen zwischen der zentralstaatlichen Exekutive und den verschiedenen Gebietseinheiten in der Wortverwendung weisen darauf hin, dass im Verlauf des Krisenmanagements das Wort confinement politisiert wurde. In der Auseinandersetzung mit dem zentralstaatlichen Krisenmanagement und vor allem in der Kritik an den organisatorischen Dysfunktionalitäten der zentralstaatlichen Pandemiebekämpfung wurden die Mobilitätsrestriktionen und ihre Umsetzung mehr und mehr unter politischen Gesichtspunkten betrachtet (Dab 2021). Der medizinische Wortsinn ‚Quarantäne‘ beziehungsweise ‚Isolierung kranker Personen‘ sowie die Katastrophenschutz-Bedeutungen, die zum Beispiel vom Präsidenten des am 10. März 2020 eingesetzten Wissenschaftsrats, Jean-François Delfraissy, bemüht werden (Le Monde 17.6.2020), sind hingegen in den Hintergrund getreten.

In dieser Hinsicht stehen die politischen Sinngehalte des Worts confinement in einem engen Zusammenhang mit dem zentralistischen Krisenmanagement, das sich im Verlauf der Pandemie zunehmend auf die Exekutive und schließlich auf die Person des Staatspräsidenten Emmanuel Macron konzentriert hat (Hassenteufel 2020; Roussellier 2021). Die Strategie zur Bekämpfung der Covid-19-Pandemie ist in Frankreich ohne Zusammenarbeit mit den Repräsentant*innen der Gebietseinheiten definiert worden (Halmes 2020). Erst im Laufe des Krisenmanagements sind Bürgermeister*innen, Vertreter*innen der conseils départementaux und Präsident*innen der Regionen in die Umsetzung der Strategie einbezogen worden. Die erst in der zweiten Phase vereinzelt einsetzende Koordination mit den Vertreter*innen der Gebietskörperschaft und die bis heute zurückhaltende Bereitschaft der zentralstaatlichen Exekutive zu einer territorialen Differenzierung der Restriktionen hat maßgeblich dazu beigetragen, dass sich soziale Ungleichheiten gegenüber den Bedingungen des confinement verfestigt oder verstärkt haben (Duvoux & Lelièvre 2021).

Die politischen Wortbedeutungen von confinement sind zudem mit einer Organisationskrise in den Bereichen Gesundheitsüberwachung sowie Gesundheitsschutz wie auch in der Koordination dieser Bereiche mit den Behörden sowie Organisationen sozialpolitischen Handelns verbunden (Dab 2021, Pittet 2020). Eine Zusammenarbeit mit Vereinen oder Nicht-Regierungsorganisation, die im sozialen Bereich wie der Flüchtlings- oder Obdachlosenhilfe tätig sind, hat es in der Phase gar nicht gegeben und sich im Verlauf des Krisenmanagements nur schleppend entwickelt (Beltran 2021, Dab 2021). Ihren Ausdruck hat die Organisationskrise u. a. in der plethorischen Vervielfältigungen von Instanzen im Gesundheitsschutz und in der Gesundheitsüberwachung gefunden (Bergeron, Borraz, Castel & Dedieu 2020) und war begleitet von einem Rückgriff der zentralstaatlichen Exekutive auf private Beratungsfirmen (Vauchez in Le Monde 29-01-21, Le Monde 02-04-21). Die Einführung von Parallelstrukturen, deren Akteure neben den etablierten Instanzen des Gesundheitssystems das Krisenmanagement bestimmten, hat zu Widersprüchen sowie Spannungen in der Koordination zwischen den verschiedenen Akteuren des öffentlichen Gesundheitssystems geführt und in verschiedenen Fällen das Handeln in den entsprechenden Behörden gelähmt (Giraud, Noûs, Tietze & Toffanin 2021a; Giraud, Tietze & Noûs 2021b).

Angesichts vergleichbarer Erfahrungen in Deutschland und Frankreich mit Schulschließungen, universitärer Online-Lehre, Homeoffice, der Schließung von Kultur- und Sporteinrichtungen sowie von Geschäften und nicht zuletzt mit mehr oder weniger überlasteten Gesundheitssystemen (Bandelow, Hassenteufel & Hornung 2021) mag es haarspalterisch anmuten, auf die Wortbedeutungen von confinement in Frankreich hinzuweisen. Die inflationäre Verwendung des Begriffs, die mit der Covid-19-Pandemie einsetzte und sich im Verlauf der letzten 18 Monate stetig politisiert hat, stellen gleichwohl Spezifika im französischen Krisenmanagement und in dieser Hinsicht eine Reihe von politikwissenschaftlichen wie auch organisationssoziologische Problemstellungen in den Blick. Darüber hinaus wirft die Reflexion über die Sinngehalte des Worts confinement und über die Erfahrung mit den Bedingungen des confinement Fragen über die Bedeutung von räumlicher Mobilität sowie von Bewegung und Nicht-Bewegung für gesellschaftliche Interaktion im Allgemeinen auf. Nicht zuletzt stellt sie das Gewicht des Rechts auf Freizügigkeit für die Definition und Realisierung von Solidarität und für den Zugang zu politischen und sozialen Rechten wie auch für die Ausgestaltung beziehungsweise Nachhaltigkeit politischer Ideen, (europäischer) Institutionen und Internationaler Organisationen heraus.

Amenna, Yacine (2021) : « Millefeuille d’incertitudes : rencontre entre une pandémie globale et la formation individuelle au métier de footballeur », résumé : https://rm2.hypotheses.org/1394

Bandelow Nils C.; Hassenteufel, Patrick; Hornung, Johanna (2021): Patterns of Democracy Matter in the COVID-19 Crisis. A comparison of French and German Policy Processes. In: International Review of Public Policy 3 (1), S. 1–18. https://journals.openedition.org/irpp/1788

Beltran, Gregory (2021) : Accéder aux populations migrantes à travers une enquête qualitative généraliste sur les effets du confinement : Discussion méthodologique et premiers résultats. Compte-rendu. https://rm2.hypotheses.org/1436

Bergeron, Henri; Borraz, Olivier; Castel, Patrick. & Dedieu, François. (2020). COVID-19. Une crise organisatio- nelle. Paris: Sciences Po.

Boussaget, Laurie ; Faucher, Florence 2020 : Comment mobiliser les populations ? La réponse symbolique des exécutifs français, italien et britannique. In Lazar, Marc ; Plantin, Guillaume ; Ragot, Xavier (Hrsg.) : Le monde d’aujourd’hui. Les sciences sociales au temps de la Covid. Presses de Sciences Po : Paris, p. 243-261.

Cautrès, Brun ; Rouban, Luc 2020: La crise sanitaire au miroir de la crise sociale et politique française. Une comparaison avec l’Allemagne et le Royaume-Uni, in: Lazar, Marc ; Plantin, Guaillaime ; Ragot, Xavier (ed.): Le monde d’aujourd’hui. Les sciences sociales au temps de la Covid, Presses de Sciences Po : Paris, p. 207-222.

Chevalier, Tom & Loncle, Patricia (Hrsg.) (2021) : Une jeunesse sacrifiée ? PUF : Paris (postface : https://laviedesidees.fr/Generation-Covid.html)

Collin, Jonathan; Dargère, Christophe (2020): Confinement: une occasion de (re)penser la condition de «reclus » ? In : AOC, 7 juillet 2020

Dab, William (2021) : Nous avons des institutions de sécurité sanitaire, mais pas de politique de sécurité sanitaire. Entretien. In : Revue française des affaires sociale (2), S. 91-96.

