Formation-recherche « Un ciel toujours partagé ? Sociétés et territoires allemands de l’Est et de l’Ouest, 30 ans après la réunification », compte-rendu d’un terrain exploratoire.

Par Lola Gourdon, étudiante en Master de science politique et études socioculturelles conjointement à l’université Paris 8 et Viadrina de Francfort (Oder) :

Béatrice von Hirschhausen et moi-même nous sommes rendues pour la deuxième fois en basse-Franconie dans le cadre du projet formation-recherche « Un ciel toujours partagé ? Sociétés et territoires allemands de l’Est et de l’Ouest, trente ans après la réunification ». Nous proposons ici un compte rendu du terrain qui s’est déroulé la semaine du 21 septembre 2020 dans les villages de Alsleben et de Gompertshausen à la frontière entre la Thuringe et la Bavière.

Monument sur le site de l’ancienne frontière. Gompertshausen en arrière fond

« Nous étions au bout du monde, nous sommes désormais au centre de l’Allemagne » entend-on à une table voisine dans l’auberge où nous déjeunions. Nous sommes en septembre 2020 et voici qu’est prononcé mot pour mot, au détour d’une bribe de conversation, l’intitulé presque exact de la thèse de Valentine Meunier publiée il y a près de 20 ans. Celle-ci a étudié dans les années 1990 deux villages franconiens, l’un à l’Est de l’ancienne frontière intra-allemande en Thuringe, l’autre à l’Ouest en Bavière. Trente ans après la Réunification, l’ambition du projet « Un ciel toujours partagé ? Sociétés et territoires allemands de l’Est et de l’Ouest, trente ans après la Réunification » est de revenir sur les pas de Valentine Meunier pour tâcher de comprendre les permanences et mutations à l’œuvre dans ces deux villages de basse Franconie.

Continuer la lecture

17.12.2020 – « L’invention d’une frontière sanitaire. La frontière franco-allemande face aux premières pandémies (fin XIXe siècle-1914) » – Benoit Vaillot

Au tournant du XXe siècle, les gouvernements français et allemand prennent des mesures visant à prémunir leur territoire respectif contre les premières pandémies. Ces épidémies, celle de choléra en particulier, lancent un sérieux défi aux États, car elles ignorent les frontières. La souveraineté est contrainte de se transformer pour protéger la santé des populations ; le concept de biopolitique forgé par Michel Foucault permet de saisir ce qui s’exprime alors de façon spectaculaire à la frontière franco-allemande. Or les questions sanitaires sont souvent absentes des études portant sur les frontières à l’époque contemporaine, alors même que toutes y ont été confrontées à partir du milieu du XIXe siècle. En nous appuyant sur les travaux d’Alison Bashford et de Patrick Zylberman, qui articulent la lutte contre les épidémies avec la construction de l’État-nation, nous proposons d’étudier la construction de la frontière franco-allemande dans sa dimension sanitaire au tournant du XXe siècle.

01.12.2020 – « Usages du droit au retour dans l’Italie du Nord-Est : entre nouvelles migrations et transmission familiale » – Melissa Blanchard

Tandis que dans plusieurs pays d’Europe le débat civil, dominé par le thème de la crise (migratoire, économique, sanitaire), s’enlise autour de la fermeture des frontières aux nouveaux migrants, des législations peu connues permettent aux descendants des émigrés de rentrer dans l’espace européen en tant que nationaux, soit par des mesures d’aide au retour, soit par des mesures préférentielles d’acquisition de la nationalité.

En Italie, grâce à ces cadres juridiques, de nouveaux mouvements migratoires sont apparus au cours des vingt dernières années, notamment en provenance d’Amérique latine, d’où « reviennent » chaque année plusieurs milliers de descendants d’émigrants italiens. Ces migrations constituent un point aveugle de la recherche et du débat civil, car elles jouissent d’une légitimité juridique a priori. Cette communication se fonde sur une enquête ethnographique réalisée entre 2012 et 2019 dans le Trentin, une région de l’Italie du Nord-Est, avec plusieurs familles de descendants d’émigrants italiens, originaires d’Argentine et du Chili. Elle examine, d’une part, les manières dont les acteurs se saisissent du droit au retour et à la nationalité italienne. D’autre part, elle analyse les conséquences du recours à ces législations sur les familles des émigrants, tout en questionnant la notion même de retour.