06.07.21 – “Accéder aux populations migrantes à travers une enquête qualitative généraliste sur les effets du confinement : Discussion méthodologique et premiers résultats” – Grégory Beltran.

Pendant le premier confinement en France, de mars à mai 2020, le projet Epidemic (https://epidemic.hypotheses.org/) financé par l’ANR et la région Occitanie a été mis en place. Il comportait un volet en sciences sociales conduit par le collectif des Confins, qui a mené une enquête qualitative pour analyser les effets différentiels de la mesure sur les populations. Pour documenter et enquêter sur une situation dans laquelle les chercheur.e.s étaient également « embarqué.e.s », car confiné.e.s et soumis.e.s aux mêmes incertitudes de la période, le protocole de recherche a évolué au cours du confinement. De nouveaux.elles chercheur.e.s ont été intégré.e.s afin notamment d’accéder à des population dominées non présentes dans le corpus de départ. La présentation sera l’occasion de revenir sur cette enquête et ses évolutions, avec une focale sur les populations migrantes intégrées à la démarche et les questions méthodologiques qui en découlent.

Compte rendu de Nikola Tietze

Grégory Beltran a présenté d’abord la démarche méthodologique et ensuite de premiers résultats de l’enquête du collectif des CONFINS (CONFinement et Inégalités Sociales), rattaché à l’IFERISS (Institut Fédératif d’Etudes et de Recherches Interdisciplinaires Santé et Société, Toulouse).

L’axe du projet Epidemic (https://epidemic.hypotheses.org/) mené par le collectif des CONFINS et porté par Jean-Charles Basson, Grégory Beltran, Laurence Boulaghaf, Alizé Cavé, Eléonore Coeurdevey, Alfonsina Faya Robles, Sarah Nicaise et Alexandra Soulier, a eu pour objectif d’enquêter sur le quotidien de la population française, notamment des classes populaires, durant le premier confinement du 17 mars 2020 au 11 mai 2020. L’enquête est partie de l’idée que ce confinement représente un observatoire des inégalités sociales et de l’ordre sanitaire en France. Les chercheur.es se sont saisi.es de cet observatoire par différents concepts sociologiques et anthropologiques, notamment par celui des dispositions qui deviennent ressources (Bourdieu, Lahire), celui de la gouvernementalité (Foucault, Elias), celui des classes populaires (Schwartz) ou encore celui de l’intersectionnalité (Bereni, Crenshaw, Revillard, Pézeril). L’hypothèse commune était cependant que le confinement, présenté comme exceptionnel, aurait moins introduit des formes de rupture dans les conditions de vie que reconduit des rapports de domination structurant les relations sociales. En enquêtant sur les inégalités sociales, les pratiques quotidiennes et l’accès à la santé durant le confinement, il serait alors possible d’étudier des problèmes sociaux structurels.

Continuer la lecture

13.07.2021 – A Colonial Project: Afghanistan’s Migration Policy – Lisa Schuster / Reza Hussaini

Afghanistan has recently developed a Comprehensive National Migration Policy (CMP). In spite of the significance of migration in Afghan cultural, economic, political and social life – this impulse comes, not from the Afghan government or civil society, but from Europe, specifically from European Union Member States such as Germany, who received many of the 250,000 Afghans who applied for asylum in Europe in 2015. Perhaps inevitably the goals of Afghan migration policy are being set by European governments, who are in turn responding to their own domestic pressures and operating within particular ‘policy frames’. This paper explores the role played by the European Union and its Member States in shaping the migration policy of the Afghan government since the fall of the Taliban regime, but concentrating in particular on the process leading up to the CMP. Hussaini and Schuster examine who sets the agenda, whose interests are served (and whose ignored), and the challenges in developing and implementing policy in a country at war, and at the mercy of internal and external enemies.

Lisa Schuster / Reza Hussaini (City, University of London)