Didier, Pierrine (2021) : Construction d’une méthodologie d’enquête participative sur le vif : le projet « Récits confinés ». Compte rendu. https://rm2.hypotheses.org/1440

Duvoux, Nicolas ; Lelière, Michèle (Hrsg.) (2021) : La pauvreté démultipliée. Dimensions, processus et réponses. Rapport au Premier Ministre. CNLE.

Gauthier, Jérémie (2020) : État d’urgence sanitaire : les quartiers populaires sous pression policière. In : Solène Brun et Patrick Simon (dir.), Dossier « Inégalités ethno-raciales et pandémie de coronavirus », De facto [En ligne], 19 | Mai 2020, mis en ligne le 15 mai 2020. https://www.icmigrations.cnrs.fr/2020/05/15/defacto-019-03/

Giraud, Olivier ; Tietze, Nikola ; Toffanin, Tania; Noûs, Camille (2021a): The scalar arrangements of three European public health systems facing the COVID-19 pandamic: Comparing France, Germany, and Italy. In: Culture, Practice & Europeanization 6(1), pages 89-111.

Giraud, Olivier; Tietze, Nikola, Noûs, Camille (2021b): « Die zentralistische Organisation des öffentlichen Handelns in Frankreich konfrontiert mit den Herausforderungen der Covid-19-Pandemie“. In Europäisches Jahrbuch für Föderalismus Forschung Tübingen (EZFF) (ed.): Jahrbuch des Föderalismus 2021. Föderalismus, Subsidiarität und Regionen in Europa , Band 22. Baden-Baden, Nomos, 2021 (in Erscheinung).

Halmes, Gregor (2020): Frankreich: territoriale Politik im Fadenkreuz der Krisenbewältigung? In: Europäisches Zentrum für Föderalismus-Forschung Tübingen (EZFF) (ed.): Jahrbuch des Föderalismus 2020. Föderalismus, Subsidiarität und Regionen in Europa. Band 21. Baden-Baden, Nomos, 291-306.

Hassenteufel, Patrick (2020): Handling the COVID-19 crisis in France: Paradoxes of a centralized state-led health system. In: European Policy Analysis (6), S. 170–179. Online verfügbar unter https://doi.org/10.1002/epa2.1104.

Le Monde, 02-04-21 : Covid-19 : le recours régulier aux cabinets de conseil divise la haute fonction publique.

Le Monde, 17-6-20 : Jean-Francois Delfraissy, un équilibriste sur le fil du coronavirus.

Le Petit Robert (2017) : Le grand dictionnaire de la langue française. Le Robert : Paris (1. Auflage 1967)

Michel, Lucie ; Schweyer, François-Xavier (2021) : La sécurité sanitaire au village. La crise du Covid-19 vue d’en bas. In : Revue française des affaires sociale (2), S. 13-35.

Pittet, Didier (dir.) (2021), Rapport final – Mission indépendante nationale sur l’évaluation de la gestion de la crise Covid-19 et sur l’anticipation des risques pandémiques. Rapport au Président de la République. https://www.vie-publique.fr/sites/default/files/rapport/pdf/279851.pdf

Reghezza-Zitt, Magali (2019) : Gestion de crise et incertitude(s) ou comment planifier le hors-cadre et l’inimaginable. Application aux crises résultant de crues majeures en Ile-de-France. Analyse de géographie 726(2), p. 5-30.

Rosental, Paul-André (2020a): Les trente premiers jours. Leçons comparatives de la lutte contre la pandémie de coronavirus. In: Marc Lazar, Guillaume Plantin und Xavier Ragot (éd.): Le monde d’aujourd’hui. Les sciences sociales au temps de la Covid. Paris: Les Presses de Sciences Po, S. 23–44.

Rosental, Paul-André (2020b) : Un balcon en forêt. Essai comparatif sur l’épidémie de Covid. In : Terra nova (Hg.), Coronavirus : regards sur une crise. https://tnova.fr/system/contents/files/000/002/011/original/Terra-Nova_Cycle-Covid19_Un-balcon-en-for_t_060520.pdf?1588861573

Thiéry-Riboulot, Véronica (2020): Une étude de sémantique historique du mot confinement. In: Mots. Langue(s) et nationalisme(s) (124), S. 127–144. Online verfügbar unter https://journals.openedition.org/mots/27382.

Vauchez, Antoine in Le Monde, 29-01-21 : Contre le Covid-19, « la stratégie du court-circuit a un coût, des biais et des effets pervers ».

06.07.21 – « Accéder aux populations migrantes à travers une enquête qualitative généraliste sur les effets du confinement : Discussion méthodologique et premiers résultats » – Grégory Beltran.

Pendant le premier confinement en France, de mars à mai 2020, le projet Epidemic (https://epidemic.hypotheses.org/) financé par l’ANR et la région Occitanie a été mis en place. Il comportait un volet en sciences sociales conduit par le collectif des Confins, qui a mené une enquête qualitative pour analyser les effets différentiels de la mesure sur les populations. Pour documenter et enquêter sur une situation dans laquelle les chercheur.e.s étaient également « embarqué.e.s », car confiné.e.s et soumis.e.s aux mêmes incertitudes de la période, le protocole de recherche a évolué au cours du confinement. De nouveaux.elles chercheur.e.s ont été intégré.e.s afin notamment d’accéder à des population dominées non présentes dans le corpus de départ. La présentation sera l’occasion de revenir sur cette enquête et ses évolutions, avec une focale sur les populations migrantes intégrées à la démarche et les questions méthodologiques qui en découlent.

Compte rendu de Nikola Tietze

Grégory Beltran a présenté d’abord la démarche méthodologique et ensuite de premiers résultats de l’enquête du collectif des CONFINS (CONFinement et Inégalités Sociales), rattaché à l’IFERISS (Institut Fédératif d’Etudes et de Recherches Interdisciplinaires Santé et Société, Toulouse).

L’axe du projet Epidemic (https://epidemic.hypotheses.org/) mené par le collectif des CONFINS et porté par Jean-Charles Basson, Grégory Beltran, Laurence Boulaghaf, Alizé Cavé, Eléonore Coeurdevey, Alfonsina Faya Robles, Sarah Nicaise et Alexandra Soulier, a eu pour objectif d’enquêter sur le quotidien de la population française, notamment des classes populaires, durant le premier confinement du 17 mars 2020 au 11 mai 2020. L’enquête est partie de l’idée que ce confinement représente un observatoire des inégalités sociales et de l’ordre sanitaire en France. Les chercheur.es se sont saisi.es de cet observatoire par différents concepts sociologiques et anthropologiques, notamment par celui des dispositions qui deviennent ressources (Bourdieu, Lahire), celui de la gouvernementalité (Foucault, Elias), celui des classes populaires (Schwartz) ou encore celui de l’intersectionnalité (Bereni, Crenshaw, Revillard, Pézeril). L’hypothèse commune était cependant que le confinement, présenté comme exceptionnel, aurait moins introduit des formes de rupture dans les conditions de vie que reconduit des rapports de domination structurant les relations sociales. En enquêtant sur les inégalités sociales, les pratiques quotidiennes et l’accès à la santé durant le confinement, il serait alors possible d’étudier des problèmes sociaux structurels.

Les grandes étapes de l’enquête :

  • 25 mars 2020 : Soumission du Projet EPIDEMIC avec Work Package 3 : Enquête de sociologie et de philosophie sociale menée par trois chercheur.es
  • 1er avril 2020 : Début de l’enquête.
  • Avril 2020 : Élargissement du groupe initial à quatre nouveaux.elles chercheur.es travaillant sur différents terrains (habitant.es de squats et de bidonvilles, migrant.es, usager.ère.s de centres sociaux, bénéficiaires d’associations caritatives) 
  • 11 mai 2020 : Fin du premier confinement et fin du recueil de données.
  • 20 mai 2020 : Constitution du collectif interdisciplinaire des Confins (sociologie, science politique, anthropologie, philosophie). 

C’est dans un premier temps à travers un questionnaire en ligne que les premières personnes ont été sollicitées pour participer à l’enquête par entretien téléphonique. Cette démarche a été par la suite complétée à l’aide des contacts préexistants des chercheur.es avec des associations ou par leurs recherches antérieures, afin d’accéder à des profils variés en termes de ressources économiques, de situations professionnelles, de types d’habitats, de statuts de logements, de configurations familiales, de situations de santé ou de séjour en France et de positions sociales (âge, genre, nationalité, origine ethnique, orientation sexuelle). Les chercheur.es ont ainsi tenté de contacter plus spécifiquement des personnes vivant dans des conditions de précarité sociale et de logement et peu représentées dans les premiers discours médiatiques et scientifiques sur le confinement. 74 entretiens ont été réalisés sur les conduites quotidiennes les plus triviales, générées par les mesures de confinement (dynamiques familiales, scolaires, professionnelles, voisinage, les pratiques de santé, les sorties, les activités à l’intérieur de l’espace confiné, etc.).

La démarche méthodologique s’est appuyée sur la réflexion et l’analyse collectives des entretiens. Dans des réunions hebdomadaires, les chercheur.es ont présenté, les un.es aux autres, leurs entretiens, ont développé en commun des axes d’analyses et le travail de codage. La réflexion collective sur les entretiens réalisés s’est conjuguée avec l’écriture collective du rapport de recherche et des publications. La démarche collective s’est imposée à cette « enquête à distance », notamment pour mieux prendre en considération les positions et savoirs situés.

Les enquêté.es ont vécu le confinement dans des situations et sous des conditions parfois très spécifiques, par exemple à cause de leur parcours de migrant.e ou de leur logement dans sur des terrains. Ces spécificités ont fortement influencé le rapport de domination entre enquêteur et enquêté.e. A cet égard, il faut noter plus particulièrement les problèmes linguistiques. L’impossibilité d’accompagner les entretiens par de l’observation rend difficile de contextualiser les discours et pose un problème de légitimité pour l’analyse. Cependant, les limites de la reproductibilité du protocole de l’enquête représentent à la fois la difficulté et la qualité de CONFINS – à savoir la focale sur la diversité des situations dans la précarité sociale. Par exemple concernant les migrant.es, l’enquête a pu faire sortir le croisement entre leurs situations administratives très diverses (régularisation stable, non régularisé.es, personnes nées à l’étranger, en demande de régularisation etc.) et les rapports sociaux caractérisés par la position de genre, de la racialisation, de classe etc. Par contre, l’analyse de ces croisements représente, pour les chercheur.es de l’équipe CONFINS, le défi de l’évaluation des entretiens. Par exemple, comment rendre compte des spécificités du confinement dans une situation administrative particulière, d’un côté, et de l’autre des structures des inégalités sociales, qui ressortent des entretiens avec des personnes racialisées comme Roms et loger sur des terrains ?

En ce qui concernent les premiers résultats de l’enquête CONFINS, le quotidien des personnes ayant vécu le confinement dans une précarité sociale a été fortement marqué par la fermeture des guichets administratifs et des associations, ce qui a aggravé les inégalités et a rendu l’accès aux droits et à la santé particulièrement difficile. Cette fermeture et la dématérialisation de la plupart des démarches ont produit un double problème de « non-connaissance » : d’abord, l’aide n’a pas pu être proposé aux personnes (plus particulièrement par les associations dont les bénévoles sont souvent âgé.es et ainsi se sont retiré.es de leurs activités pour risque d’infection) et ensuite les personnes n’ont pas pu faire ou continuer à faire des démarches pour accéder à leurs droits. L’OFPRA ou le CNDA n’ont pas donné de rendez-vous, les Préfectures n’ont pas délivré de récépissé, il n’y a pas eu d’ouverture d’allocation ou la difficulté/méconnaissance sur le renouvellement de la CMU (Complémentaire santé solidaire) etc. Les personnes étaient mal informées sur les droits accessibles, ont renoncé aux soins etc. Le premier confinement a été alors synonyme d’un problème de non recours.

La typologie du non recours selon ODENORE La non-connaissance : l’offre n’est pas connue.La non-proposition : l’offre n’est pas activée/proposée/prescrite/recommandée par un professionnel, malgré l’éligibilité du demandeur.La non-réception : l’offre est connue, demandée, mais non obtenue par la personne.La non-demande : l’offre est connue mais non demandée par la personne, ou bien un droit ouvert mais la prestation non utilisée. Source : P. Warin, « Le non-recours : définition et typologies », working paper n°1, juin 2010 (actualisé en décembre 2016).

Un exemple : le cas d’une famille marocaine récemment installée en France après avoir résidé en Espagne

« Donc à mesure que passait le temps, on se demandait comment ça allait se passer, si on allait avoir nos droits ou pas. Et à ce moment-là, on n’avait pas non plus de réponse de la CAF, donc comment on allait payer ? On arrive à mi-avril, le 18, le 19, à ce moment-là. » « Parce que sur notre expérience, on connaît pas de gens ici ! J’ai de la famille, mais à Paris ! Ils sont dans une autre situation, ils sont arrivés d’une autre manière. C’est pas la même chose. Donc, ils pouvaient pas nous aider par des conseils. » « Moi, l’unique chose…, la chose qui m’a touchée pendant le confinement, c’est le travail de la mairie, de l’État. Plus celui de la mairie […]. Je crois que chaque mairie sait bien, tout est dans leurs ordinateurs, comment vit chaque famille. Donc ça, ça m’a fait mal au cœur ! Pourquoi ils n’ont pas téléphoné, pensé aux familles qui sont en train de passer difficilement cette période ? »

L’enquête met en évidence plusieurs dimensions :

  • les dimensions structurelles de l’inégalité sociale (le racisme, la position sur le marché du travail, le genre etc.)
  • les incertitudes et peurs liées à la pandémie, le rapport des enquêté.es à l’information
  • le contexte personnel : par exemple l’isolement accru, la réduction des liens avec une association de soutien et un.e éducteur.rice spécialisé.e
  • la médiatisation de controverse, de polémique etc.

L’objectif de l’analyse des effets du confinement est de prendre en considération à la fois la multiplicité des situations (notamment des migrant.es) et les situations « pré-covid » pour saisir l’impact des structures sociales sur les inégalités produites par la pandémie et les mesures sanitaires.

Des études sur les inégalités pendant le confinement :

Pézeril, Charlotte (2020) : Du Sida au Covid-19. Les leçons de la lutte contre le VIH. https://laviedesidees.fr/Du-Sida-au-Covid-19.html

18.05.21 – « Construction d’une méthodologie d’enquête participative sur le vif : le projet « Récits confinés » » – Pierrine Didier

Compte-rendu de Nikola Tietze

En mars 2020, les interrogations provoquées par la situation inédite du confinement ont fait naître l’envie de recueillir des témoignages, sur le vif, afin de documenter cette période. L’équipe bénévole, composée d’anthropologues et d’un artiste-auteur historien de formation, a lancé le projet « Récits Confinés ». La dimension souhaitée de ce projet était double : à la fois socio-anthropologique pour comprendre les expériences, adaptations et changements vécus par les individus pendant le confinement mais également historique, afin d’écrire les archives de demain. Sur le site internet créé pour l’occasion (www.recitsconfines.net) nous avons mis à disposition une « trame de carnet » à télécharger, à compléter et à renvoyer de façon hebdomadaire par des participants volontaires en France puis, courant avril 2020, en Italie. Cette trame de carnet comportait plusieurs questions afin de cadrer mais également de motiver les participations. Les thématiques reprenaient les aspects de la vie quotidienne en confinement avec, par exemple, des questions sur le rapport au lieu de confinement, l’état du moral, le nombre de sorties du jour, les habitudes d’approvisionnement en nourriture, le rapport au corps, à l’hygiène, aux décisions gouvernementales ou encore les nouvelles expériences de socialisation. Nous nous sommes inspirés des journaux de confinement qui commençaient à fleurir dans les médias, tout en proposant aux participants de garder une trace de leurs témoignages. Nous nous sommes positionnés ainsi en opposition aux méthodes classiques d’enquêtes par questionnaire en ligne, qui, une fois complétés, ne reviennent jamais à l’envoyeur. Le discours écrit était laissé totalement libre et nous n’avons pas réalisé d’entretiens oraux avec ces participants (par faute de temps et de moyens humains). Les participants étaient cependant relancés chaque semaine, ce qui a très probablement permis une adhérence forte au processus d’enquête participative. Au terme des 15 semaines pendant lesquelles ce projet expérimental et participatif s’est déroulé, 116 participants (en France et en Italie) ont envoyé plus de 580 trames de carnet. Nous discuterons des spécificités et des limites de ce protocole « d’enquête participative par le recueil d’écrits suivant une trame suggérée » mis en place pendant le premier confinement en France.

Compte rendu de la séance avec Pierrine Didier

Le temps de la pandémie lors du premier confinement en France du 17 mars au 11 mai 2020 a imposé à toutes et tous une réalité identique qui a été vécu à partir des réalités socio-économiques différentes. Sur la base de ce constat, Pierrine Didier, anthropologue et chargée de recherche contractuelle au sein du Laboratoire Aménagement Economie Transports de l’ENTPE (LAET ; UMR 5593 CNRS), et Laurent Gontier, médiéviste et artiste-auteur, ont conçu le projet « récits confinés ». Ce projet avait pour objectif à la fois de documenter ce que les gens étaient en train de vivre et d’ébaucher des archives de demain de cette période. A la différence d’autres journaux du confinement et de questionnaires en ligne (Latour, 2021 ; Le Monde, 16 mai 2021 ; cf. aussi cf. Corpus confiné sur www.recitsconfinés.net), Pierrine Didier et Laurent Gontier ont bâti leur projet sur l’interaction avec celles et ceux qui participaient à leur journal du confinement et sur la tentative de maintenir cette interaction durant le premier confinement de 2020. Cette partie prise les a amenés à rester en contact avec les participants par mail et à (re)formuler, par semaines, des questionnaires structurés en deux parties : une trame à remplir une fois par jour et des questions résumant les expériences de la semaine (http://www.recitsconfines.net/index.html). La trame quotidienne était constituée de variables quantitatives et, avec le questionnaire hebdomadaire, de variables qualitatives.

Exemple de la trame quotidienne (citée du questionnaire de la semaine 1 > 16 au 22 mars 2020,  http://www.recitsconfines.net/index.html) :

Les événements du jour (à remplir chaque jour)

Semaine de confinement n°1

Date du jour / mois / annéeExemple 16/03/20Lundi 16/03/20Mardi 17/03/20Mercredi 18/03/20Jeudi 19/03/20Vendredi 20/03/20Samedi 21/03/20Dimanche 22/03/20
Jour de confinement n°1       
Météo du jour (soleil, nuages, pluie, orages)soleil       
Etats des vivres 1 (quasi rien) 2 3 4 5 6 7 8 9 10 (beaucoup)4       
Nombres de collations dans la journée (1, 2, 3, 4, etc.)3       
Niveau du moral du jour 1 (bas) 2 3 4 5 6 7 8 9 10 (excellent)8       
Date du jour / mois / annéeExemple 16/03/20Lundi 16/03/20Mardi 17/03/20Mercredi 18/03/20Jeudi 19/03/20 
Je m’inquiète pour ma santé personnelle      
… pour la santé de mes prochesOui     
… pour mes conditions financièresOui     
… pour la situation sanitaire globaleOui     
       
Consommation d’alcool (0 : aucune ; + : en augmentation ; = : stable ; – : en diminution)+     
Consommation de tabac0     
       
Etat du sommeil (+ : bon ; // : moyen ; – : mauvais)//     
       
Nombre de sorties2     
Sortie pour faire du sport      
Sortie pour achat de nourriture      
Sortie pour promener le chienOui     
Sortie pour le travail      
Sortie pour d’autres raisons (précisez)Oui balade     
       
Livraison de nourriture à domicileOui     
       
Routine quotidienne (douche, habillement…)Oui     

Exemple pour les questions hebdomadaires qui concernaient les routines, l’alimentation, l’entretien, l’hygiène de soi, les rapports entre intérieur et extérieur etc. (citée du questionnaire de la semaine 1 > 16 au 22 mars 2020,  http://www.recitsconfines.net/index.html)

Les événements de la semaine 1 (à remplir à la fin de la semaine 1 ou lorsque vous le souhaitez pendant la semaine)

1/ Routine – semaine 1

Que pensez-vous de votre périmètre de confinement? (vous l’aimez, le détestez, trop petit, suffisant, etc.)

Quelles sont les pièces de votre logement que vous avez fréquentées cette semaine?

Comment avez-vous adapté votre activité professionnelle ? (Inchangé je travaille toujours à l’extérieur, télétravail, chômage partiel, chômage technique, licenciement suite au confinement…).

Avez-vous adopté de nouvelles habitudes? Lesquelles? (changement d’horaires, relâche de toutes contraintes ou au contraire imposition d’une routine stricte, racontez-nous)

Ces questionnaires, réadaptés en fonction des réponses et des actualités sociales, sanitaires et politiques et mis en ligne en version word d’une manière hebdomadaire du 16 mars 2020 au 15 juin 2020, étaient censés guider les répondant.es, aider à structurer les témoignages et stimuler la production de ceux-ci. Par cette démarche, les chercheur.es ont, sur une période de 15 semaines, à la fois (i) établi un corpus de descriptions subjectives du quotidien du confinement français (stockées sur HumaNum et accessibles uniquement pour les initiateurs du projet) et (ii) permis aux participants de garder individuellement une trace de leurs témoignages respectifs. Les évolutions de la vie durant le confinement sont alors documentées non seulement pour des analyses sociologiques et anthropologiques ultérieures, mais aussi à l’échelle de chaque participant.e auquel / à laquelle Pierrine Didier et Laurent Gontier restitueront des frises à partir de leurs réponses aux variables quantitatives de la trame quotidienne et une narration de leur récit de confinement.

Pierrine Didier et Laurent Gontier se sont inspirés, dans leur méthodologie, des diary studies, représentant une méthode de collecte de données qualitatives sur une longue durée ou une méthode de préparer des entretiens semi-directifs, en psychologie et anthropologie, mais aussi dans des études sur l’utilisations de logiciels, d’ordinateurs ou d’applications (cf. Bevans, 1913 ; Broom et al., 2015 ; Carter & Mankoff, 2005 ; de Maistre, 1794).

L’approfondissement des réponses écrites aux questionnaires par l’entretien n’était pas possible parce que cette recherche extrêmement chronophage a été menée par des chercheur.es bénévoles et, au début du projet, sans rattachement administratif. Pierrine Didier souligne qu’il était impossible, pour elle, de poursuivre d’autres activités, d’autant plus que l’avancement du projet était lié à la nécessité de clarifier le statut du projet et de son rôle, de communiquer avec les médias, de trouver du soutien financier pour le développement d’une application et de travailler avec des collègues dans d’autres pays (l’Italie, la Guinée, le Cameroun etc.).

Quelques éléments du corpus

Les participants aux « récits confinés » étaient majoritairement des femmes (82%) et issu.es des catégories socio-professionnelles supérieures (CSP+) : des ingénieurs, travaillant dans la fonction publique, quelques métiers de soin, un boulanger, un employé de supermarché. Les métiers, déclarés « essentiels », étaient sous-représentés. En moyenne co-confiné.es avec une ou deux personnes, 30% étaient sans emploi avant le confinement (études, retraite ou chômage).

Bien que ce corpus ne soit pas représentatif et ne permette pas d’analyses en termes de profils sociaux (homogénéité des participant.es en ce qui concernent les CSP+, l’accès à l’ordinateur ou encore le rapport à l’écriture), il n’en reste pas moins que « les récits confinés » révèlent les éléments suivants :

  • Tout en se resserrant, le temps du confinement était pluriel (temps de courses, d’activité sportive, de loisir, de travail etc.), ce qui a imposé de nouvelles exigences et formes de gestion temporelle, dans un espace clos.
  • Des réinventions de routines et d’interactions sociales

A propos de la méthodologie, le projet « récits confinés » renvoie à une réciprocité particulière entre enquêté.e et enquêtrice / enquêteur. L’enquêtrice / l’enquêteur étudie une situation de crise qu’elle / il vit en même temps. Le confinement renforce alors la réciprocité et réduit les moyens du / de la chercheur.e de prendre de la distance, notamment face à la détresse des enquêté.es.

Littérature :

Almodóvar, Pedro (2020): Le long voyage vers la nuit. In Télérama.fr. https://www.telerama.fr/cinema/pedro-almodovar-et-le-long-voyage-vers-la-nuit,n6624592.php.

Bevans, G.E. (1913). How Workingmen Spend Their Time (Unpublished Doctoral Thesis). Columbia University, New York.

Broom, A, Kirby, E, Adams, J, Refshuage, K (2015). On illegitimacy, suffering and recognition: A diary study of women living with chronic pain.Sociology 49 (4), 712–731.doi:10.1177/0038038514551090

Latour, Bruno (2021) : « Où suis-je ? » – Leçons du confinement à l’usage des terrestres. Paris : La Découverte.

Le Monde (16 mai 2021) : Souviens-toi du confinement, ou comment préserver les traces d’une crise sanitaire exceptionnelle. Comment garantir que l’on se souviendra de cette période ? Archivistes et musées récoltent un inconcevable volume de traces, qui pose des questions de méthode.

Maistre de, Xavier (1794) : Voyage autour de ma chambre [cf. France culture, 22-03-2020 https://www.franceculture.fr/litterature/lire-voyage-autour-de-ma-chambre-un-texte-o-combien-dactualite]

Scott, Carter & Mankoff, Jennifer (2005) When Participants Do the Capturing: The Role of Media in Diary Studies, CHI, Papers: Understanding Users and Usage Patterns. https://dl.acm.org/doi/pdf/10.1145/1054972.1055098

20.04.21- Rencontre de rentrée du groupe « Migration en temps de Covid-19 » – Compte-rendu

Par Nikola Tietze

L’échange autour des projets et des intentions de recherche entre les participants à cette rencontre a révélé quatre axes thématiques à propos « migration en temps de Covid-19 »

  • L’ethnographie du vécu et de la gestion de la crise du Covid-19.

Cette thématique renvoie à la problématique de faire du terrain en temps de Covid-19 et d’accéder à des données sur les situations de migrants. Elle soulève, d’abord, la question des méthodes de recherches et du besoin d’explorer davantage des terrains onlines et des outils électroniques. Il serait intéressant de recenser des expériences déjà faites avec ce type de terrains et de regarder des discussions sur ces outils dans des domaines autres que les études sur la pandémie. Ensuite, nous pourrions établir un répertoire des études déjà en cours et qui envisagent de rendre compte des situations spécifiques durant la pandémie. Nous pensons par exemple à des études comme « Confinement, conditions de vie et inégalités – COCOVI » (deux numéros de Population et Sociétés n°578 et n°579 sont consacrés à COCOVI), celles du Projet MigraChiCovid, sous la direction de Simeng Wang (CNRS, Cermes3) ou encore celle portant sur des « récits confinés », menée par les anthropologues Pierrine Didier et Véronique Duchesne.

Par ailleurs, les défis méthodologiques d’une ethnographie de situations en temps du Covid-19 amènent aussi à explorer le travail artistique et ses spécificités de mettre la focale sur le vécu et les expériences.

Exemples :

https://www.collegedesbernardins.fr/content/plaidoirie-pour-une-jurisprudence-patrick-bernier-et-olive-martin

  • La gestion sanitaire et le rapport à l’institution, à l’administration ou la bureaucratie.

L’année dernière a montré, sous multiples aspects et dans divers domaines, l’impact de la gestion sanitaire sur les rapports entre les institutions étatiques et les organismes de l’action publique, d’un côté, et les personnes, notamment les migrant.es, de l’autre. Des catégories administratives ont été redéfinies ou nouvellement introduites, des routines au guichets ont été mise en question, des interactions ont été suspendues/interrompues ou encore de nouvelles formes de travail, notamment dans le travail social, ont été expérimentées. Il s’agit de réfléchir sur les conséquences de ces transformations, dans une perspective historique et multi-située, en prenant compte à la fois la fabrique des règles sanitaires et des particularités et les professions dans les différents domaines de l’action publique et des règles sanitaires.

Exemples :

Aissatou Seck, Covid 19 au Sénégal en 2020 : Gestion étatique, perceptions et postures des populations dans la capital dakaroise, sur le blog « la bureaucratisation des sociétés africaines ».

Benoit Vaillot, L’invention d’une frontière sanitaire. La frontière franco-allemande face aux premières pandémies (fin XIXe siècle-1914)

Pour le travail social, cf. par exemple ogsa AG Migrationsgesellschaft (éd.), Soziale Arbeit in der Postmigrationsgesellschaft. Kristische Perspektiven und Praxisbeispiele aus Österreich.

  • Migration de travail en temps de Covid-19 et différentiations de la liberté de mouvement

La mobilité internationale et transfrontalière de travail a été fortement impactée par la crise de Covid-19. Des restrictions de mobilité ont particulièrement touché les travailleur.es avec des protections sociales et sanitaires précaires, voire inexistantes, c’est-à-dire les travailleur.es à la fois dans le secteur informel, où travaillent nombreux migrant.es avec des statuts de résidence précaire ou ‘sans papier’, et dans le secteur saisonnier (dans l’agriculture, le care, sur les chantiers ou dans des abattoirs). On a pu observer des inégalités et des discriminations par rapport aux « travailleur.es non-mobiles et nationaux » face aux conditions des quarantaines imposées, de l’accès aux tests, aux soins etc. En même temps, des règles spécifiques d’emploi ont été établies en fonction des secteurs économiques, reposant essentiellement sur une main-d’œuvre mobile, par exemple la récolte des asperges en Allemagne ou l’aide à domicile pour des personnes dépendantes en Autriche. Il serait intéressant de s’interroger sur ces différentiations, souvent dans l’ombre du droit du travail et du droit social, et sur les différents régimes de restrictions de la mobilité à l’intérieur de l’Union européenne.

Par exemple :

Boatca, Manuela: [Thou shalt] Honour the asparagus!: Romanian Agricultural Labour in Germany during the COVID-19 Season. 11.05.2020

Benjam, Raluca : Covid_19 and Disposable Migrant Workers. Verfassungsblog, 16.04.2020.

Safuta, Anna & Noack, Kristin: A magnifying glass for precarity and unfulfilled care needs. Friedrich Ebert Stiftung. 30.07.2020

Kovats, Eszter: European Solidarity? What European Solidarity? Care chains and East-West inequalities during the corona crisis. Friedrich Ebert Stiftung.16.04.2020

  • Les transformations et nouvelles formes des solidarités

Durant la crise, les solidarités mises en place par l’Etat et en œuvre par l’action publique, ont été mises sous pression. Dans certaines situations, par exemple au Maroc, la crise a accéléré, face aux urgences sociales et sanitaires durant la pandémie, la généralisation de la protection sociale et de l’accès aux soins. Dans d’autres, la crise a affecté les solidarités familiales ou communautaires, notamment en raison des restrictions de la mobilité ou a fait émerger de nouvelles formes de solidarité. L’intérêt de recherche dans le groupe porte notamment sur le rôle des ONG et sur les effets de leurs interventions sur les dynamiques solidaires.

Cf. à ce sujet :

Koly Fall, Solidarité et pratiques informelles dans les organisations communautaires : études de cas à Adéane et à Coubannao dans la région de Ziguinchor. Le prochain numéro de Culture, Practice & Europeanization – dirigé par Stefanie Börner – sera consacré aux Practices of solidarity during COVID

23.02.21 – « Foundational work ‘on the ground' ». Gestaltpsychologists, the Rockefeller Foundation, and the production of knowledge in American Social Psychology in the 1930s and 1940s: Reflections on material from the archive“ – Christine Ludl.

In the 1930s and 1940s, numerous German scholars fled Nazi Germany and emigrated to the United States. The Rockefeller Foundation played an important role in organizing the emigration and financing the establishment of some of these scholars in the U.S. In this presentation, I will revisit archival material collected at the Rockefeller Archive Center that relates to German Gestaltpsychologists who emigrated to the United States in the 1930s. The material shows that how employments and research projects were negotiated through concrete interactions between Rockefeller officers and scholars as well as the day-to-day workings of the Foundation were central to these processes. I will give examples of these negotiations and ask how “examining foundational work ‘on the ground’” can contribute to debates on the role of private foundations for the circulation and production of knowledge in American Social Psychology in the 1930s and 1940s.* The citation refers to Buxton W (2009) Civil Society and its Discontents: Bringing Culture, Communications, and the Humanities into the History of Philanthropy. In: Buxton W (ed) Patronizing the public: American philanthropy’s transformation of culture, communication, and the humanities. Lanham, MD: Lexington Books, pp. 1-21, p. 10. The presentation will be in German.

18.02.2021 – « Millefeuille d’incertitudes : rencontre entre une pandémie globale et la formation individuelle au métier de footballeur » – Yacine Amenna

Résumé:

Depuis le mois de mars 2020 en France et en Allemagne, les institutions de formations du football doivent composer avec de nouvelles « règles sanitaires » liées à la « lutte contre la propagation du covid-19 ». Dans l’intervention, trois phases sont distinguées : une première de fermeture, une deuxième de réouverture, et une dernière de semi-fermeture. A partir de la description des transformations des processus de recrutements, de formations et de professionnalisations des jeunes joueurs de football, comment la crise du Covid-19 ajoute-elle une incertitude supplémentaire, dans un milieu social où l’incertitude est structurelle, et transforme le quotidien de ses agents sociaux ? Enfin que révèle-elle des processus de délimitation de ce qui peut se poursuivre et ce qui doit s’arrêter, et de classer au sein d’une même activité ce qui est « essentiel » et « non essentiel » ?

Compte rendu de la séance

Auteure: Nikola Tietze

Dans la formation au métier de footballeur, l’incertitude est la règle (Bertrand, 2009 ; Juskowiak, 2019). Cette formation, basée sur la sélection permanente, ressemble à celle de l’artiste – à l’accomplissement « dans l’incertain » (Menger, 2009) – notamment par deux aspects : par la prédominance de la concurrence et les processus sociaux forgeant la détermination du talent. Seul 5% à 20% des jeunes en formation deviennent footballeurs professionnels. Le covid-19 et les restrictions pour contenir la pandémie représentent, en France (ville Y) et en Allemagne (ville X), des incertitudes supplémentaires dans la vie de ces jeunes (entre 15 et 21 ans), régulée, en temps normal, par l’incertitude de la formation.

Continuer la lecture

18.01.2021-« Covid-19 et migration : expérimentations méthodologiques »- Thomas Lacroix et Nelly Robin

En raison de leur caractère subit et inattendu, l’étude des « crises  » constitue un double défi méthodologique. A court terme, leur observation nécessite la mise en place d’un dispositif d’analyse dans un délai très bref. A plus long terme, le défi à relever et celui d’une inscription de la crise dans un contexte plus large, nécessitant de faire le départ entre ce qui relève de tendances de long terme et des transformation induites par la crise elle-même. Afin de répondre à ces enjeux, nous présentons deux dispositifs méthodologiques expérimentaux. Le premier est celui de la mise en place d’un fil Seenthis qui a permis le recensement d’un corpus d’articles et d’images qui feront ensuite l’objet d’une analyse textuelle permettant de mettre en évidence l’évolution des enjeux soulevés par la pandémie dans le temps et dans l’espace. Le second est une analyse des flux migratoires à court et à long terme mobilisant les outils de l’intelligence artificielle. A court terme, elle se base sur une analyse des covariations entre les flux migratoires et différents indicateurs (mesures sanitaires, nombre de cas, etc.). A long terme, elle inscrit les transformations de la géodynamique des flux migratoires dans le contexte des trois crises qui ont marqué la décennie 2010 : crise économique (2009), crise de l’exil (2015) et pandémie.

Compte rendu de la séance

Auteure: Nikola Tietze

Thomas Lacroix et Nelly Robin ont présenté, ensemble avec leurs collègues, les démarches méthodologiques dans le cadre de leur travail sur la dynamique des migrations et la pandémie. Ce travail s’appuie en grande partie sur une veille médiatique réalisée durant la première vague de la pandémie covid-19 : https://seenthis.net/people/thomas_lacroix. Au centre de ces démarches, se trouve le croisement entre sciences humaines et sociales (SHS) et différents outils méthodologiques : (i) l’analyse textuelle des articles et iconographique des images, (ii) l’analyse cartographique, (iii) l’analyse de covariations réalisée par les outils de l’intelligence artificielles. Cette veille, actuellement un corpus de 1700 articles et

Continuer la lecture

Formation-recherche « Un ciel toujours partagé ? Sociétés et territoires allemands de l’Est et de l’Ouest, 30 ans après la réunification », compte-rendu d’un terrain exploratoire.

Par Lola Gourdon, étudiante en Master de science politique et études socioculturelles conjointement à l’université Paris 8 et Viadrina de Francfort (Oder) :

Béatrice von Hirschhausen et moi-même nous sommes rendues pour la deuxième fois en basse-Franconie dans le cadre du projet formation-recherche « Un ciel toujours partagé ? Sociétés et territoires allemands de l’Est et de l’Ouest, trente ans après la réunification ». Nous proposons ici un compte rendu du terrain qui s’est déroulé la semaine du 21 septembre 2020 dans les villages de Alsleben et de Gompertshausen à la frontière entre la Thuringe et la Bavière.

Monument sur le site de l’ancienne frontière. Gompertshausen en arrière fond

« Nous étions au bout du monde, nous sommes désormais au centre de l’Allemagne » entend-on à une table voisine dans l’auberge où nous déjeunions. Nous sommes en septembre 2020 et voici qu’est prononcé mot pour mot, au détour d’une bribe de conversation, l’intitulé presque exact de la thèse de Valentine Meunier publiée il y a près de 20 ans. Celle-ci a étudié dans les années 1990 deux villages franconiens, l’un à l’Est de l’ancienne frontière intra-allemande en Thuringe, l’autre à l’Ouest en Bavière. Trente ans après la Réunification, l’ambition du projet « Un ciel toujours partagé ? Sociétés et territoires allemands de l’Est et de l’Ouest, trente ans après la Réunification » est de revenir sur les pas de Valentine Meunier pour tâcher de comprendre les permanences et mutations à l’œuvre dans ces deux villages de basse Franconie.

Continuer la lecture

17.12.2020 – « L’invention d’une frontière sanitaire. La frontière franco-allemande face aux premières pandémies (fin XIXe siècle-1914) » – Benoit Vaillot

Résumé:

Au tournant du XXe siècle, les gouvernements français et allemand prennent des mesures visant à prémunir leur territoire respectif contre les premières pandémies. Ces épidémies, celle de choléra en particulier, lancent un sérieux défi aux États, car elles ignorent les frontières. La souveraineté est contrainte de se transformer pour protéger la santé des populations ; le concept de biopolitique forgé par Michel Foucault permet de saisir ce qui s’exprime alors de façon spectaculaire à la frontière franco-allemande. Or les questions sanitaires sont souvent absentes des études portant sur les frontières à l’époque contemporaine, alors même que toutes y ont été confrontées à partir du milieu du XIXe siècle. En nous appuyant sur les travaux d’Alison Bashford et de Patrick Zylberman, qui articulent la lutte contre les épidémies avec la construction de l’État-nation, nous proposons d’étudier la construction de la frontière franco-allemande dans sa dimension sanitaire au tournant du XXe siècle.

Compte rendu de la séance

Auteure: Nikola Tietze

Dans son intervention, Benoit Vaillot met en lumière « l’invention d’une frontière sanitaire » entre la France et l’Allemagne lors des pandémies de choléra, apparaissant et refluant à plusieurs reprises durant le 19ème siècle. Cette « invention » repose sur le développement de pratiques de gestion des épidémies qui ignorent les frontières politiques et administratives. Ces pratiques à l’échelle locale (village, département ou Bezirk, gare ou carrefour de routes) – exiger un certificat médical avant l’entrée sur le territoire, surveiller les gares par des médecins, certificat de « non mort par maladie » Continuer la lecture

01.12.2020 – « Usages du droit au retour dans l’Italie du Nord-Est : entre nouvelles migrations et transmission familiale » – Melissa Blanchard

Tandis que dans plusieurs pays d’Europe le débat civil, dominé par le thème de la crise (migratoire, économique, sanitaire), s’enlise autour de la fermeture des frontières aux nouveaux migrants, des législations peu connues permettent aux descendants des émigrés de rentrer dans l’espace européen en tant que nationaux, soit par des mesures d’aide au retour, soit par des mesures préférentielles d’acquisition de la nationalité.

En Italie, grâce à ces cadres juridiques, de nouveaux mouvements migratoires sont apparus au cours des vingt dernières années, notamment en provenance d’Amérique latine, d’où « reviennent » chaque année plusieurs milliers de descendants d’émigrants italiens. Ces migrations constituent un point aveugle de la recherche et du débat civil, car elles jouissent d’une légitimité juridique a priori. Cette communication se fonde sur une enquête ethnographique réalisée entre 2012 et 2019 dans le Trentin, une région de l’Italie du Nord-Est, avec plusieurs familles de descendants d’émigrants italiens, originaires d’Argentine et du Chili. Elle examine, d’une part, les manières dont les acteurs se saisissent du droit au retour et à la nationalité italienne. D’autre part, elle analyse les conséquences du recours à ces législations sur les familles des émigrants, tout en questionnant la notion même de retour.

12.11.2020 – Compte rendu de la première séance du groupe « Migrations en temps de Covid-19 »

Par Nikola Tietze

Cette séance a été consacrée d’abord à la prise de connaissance mutuelle des intérêts et des recherches des participant.es. Ensuite, Thomas Lacroix (Maison Française d’Oxford) a présenté son projet de recherche les trajets migratoires en temps de crises.

  • La présentation des intérêts et des recherches des participants a permis de mettre la focale sur un certain nombre d’observations et de problématiques :
  • Transformations du travail des associations caritatives et de leur rôle social pendant la crise sanitaire, notamment Caritas au Maroc
  • Défis dans l’accompagnement des jeunes et enjeux des pratiques psychosociales
  • Interrogations sur l’effet de la crise du COVID-19 sur les projets de mobilité
  • Effet de la crise sur les interactions aux guichets de l’asile
  • Conséquences de la crise pour les rapports entre migrant.es et ville
  • Accès aux terrains
  • Revoir la gestion de la pandémie COVID-19 à travers le prisme historique et la comparaison avec la gestion d’autres pandémies / épidémies au 18ème, 19ème ou 20ème siècle ailleurs qu’on Europe
  • Thomas Lacroix a présenté une recherche et une réflexion collectives sur l’impact de la pandémie sur les migrations (https://mfo.web.ox.ac.uk/article/podcast-quel-est-limpact-de-la-pandemie-sur-les-migrations). Les trajets migratoires et leurs changements, suite au COVID-19, sont au centre de ses interrogations. Cette recherche et réflexion collective s’appuie sur un travail de veille médiatique à consulter sur CEPED-MIGRINTER-IC MIGRATIONS-MFO-Monde@thomas_lacroix https://seenthis.net/people/thomas_lacroix et sur un travail cartographique. Elles sont par ailleurs basées sur la conjugaison des données quantitatives et qualitatives. Thomas Lacroix souligne que la crise COVID-19 nous amène à regarder plus près les rapports entre mobilités et immobilités.

Cf. aussi Thomas Lacroix (2020) : Réseaux des villes hospitalières : un panorama global. E-Migrinter 20  https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02170543/file/e-migrinter-2281.pdf

 

24.11.2020 – « Finding Ways through Eurospace: Unfreezing Migrant Positionalities in Contemporary Europe – Joris Schapendonk

This presentation focuses on my latest work entitled Finding Ways Through Eurospace. This book is about migrants, but it is not about migration. It discusses transnational movements, asylum, belonging, and borders, but it is not about migration. As I argue, migration and its related ontological foundations of stasis is not the best analytical starting point to understand the lifeworlds of the African ‘movers’ in Europe that are central to this study. Rather than seeing ‘migrancy’ as the primary marker of my informant’s lives, this book aims to understand how flexible mobilities relate to migratory projects, and how identities change along pathway of movements. By following the mobility processes of Africans, the chapters show how mobility remains central to their being in Europe, despite the existence of harsh mobility regimes that aim to hamper, stop or control their mobilities (Glick-Schiller and Salazar 2013). This book, thus, delves into the ways ‘African movers’ navigate ‘Eurospace’ (Vigh 2009). How they are confronted with borders, but also how they manage to transgress and circumvent them. Such a de-migranticized view (Dahinden 2016) on the im/mobility of people who are generally viewed as migrants sounds like a contradiction in terminus, but I argue that it is highly needed to move away from frameworks that that pin down peoples residences’, positions, and imaginaries.   

20.10.2020 – « Un ciel toujours partagé? Retour d’un terrain exploratoire dans deux villages sur l’ancienne frontière interallemande : tâtonnements et hypothèses de recherche » – Béatrice v. Hirschhausen, Laure de Verdalle, Joséphine Lecuyer.

—- auf deutsch siehe unten —–  

Béatrice von Hirschhausen, Laure de Verdalle, Joséphine Lecuyer. Il y a bientôt 20 ans, Valentine Meunier, doctorante en ethnologie à l’Université Paris X et au Centre Marc Bloch, soutenait sa thèse après un travail d’enquête approfondie et d’observation participante dans deux villages situés respectivement en Thuringe et Bavière, au long de l’ancien rideau de fer (Valentine Meunier-Couchard (2001) Du bout du monde au centre de l’Allemagne : ethnologie comparative de deux sociétés rurales sur l’ancienne frontière interallemande. Université de Paris X Nanterre). Elle y explorait les bouleversements politiques, économiques, sociaux, culturels qui transformaient en profondeur la communauté villageoise de Gompertshausen, côté Est, et secouaient les routines de Alsleben, côté Ouest. Que reste-t-il de cette expérience de la Wende après une génération ? Nous y sommes retournées en juillet et septembre 2020 dans le cadre d’un projet formation-recherche du CIERA pour y conduire des interviews exploratoires avec des villageois et avec des acteurs du développement local. Le séminaire sera l’occasion de présenter et discuter nos premiers résultats, nos hypothèses et nos hésitations sur la manière de poursuivre l’enquête. 

Ein immer noch geteilter Himmel? Rückkehr in zwei Dörfer an der ehemaligen innerdeutschen Grenze: Zögern, Irrtümer und erste Hypothesen.

 Vor fast 20 Jahren verteidigte Valentine Meunier, Doktorandin in der Ethnologie an der Universität Paris X und am Centre Marc Bloch, ihre Dissertation. Sie eine eingehende Feldforschung und teilnehmende Beobachtung in zwei Dörfern in Thüringen bzw. Bayern entlang des ehemaligen Eisernen Vorhangs durchgeführt (Valentine Meunier-Couchard (2001) Du bout du monde au centre de l’Allemagne: ethnologie comparative de deux sociétés rurales sur l’ancienne frontière interallemande. Universität Paris X Nanterre). Im Fokus ihrer Untersuchungen standen die politischen, wirtschaftlichen, sozialen und kulturellen Umwälzungen, die die Dorfgemeinschaft von Gompertshausen auf der Ostseite tiefgreifend veränderten und die Routine in Alsleben auf der Westseite erschütterten. Was bleibt von dieser Wende-Erfahrung nach einer Generation? Im Juli und September 2020 gingen wir im Rahmen eines programme formation-recherche des CIERA in die beiden Dörfer zurück, um explorative Interviews mit Bewohnern und lokalen Entwicklungsakteuren durchzuführen. Das Seminar wird eine Gelegenheit sein, unsere ersten Ergebnisse, unsere Hypothesen und unser Zögern bei der Fortsetzung der Umfrage vorzustellen und zu diskutieren. 

07.07.2020 – « Déplacements de souveraineté : migrations et contrebande dans un village amérindien (frontière Guyana-Venezuela) » – Olivier Allard

À partir d’une ethnographie préliminaire menée dans un village amérindien du Guyana, à proximité du Venezuela, je montrerai que la traversée de la frontière par les personnes et les biens révèle des formes de souveraineté partielles et imbriquées, qui sont revendiquées, contestées ou négociées à cette occasion.

La contrebande de carburant, en particulier, est une ressource pour les contrebandiers qui la considèrent comme un droit, pour les forces de l’ordre vénézuéliennes qui reçoivent des pots-de-vin de ces derniers, pour les criminels qui voient le carburant comme un butin de choix, pour l’administration régionale guyanienne qui impose une taxe aux barils entrants, et enfin pour le village en lui-même qui exige des convoyeurs une contribution. Les glissements fréquents entre légalité et illégalité permettront de décrire différentes manières de revendiquer une souveraineté plus ou moins localisée.

Récemment, le village a aussi connu un afflux de « réfugiés vénézuéliens » qui sont principalement des Warao – ethnie amérindienne également présente au Guyana. Pour beaucoup, la frontière marque une division entre deux États au fonctionnement différent, entre deux univers linguistiques et culturels, entre deux systèmes de catégorisation raciale – mais cette migration semble beaucoup plus problématique pour les non-indigènes que pour les Amérindiens. Ce cas permettra de discuter de l’inscription de ces derniers dans les États-nations et dans leurs interstices.

Comment la crise sanitaire a-t-elle affecté nos mobilités et méthodes? Un sondage.

21 mai 2020

Par Dr. Sophie Lambroschini, chercheure au CMB

Un questionnaire diffusé au mois de mai, donc pendant la période de confinement, a permis de raconter « à chaud » l’expérience de la recherche prise dans les nouvelles contraintes imposées par la suspension de la mobilité à la fois des chercheur.e.s eux/elles-mêmes, mais aussi de leurs terrains – archives, bibliothèques, répondants – et de leurs collègues. Les chercheur.e.s participant représentent la grande diversité des disciplines au CMB: historiens, sciences sociales, art, philosophie, géographie humaine… Elles et ils ont répondu depuis leur lieu de confinement, en Allemagne, en France, et dans des pays-tiers. La diversité des réponses reflète les différences individuelles des situations. Nous partons de l’idée que l’on peut, sous cette apparence de témoignage individuel qui peut paraître « anecdotique », dégager quelques idées fondamentales. Dresser un début de tableau d’ensemble permet de réfléchir de manière plus approfondie à la transformation des conditions et pratiques de la recherche dans un contexte de contraintes à la mobilité.

Continuer la lecture